La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Théories de lapprentissage et de la motivation Licence STAPS – 2° année Fabienne dArripe-Longueville UFR STAPS – Université de Nice-Sophia Antipolis.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Théories de lapprentissage et de la motivation Licence STAPS – 2° année Fabienne dArripe-Longueville UFR STAPS – Université de Nice-Sophia Antipolis."— Transcription de la présentation:

1 Théories de lapprentissage et de la motivation Licence STAPS – 2° année Fabienne dArripe-Longueville UFR STAPS – Université de Nice-Sophia Antipolis

2 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Chap. 3. Loptimisation de lapprentissage _ 3.1 La répétition _ 3.2 La difficulté des tâches _ 3.3 La démonstration _ 3.4 La variabilité de la pratique _ 3.5 Pratique massée vs. distribuée _ 3.6 Les feedbacks _ 3.7 La motivation

3 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Bibliographie Cury, F., & Sarrazin, P. (Eds.) (2001). Théories de la motivation et pratiques sportives. Etat des recherches. Paris : PUF. Gernigon, C. (1998). Motivation et préparation à la performance sportive. In P. Fleurance (Ed.). Entraînement mental et sport de haute performance (pp ). Paris : INSEP Publications.

4 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – La motivation comme condition doptimisation de lapprentissage Quest-ce que la motivation ? Motivation et contexte daccomplissement Les facteurs responsables de la motivation – Le sentiment de contrôle – Le sentiment de compétence Stratégies de promotion de la motivation daccomplissement

5 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – I. Quest-ce que la motivation ?

6 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Quest-ce que la motivation ? (1) Définition courante dans le contexte scolaire – La notion de motivation est liée aux notions découte, deffort ou denvie, dintérêt et de plaisir – Du latin « movere » qui met en mouvement – Ce qui motive les élèves : motifs (Nuttin, 1980) ou buts motivationnels (Nicholls, 1984).

7 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Quest-ce que la motivation ? (2) Définition scientifique – Processus continu qui « régule le fonctionnement de lindividu en interaction avec son milieu » (Nuttin, 1985) – Aspect dynamique et directionnel du comportement (Nuttin, 1985) – Construit décrivant les forces internes et/ou externes produisant le déclenchement, la direction, lintensité et la persistance du comportement (Vallerand & Thill, 1993)

8 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Quest-ce que la motivation ? (3) Caractéristiques comportementales de la motivation – Déclenchement du comportement : la motivation dynamise le comportement – Direction du comportement : la motivation fait en sorte que notre comportement soit en harmonie avec nos besoins ou nos buts – Intensité du comportement : quantité de ressources énergétiques et cognitives (i.e., effort et engagement cognitif) – Persistance du comportement : quantité de ressources temporelles investie --> motivation continuée

9 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Quest-ce que la motivation ? (4) Origine de la motivation – Les modèles contemporains de la motivation situent son origine à la fois dans lindividu et dans lenvironnement – > Perspectives interactionnistes

10 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Linteraction individu – environnement (Gernigon, 2000) Genre Orientations motivationnelles Attitudes Culture Type sexuel des activités Agents socialisants Climat motivationnel Type de but impliqué (tâche vs ego) Motivation intrinsèque-extrinsèque Emotions (positives vs négatives) Type de tâche choisi (facile vs moyenne vs difficile) Evitement vs engagement Effort (élevé vs faible) Persistance vs abandon Socialisation Implication CaractéristiquesindividuellesCaractéristiquesindividuelles MotivationMotivation CaractéristiquescontextuellesCaractéristiquescontextuelles

11 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Registres motivationnels impliqués dans la pratique sportive Recherche de sensation hédonique Besoin daffiliation Motivation daccomplissement

12 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – II. Motivation et contexte daccomplissement

13 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Motivation daccomplissement (Atkinson, 1957) La motivation daccomplissement se caractérise par les comportements que les personnes manifestent lorsquelles sappliquent à bien réaliser une tâche, à rechercher des normes dexigence ou de performance, à se fixer des buts élevés

14 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Contexte daccomplissement (Heckhausen, 1974) Tâches à réaliser finalisées par un but identifiable Estimation de la quantité deffort nécessaire pour être performant et de la difficulté de la tâche Quantité deffort consentie et estimation de la difficulté répondant à des standards dexcellence (personnels ou sociaux). Echec ou succès des comportements manifestés par les individus Performances réalisées résultant principalement des propres actions de lindividu

