La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ECO3550 Thème 3. Contexte  Soit 2 économies… produisant 2 biens x et y à l’aide 2 facteurs de production substituables: ○ L ○ et T ou K.  On dit de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ECO3550 Thème 3. Contexte  Soit 2 économies… produisant 2 biens x et y à l’aide 2 facteurs de production substituables: ○ L ○ et T ou K.  On dit de."— Transcription de la présentation:

1 ECO3550 Thème 3

2 Contexte  Soit 2 économies… produisant 2 biens x et y à l’aide 2 facteurs de production substituables: ○ L ○ et T ou K.  On dit de ce modèle qu’il est «2*2*2» 2

3 Autres hypothèses spécifiques  Les 2 pays ont les mêmes technologies de prod. (F 1j (K,L) = F 2j (K,L) = F j (K,L))  La prod. d’un des 2 biens est plus intensive en utilisation de L  Les rendements d’échelle sont constants (F j ( K, L) = F j (K,L)) 3

4 Autres hypothèses périphériques  Ccp sur les marchés des fctrs et des biens  Mobilité parfaite des fctrs sur les marchés intérieurs et inexistante entre les pays  Absence d’entraves au commerce  Commerce équilibré 4

5 Endogénéïser les av. comparatifs  Dans le modèle ricardien, les av. comp. reposent sur des écarts de productivité de L donnés par les coef. a ij caractérisant les techno. de prod. (les fcts F ij (L)).  Dans le modèle HOS, ils reposent sur des diff. de dotations rel. de fctrs (L i /K i ) et sur l’intensité rel. de leur utilisation dans les 2 prod. (L ij /K ij ) 5

6 Les dotations  On a donc 2 pays se distinguant seul. par leur dotation rel. en L (L i /K i ). Nous aurons ici : L 1 /K 1 < L 2 /K 2 ; le pays 1 est donc un pays dév. rel. bien pourvu en K… alors que le pays 2 est un PVD rel. bien pourvu en L. 6

7 L’intensité factorielle des prod.  Les prod. des biens x et y se distinguent par leur utilisation rel. des 2 fctrs (K ij /L ij ) Nous aurons : K ix /L ix > K iy /L iy ; la prod. du bien x est rel. + intensive en utilisation de K… alors que la prod. du bien y est rel. + intensive en utilisation de L. 7

8 CPP et CR croissants  Soit L ij et K ij les unités de chaque ress. allouées à la production du bien j dans le pays i  On a maintenant 2 contraintes de ress. dans chaque pays : L ix + L iy ≤ L i K ix + K iy ≤ K i  et des CR ij croissants (c.-à-d. des CPPs concaves) 8

9 Fcts de prod. et CR croissants  On a : F j (K, L), la prod. du bien j (j=x,y) dans les pays 1 et 2 avec F j ’(L)>0 et F j ’’(L) 0 et F j ’’(K) <0.  La productivité unitaire des 2 fctrs dans la prod. du bien j dans les 2 pays est une fct décroissante de leur utilisation lorsque l’autre est en Q fixe. (rendements marginaux ou factoriels décroissants) 9

10 Fcts de prod. à rendements factoriels décroissants Lij Qij F j (K,L) F’ j (L) > 0 F’’ j (L) < 0 (de même pour K avec L fixe) 10

11 Rendements factoriels décroissants et CR croissants (K fixe et L variable) Production de X dans le pays i L ix Q ix LiLi L iy Q iy Production de Y dans le pays i LiLi F y (K, L 1 ) A B B F x (K,L i ) A C D C D N.B.: De même pour K avec L fixe 11

12 CPP et prod. optimale avec CR croissants CPP du pays i Qx Qy F y (K i, L i ) F x (K i, L i ) P x /P y N.B.: on a maintenant des solutions intérieures, c.-à-d. que l’échange ne mènera plus à des spécialisations complètes, à moins que P x /P y tende vers 0 ou l’infini À mesure que Qx, la Q du bien intensif en K, augmente le long de la CPP, il faut utiliser de plus en plus d’unités de L par unité de K, ce qui fait augmenter CR x en Q du bien y, qui est lui intensif en L 12

13 CPPs avec dotations inégales CPP du pays 1 Qx Qy CPP du pays 2 Qx Qy P x /P y N.B. : la dotation rel. en fctrs est l’unique diff. entre les 2 pays. Ici, on a L 1 /K 1 < L 2 /K 2 (n’oubliez pas que la prod de x est rel. plus intensive en K). F y (K 1, L 1 ) F y (K 2, L 2 ) F x (K 1, L 1 )F x (K 2, L 2 ) N.B.:  P x /P y le pays 1 produit rel. plus de x que de y que le pays 2 13

