La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES SOINS INFIRMIERS EN CHIRURGIE DIGESTIVE. 30/01/07 2 INTRODUCTION  Les soins pré-opératoires ont pour but d’amener le patient à l’intervention chirurgicale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES SOINS INFIRMIERS EN CHIRURGIE DIGESTIVE. 30/01/07 2 INTRODUCTION  Les soins pré-opératoires ont pour but d’amener le patient à l’intervention chirurgicale."— Transcription de la présentation:

1 LES SOINS INFIRMIERS EN CHIRURGIE DIGESTIVE

2 30/01/07 2 INTRODUCTION  Les soins pré-opératoires ont pour but d’amener le patient à l’intervention chirurgicale dans les meilleures conditions possibles de sécurité et de confort  Demander au patient si un événement médical imprévu en rapport ou non avec la future intervention est survenu depuis les consultations (anesthésie et chirurgie)  (problème vu avec les médecins; chirurgie repoussée si non urgente)

3 30/01/07 3 PREPARATION PSYCHOLOGIQUE (1)  La relation soignant-soigné est basée sur l’écoute, le dialogue et la disponibilité  Important : dire au patient que sa famille pourra demander des nouvelles à l’équipe soignante mais qu’il sera préférable de désigner un interlocuteur unique de façon à éviter la répétition des communications téléphoniques

4 30/01/07 4 PREPARATION PSYCHOLOGIQUE (2)  Le patient doit pouvoir à tout moment exprimer ses craintes et son manque de connaissance  L’IDE comme l’AS doit expliquer le déroulement des soins ainsi que leur objectif  La relation de confiance établie permettra au patient de verbaliser ses angoisses et de poser les questions éventuelles

5 30/01/07 5 PREPARATION PSYCHOLOGIQUE (3)  L’IDE est souvent le relais entre le patient, sa famille et le chirurgien  Les craintes du patient peuvent être liées à l’anesthésie (peur de ne pas se réveiller), et à la maladie (peur de l’inconnu tel que le cancer)  Le patient sera rassuré s’il obtient des réponses claires et cohérentes (dialogue dans l’équipe, transmissions ciblées précises écrites et orales)

6 30/01/07 6 LE BILAN PREOPERATOIRE  Comporte l’ensemble des examens nécessaires que le patient a eu ou doit avoir lors de son arrivée avant son intervention  Les examens demandés sont prescrits par le chirurgien ou l’anesthésiste  Pour la chirurgie lourde des patients fragiles, il peut être nécessaire de les hospitaliser quelques jours plus tôt pour les préparer (alimentation parentérale, kiné respiratoire)

7 30/01/07 7 BILAN BIOLOGIQUE  Réaliser le bilan sanguin :  NFS : éventuelle anémie, hyper leucocytose, thrombopénie…  IONO : fonction rénale, troubles ioniques  Protides : dénutrition  CRP : surveillance de l’inflammation  TP, TCA : surtout si anticoagulant  Groupe sanguin (2 déterminations), RAI

8 30/01/07 8 BILAN RADIOLOGIQUE  Récupérer ou faire réaliser les examens demandés :  Radio pulmonaire  TOGD, lavement opaque  Scanner abdominal  …

9 30/01/07 9 BILAN COMPLEMENTAIRE  Récupérer ou faire réaliser les examens demandés  ECG si antécédents cardio, plus de 45 ans, ou traitement médicamenteux  Écho cœur si ATCD cardio  EFR si ATCD pneumo…

10 30/01/07 10 PREPARATION DU DOSSIER  Vérification du dossier du patient la veille au soir de l’intervention  Le rôle de l’IDE n’est pas seulement de réaliser les bilans et de ranger les résultats dans le dossier mais aussi de regarder s’il y a des anomalies et de communiquer les résultats au médecin (chirurgien ou anesthésiste)

11 30/01/07 11 PREPARATION DU PATIENT (1)  Informer le patient sur la prise en charge de la douleur post-opératoire, lui montrer le fonctionnement d’une PCA s’il est susceptible d’en avoir une en post-op (souvent pour les interventions lourdes type gastrectomie ou colectomie…)

12 30/01/07 12 PREPARATION DU PATIENT (2)  Préparation cutanée en fonction de la voie d’abord (champ opératoire); Dépilation à la tondeuse chirurgicale  Ablation du vernis à ongles  Douche préopératoire ou bain de lit avec un antiseptique (Bétadine scrub*1/2 flacon par douche)  Signaler au patient qu’il doit insister sur certaines parties du corps : l’ombilic+++ les plis et les parties génitales

