La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

NEMATODOSES INTESTINALES DU CHIEN ET DU CHAT octobre 2007 Ascaridoses Trichurose Strongyloses digestives Spiruroses digestives.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "NEMATODOSES INTESTINALES DU CHIEN ET DU CHAT octobre 2007 Ascaridoses Trichurose Strongyloses digestives Spiruroses digestives."— Transcription de la présentation:

1 NEMATODOSES INTESTINALES DU CHIEN ET DU CHAT octobre 2007 Ascaridoses Trichurose Strongyloses digestives Spiruroses digestives

2 Ascaridoses Toxocara canis : chien Toxocara cati : chat Toxascaris leonina : chien, chat

3 Toxocara canis Parasitose très fréquente du chien (jeunes +++) Nématode blanc –mâle : 10 cm –femelle : 15 à 18 cm Vit dans l’intestin grêle, chymivore

4 Toxocara canis : cycle (1) Très complexe Oeufs (très résistants) rejetés dans le milieu extérieur Deviennent infectants en 15 à 20 jours (L2)

5 Toxocara canis : cycle (2) Infestation d’un jeune chien : migration entéro pneumo trachéo entérale Infestation d’un chien adulte : migration entéro pneumo somatique

6 Cycle entero-pneumo-tracheo-entéral (jeune chien +++) Idem cycle Ascaris de l ’homme L2  foie  cœur D  poumon (L3)  trachée  estomac (L4)  intestin (adulte)

7 Cycle entero-pneumo-somatique (chien adulte) L2  cœur D  poumon  cœur G  organisme = s ’enkystes en état d ’hypobiose mâle : restent vivantes 1 an femelles : à chaque chaleur : nouvelle migration intestin (adultes) trans placentaire (fœtus) mamelles lait jeunes

8 Toxocara canis : contamination Ingestion d’oeufs contenant L2 (chiots et adultes) Ingestion de L2 via le colostrum ou le lait (chiots) Contamination ante-natale par les L2 en migration chez la mère (chiots) Ingestion d’un hôte paraténique contenant les L2 (chiots et adultes)

9 Toxocara canis : clinique Incubation Troubles respiratoires : toux, pneumonie Troubles digestifs –ballonements +++ –alternance diarrhées-constipation –vomissements Atteinte générale Pronostic

10 Toxocara canis : diagnostic Diagnostic clinique : –jeune chien –symptômes (ballonements, troubles du transit, mauvais état général) Diagnostic parasitologique : oeufs dans les selles +++ (75/90 µm)

11 Toxocara cati Parasite du chat identique à Toxocara canis sauf : Aucune mue dans le poumon : pas de troubles pulmonaires Pas de transmission trans placentaire

12 Toxocara : incidence en pathologie humaine Larva migrans viscérale Ingestion des oeufs de Toxocara Migration des larves Enfants +++ Hyperéosinophilie +++ Signes cliniques très variés : fièvre, toux, douleurs, rash, urticaire, hépatomégalie... Diagnostic : clinique, sérologie +++

13 Toxascaris leonina Cycle uniquement digestif Pas de transmission trans placentaire et galactogène : parasitisme d’adultes Peu fréquent (campagne) Faible pouvoir pathogène

14 Ascaridoses : traitement Ascarifuge : Pipérazine Ascaricides : –Pyrantel –Lévamisole –Nitroscanate –Benzimidazoles et Pro-benzimidazole –Avermectines –Depsipeptides

15 Pipérazine 200 mg/kg/j per os 3 jours de suite Citrate, adipate, hydrate Chien et chat Action uniquement sur les formes adultes des Ascaris (d’où traitement tous les 15 jours) Faible toxicité et action ascarifuge  produit de choix pour les jeunes animaux Expulsion des vers intacts (à détruire)

16 Pyrantel Pamoate : 5 mg/kg (chien), 20 mg/kg (chat) Actif sur les formes adultes et larvaires des nématodes digestifs (Ascaris et Ankylostomes) Bonne tolérance générale Ne pas associer à la pipérazine

