La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Epidémiologie, prévention et dépistage DU de Carcinologie Clinique 16 novembre 2012 Catherine Hill Institut Gustave Roussy

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Epidémiologie, prévention et dépistage DU de Carcinologie Clinique 16 novembre 2012 Catherine Hill Institut Gustave Roussy"— Transcription de la présentation:

1 Epidémiologie, prévention et dépistage DU de Carcinologie Clinique 16 novembre 2012 Catherine Hill Institut Gustave Roussy

2 Epidémiologie Étude de la fréquence des maladies dans les populations (nombre de cas, nombre de morts) Étude des variations de cette fréquence en fonction de divers facteurs : environnement, mode de vie, facteurs génétiques …

3 Le cancer en France cas de nouveaux cancers par an, estimation pour 2011 (Source : Institut de Veille Sanitaire) décès par cancer observés en 2010 (Source : Centre Epidémiologique sur les causes de décès)

4 Avantages et inconvénients de ces indicateurs Incidence •Estimée, dépend de la méthode d’estimation, existe depuis 1980 •Dépend des pratiques diagnostiques, donc sensible au surdiagnostic •Sensible aux modifications d’exposition (THM et sein) •Indépendant des traitements Mortalité •Observée, existe depuis 1950 •Moins dépendante des pratiques diagnostiques, inchangée en cas de surdiagnostic •Dépend de l’incidence actuelle et passée •Dépend de l’efficacité des traitements

5 Comparer les nombres est une erreur Exemple : En 1968, décès En 2010, décès, soit + 44% de décès Mais la population a augmenté de 26%, passant de 50 à 63 millions et elle a aussi vieilli.

6

7 On peut calculer le nombre de décès par cancer attendu en 2010 si la population de 2010 mourrait de cancer comme en Il suffit de multiplier les effectifs de 2010 par le risque de décès par cancer en On peut aussi faire l’inverse : mortalité en 1968 aux risques de Entre 1968 et 2010

8 Avec la mortalité de 1968, on attend décès par cancer en La mortalité en 2010 a donc diminué de 21% =( )/ par rapport à ce nombre attendu. Avec la mortalité de 2010, on aurait décès par cancer en 1968, au lieu des observés. Les progrès sont très nets. Entre 1968 et 2010

9 L’incidence augmente chez les hommes et chez les femmes alors que la mortalité diminue de 1,7% par an depuis 1991 chez l’homme et de 0,8% par an depuis 1993 et 0,6% par an entre 1963 et 1993 chez la femme

10 92% de l’augmentation = cancer de la prostate 55% de l’augmentation = cancer du sein 12% de l’augmentation = cancer du poumon

11 La mortalité par cancer diminue de 1,6% par an depuis 1991 chez l’homme de 0,8% par an depuis 1993, et de 0,6% par an de 1963 à 1993 chez la femme

12 La mortalité diminue Le cancer est devenu la première cause de décès devant les maladies cardiovasculaires • en 1988 chez l'homme, et • en 2002 chez la femme, essentiellement parce que la mortalité par maladie cardiovasculaire diminue plus fortement que la mortalité par cancer

13

14 Nouveaux cas de cancer chez l'homme, estimations 2011 Prostate % Poumon % Colon-rectum % Bouche, pharynx, larynx % Vessie9 1004% Rein7 4004% Lymphome non Hodgkin % Foie6 4003% Mélanome4 7002% Total %

15 Nombre de décès par cancer chez l'homme, en 2010 Poumon % Colon-rectum % Prostate % Foie % Pancréas4 7005% Bouche, pharynx, larynx % Vessie3 900 Œsophage3 100 Leucémies3 000 Total %

16

17 À 30 ans, 30% et à 80 ans, 80% des hommes ont un cancer dans leur prostate (études d’autopsies) La plupart ne deviennent jamais symptomatiques Le dosage du PSA est largement répandu, mais l’efficacité du dépistage est discutée Les traitements sont très invalidants: Prostatectomie, selon l’expérience du chirurgien : 3% à 74% des patients sont incontinents, et 30% à 90% impuissants. Radiothérapie conformationnelle : 40% à 60% des patients sont impuissants

