La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vaccination « cocooning » comment vaincre les réticences parentales … et celles des soignants F. Dubos Urgences pédiatriques & maladies infectieuses EA2694.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vaccination « cocooning » comment vaincre les réticences parentales … et celles des soignants F. Dubos Urgences pédiatriques & maladies infectieuses EA2694."— Transcription de la présentation:

1 Vaccination « cocooning » comment vaincre les réticences parentales … et celles des soignants F. Dubos Urgences pédiatriques & maladies infectieuses EA2694 Santé publique : épidémiologie et qualité des soins GEN – 12 juin 2014

2 ParentsSoignantsLes 2 Parents Soignants Les deux

3 Réglementaire Recommandations 2014 Les deux

4 Réglementaire La vaccination contre la coqueluche est également Recommandée dans le cadre de la stratégie dite du cocooning : ◆ chez les adultes ayant un projet parental ; ◆ au cours de la grossesse pour : les enfants de la fratrie et le conjoint, les personnes susceptibles d’être en contact étroit et durable avec le futur nourrisson au cours de ses 6 premiers mois. Ceci peut concerner les grands-parents, les baby-sitters... ; ◆ en post-partum immédiat pour : la mère, qu’il conviendrait idéalement de vacciner avant la sortie de la maternité, même si elle allaite, les personnes susceptibles d’être en contact étroit et durable avec le futur nourrisson au cours de ses 6 premiers mois si la mise à jour de la vaccination n’a pas été faite antérieurement ; Parents

5 Réglementaire les personnes susceptibles d’être en contact étroit et durable avec le futur nourrisson au cours de ses 6 premiers mois si la mise à jour de la vaccination n’a pas été faite antérieurement ; Modalités : -les personnes non antérieurement vaccinées contre la coqueluche ou n’ayant pas reçu de vaccin coquelucheux depuis l’enfance : 1 dTcaPolio ; -les personnes antérieurement vaccinées à l’âge adulte contre la coqueluche et à nouveau en situation d’être en contact étroit et répété avec des nourrissons âgés de moins de 6 mois : 1 dTcaPolio si la vaccination coquelucheuse antérieure est ≥ 10 ans 1 ; -il est recommandé de respecter un intervalle de 10 ans chez l’adulte entre une coqueluche documentée et une revaccination coquelucheuse 1. Parents Avis du HCSP du 20 fevrier 2014 relatif a la stratégie vaccinale contre la coqueluche chez l’adulte dans le cadre du cocooning et dans le cadre professionnel

6 Réglementaire En milieu professionnel La vaccination contre la coqueluche est recommandée pour : les personnels soignants dans leur ensemble, y compris dans les établissements d’hébergements pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). -Les personnes travaillant en contact étroit et répété́ avec les nourrissons âges de moins de 6 mois (maternité́, service de néonatalogie et de pédiatrie) devraient être vaccinées en priorité́ ; -les étudiants des filières médicales et paramédicales ; -les professionnels chargés de la petite enfance ; -les assistants maternels, les personnes effectuant régulièrement du baby-sitting ; Soignants

7 Réglementaire Modalités -les personnels concernés, non antérieurement vaccinés contre la coqueluche ou n’ayant pas reçu de vaccin coquelucheux depuis l’enfance recevront une dose de vaccin dTcaPolio en respectant un délai minimum d’un mois par rapport au dernier vaccin dTPolio. -pour ces personnels, les rappels administrés aux âges de 25, 45, 65 ans comporteront systématiquement la valence coquelucheuse (vaccin dTcaPolio). Pour les personnels ayant déjà reçu une dose de vaccin coquelucheux à l’âge adulte, le recalage sur le calendrier en cours se fera suivant les recommandations introduites en 2013 ; - il est recommandé de respecter un intervalle de 10 ans chez l’adulte entre une coqueluche documentée et une revaccination coquelucheuse 1. Soignants Avis du HCSP du 20 fevrier 2014 relatif a la stratégie vaccinale contre la coqueluche chez l’adulte dans le cadre du cocooning et dans le cadre professionnel

8 Réglementaire Recommandation grippe Recommandation de vacciner les femmes enceintes, quel que soit le trimestre de la grossesse - Protection de la mère - Protection du nouveau-né dans ses premiers mois de vie Recommandation de vacciner l’entourage des nourrissons <6mois présentant des facteurs de risque de grippe grave Parents

9 Réglementaire Recommandation grippe en milieu professionnel Professionnels de santé et tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère. L’entourage des nourrissons < 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave ainsi définis : prématurés, notamment ceux porteurs de séquelles à type de broncho-dysplasie, et enfants atteints de cardiopathie congénitale, de déficit immunitaire congénital, de pathologie pulmonaire, neurologique ou neuromusculaire ou d’une affection de longue durée Soignants

