La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Processus de la pensée critique en éthique chez des élèves de 14-15 ans au travers du débat philosophique. Recherche collaborative : Samuel Heinzen, prof.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Processus de la pensée critique en éthique chez des élèves de 14-15 ans au travers du débat philosophique. Recherche collaborative : Samuel Heinzen, prof."— Transcription de la présentation:

1 Processus de la pensée critique en éthique chez des élèves de ans au travers du débat philosophique. Recherche collaborative : Samuel Heinzen, prof. HEP et Tatjana Erard, enseignante secondaire 1

2 Problématique : La pensée critique, au sens principalement lipmanien d’autocorrection, se situe au travers du débat collectif entre une dynamique shustermanienne d’immédiateté compréhensive du locuteur singulier et une dynamique brandomienne de médiateté collective de la norme sociale. Elle nécessite donc un passage obligé entre un usage et l’évaluation de cet usage. La résolution de cette tension implique une compréhension de l’activité philosophique comme intégrée au sein d’une double strate langagière l’une composée d’un réseau d’usages normés et l’autre d’une matrice de métaphores innovantes, dont la force d’abstraction apporte de nouvelles possibilités d’usages complexes. Hypothèse : Engagé dans un polylogue philosophique, de surcroît dans un cour d’éthique, les composantes normatives et compréhensives des discours sont amenées à s’organiser dans une configuration ou reconfiguration plus explicite. Pour parvenir à saisir au mieux ces configurations, une analyse qualitative croisée tel que la grille Daniel, Marie-France & Gagnon, Mathieu (2011) Developmental Process of Dialogical Critical Thinking in Groups of Pupils Aged 4 to 12 Years, in Creative Education, Vol.2, No.5, , combinée avec une formalisation des processus d’abstraction catégorielle, devrait aboutir à la constitution d’un pronostic pédagogique clarifié.

3 Paradigmatique terminologique initiale Les catégories sont signifiables par leur(s) terme(s). Les catégories sont un mode de classification par qualification. Il faut au moins un qualificatif pour constituer une catégorie. Un concept est au minimum un lien de catégories.

4 Liens catégoriels de base A CB A et B et C ni A ni B ni C (A et B) ou (A et C) ou (B et C) A ou B ou C

5 Classification catégorielle «classique» Différences spécifiques Différences génériques Ressemblance générique AABABDABEACACF

6 Classification catégorielle «classique» problématique Différences spécifiques Différences génériques Ressemblance générique AABABDABEACACD

7 Emergence d’une question de classification ABD et ACD ont A en commun ABD et ACD ont D également en commun B est différent de C – Comment classer ABD et ACD en commun de D tout en conservant B différent de C ?

8 1 er essai : remonter D d’un niveau AADABDACDAEABE Mais le commun B de ABD et ABE n’apparait plus.

9 2 ème essai : remonter D de 2 niveaux DDCACDDBABD Mais la classification devient incomplète (ABE n’est plus classable) ou incomplète et redondante (ABE n’est plus classable et ABD devrait occuper deux positions) DDAACDDB

10 3 ème essai : complexifier les liens Différences spécifiques Différences génériques Ressemblance générique AABABDABEACACD D E Ressemblance générique CB

11 Principes inhérents La classification catégorielle dont les contenus spécifiques ont plus d’une ressemblance générique implique nécessairement une complexité. Les liens constitués par cette complexité sont les composantes de concepts intégrant cette complexité dans leur définition. La génération de tels concepts est nécessaire au fonctionnement de la complexité. Le concept complexe est donc un facilitateur.

12 Emergence d’une question philosophique Comment organiser la complexité ? – Quel(s) terme(s) définir ? – Comment les combiner ? Pour parvenir à dire …

13 Sachant que … Les catégories conceptuelles peuvent cumuler nombre de qualificatifs, selon la complexité de leur définition. Ces qualificatifs peuvent être diversement combinés ou incompatibles. Les définitions utilisées impliquent elles-mêmes des liens de combinaisons, imposent des incompatibilités et convoquent d’autres définitions appelant à leur tour de mêmes implications.

14 Une formalisation de classification Une classification stable complète (A et B), soit l’identification d’un terme dans une catégorie comme partie incluse à un tout (P I T) Une classification stable partielle [(A et B) ou (A et C)], soit la relation d’un terme à une catégorie comme une partie liée mais non incluse à un tout (P R T) Une classification instable, soit un processus amenant un terme identifié à entrer en relation pour aboutir à une nouvelle identification. P I T R Heinzen S., Ducotterd J., Hess A.-C. (2009). Méthode d'analyse interlocutoire de la progression de la pensée conceptuelle en philosophie pour enfants. Childood and philosophy, vol 5 (9).

15 Les indicateurs formels d’un problème philosophique 1. PRT OU PRT 0 2. PRT OU PITPRT 3. PIT OU PIT PIT 4. PRT et PRTPRTn+1 5. PRT et PITPRTn+1 6. PIT et PITPITn+1

16 Les indicateurs formels d’une solution philosophique 7. PIT PRT (T OU T) PRTn+1 (idem 4. et 5.) 8. PRT PIT (Tn+1 OU Tn+1) T3(T2 ET T2) PITn+2

17 Perspectives Intégrer le réseautage formel dans une lecture de design argumentatif croisé Appliqué le processus à un algorithme évolutif de type expansion continue d’optimisation (premier essai prévu en septembre 2014) Calculer le poids synaptique (neurone virtuel) pour estimer la faisabilité en termes de capacité cérébrale.


Télécharger ppt "Processus de la pensée critique en éthique chez des élèves de 14-15 ans au travers du débat philosophique. Recherche collaborative : Samuel Heinzen, prof."

Présentations similaires


Annonces Google