17 Lévamisole 4 à 7 mg/kg per os Actif sur les formes adultes et larvaires des nématodes digestifs (Ascaris et Ankylostomes) Chien et chat Index thérapeutique limité (pesée précise de l’animal)

18 Nitroscanate 50 mg/kg per os Actif sur les formes adultes et larvaires de Nématodes (Ascaris, Ankylostomes) et de Cestodes (Taenia, Dipylidium) Chien Bonne tolérance générale

19 Benzimidazoles (1) Actifs sur la plupart des formes adultes et larvaires de Nématodes digestifs (Ascaris, Ankylostomes et parfois Trichure) et certains Cestodes Administration per os Très bonne tolérance générale

20 Benzimidazoles (2) Oxfendazole : 11,3 mg/kg/ x 3 j (Asc, Ank, Trich, Taenia, Dipylidium) Mébendazole : 20 mg/kg/j x 2 j (Asc), x 5 j (Ank, Trich, Taenia) Oxibendazole : 15 mg/kg (Asc, Ank) Flubendazole : 22 mg/kg/j x 2 j (Asc, Ank), x 3 j (Trich, Taenia) Fenbendazole : 50 mg/kg/j x 3 j (Asc, Ank, Trich, Taenia)

21 Pro-benzimidazole : Fébantel Utilisé en association (synergie avec le pyrantel) Chien

22 Avermectines Actif sur les formes adultes et larvaires des Nématodes digestifs et respiratoires et les ectoparasites Milbémycine oxime (chien) : 1 mg/kg per os (Asc, Ank, Trich) Moxidectine (chat et chien) : 1 à 2,5 mg/kg en spot on (Asc, Ank, Trich) Sélamectine (chien et chat) : 6 mg/kg en spot-on 1 fois/mois (Asc, Ank)

23 Depsipeptides Nouvelle famille Actif sur les adultes et les formes larvaires des Nématodes du chien et du chat Formulation en spot on

24 Toxocara : prophylaxie (1) Vermifugations systématiques Chiot : –tous les 15 jours, du 15 ème jour à 3 mois –tous les mois de 3 à 6 mois Chienne reproductrice : –2 à 3 jours avant la saillie –15 jours avant et 15 jours après la mise bas –puis tous les 15 jours jusqu’au sevrage (2mois) Chien adulte : 4 fois par an (polyvalent)

25 Toxocara : prophylaxie (2) Prophylaxie sanitaire Lavage du sol au jet d’eau Brossage du sol Désinfection à la vapeur d’eau sous pression

26 Trichurose Trichuris vulpis : chien Parasitose cosmopolite Fréquente

27 Trichuris vulpis 3 à 7 cm de long Une partie effilée, une partie épaisse et enroulée Implantés dans la muqueuse du colon et du caecum Histiophages et hématophages

28 Trichuris vulpis : cycle Oeufs (très résistants) rejetés dans le milieu extérieur Contamination par ingestion des oeufs avec de la terre, des aliments, de l’eau Adultes dans le tube digestif en 3 mois

29 Trichuris vulpis : clinique Forme asymptomatique Forme classique : colite chronique = alternance constipation et diarrhées Forme grave = diarrhées profuses parfois hémorragiques, douleurs, anémie, ictère, altération de l’état général

30 Trichuris vulpis : diagnostic Diagnostic clinique –épidémiologie –troubles digestifs rebelles aux thérapeutiques antiseptiques et antibiotiques Diagnostic parasitologique : oeufs dans les selles

31 Trichuris vulpis : traitement Moins sensible aux anthelminthiques que les autres nématodes intestinaux Benzimidazoles (Mébendazole, Flubendazole, Oxfendazole, Fenbendazole) et Fébantel Milbémycine oxime et moxidectine Oxantel