15 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Caractéristiques dun comportement motivé pour lapprentissage Variables motivationnelles Comportements adaptatifs Comportements non- adaptatifs Choix dun niveau de difficulté Tâches de défi personnel Tâches trop faciles ou difficiles EffortImportantFaible Engagement cognitifUtilisation de stratégies dapprentissage et dautorégulation Absence dutilisation de stratégies dapprentissage et dautorégulation PersévéranceAcharnement face aux obstables Fuite devant la difficulté, pitreries, cessation rapide Motivation continuéeAppétence, poursuite de la pratique Abandon voire rejet de la pratique

16 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Un modèle de la motivation en contexte scolaire (Viau, 1997) – 1 - Contexte - de lenseignant - des pairs - de la famille - de linstitution Perceptions de lélève - / valeur de la tâche - / Soi (attentes de succès, confiance en soi, habileté perçue..) Choix - dune difficulté - dune quantité deffort - dun niveau dengagement cognitif - dune quantité de temps Performance et apprentissage

17 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Un modèle de la motivation en contexte scolaire (Viau, 1997) – 2 - Motivation en contexte scolaire : – Etat dynamique qui puise ses origines dans les perceptions quun élève a de lui- même et du contexte dans lequel il se trouve, et qui lincite à choisir une activité (ou une tâche) et à investir une quantité suffisante de ressources énergétiques, cognitives et temporelles, dans le but daméliorer ses connaissances et ses habiletés (daprès Viau, 1997).

18 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – III. Facteurs responsables de la motivation - Le sentiment de contrôle - Le sentiment de compétence

19 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Le sentiment de contrôle (1) Théorie de la résignation apprise (Seligman, 1975) – Envisage la perception de contrôle que lon peut exercer sur les événements Théorie de lévaluation cognitive (Deci & Ryan, 1980, 1985) – Sintéresse à la perception de contrôle de son comportement

20 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Perceptions de contrôle sur la causalité des événements (1) La causalité des événements peut être attribuée à des facteurs personnels ou impersonnels (Heider, 1958) Certains individus ont tendance à se persuader quils sont à lorigine des événements positifs : illusion de contrôle (Langer, 1975) Perception dindépendance entre comportement et résultats réels ou espérés : résignation apprise (Seligman, 1975)

21 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Perceptions de contrôle sur la causalité des événements (2) Attributions causales : représentations construites a posteriori sur la nature causale des événements (Heider, 1958). Locus de causalité : dimension attributionnelle interne (attributions à des facteurs personnels) ou externe (attributions à des facteurs situationnels) = siège de la cause (Weiner, 1985, 1986).

22 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Perceptions de contrôle sur la causalité des événements (3) Stabilité : régularité temporelle des causes de succès ou déchec invoquées. Lattribution dun échec à des causes stables => désespoir. Globalité : caractère global ou spécifique des attributions causales

23 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Perceptions de contrôle sur la causalité des événements (4) Styles attributionnels : tendances relativement permanentes chez un individu à faire un type dAC Personnes faisant des AC instables et spécifiques savèrent plus optimistes que celles faisant des AC stables et globales Les déficits cognitifs, motivationnels, émotionnels sont dautant plus profonds que les causes dun échec apparaissent internes, stables et globales.

24 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Perceptions de contrôle de son comportement et autodétermination (1) Conception mettant laccent sur le besoin dautodétermination (i.e., se percevoir comme étant la source de contrôle de ses comportements) initiée par de Charms (1968) Théories plus récentes de la motivation intrinsèque et de lévaluation cognitive de Deci et ses collaborateurs (1975, 2001).

25 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Perceptions de contrôle de son comportement et autodétermination (2) Motivation intrinsèque : engagement et persistance libre dans une activité pour le seul plaisir quelle procure Motivation extrinsèque : engagement et persistance dans une activité en réponse à des incitations externes surajoutées au motif intrinsèque dune tâche (e.g., obtenir une récompense).