13 30/01/07 13 PREPARATION DU PATIENT (3)  Préparation colique : administration (bien donner les explications au patient) d’un lavement par Normacol* pour toutes les interventions de proctologie pour vider l’ampoule rectale; vérifier la bonne prise par le patient et son efficacité  Administration de la préparation colique par voie orale et vérification de son efficacité

14 30/01/07 14 PREPARATION DU PATIENT (4)  Prise des constantes  Informer le patient qu’il devra rester à jeun à partir de minuit (ni boire, ni manger, ni fumer, ni chewing-gum ou bonbon…)  Informer le patient de l’heure possible de son intervention  Administrer la prémédication pour calmer l’anxiété (anxiolytiques, anti-histaminiques) par voie orale (pas de traumatisme de l’IM)

15 30/01/07 15 LE JOUR OPERATOIRE (1)  Avant le départ au bloc  Réveiller le patient  S’assurer qu’il soit bien à jeun  Prise des constantes  Douche préopératoire ou bain de lit  Brossage des dents  Donner du linge de toilette propre  Habillage avec la tenue de bloc

16 30/01/07 16 LE JOUR OPERATOIRE (2)  Réfection de lit complète avec du linge propre  Vérification ultime du champ opératoire et de l’état cutané du patient  Faire uriner le patient juste avant le départ au bloc  Lui demander de retirer les prothèses dentaires et auditives, les lentilles oculaires, les bijoux et percings

17 30/01/07 17 LE JOUR OPERATOIRE (3)  Administration de la prémédication  Vérification ultime du dossier  Mettre un bracelet d’identification au poignet droit  Remplir la feuille de liaison bloc-service  Si le patient est arrivé en urgence, la démarche sera identique sauf qu’il faudra débuter et planifier le traitement prescrit  Patient descendu au bloc sur appel

18 30/01/07 18 LE JOUR OPERATOIRE (4)  Avant le retour du bloc  Préparation de la chambre  Aérer et faire l’entretien quotidien de la chambre  Installer le débit-litre à oxygène  Installer le régulateur de dépression suivant le type d’intervention  Prévoir les tubulures nécessaires  Mettre un pied à perfusion, un bassin ou un urinal

19 30/01/07 19 LE JOUR OPERATOIRE (5)  Le retour du bloc  Prendre connaissance du compte rendu de l’intervention, des prescriptions post- opératoires, des médicaments déjà reçus avant son retour dans le service

20 30/01/07 20 LE JOUR OPERATOIRE (6)  Installation du patient :  Donner la sonnette  Le prévenir qu’il ne doit pas se lever seul la première fois même s’il se sent bien  Lui laisser les barrières jusqu’à son réveil complet  Lui proposer de fermer le store pour qu’il se repose mieux car la luminosité peut être désagréable

21 30/01/07 21 LE JOUR OPERATOIRE (7)  Installer le patient en décubitus dorsal à plat ou légèrement demi-assis pour les laparotomies. Pour les coelioscopies, installation du pied du lit un peu surélevé pour limiter les douleurs des épaules (liées au pneumopéritoine)  Procéder au branchement des différents appareils : oxygène, aspiration gastrique sur prescription médicale

22 30/01/07 22 LE JOUR OPERATOIRE (8)  Surveillance neurologique : état de conscience, motricité  Surveillance hémodynamique : pouls, TA, coloration des muqueuses  Surveillance respiratoire : recherche d’une cyanose, d’un encombrement bronchique  Fréquence et amplitude respiratoire (surtout si morphine)  Surveillance de la coloration des téguments

23 30/01/07 23 LE JOUR OPERATOIRE (9)  Surveillance de la douleur : EVA ou autre mode d’évaluation de la douleur  Pour la proctologie, important de prévenir que la douleur peut être due au pansement qui comprime la zone opérée (souvent douleur similaire à l’envie d’aller à la selle)  Souvent 2 à 3 antalgiques sont prescrits systématiquement quelque soit la douleur; un antalgique supplémentaire est prescrit si besoin le plus souvent

24 30/01/07 24 LE JOUR OPERATOIRE (10)  Surveillance du risque hémorragique : surveillance de l’abdomen, du pansement (décollé, tâché,…) de la perfusion et du point de ponction (rougeur, chaleur, douleur), des différents drainages (quantité, aspect et couleur du liquide )  Pour la proctologie, des saignements peuvent survenir; en général, ils sont de faible abondance et nécessitent une réfection du pansement