10 Banaliser De toute façon tout le monde se fait maintenant vacciner contre a coqueluche Les deux

11 Banaliser Parents 19/03/2014 Source : Institut des Mamans, Vaccinoscopie 2013 Mères A jour de la vaccination contre la coqueluche (S) (TS) Changement de définition « à jour de la vaccination contre la coqueluche » en 2013 : à 2012 : à jour = dernière vaccination < 10 ans - Depuis 2013 : à jour = dernière vaccination < 5 ans Pères A jour de la vaccination contre la coqueluche Intervalle de confiance (95%) x% < f < x% *48,9% des mères ont eu un vaccin contre la coqueluche au cours des 10 dernières années *41,7% des pères ont eu un vaccin contre la coqueluche au cours des 10 dernières années NR

12 Banaliser Parents Leboucher et al. Vaccine %69% 62% 63% Période A : 01 janvier au 31 mars 2008, 983 naissances Période B : 19 janvier au 19 avril 2009, 1012 naissances Info orale ou écrire donnée par un membre du personnel dans l’activité habituelle de soin

13 Mme L., 34 ans ATCD – Fausses couches à répétition (n=9) Interruptions spontanées précoces (<15 SA); échec Aspirine, PG Mort fœtale in utero à 28 SA (histiocytose placentaire) Syndrome APL??? – Suivi rapproché d’une nouvelle grossesse début d’année Traitement par Immunoglobulines, Aspegic, Lovenox, Cortancyl Accouchement programmé, 35 SA, – Le 5 novembre – Déclenché compte tenu des ATCD – VB, forceps, circulaire du cordon Raconter une histoire (parmi tant d’autres) Soignants

14 Léonie – Apgar 8/10 ; PN=2450g – Allaitement maternel exclusif – Sortie le 16-nov. au 12 e J de vie Soignants Raconter une histoire (parmi tant d’autres)

15 Evolution Mi-décembre : – 6 semaines de vie – Toux et rhinite pendant 6 jours – Puis difficultés alimentaires, 1 vomissement – Notion de toux chronique dans la famille Soignants Raconter une histoire (parmi tant d’autres) Hospitalisation le 22 décembre en réanimation pédiatrique – Détresse respiratoire avec insuffisance respiratoire – Intubation – Ventilation assistée – Hyperlymphocytose et thrombocytose, PCR Coqueluche positive – Troubles hémodynamiques – Crise convulsive – SDRA, HTAP – Défaillance multiviscérale – Décès le 25 décembre

16 Exposer sur les faits Soignants Revue de littérature 14 épidémies recensées, dont 8 depuis 2001  128 personnes infectées (moyenne 6; extrêmes 2-26) Taux d’attaque pouvant atteindre - 16% chez les nouveau-nés - 50% chez les soignants

17 Menacer Si vous ne vaccinez pas Si vous ne vous faites pas vacciner en cas de coqueluche grave d’un nouveau-né de votre fait/que vous prenez en charge, les parents pourraient se retourner contre vous Idem pour la grippe Soignants

18 Coqueluche = toux > 8 jours sans cause + un signe associé (définition OMS) Incidence de la coqueluche estimée à environ 500 adultes pour habitants, soit environ personnes en France. Réseau médecins généralistes, région parisienne – 217 patients adultes : toux chronique (durée >7 jours) sans pathologie pulmonaire 1 culture positive 36 PCR positives 40 sérologies positives (2 prélèvements) – Soit 70/217 coqueluches = 32 % Les deux Imprévisible

19 Les deux Imprévisible

20 Echanger sur les faits Première cause de décès par infection bactérienne chez le NRS < 3 mois (hors nouveau-né) (1). Troisième cause de décès infantile par infection bactérienne (tous âges confondus) (1) 95% des NRS 1 semaine. Pas de protection du nouveau-né par les Ac maternels (1). (1)Pinquier D., Qui faut-il vacciner contre la coqueluche?,Gynécologie Obstétrique et Fertilité, 2007, 35, Les deux

21 Echanger sur les faits Les deux Transmission interhumaine –Aérienne, par la toux –Au contact du sujet malade –Le plus souvent intra-familiale –Intra-collectivité Risque de contamination d’autant plus élevé que : –l’exposition aux sécrétions est prolongée et répétée –promiscuité; petite enceinte fermée –le contaminateur est en phase précoce (pendant la phase catarrhale, phase souvent confondue avec un simple rhume associant rhinorrhée et toux banale )

22 Echanger sur les faits Les deux Dans 80% des cas (chez les enfants < 6 mois), le contaminateur est dans l’entourage (1) : –Parents : dans plus d’un cas sur 2 (55%) –Fratrie : 1 fois sur 4 (25%)

23 L’évidence Les deux Vous vous êtes fait vacciner dans l’enfance contre la coqueluche Vous avez vacciné vos enfants contre la coqueluche Pourquoi ne pas vous revacciner à l’âge adulte ?

24 Conclusion Prévenir vaut mieux que guérir (ce qu’on n’arrive pas toujours à faire !) Parents : Informons-les ! ils suivent habituellement les recommandations médicales Soignants : protégeons-nous pour protéger les nouveau-nés …et vos proches Les deux


Télécharger ppt "Vaccination « cocooning » comment vaincre les réticences parentales … et celles des soignants F. Dubos Urgences pédiatriques & maladies infectieuses EA2694."

Présentations similaires


Annonces Google