26 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Perceptions de contrôle de son comportement et autodétermination (3) Phénomène de surjustification avec risque de réduction dactivité voire dabandon quand suppression du but substitué MAIS une récompense externe ne diminue pas toujours la MI (e.g., situations peu attrayantes)

27 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Continuum dautodétermination (Brière et al., 1995 ; Deci & Ryan, 1985) Motivation intrinsèque Régulation intégrée Régulation identifiée Régulation introjectée Régulation externe Amotivation

28 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Amotivation Absence relative de motivation – Manque de contingence actions-résultats – Aucune raison de poursuivre la pratique Perception dun manque de contrôle sur les forces environnementales (cf. résignation)

29 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Régulation externe Le comportement est contrôlé par des récompenses ou des menaces Ex : aller en EPS pour éviter dêtre puni Probabilité daliénation Stratégies de motivation fragiles à long terme

30 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Régulation introjectée Locus perçu de causalité moins extrinsèque que la régulation externe Lindividu internalise les raisons de faire le comportement Lindividu agit pour éviter des sentiments négatifs (e.g., culpabilité) ou pour chercher lapprobation des autres « Il faut que … sinon » « Je dois… »

31 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Régulation identifiée Toujours une forme externe de régulation comportementale Laction est motivée par une appréciation des conséquences de la participation comme la prévention des maladies ou lamélioration de la forme physique (PP dentretien) Seuil de lautonomie : « je veux … »

32 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Régulation intégrée La forme la plus autodéterminée de régulation comportementale extrinsèque PP en raison de son utilité ou de son importance pou ses buts personnels Locus interne de causalité perçue

33 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Le sentiment de compétence Sens restreint : confiance dans le mouvement => expectation defficacité personnelle (Bandura, 1977, 1997) : probabilité subjective de posséder les capacités nécessaires pour atteindre un résultat // habileté perçue Sens large : compétence perçue à légard des APS, des activités scolaires, des relations sociales etc. => estime de soi (i.e., valeur générale quun individu attribue à sa personne)

34 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Représentation de la compétence et buts daccomplissement (1) Deux manières de se représenter la compétence (Nicholls, 1984) : – auto-référencée : comparaison se référant à des standards internes (e.g., progrès personnels) => buts de maîtrise, buts dapprentissage, buts dimplication vers la tâche – socialement référencée : comparaison se référant à des standards externes (e.g., battre lautre) => buts de performance, buts de comparaison sociale, buts dimplication de lego

35 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Représentation de la compétence et buts daccomplissement (2) Les buts daccomplissement interagissent avec lhabileté perçue Pour déterminer des comportements « adaptatifs » ou « mal-adaptatifs »

36 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Théorie des buts daccomplissement (Nicholls, 1984, 1989) Auto - référencée référencée Normativement référencée Représentation de lhabileté Représentation - Recherche de challenges - Effort intense - Effort prolongé librement consenti - Persistance malgré obstacles Buts orientés vers la tâche Buts orientés vers lego Confiance Doute Réussir la tâche, progresser - Recherche de challenges - Effort intense - Effort prolongé librement consenti - Persistance malgré obstacles - Recherche de challenges - Effort intense - Effort prolongé librement consenti - Persistance malgré obstacles Réussir la tâche, progresser Se montrer meilleur que les autres Fuir les jugements défavorables, éviter de paraître ridicule - Fuite des challenges - Recherche difficulté extrême min. ou max. - Absence ostentatoire deffort = Patrons daccomplissement adaptatifs (Dweck, 1986) = Patrons daccomplissement maladaptatifs (Dweck, 1986) = Patrons daccomplissement adaptatifs (Dweck, 1986) = Patrons daccomplissement adaptatifs (Dweck, 1986)

37 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Caractère orthogonal et non antinomique des buts daccomplissement La poursuite de buts de compétition nest forcément préjudiciable à la motivation du sportif sil poursuit parallèlement des buts de maîtrise La compétition peut générer des buts de maîtrise et labsence de compétition pourrait parfois savérer préjudiciable à la poursuite de buts de maîtrise (Gernigon & Lebars, 2000)

38 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Détermination des orientations motivationnelles Facteurs développementaux – ans représentation plus objective de sa compétence Facteurs différentiels – Différences garçons - filles Facteurs culturels – Anglosaxons plus vers lego que Navajos Facteurs contextuels – Climat motivationnel familial – Climat motivationnel dentraînement

39 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – IV. Stratégies de promotion de la motivation daccomplissement - La détermination des objectifs - Lanalyse de la prestation passée - Développement et entretien dun climat motivationnel (Cf. TD)

40 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – La détermination des objectifs

41 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Les différents types de buts Buts de résultat (sollicitant la comparaison avec les autres) – classement, qualification, etc. Buts de performance (auto-référencés, indépendants des résultats des autres personnes ) – performance chronométrique, temps intermédiaire, etc. Buts centrés sur le processus – maîtrise technique, tactique, stratégies de préparation, etc