25 30/01/07 25 LE JOUR OPERATOIRE (11)  Surveillance des drainages : installation des drainages en déclive (redon, poche de drain), surveillance de la quantité, de la couleur et de l’aspect du liquide de drainage (bile, sang pur…)

26 30/01/07 26 LE JOUR OPERATOIRE (12) Drain siliconéLame multitubulaire

27 30/01/07 27 LE JOUR OPERATOIRE (13) Lame multitubulaireLame de Delbet

28 30/01/07 28 LE JOUR OPERATOIRE (14)  Surveillance de la fonction rénale : diurèse, couleur et aspect des urines  Pour la proctologie, le risque de rétention urinaire post-opératoire est important, même transitoire; il est en général maîtrisé par la prise de médicaments décontracturants; en cas de persistance, la sonde vésicale est utile pour 2 à 3 jours; son ablation sera faite lors de la reprise de transit

29 30/01/07 29 LE JOUR OPERATOIRE (15)  Surveillance des signes d’infection : température, aspect de la cicatrice, surveillance des liquides de drainage  Surveillance des troubles digestifs : nausées, vomissements, pouvant être des effets secondaires des antalgiques, ou un dysfonctionnement du matériel d’aspiration gastrique

30 30/01/07 30 LE JOUR OPERATOIRE (16)  Surveillance biologique : sur prescription médicale, rare le jour même de l’intervention (NFS, TP TCA, ionogramme, BH…, troponine)  Protection gastrique : prescrits pour plusieurs raisons :  Risque d’ulcère de stress  Traitement par AINS  Patient à jeun  Sonde gastrique irritative pour la muqueuse

31 30/01/07 31 LE JOUR OPERATOIRE (17)  Traitement antibiotique : soit curatif soit prophylactique  Traitement anticoagulant : le plus souvent en préventif sauf en cas d’anticoagulant antérieur (curatif)  Lever précoce pour diminuer le risque thrombo-embolique, les escarres et les pneumopathies

32 30/01/07 32 LE JOUR OPERATOIRE (18)  Le premier lever doit être réalisé en présence d’une IDE et se fait à J1 post op, parfois le jour même pour favoriser les mictions  En cas d’anticoagulant par HBPM, une prescription de NFS doit être faite deux fois par semaine pour le taux de plaquettes (thrombopénie à l’héparine avec risques de phlébite)

33 30/01/07 33 LE JOUR OPERATOIRE (19)  Traitement anti-émétique : souvent associé au traitement antalgique afin d’inhiber son effet secondaire; il peut être associé dans la même seringue ou prescrit en « si besoin »  L’hydratation : systématiquement prescrite en post-op; durée variable selon la chirurgie, 24 heures à plusieurs jours voire semaines pour les interventions lourdes

34 30/01/07 34 LE JOUR OPERATOIRE (20)  Une nutrition parentérale est associée pour les interventions lourdes de type gastrectomie, oesophagectomie, DPC, résection rectale ou colique  La reprise de l’alimentation peut avoir lieu le soir tenant compte de l’heure de retour du bloc, de l’état du patient, de la prescription médicale, de la contre-visite (de bouillon- dessert à léger voire normal)

35 30/01/07 35 LE JOUR OPERATOIRE (21)  Les hernies, cholécystectomies par coelioscopie, peuvent être réalimentés le soir (bouillon-dessert à léger)  Les appendicectomies peuvent boire le soir parfois  Pour les interventions plus lourdes, la réalimentation se fera à la reprise du transit  Réalisation de la planification des soins pour 24 heures

36 30/01/07 36 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (1)  Au cours des premiers jours post-opératoires, les soins vont contribuer au rétablissement du patient et son adaptation à la nouvelle situation créée par l’intervention  L’IDE aura un rôle primordial dans la prévention et la détection des éventuelles complications

37 30/01/07 37 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (2)  Surveillance des constantes  Pouls, TA, température, saturation si patient sous O2  De J1 jusqu’à la fin du séjour  Surveillance de la douleur  EVA afin d’adapter le traitement antalgique et le faire modifier par le médecin si nécessaire  De J1 à la fin du séjour  Expliquer la prise des antalgiques et donner des horaires de prise

38 30/01/07 38 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (3)  Surveillance de la diurèse  Diurèse des 24h pour tous les patients perfusés (bilan entrées-sorties), voire diurèse horaire si nécessaire (traitement diurétique, oedèmes ou troubles de la diurèse)  Surveillance de la sonde vésicale pour les interventions lourdes  Ablation de la SV sur prescription médicale  Quand le patient est déperfusé sauf traitement particulier ou troubles persistants  En procto, ablation après transit normal

