La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Valentine Roux, CNRS, Nanterre Besoins documentaires et éditions électroniques : la ré-écriture logiciste et le projet Arkeotek.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Valentine Roux, CNRS, Nanterre Besoins documentaires et éditions électroniques : la ré-écriture logiciste et le projet Arkeotek."— Transcription de la présentation:

1 Valentine Roux, CNRS, Nanterre Besoins documentaires et éditions électroniques : la ré-écriture logiciste et le projet Arkeotek

2 Accéder à l’information -Lecture « informationnelle » -Lecture « critique » (lecture du raisonnement permettant de passer des données à une hypothèse finale) Lire l’information -Accéder à des articles, à des bases de données -Rechercher des articles sur un sujet donné BESOINS ET PRATIQUES DES CHERCHEURS Sélectionner l’information -Lecture « critique »

3  Problème de la surproduction scientifique Un problème biodémographique « Il faut tout d’abord souligner que les chercheurs n’ont pas attendu l’arrivée des réseaux de communication pour être submergés par un flot de publications dépassant leurs capacités d’assimilation. En se limitant aux articles publiés dans les journaux scientifiques, il est depuis longtemps impossible d’assimiler toute l’information disponible dans son propre domaine de recherche ». Pierre Joliot, 2001, Chaire de bio-énergétique cellulaire. Appel d’offres cognitique, 2003 « Ecrit, Nouvelles technologies, communication et cognition », Question: « La quantité d’information disponible sous forme écrite augmente d’une manière exponentielle. Comment gérer la charge cognitive qui en résulte, aussi bien en lecture qu’en production ? ». Les publications scientifiques

4 « La publication archéologique est rarement lue, presque toujours consultée; voilà une constatation qui devrait éviter bien des erreurs à l’archéologue s’il écrivait en pensant à son lecteur et non à lui-même. » Michel Gras, 1983, Archéologue. « Professional historians publish works that no sane person would attempt to read from beginning to end ; works that are designed explicitely for reference rather than for reading. » Richard Evans 1997, Historien. Situation encore plus « criante » avec le numérique: 79% des lecteurs survolent les documents numériques, mais ne les lisent pas  Problème de la surproduction scientifique Corollaire à la surproduction scientifique: nous ne lisons pas, nous consultons – Décalage entre mode d’écriture et mode de lecture

5  Problème de la surproduction scientifique Corollaire à la surproduction et à la consultation scientifique - des publications contradictoires qui passent inaperçues - des publications dispersées qui passent inaperçue - un faible cumul des connaissances en SHS

6 Quels outils pour aider les chercheurs à lire les publications scientifiques? (lecture rapide, appareil critique) Le condensé logiciste Les publications scientifiques

7 Le programme logiciste Propositions initiales (Données d’observation, comparées, de référence) Propositions intermédiaires (Opérations logico-discursives) Propositions finales (Conclusions) L’ANALYSE LOGICISTE consiste à distinguer l’ensemble des données de base (archéologiques et autres) et la suite des inférences effectuées pour fonder, sur ces données, l’hypothèse finale

8 P0/1P0/2P0/3P0/4P0/5P0/6P0/7 P1/1P1/2 P2/2P2/1 P3/1 La ré-écriture logiciste Condensation de nos textes: on en réduit le volume, à substance égale, afin d’accroître nos capacités de consommation Données d’observation Données comparées Données de référence

9

10 Le schéma logiciste Lecture rapide d’une construction et de son bien- fondé Distinction entre bases de faits et bases de règles: Organisation raisonnée des bases de données constitution de bases de connaissances

11 Le projet Arkeotek: Edition en ligne d’articles ré-écrits selon les principes du logicisme

12 Condensés logicistes Contexte Domaine traité Raisonnements et interprétations Discussion Schéma logiciste Règles d’inférence

13 DES CORPUS LOGICISTES (des bases de connaissances)  Deux catégories de requêtes interprétatives : 1) Que peut-on dire d’un objet ayant « n » attribut ? 2) Comment savoir qu’un objet a une signification « i »? Pourquoi un objet a une signification « i »?  Confrontations des règles, test de validité des règles, complétion des règles

14 Des « objets à la fois scientifiques et documentaires »: - répondent aux besoins de lecture des chercheurs - susceptibles d’être source de dynamique de recherche - participent directement au cumul des connaissances en SHS Les écrits logicistes


Télécharger ppt "Valentine Roux, CNRS, Nanterre Besoins documentaires et éditions électroniques : la ré-écriture logiciste et le projet Arkeotek."

Présentations similaires


Annonces Google