32 Trichuris vulpis : prophylaxie Destruction des oeufs : –collecte quotidienne des crottes –sols cimentés plus faciles à assainir (jet d’eau, brossage, vapeur d’eau sous pression) –éviter humidité et l’ombre des sols non durs Vermifugation régulière

33 Strongyloses digestives Ancylostoma caninum : chien Ancylostoma tubaeforme : chat Uncinaria stenocephala : chien et chat Ollulanus tricuspis : chat

34 Ancylostoma Parasitose des collectivités Nématodes rougeâtres, de 10 à 15 mm Vivent dans l’intestin grêle Hématophages

35 Ancylostoma : cycle Oeufs rejetés dans le milieu extérieur --> L1 -->L3 Contamination par : –voie transcutanée +++ –voie orale –ingestion d’hôtes paraténiques Migration des L3 (coeur, poumon, TD) Adultes en 15 à 20 jours

36 Ancylostoma : clinique Phase d’invasion (pénétration cutanée des L3) : papules, érythème, prurit Phase de migration (L3) : toux, pneumonie Phase d’état ( adultes dans le grêle) : troubles digestifs : diarrhée parfois hémorragique anémie (pâleur des muqueuses, essoufflement, oedèmes, épistaxis) symptômes généraux : fatigue, amaigrissement...

37 Ancylostoma : diagnostic Epidémiologie : collectivité, midi Clinique Parasitologie : mise en évidence des oeufs dans les selles

38 Ancylostoma : traitement Per os : tous les ascaricides (Nitroscanate, Pyrantel, Lévamisole, Benzimidazoles, Avermectines) Nitroxinil : 15 mg/kg Par voie injectable : Nitroxinil : 10 mg/kg (SC) et moxidectine

39 Ancylostoma : prophylaxie Vermifugations régulières Destruction des parasites dans le milieu extérieur : oeufs et larves –lavage des sols –ramassage des crottes –suppression des zones meubles, humides, ombragées

40 Uncinaria stenocephala Chymivore (non hématophage) diarrhées non hémorragiques et pas d’anémie Larve survit à 0°C plus fréquent dans toute la France

41 Ankylostomes : incidence en pathologie humaine Agents de Larva migrans cutanées

42 Ollulanus tricuspis Vit dans l’épaisseur de la muqueuse stomacale du chat Femelles pondent des L3 directement infestantes Souvent asymptomatique

43 Spiruroses digestives Spirocerca lupi : chien Spirura rytipleurites : chat

44 Spirocerca lupi Rouge vif, de 3 à 8 cm Hématophages Vivent dans des nodules de la paroi de l’œsophage (estomac et aorte)

45 Spirocerca lupi : cycle Oeufs éliminés dans les crottes Contamination par ingestion de l’HI (coléoptère coprophage) ou d’un hôte paraténique (oiseau, rongeur, lapin, lézard, grenouille …) contenant la larve L3 Adulte en 4 mois minmum

46 Spirocerca lupi : clinique Signes digestifs : dysphagie, régurgitation, vomissements Signes généraux : asthénie, anémie, amaigrissement Signes respiratoires : dyspnée, toux Signes nerveux : agressivité, convulsions Atteinte vasculaire

47 Spirocerca lupi : diagnostic Suspicion clinique Anémie Radiographie thoracique Endoscopie +++ Parasitologie : oeufs dans les crottes

48 Spirocerca lupi : traitement Difficile Anthelmintique (aucune AMM en France) –Ivermectine –Autres : lévamisole, nitroxinil, fenbendazole Traitement symptomatique

49 Spirura rytipleurites Adultes (2 à 3 cm) vivent implantés dans l’estomac du chat Cycle : idem Spirocerca lupi Clinique : nausées, vomissements, dyspepsie


Télécharger ppt "NEMATODOSES INTESTINALES DU CHIEN ET DU CHAT octobre 2007 Ascaridoses Trichurose Strongyloses digestives Spiruroses digestives."

Présentations similaires


Annonces Google