39 30/01/07 39 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (4)  Surveillance de la reprise du transit  Reprise des gaz et des selles (délai variable en fonction de l’intervention)  Pour la procto : un traitement par laxatifs est débuté dès J1 pour faciliter l’évacuation; apport hydrique nécessaire (2 l par jour en dehors repas)  Si à J3 pas de selles, 1 l de PEG sera donné  Troubles locaux de perception du passage des selles peuvent persister pour un mois; rassurer le patient, ils disparaîtront avec la cicatrisation

40 30/01/07 40 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (5)  Surveillance des différents drainages  Quantification des drainages (redons, lames, drains, etc…)  Surveiller la couleur et l’aspect du liquide)  Le tout jusqu’à ablation  L’ablation ou la mobilisation sera faite sur prescription médicale

41 30/01/07 41 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (6)  Surveillance de la sonde naso-gastrique  Quantité, aspect et couleur du liquide  Vérifier le bon fonctionnement de la sonde et du matériel d’aspiration  Effectuer les soins de sondes (nettoyer la narine, fixer la sonde), afin d’éviter les escarres  A réaliser jusqu’à l’ablation  Celle-ci se fera sur prescription médicale, elle dépendra de la quantité quotidienne, de l’aspect du liquide et de la reprise du transit

42 30/01/07 42 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (7)  Surveillance de l’abord veineux  Il peut être périphérique ou central  Surveillance du point de ponction  Surveillance du débit de la perfusion…  Changement du cathlon et de ligne de perfusion suivant le protocole  L’ablation se fera sur prescription médicale

43 30/01/07 43 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (8)  Surveillance des pansements  Vérifier qu’il soit en place et occlusif  Les refaire à J1 s’ils sont tâchés puis remettre un pansement sec  Les refaire à J3 puis mettre la cicatrice à l’air si elle n’est pas suintante  Refaire les pansements de drainages si nécessaire  Les opérés d’une hernie inguinale ont parfois un pansement compressif, il sera retiré à J1  Un slip serré est recommandé aux hommes pour limiter le risque d’hématome

44 30/01/07 44 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (9)  Pour les opérés d’éventration, une ceinture de contention abdominale est prescrite soit en consultation (le patient vient avec) soit en post- opératoire (mesures prises par l’IDE) et l’ordonnance remise à la famille  Apprendre au patient à mettre correctement sa ceinture

45 30/01/07 45 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (10)  Pour la procto, 2 types de soins possibles :  Bains de siège pour les opérés d’hémorroïdes ou de fissures anales (4 à 6 fois par jour)  Donner le matériel et les explications (cuvette pour le bain de siège, compresses non stériles, tube de thronothane ou éosine)  Pansements au tulle gras ou aux alginates pour les patients opérés de fistules anales ou de kyste pilonidal

46 30/01/07 46 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (11)  Important de signaler au patient que les plaies ne sont pas suturées (milieu septique)  Parfois des fils longs sont laissés en place pour les hémorroïdectomies très difficiles, ces fils sont coupés à J1 par le chirurgien ou par l’infirmière  Surveillance biologique  Sera réalisée sur prescription médicale de l’anesthésiste ou du chirurgien

47 30/01/07 47 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (12)  Les soins de nursing  Aide à la toilette pour certains patients  Soins de bouche pour ceux qui doivent rester à jeun longtemps  Réfection du lit, hygiène du lit  Prévention d’escarres  1er lever précoce à J1 post-op en présence de l’infirmière

48 30/01/07 48 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (13)  Reprise de l’alimentation : sur prescription  Précoce et normale pour la chirurgie pariétale  Plus légère et progressive pour les cholécystectomies et appendicectomies  Plus tardive à la reprise du transit pour les résections digestives  La diététicienne intervient dès le début de la réalimentation pour informer le patient du régime et l’éduquer  Conseiller l’arrêt des aliments à fermentation et boissons gazeuses

49 30/01/07 49 LES SOINS INFIRMIERS A PARTIR DE J1 (14)  Information du patient lors de sa sortie  Informer la famille du patient : communiquer la date de sortie (le patient le fait le plus souvent)  Se préoccuper du transport (en semaine, rôle de la secrétaire, en week end, rôle de l’IDE), la famille du patient peut venir le chercher  Remettre les papiers de sortie et leurs explications  Redonner les conseils sur l’hygiène, les pansement, l’alimentation (consignes comprises par le patient et sa famille)  Pas de port de charges lourdes pendant 3 sem