14 Fctrs de prod. substituables et prix rel. des fctrs de prod. (w/r)  Avec un seul fctr, les producteurs réagissent au P x /P y et déterminent l’allocation de L dans la prod. des diff. biens (ils décident seul. quoi produire)  Avec 2 fctrs K et L substituables, les producteurs peuvent aussi réagir aux w/r afin de déterminer comment produire  Les producteurs doivent donc répondre à 2 questions : quoi produire et comment le produire 14

15 Comment produire: isoquantes et minimisation du CT pour Q ij donnée L ij K ij w i /r i CT ij = w i *L ij + r i *K ij K ij = CT ij /r i – w i /r i * L ij CT ij /w i CT ij /r i Q ij K ij 1 L ij 1 Courbe d’isoquante Courbe d’isocoût N.B.: Le long d’une isoquante, lorsque l’on produit Qij avec bcp de K et peu de L, la productivité de K est faible et celle de L est grande. Il faut alors peu de L pour remplacer beaucoup de K. À mesure que L augmente et K diminue, la productivité de L diminue et celle de K augmente et il faut de plus en plus de L pour remplacer le K. Cela est dû au rendements factoriels décr. 15

16 Modifications de w i /r i L ij K ij (w i /r i ) 1 (w i /r i ) 2 C.p., une  w i /r i   K ij /L ij Si le prix rel. d’un fctr , les producteurs réagissent en utilisant rel. plus de l’autre fctr. K ij 2 L ij 2 L ij 1 K ij 1 16

17 Rémunération des fctrs  En ccp sur le marché des fctrs, on a: w ix = P ix * F’ ix (L) w iy = P iy * F’ iy (L) r ix = P ix * F’ ix (K) r iy = P iy * F’ iy (K)  Chaque fctr est rémunéré à la valeur de son produit marginal N.B. : la mobilité des fctrs impliquerait ici w ix =w iy et r ix =r iy 17

18 Dotations et w/r pour P x /P y = 1  Si on a : 1) L 1 /K 1 < L 2 /K 2, 2) F j (K,L) identique dans les 2 pays et 3) des rendements factoriels décroissants.  On aura : F’ j (L 1j ) / F’ j (K 1j ) > F’ j (L 2j ) / F’ j (K 2j ) (rel. + de L  que L est rel. – productif),  et w 1 /r 1 > w 2 /r 2. 18

19 P y /P x et w/r P y /P x w i /r i SS En ccp, les sal. dépendent aussi des prix rel. Ici, puisque la production de y est + intensive en L, P y /P x est une fct croissante de w/r. 19

20 Dotations, w/r et P x /P y  En résumé, w/r est : une fct décroissante de la dotation rel. en L Une fct croissante du prix rel. du bien intensif en L 20

21 w i /r i, K ij /L ij,et les intensités factorielles de X et Y K ij /L ij w i /r i Bien y Bien x N.B. : c.p., pour w/r donné on utilise rel. plus de K dans la prod. de x. Par ailleurs, le pays 2 utilise rel. plus de L dans chaque prod. pcq L y est rel. moins bien rémunéré. (K 2y /L 2y ) 1 (K 2x /L 2x ) 1 (w 2 /r 2 ) 1 (w 1 /r 1 ) 1 (K 1y /L 1y ) 1 (K 1x /L 1x ) 1 Pcq w 1 /r 1 > w 2 /r 2, on a K 1j /L 1j > K 2j /L 2j 21

22 Allocation optimale en autarcie : pays 1 Oy Ox L 1x L 1y K 1y K 1x y x K 1y 1 K 1x 1 L 1x 1 L 1y 1 (K 1y /L 1y ) 1 (K 1x /L 1x ) 1 22

23 Allocation optimale en autarcie : pays 2 Oy Ox L 2x L 2y K 2y K 2x y x K 2y 1 K 2x 1 L 2x 1 L 2y 1 (K 2y /L 2y ) 1 (K 2x /L 2x ) 1 23

24 Allocation optimale en autarcie CPP du pays 1 Qx Qy CPP du pays 2 Qx Qy P ix /P iy P ¸ix /P iy On remarque que chaque pays produit rel. plus du bien intensif en fctr dont il est rel. bien doté. Par ailleurs, puisque le marché des biens est en CCP, P ix /P iy doit être égal au CR ix au point de production optimal. Ici, il faut que P 1x /P 1y


