La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE DEUIL, LES DIFFERENTES ETAPES ET ACTIONS INFIRMIERES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE DEUIL, LES DIFFERENTES ETAPES ET ACTIONS INFIRMIERES."— Transcription de la présentation:

1 LE DEUIL, LES DIFFERENTES ETAPES ET ACTIONS INFIRMIERES

2 POURQUOI ETUDIER LE DEUIL ? Le soignant y est associé lorsquil soigne des personnes en fin de vie Il peut être touché dans sa vie personnelle tout en poursuivant sa tâche de soignant Il a un rôle dans la prévention du deuil pathologique

3 PERTES et DEUILS perte de sens, perte des personnes aimées, pertes liées à limage de soi, à lestime de soi, pertes liées à notre développement, pertes dobjets extérieurs. Il y a deuil à chaque fois quil y a perte.

4 DEFINITIONS DU DEUIL Ensemble des comportements et des conduites sociales individuelles et collectives Le deuil est situation de perte Le deuil est douleur Travail psychique consécutif à lexpérience de la perte

5 LE PROCESSUS DU DEUIL HABITUEL Dun point de vue affectif : attachement arrachement détachement nouvel attachement Dun point de vue structurel : organisation désorganisation réorganisation Stabilité crise rétablissement

6 FACTEURS EN JEU DANS LE DEUIL Nature de la relation Personnalité Contexte socio culturel Circonstances du décès

7 LES ETAPES DU DEUIL 1- Létat de choc : sidération, refus de la perte laisser-aller émotionnel, recherche du disparu 2- Létat dépressif 3- Le rétablissement

8 LETAT DE CHOC : 1 er temps Choc + ou – intense (relation à lêtre disparu / circonstances du décès) Importance de la confrontation à la réalité de la mort Refus dadmettre la réalité et parfois crie Etat de choc physique / Réveil daffections corporelles chroniques / Maladie Refus de tout ce qui pourrait éloigner du deuil

9 REACTION DES SOIGNANTS Etre calme : Si possible dans une pièce calme, la famille doit pouvoir pleurer sans se donner en spectacle. Répondre aux questions : La précision sur les circonstances du décès est importante pour faire comprendre toute la réalité. Accompagner la famille pour voir le corps, toucher et faire toucher le corps (affirme la réalité de la mort).

10 LETAT DE CHOC : 2 ème temps Temps nécessaire et indispensable Place essentielle de lentourage Temps de la colère éprouvée vis-à-vis du défunt (reproche dabandon) Prise de conscience et acceptation, en partie, de la réalité de la perte et lintensité de la douleur

11 TEMPS DES RITES rites funéraires immédiats (toilette du mort, veillée funèbre), office religieux, période de condoléances, repas familial Rites funéraires destinés à honorer les morts, consacrer la séparation avec les vivants et apaiser ceux qui restent

12 LETAT DEPRESSIF Véritable état dépressif sur plan clinique et psychologique Détachement progressif de lobjet aimé / Remémoration des souvenirs et espoirs Relation ambivalente à lobjet perdu Refus dinvestir dautres objets Rêves de rencontre, de restauration, dacquisition / réinvestissement de nouvelles relations, nouveaux objets

13 ATTITUDE SOIGNANTE Veiller au sommeil, à lappétit (médicaments en général peu utiles). Ecoute attentive sans proposer de « solutions » : par définition on ne « connaît » pas le deuil de lautre, lendeuillé ne veut pas être consolé, car il est inconsolable. Attitude empathique simple et réservée. Le bon effet cicatrisant du temps est intolérable à lendeuillé.