50 30/01/07 50 LE ROLE EDUCATIF (1)  Education du patient pour les soins d’hygiène au niveau de sa cicatrice; l’informer qu’il peut prendre une douche, pas de bains pendant 3 semaines  Éducation pour les bains de siège  Éducation pour l’appareillage des stomies (en coordination avec les stomathérapeutes)

51 30/01/07 51 LE ROLE EDUCATIF (2)  Explications et éducation pour les prises médicamenteuses (antalgiques, traitement de la constipation, etc…)  Éducations pour l’alimentation et le respect du régime prescrit par le chirurgien.  L’intervention de la diététicienne devra se faire dès le début de la réalimentation

52 30/01/07 52 LES COMPLICATIONS POST-OP (1)  Tout patient peut présenter une complication locale ou générale dans les suites d’une intervention  Les facteurs de survenue sont  Le geste opératoire  L’anesthésie  L’alitement  L’état général du patient

53 30/01/07 53 LES COMPLICATIONS POST-OP (2)  Elles sont dominées par les problèmes infectieux et mécaniques  Elles peuvent avoir un retentissement local ou général pouvant compromettre la guérison voire le pronostic vital, d’où l’importance de les dépister rapidement grâce à une surveillance post-op rigoureuse et une parfaite connaissance des complications

54 30/01/07 54 LES COMPLICATIONS POST-OP (3)  Certaines manifestations sont transitoires :  Irritation de la muqueuse oro-pharyngée due à l’intubation ou à la sonde gastrique  Troubles digestifs et nausées  Certains troubles neurologiques chez le sujet âgé (désorientation transitoire, somnolence et état d’agitation)

55 30/01/07 55 LES COMPLICATIONS POST-OP (4)  Complications respiratoires  La principale cause est le syndrome infectieux pleuro-pulmonaire;  Sont favorisées par l’anesthésie, l’inhibition de la mécanique ventilatoire (douleur, distensions abdominale), par un sepsis pré ou post-op (péritonite, abcès profond), ou par l’inhalation de liquide gastrique  Le kiné aura un rôle important, de la kiné respiratoire sera prescrite par les médecins

56 30/01/07 56 LES COMPLICATIONS POST-OP (5)  Complications cardio-vasculaires  Elles peuvent être cardiaques, hémorragiques ou thrombo-emboliques  Les complications cardiaques sont des troubles du rythme, un OAP, une poussée d’insuffisance cardiaque, un infarctus du myocarde, une crise d’angor  Elles surviennent en général chez des sujets ayant un passé cardiologique

57 30/01/07 57 LES COMPLICATIONS POST-OP (6)  La thrombose veineuse est une complications qui peut compromettre le pronostic vital en raison du risque d’embolie pulmonaire  C’est la raison pour laquelle un traitement préventif est mis en place dès le post-op immédiat  Une douleur du mollet associé à un fébricule à 38° doit l’évoquer et le patient doit rester allongé jusqu’à l’avis du médecin  Elle peut être favorisée par le terrain (obésité, insuffisance cardiaque…)ou la chirurgie (cancer, infection profonde…)

58 30/01/07 58 LES COMPLICATIONS POST-OP (7)  Complications hémorragiques  Elles peuvent être dues à des problèmes techniques (sutures, lésions d’artérioles…), des troubles de l’hémostase (hémophilie, traitement anticoagulant, allergie à l’héparine, autres…)  Elles peuvent être internes ou extériorisés par la cicatrice ou les drainages  Elles peuvent nécessiter une réintervention

59 30/01/07 59 LES COMPLICATIONS POST-OP (8)  Pour la procto : l’hémorragie secondaire après hémorroïdectomie peut survenir entre le 8ème et le 15ème jour post-op  Pour les kystes pilonidaux, le saignement peut être tardif, lié à la chute d’escarres après coagulation; parfois il est nécessaire de mettre un point d’hémostase

60 30/01/07 60 LES COMPLICATIONS POST-OP (9)  Complications intra-péritonéales  Infectieuses : péritonite post-op localisée (abcès) ou généralisée (fistule, infection d’un épanchement ou d’un hématome)  Hémorragique  Occlusion précoce  Pancréatite réactionnelle  Autre pathologie se décompensant (cirrhose…)