25 Production, échange et P x /P y  En autarcie, on a P 1x /P 1y w 2 /r 2, c.-à-d. que le bien intensif en K coûte rel. moins cher dans le pays où le K est rel. moins cher.  Après ouverture, un P y /P x unique compris entre les 2 prix d’autarcie émerge auquel le pays 1 vendra des Qx au pays 2. 25

26 Production optimale avec échange CPP du pays 1 Qx Qy CPP du pays 2 Qx Qy P ¸x /P y Le pays 1 se spécialise dans la prod. du bien x et les pays 2 dans la prod. du bien y. Chaque pays se spécialise dans la prod. rel. plus intensive en fctr dont le pays est rel. mieux doté. P ¸x /P y A É É A (P 2x /P 2y ) autarcie (P 1x /P 1y ) autarcie 26

27 Production, échange et P x /P y CPP des pays 1 et 2 Qx Qy X 1x X 2y M 2x M 1y P x /P y N.B. : la valeur des M d’un pays est limitée par celle de ses X, et on a donc : X 2 (Qy) * P y /P x = M 2 (Qx) et X 1 (Qx) * P x /P y = M 1 (Qy) 27

28 Échange, prix et salaires relatifs  Dans le pays 1, mieux doté en K, P x /P y, le prix du bien intensif en K augmente et w/r diminue.  Dans le pays 2, mieux doté en L, P x /P y diminue et w/r augmente  Le commerce profite aux propriétaires de la ressource dont le pays est rel. mieux doté 28

29 Égalisation des prix des fctrs  Dans chaque pays, le commerce entraîne une augmentation du prix rel. du fctr plus abondant (qui était auparavant rel. – cher)  Il y a donc convergence des prix des fctrs de prod. dans les 2 pays et entre les 2 pays  En important le bien intensif en L, le pays 1 importe en quelque sorte le fctr L abondant du pays 2, et vice versa 29

30 Théorème de Samuelson  La ccp sur le marché mondial des biens entraîne simultanément un équilibre de ccp sur le marché mondial des fctrs  Le commerce international est un substitut à la mobilité des fctrs de prod. 30

31 Forces du modèle HOS (1)  En montrant que les propriétaires du fctr dont le pays est moins bien doté sont pénalisés par l’ouverture, le modèle apporte du poids à l’argument du «dumping social»  Or, le modèle ricardien prédisait des gains pour les travailleurs des 2 pays.  Ce point est en partie responsable de la popularité du modèle 31

32 Pertes des travailleurs du pays 1 et gains de bien-être  Même si le modèle prédit un appauvrissement rel. des travailleurs dans le pays 1, il prédit tout de même une augmentation du bien-être collectif  Il est aisé de montrer que les possibilités de consommation des 2 pays sont affectées positivement par le commerce 32

33 Échange et gains de bien-être N.B.: l’on sait que l’échange fera augmenter P x /P y dans le pays 1 et le fera diminuer dans le pays 2, ce faisant il ouvre la possibilité de consommer plus des 2 biens CPP du pays 1 Qx Qy CPP du pays 2 Qx Qy P ¸x /P y A É É A (P 1x /P 1y ) autarcie (P 2x /P 2y ) autarcie 33

34 Échange et gains mutuels CPP des pays 1 et 2 Qx Qy (P x /P y ) échange En superposant les 2 graphiques précédents, on isole la zone où les habitants des 2 pays consomment plus des 2 biens 34

35 Force du modèle HOS (2)  Le modèle ricardien illustre les bénéfices du commerce entre des pays séparés par des écarts technologiques.  Le modèle HOS illustre les bénéfices du commerce entre des pays technologiquement similaires en plus d’endogénéïser la source des av. comp.  Or, la majorité des échanges se font entre pays tech. similaires (entre pays dév.). 35

36 Limite du modèle HOS (1)  Empiriquement, les prix des fctrs son très variables et tendent à se rapprocher seul. dans des pays ayant des dotations de fctrs similaires  Ce fait peut s’expliquer par la violation d’hyp.: Même technologie de prod. Loi du prix unique Mobilité des fctrs 36

37 Paradoxe de Leontief  Les É-U sont rel. bien dotés en K, mais leurs M sont rel. plus intensives en utilisation de K que leurs X  Av. comp. dans la prod. de services requérant bcp de K humain 37


Télécharger ppt "ECO3550 Thème 3. Contexte  Soit 2 économies… produisant 2 biens x et y à l’aide 2 facteurs de production substituables: ○ L ○ et T ou K.  On dit de."

Présentations similaires


Annonces Google