14 LE RETABLISSEMENT Retour vers le monde extérieur, vers de nouveaux objets Capacité de ressentir et dexprimer des désirs Besoin de changer de cadre de vie et davoir de nouvelles relations sociales Disparition de létat dépressif, atténuation de la douleur

15 LE RETABLISSEMENT (suite) Le travail de détachement se continue Traces de cette blessure même si le travail de deuil se termine Chaque personne humaine sort transformée après un deuil

16 LES VOIES DACCES AU DEUIL Le prédeuil : A lieu avant le deuil réel Travail de préparation à la séparation Intégration progressive des pertes liées à la maladie Mise en place de renoncements La mort est envisagée dans un avenir proche Le malade est considéré comme vivant

17 LES VOIES DACCES AU DEUIL (suite) Le deuil anticipé : Désinvestissement prématuré du patient, considéré comme déjà mort Mécanisme de défense Circonstances favorisantes : état déficitaire, maladie invalidante, rupture de communication Expose aux deuils pathologiques

18 SUIVI DE DEUIL : QUEL SOUTIEN ? Annoncer la vérité sans délai et sans travestissement, surtout aux enfants et aux personnes âgées, souvent tenus à lécart Ne pas assigner au deuil un statut de maladie. Ne pas gommer toutes les manifestations Proposer de laide aux adultes, en apporter systématiquement aux enfants Ecouter sans juger, sans vouloir consoler

19 SUIVI DE DEUIL,QUEL SOUTIEN (suite) - Ne pas réduire trop tôt les endeuillés à la parole mais les y conduire (temps pour parler) - Conseiller, indiquer des lectures, des pistes - Orienter vers un spécialiste si nécessaire - Les médicaments (non systématiques) risquent danesthésier les émotions. Laffliction et la tristesse sont des réactions normales.

20 LES DEUILS COMPLIQUES Sécartent sensiblement de la normale Persistance après 6 mois de certains signes : Refus daccepter la mort Recherche active du disparu Se languir, désirer ardemment lautre Préoccupations constantes au sujet du disparu Incapacité à croire vraiment à la disparition Sentiments dêtre toujours frappé de stupeur Pleurs incoercibles

21 LES DEUILS COMPLIQUES (suite) 1- Les deuils différés : Aucune réaction tangible Réalisation de la perte mais la mort reste irréelle crypte où survit le mort La personne refuse toute aide Connotation de pathologie seulement quand la crypte entrave la poursuite dun destin propre

22 LES DEUILS COMPLIQUES (suite) 2- Les deuils inhibés : La personne met un couvercle dessus Dépression masquée avec signes somatiques 3- Les deuils chroniques : Prolongation exagérée Relation de dépendance importante avec le défunt Bénéfices secondaires

23 LA DEPRESSION MAJEURE REACTIONNELLE Insomnie, apathie, anxiété ++, idéation suicidaire, culpabilité, hostilité, retrait, atteinte de lestime de soi… antidépresseurs + psychothérapie Durée : plusieurs années Travail de deuil à faire une fois la dépression éradiquée

24 LES DEUILS PATHOLOGIQUES 1/ Les deuils psychiatriques Deuils névrotiques Deuils psychotiques 2/ Les somatisations du deuil

25 LES DEUILS NEVROTIQUES Deuil obsessionnel : - La personne garde tout en elle - Reproches vis-à-vis delle-même et des autres - Dépression - Vie intérieure bloquée, seul souvenir : la mort - État dinhibition Deuil hystérique : - Apparence de normalité au début : cache un déni qui dure anormalement, puis extériorisation de la souffrance - Installation progressive de la dépression, chronicisation, comportements dautodestruction - Refus de quitter le défunt - Identification au disparu TS, conversions hystériques

26 LES DEUILS PSYCHOTIQUES 1. Deuil maniaque : Processus défensif bref (dénégation de la mort, surexcitation psychique, euphorie, versatilité de lhumeur) Accès mélancolique, risque de suicide hospitalisation et protection juridique

27 LES DEUILS PSYCHOTIQUES (suite) 2. Le deuil mélancolique : dépression + culpabilité démesurée baisse de lestime de soi risque de suicide majeur. Attachement fusionnel : pas de distance avec lêtre aimé. 3. Le deuil délirant : Trait de personnalité existant avant. Liens très investis. Dénégation : pour le survivant, le défunt est toujours en vie.