18 Sein % Colon-rectum % Poumon % Corps utérin6 8004% Lymphome non Hodgkin5 3003% Mélanome % Thyroïde % Ovaire4 6003% Pancréas4 6003% Total % Nouveaux cas de cancer chez la femme, estimations 2011

19 Nombre de décès par cancer chez la femme, en 2010 Sein % Colon-rectum % Poumon % Pancréas % Ovaire % Leucémies2 500 Foie2 200 Lymphome non Hodgkin2 000 Estomac Total %

20

21 La mortalité par cancer diminue Les différentes localisations de cancer ont des évolutions différentes : la plupart diminuent, quelques unes augmentent

22 Baisse observée dans les années récentes pour 7 des 8 localisations Hausse pour le cancer du pancréas L’ensemble de ces localisations représente 73% des ~ décès par cancer chez l’homme en % - 4% - 1% - 2% - 3% - 2%

23 Localisations de cancer dont la mortalité augmente Hommes Décès en 2010 Variation annuelle depuis Hausse depuis Pancréas4 7000,3% Myélome multiple*1 5001% Peau1 4001,7%1992 8% des décès par cancer * Baisse chez la femme

24 Baisse observée dans les années récentes pour 7 de ces 9 localisations : sauf Poumon et Pancréas L’ensemble de ces localisations représente 70% des ~ décès par cancer chez la femme en % + 4% -2% -3% -2% -1%

25 Localisations de cancer dont la mortalité augmente Femmes Décès en 2010 Variation annuelle depuis Hausse depuis Poumon *7 4004% Pancréas4 5001% Foie *, **2 2001%1986 Peau1 1001% % des décès par cancer * Baisse chez l’homme ** Données peu fiables car confusion entre cancer du foie et métastases hépatiques

26

27 Baisse de 2,9% par an depuis 1988 chez les garçons Baisse de 3,0% par an depuis 1979 chez les filles

28 Ce que nous savons des causes du cancer en France est résumé dans :

29 Objectif Évaluer le nombre de cas et le nombre de décès par cancer attribuables aux expositions certainement cancérogènes en l’an 2000, en France

30 Méthodes Ces nombres sont estimés à partir du calcul de la fraction attribuable qui est la proportion (%) des cancers attribuable à l’exposition à un facteur de risque

31 Prévalence de l'exposition P Risque relatif : RR chez les exposés, 1 chez les autres RR P 1- P •La Fraction Attribuable (FA) est la proportion d’un cancer que l’on peut attribuer à une exposition cancérogène donnée. Les fractions attribuables ont été estimées en général à partir de : •La prévalence de l’exposition au cancérogène en France P et •Le risque relatif de cancer RR chez les sujets exposés à ce cancérogène par rapport aux sujets non exposés (facteur de multiplication du risque) Fraction attribuable :

32 Facteurs de risques étudiés 1.Tabac 2.Alcool 3.Infections 4.Facteurs professionnels 5.Surpoids, obésité 6.Inactivité physique 7.Hormones (Traitement ménopause, Contraceptifs oraux) 8.Rayons ultraviolet 9.Facteurs reproductifs 10.Certains polluants (tabac passif, amiante résidentielle)

33 Causes connues de cancers Le Centre International de Recherche sur le Cancer (IARC), qui dépend de l'OMS, classe les substances ou expositions en : - certainement cancérogènes pour l'homme - probablement " " " - possiblement " " " - inclassable - probablement non cancérogène pour l'homme Liste à jour sur

34 1.Méta-analyses publiées les plus récentes 2.Méta-analyses ad hoc réalisées par le CIRC pour les besoins de ce travail 3.Risques relatifs dérivés de grandes études de cohorte 4.Risques relatifs dérivés d’études cas-témoin Estimation des risques de cancer en prenant dans l’ordre :