42 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Guide de détermination des objectifs (1) Fixer des buts spécifiques Fixer des buts difficiles mais réalistes Fixer des buts à long et à court terme Fixer des buts de maîtrise Ecrire ses propres buts Mettre en place des stratégies datteinte des buts

43 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Guide de détermination des objectifs (2) Prendre en considération la personnalité de lélève / du sportif Favoriser lengagement personnel de lélève / du sportif vers les buts visés Soutenir lélève, le sportif dans ses efforts pour atteindre ses buts Evaluer les progrès dans la réalisation des buts

44 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Lanalyse de la prestation passée - préserver le sentiment de contrôle - préserver le sentiment de compétence

45 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Préserver le sentiment de contrôle des événements Pas d'analyse "à chaud" (l'impact émotionnel immédiat dégrade l'objectivité de l'analyse causale) Attribution à des causes contrôlables Mettre l'accent sur l'aspect circonstanciel et labile du résultat quel qu'il soit. Insister sur la nécessité d'engager ou de poursuivre les efforts dans une direction particulière.

46 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Préserver le sentiment de compétence Organisation temporelle du "debriefing" (Thill, 1989) – Recenser les points positifs (même si peu nombreux). – Analyser la cause des aspects négatifs. – Avancer une perspective positive subordonnée aux efforts à fournir.

47 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Développement et entretien dun climat motivationnel

48 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Définition du climat motivationnel (daprès Ames, 1992) Structure des situations daccomplissement supposées influencer ladoption de buts daccomplissement particuliers et les patrons motivationnels qui en résultent

49 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Différents types de climat (Ames, 1992) Orienté sur la tâche (de maîtrise) – Valorisation de la participation, de lapprentissage et de la poursuite de buts auto- référencés Orientés vers la comparaison sociale (de compétition) – Valorisation de la compétition interpersonnelle, de lévaluation publique et des feedbacks normatifs

50 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Perceptions du climat motivationnel La perception d'un climat motivationnel impliquant sur la tâche est apparue positivement reliée à : l'orientation vers la tâche ; la motivation intrinsèque ; l'autodétermination ; le sentiment de compétence ; la perception de progrès ; l'investissement perçu en termes d'effort ; la croyance que le succès en sport est dû aux efforts ; la sportivité ; le plaisir, la satisfaction d'appartenir à une équipe etc.

51 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Perceptions du climat motivationnel La perception d'un climat motivationnel impliquant sur l'ego est apparue positivement reliée à : l'orientation vers l'ego ; la croyance que le succès en sport est dû aux aptitudes ; la tendance à utiliser des stratégies d'auto-handicap ; la tension, la pression, le stress ; l'attribution du succès des adversaires à leur ruse ou à leur tricherie ; l'abandon de la pratique.

52 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Variables de contexte contribuant à instaurer un certain climat (Ames, 1992) Tâches Autorité Reconnaissance Groupements Evaluation Temps

53 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Tâches Variées Individualisées Sollicitant enjeux personnels (challenges) Impliquant lélève / le sportif Buts réalistes et réalisables à court terme

54 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Autorité Participation de lélève / du sportif aux décisions Participation de lélève / du sportif à des tâches à responsabilité Favoriser l'autonomie

55 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Reconnaissance Valoriser les qualités personnelles de chacun. Valoriser les progrès individuels. Assurer une équité dans l'intérêt manifesté et les gratifications.

56 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Groupements Formes variées et flexibles Ne pas hésiter à utiliser la diversité des compétences (hétérogénéité).

57 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Evaluation Individualisée et signifiante pour chacun Critères de progrès personnels Souligner les critères de maîtrise à côté des critères de résultat. Favoriser l'auto-évaluation.

58 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – Temps Donner le temps suffisant pour s'améliorer. Délais à fixer en concertation avec lélève / le sportif.

59 Fabienne dArripe-Longueville – UFR STAPS de Nice – En résumé La motivation résulte dune interaction entre lindividu et son environnement Dans le contexte scolaire et celui de lentraînement, on cherche à développer la motivation daccomplissement Sentiment de contrôle (e.g., auto-détermination) et sentiment de compétence sont les principaux facteurs responsables de la motivation La fixation de buts, lanalyse des prestations passées et la création dun climat motivationnel de maîtrise créent des conditions favorables à la motivation.


Télécharger ppt "Théories de lapprentissage et de la motivation Licence STAPS – 2° année Fabienne dArripe-Longueville UFR STAPS – Université de Nice-Sophia Antipolis."

Présentations similaires


Annonces Google