28 LES SOMATISATIONS DU DEUIL Deuil = circonstance déclenchant la pathologie somatique non manifestée jusqualors : - Pathologie cardio-vasculaire - Troubles digestifs : ulcères… - Crises dasthme, - Affaiblissement immunitaire.

29 ELEMENTS FAVORISANT LE DEUIL PATHOLOGIQUE Mauvais soutien social, ATCD psychiatriques (dépression), Mort inattendue, Pertes nombreuses ou autres stress, Dépendance psychologique importante, Mort dun enfant.

30 LE DEUIL DE LENFANT Lenfant appréhende la mort à 5 ans En a une définition assez précise à 9 ans La notion dirréversibilité est plus tardive Chez le tout petit, le deuil peut entraîner une régression Chez lenfant plus grand, le deuil est proche de celui de ladulte

31 LE DEUIL DE LENFANT ATTITUDES DU SOIGNANT Ne pas se substituer à la famille Déculpabiliser lenfant : il nest pas responsable de la mort Dire quon va soccuper de lui, quon continuera à aimer le disparu dans notre cœur et que jamais on ne loubliera Parler du chagrin, reparler du disparu Savoir la vérité, lui dire que ni lui ni ceux qui restent ne sont pas en danger de mort.

32 LE DEUIL DES SOIGNANTS Facteurs de risque Intimité et longueur des soins Jeunesse des patients (identification) Sentiment dauto-reproche Fatigue Répétition des deuils Problèmes au travail Problèmes personnels = « burn out »

33 ROLE INFIRMIER auprès de la FAMILLE de la personne en fin de vie Histoire de la maladie, vécu du malade mieux comprendre les proches But : aider les familles à gérer leurs sentiments à prendre leurs propres décisions Le rôle de la famille est essentiel et demeure un soutien primordial pour la personne en fin de vie

34 ROLE INFIRMIER auprès de la FAMILLE de la personne en fin de vie (suite) Lobservation et lécoute : perception que les membres ont deux-mêmes et de la situation comprendre les difficultés, aider à réajuster les attitudes Linformation : évolution de la maladie, soins, traitements = repères essentiels pour lentourage. Un interlocuteur privilégié dans lentourage. Apaiser les tensions. Renforcer les liens existants.

35 ROLE INFIRMIER auprès de la FAMILLE de la personne en fin de vie (suite) - Soutien, aide et encouragement à trouver une relation adaptée. Participation aux soins : aide à la mobilisation, à la prise des repas, soins du visage… - Dans les derniers instants, la présence de linfirmière peut être rassurante pour certains, pour dautres, sa discrétion sera appréciée.

36 ROLE INFIRMIER auprès des PERSONNES ENDEUILLEES Avant le décès : aborder léventualité de la mort et les questions matérielles. Les préparer afin danticiper leur réaction. Leur proposer de rester la nuit.. Au moment du décès : il arrive que le patient décède sans que les proches soient présents (regrets). Expliquer que cétait peut-être mieux ainsi pour lui, que le lien était trop fort.

37 ROLE INFIRMIER auprès des PERSONNES ENDEUILLEES (suite) Après de décès : - Rencontre possible avec un membre de léquipe soignante (USP, oncologie, USLD) - Rencontres avec dautres familles endeuillées - Suivi de deuil avec un psychologue Aider lautre à identifier sa propre souffrance Evaluer la qualité du travail psychique, la capacité à réinvestir une vie affective et sociale.

38 CONCLUSION Le deuil est une étape indispensable qui demande parfois à être accompagnée comme toutes les étapes douloureuses mais dynamiques de la vie humaine.


Télécharger ppt "LE DEUIL, LES DIFFERENTES ETAPES ET ACTIONS INFIRMIERES."

Présentations similaires


Annonces Google