35 Données sur l’exposition aux facteurs de risque en France Recherche systématique des données disponibles pour la France, publiées ou non, et ensuite sélection d’une source de données, en prenant dans l’ordre : 1.Enquête sur échantillon représentatif de la population française 2.Enquête sur un échantillon de la population française dont la représentativité est incertaine 3.Population d’une étude de cohorte 4.Sujets témoins des études cas-témoin

36 Exposition aux facteurs de risque combien d’années avant 2000 ? Pour tous les facteurs de risque, exposition en 1985, ou autour de 1985 SAUF pour: •Traitement de la ménopause et contraceptifs oraux: usage actuel •Facteurs reproductifs: différence entre année 1980 et 2000 •Rayons ultraviolets: comparaison avec population non affectée par les rayons UV

37 Résultats

38 Mortalité par cancer CauseFraction attribuable Tabac24% Alcool7% Infections (HPV,HBV, Helicobacter, EBV)* 4% Expositions professionnelles2% Obésité et surpoids2% Inactivité physique2% Traitement ménopause (& pilule)1% Rayonnement ultra-violet1% Caractéristiques vie reproductive 0,4% Polluants0,2%. Total35% * Human Papilloma Virus (HPV), Hepatitis B Virus (HBV) Virus d’Epstein Barr (EBV)

39

40 Mortalité par cancer CauseFraction attribuable Tabac24% Alcool7% Infection4% Expositions professionnelles2% Obésité et surpoids2% Inactivité physique2% Traitement ménopause & pilule1% Rayonnement ultra-violet1% Caractéristiques vie reproductive 0,4% Polluants0,2% Total35% *Les fractions attribuables ne s’additionnent pas 28% *

41

42

43 Trois succès de la prévention CauseFraction attribuable Tabac24% Alcool7% Infection4% Expositions professionnelles2% Obésité et surpoids2% Inactivité physique2% Traitement ménopause & pilule1% Rayonnement ultra-violet1% Caractéristiques vie reproductive 0,4% Polluants0,2% Total35%

44 1/ Le tabac

45 Mortalité liée au tabac (2000) * Représente 80% des cancers du poumon ** Représente 60% des cancers de la tête et du cou

46 Fraction attribuable au tabac

47 Tabac - Mortalité

48 Arrêter de fumer vaut énormément la peine Risque de cancer du poumon en plus, par rapport à un non fumeur proportionnel à : dose x durée 4,5 Dose double  risque double Durée double  risque x 20

49 En moyenne les fumeurs meurent 10 ans plus tôt que les non fumeurs. Source: Doll. BMJ 2004, médecins

50 En moyenne les fumeuses meurent 11 ans plus tôt que les non fumeuses Source: Pirie et al. Lancet 2012, 1,2 millions de femmes Mortalité de 1,2 millions d’anglaises suivies 12 ans Survie (%)

51 En arrêtant à 30 ans, le gain en espérance de vie est de 10 ans

52 En arrêtant à 40 ans, le gain en espérance de vie est de 7 ans

53 En arrêtant à 50 ans, le gain en espérance de vie est de 4 ans

54 En arrêtant à 60 ans, le gain d’espérance de vie est encore de 1 an

55 Mortalité par cancer du poumon

56 La mortalité par cancer du poumon diminue depuis 1996 chez les hommes de 40 ans, la baisse est de 6% par an a augmenté de 10% par an chez les femmes de 40 ans entre 1984 et 1998 et est à peu près stable depuis

57 La mortalité par cancer du poumon tous âges chez les femmes va dépasser la mortalité par cancer du sein en 2013 ou 2014 Une catastrophe annoncée depuis longtemps !