61 30/01/07 61 LES COMPLICATIONS POST-OP (10)  Complications urinaires  Le plus souvent, infections urinaires secondaires à la présence d’une sonde vésicale  Rétention aiguë d’urines (médicamenteuse, liée à la douleur, à un fécalome…)  Insuffisance rénale (circulatoire sur bas-débit, infectieuse ou médicamenteuse)

62 30/01/07 62 LES COMPLICATIONS POST-OP (11)  Complications pariétales  Hématomes de paroi, qui peuvent s’infecter (parfois pose d’un drain sous scanner)  Abcès de paroi localisés à la cicatrice; le plus souvent, le traitement local est suffisant : enlever des agrafes et mécher; le drainage sous scanner est rare (sous-cutané profond, intervention relativement ancienne)  Désunions ou éviscérations liées à une infection locale ou le plus souvent profonde

63 30/01/07 63 LES COMPLICATIONS POST-OP (12)  Autres complications :  Les complications de décubitus (sujets affaiblis et dénutris, alitement prolongé)  Complications psychiques (état d’agitation post-op delirium tremens de l’alcoolique, sevrage des benzodiazépines, dépression…)  Désordres métaboliques dus à une décompensation d’un diabète, à des troubles hydro-électrolytiques

64 30/01/07 64 LES SOINS RELATIONNELS (1)  Le soin relationnel débute dès l’arrivée du patient (accueil patient, famille+++)  Il faut établir une relation de confiance  Le dialogue doit être possible dès que le patient exprime le besoin (infos médicales, administratives ou aide psychologique)  En cas d’indisponibilité momentané de l’IDE, expliquer qu’elle a bien compris l’attente et proposer d’en discuter plus tard

65 30/01/07 65 LES SOINS RELATIONNELS (2)  En post-op, le patient va avoir son image corporelle modifiée (nouveau schéma corporel à reconstruire)  Si intervention simple, étape rapide car la seule trace visible sera la cicatrice  Si intervention lourde ou mutilante, passage du patient par la phase d’acceptation de la perte d’un organe ou d’une fonction

66 30/01/07 66 LES SOINS RELATIONNELS (3)  Cette phase est plus longue et douloureuse psychologiquement  Le patient peut traverser plusieurs phases : le refus (aggressivité ou passivité), le déni (pouvant aller jusqu’à la dépression) puis l’acceptation et la reconstruction.  Une relation d’aide pourra alors être réalisée

67 30/01/07 67 LES SOINS RELATIONNELS (4)  L’IDE et l’AS seront les personnes proches du patient, leur regard et leurs remarques vis à vis de lui auront de l’importance (recherche de la modification du corps à travers leur regard); le patient exprimera ses craintes par rapport à l’avenir  Savoir écouter et aider à reprendre confiance pour qu’il se prenne en charge  Tenir compte de la vie future familiale et professionnelle et de la sortie prévisible

68 30/01/07 68 LES SOINS RELATIONNELS (5)  L’annonce du diagnostic est faite par le chirurgien soit au patient seul soit avec la famille. Il est important que l’IDE soit présente, ou doit être informée par le chir afin d’avoir connaissance de ce qui a été dit (faire transmissions écrites et orales)  Attention particulière à accorder au patient le jour de l’annonce

69 30/01/07 69 LES SOINS RELATIONNELS (6)  Le patient peut redemander des explications, ou exprimera son angoisse  Parfois il n’en parlera pas spontanément et il faut essayer d’engager le dialogue  Un psychologue pourra également intervenir dans les situations difficiles

70 30/01/07 70 LES DIFFERENTS DIAGNOSTICS INFIRMIERS (1)  Douleur aiguë  Douleur chronique  Constipation  Diarrhée  Vomissement  Manque de connaissance  Hypo ou hyperthermie  Altération de la mobilité physique  Atteinte de l’intégrité de la peau ou de la muqueuse buccale

71 30/01/07 71 LES DIFFERENTS DIAGNOSTICS INFIRMIERS (2)  Anxiété  Perte d’espoir  Perturbation de l’image corporelle  Incapacité de s’adapter à un changement dans l’état de santé  Perturbation de la dynamique familiale  Fatigue  Perturbation des habitudes de sommeil


Télécharger ppt "LES SOINS INFIRMIERS EN CHIRURGIE DIGESTIVE. 30/01/07 2 INTRODUCTION  Les soins pré-opératoires ont pour but d’amener le patient à l’intervention chirurgicale."

Présentations similaires


Annonces Google