58

59 2/L’alcool

60 Alcool •Effet de la dose •Pas d'effet du type de boisson

61 Alcool – Mortalité en 2000 * Représente 56% des cancers de la tête et du cou

62 Alcool – Mortalité en 2000

63 Dans la population Hommes Maximum entre 1920 et 1940 : 11 verres d’alcool par jour Depuis 2000 : moins de 5 verres d’alcool par jour Femmes Maximum entre 1900 et 1940 : 3 verres d’alcool par jour Depuis 2000 : moins de 1,5 verres d’alcool par jour

64

65

66

67 3/ Le Traitement Hormonal de la ménopause (THM)

68 Mortalité par cancer chez les femmes en 2000 due au traitement de la ménopause et à la pilule

69

70 Autre facteur de risque de cancer : caractéristiques de la vie reproductive

71 Cancer du sein •Nulliparité •Age élevé au premier enfant •Petit nombre d’enfants •Pas ou peu d’allaitement Cancer de l’ovaire •Pas ou peu d’enfants Facteurs de risque connus

72 Prévalence des facteurs de risque de cancer en 2000 et scénario alternatif

73 Impact des changements dans les facteurs reproductifs entre 1980 et 2000 sur le cancer du sein Le facteur reproductif de loin le plus influent est l’âge au premier enfant : l’augmentation de la proportion des femmes ayant un premier enfant à 30 ans ou après, passée de 25% à 41% entraîne près de 700 cancers du sein La diminution de la fréquence de la nulliparité et l’augmentation de la durée de l’allaitement tempèrent un peu les effets de ce facteur

74 Expositions soupçonnées d’être cancérogènes pour l'homme Alimentation Pollution • Pollution de l’air • Chloration de l’eau • Pesticides • Champs électromagnétiques

75 Alimentation •En 25 ans, les enquêtes prospectives ont montré peu de lien entre consommation de graisse et risque de cancer •Pas de preuve que la consommation de graisse modifie le risque de cancer colorectal •L’absence de lien entre consommation de fibre et risque de cancer colorectal est établie (Michels et al, 2005) •Une consommation élevée de lait et calcium est associée avec un risque diminué de cancer colorectal (Cho et al, 2004). •Probable que la consommation de viande en conserve et de viande rouge augmente le risque de cancer colorectal (Norats et al, 2005).

76 Peu d’effet à attendre d'un changement de consommation de fruits et légumes (Boffetta et al. JNCI 2010) : Etude de européens suivis 9 ans en moyenne Consommation moyenne en France (femmes) : 400 g/jour En supposant que la consommation de fruits et légumes augmente de 150g/jour, on éviterait 2,6% et 2,3% des cancers chez les hommes et les femmes respectivement Alimentation (suite)

77 Pollution environnementale Expositions soupçonnées d'être cancérogènes : •Pollution de l'air extérieur •Produits dérivés de la chloration de l'eau •Habitation à proximité d'une source de pollution •Pesticides •Dioxines •Champs électromagnétiques

78 Méta-analyse cumulée des publications sur l’exposition au DDE (produit de dégradation du DDT) et risque de cancer du sein en fonction de l’année de publication du dernier article pris en compte. Source : Autier et al. Attributable causes of cancer in France. Lyon: IARC 2007, p.102.

79 Idées reçues sans aucun fondement Le stress augmente le risque de cancer : les études rigoureuses montrent qu’il n’y a aucun lien (mais le cancer est cause de stress +++) Manger bio réduit le risque de cancer La consommation de suppléments vitaminiques réduit le risque de cancer (cela pourrait augmenter le risque)

80 Conclusion La prévention du cancer est possible, à condition d’agir sur des causes importantes Prévenir le cancer en agissant sur des facteurs qui ont peu ou pas d’effet sur le risque brouille les messages et contribue donc indirectement à l’augmentation du risque

81 Jim Borgman, Cincinnati enquirer L’info médicale aléatoire du jour Source: New England Journal du charabia générateur d’angoisse Selon un article paru aujourd’hui JT peuvent causer


Télécharger ppt "Epidémiologie, prévention et dépistage DU de Carcinologie Clinique 16 novembre 2012 Catherine Hill Institut Gustave Roussy"

Présentations similaires


Annonces Google