La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 15 Mankiw 13/12/20141  Une entreprise est un monopole quand elle est le seul vendeur d’un produit.... Qui n’a pas de substitut proche.... Cela.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 15 Mankiw 13/12/20141  Une entreprise est un monopole quand elle est le seul vendeur d’un produit.... Qui n’a pas de substitut proche.... Cela."— Transcription de la présentation:

1

2 Chapitre 15 Mankiw 13/12/20141

3  Une entreprise est un monopole quand elle est le seul vendeur d’un produit.... Qui n’a pas de substitut proche.... Cela lui permet d’avoir une influence sur le prix du produit. 13/12/20142

4  La cause la plus fréquente est l’existence d’une barrière à l’entrée de nouveaux concurrents 13/12/20143

5  Des barrières à l’entrée peuvent provenir de  La propriété de certaines ressources clés  Des barrières légales (ex: TV, poste et téléphone, accès internet)  Des économies d’échelle importante 13/12/20144

6  La possession exclusive d’une ressource unique (Ex: la source d’un village: monopole de l’eau)  Ligne de chemin de fer entre deux villes  Un canal comme Panama ou Suez 13/12/20145

7  Les lois sur les brevets et les droits d’auteur sont une source de monopole 13/12/20146

8  Le gouvernement peut instaurer une barrière à l’entrée en donnant à une seule firme le droit de vendre un produit :  Téléphone, électricité, eau.. 13/12/20147

9  Il y a monopole naturel quand une seule firme peut vendre à un coût moindre que ne le feraient plusieurs concurrents  Cela peut être le cas s’il y a des économies d’échelle importantes, de telle façon que le monopole à un courbe de coût moyen à long terme dont le minimum est plus bas que si plusieurs firmes se partageaient le même marché  Dans ce cas, le monopole est plus efficace que des concurrents nombreux, à cause des économies d’échelle (Windows: le coût de développement d’un SE est élevé, mais il est fixe => celui qui en vend le plus a les coûts les plus bas) 13/12/20148

10 9 Quantité Coût moyen 0 Coût Figure 15-1

11  Quand les économies d’échelle sont très importantes, la firme la plus grosse, ayant des coûts moyens plus bas, finit par forcer les concurrents plus petits à vendre sous leur CM, et on aboutit « naturellement » au monopole par élimination des concurrents moins efficaces  Autre exemple: le monopole de la distribution d’eau, de téléphone ou d’électricité: la firme qui a installé le réseau en premier a un avantage de coût tel que celles qui voudraient entrer sur le marché ensuite ne le peuvent pas (barrière à l’entrée)  Même chose pour le réseau de chemin de fer 13/12/201410

12 13/12/ Quantité Demande (a) Courbe de demande à la firme en concurrence(b) Courbe de demande du monopole 0 Prix Quantité0 Prix Demande Figure 15-2

13  Le Monopole  Est le seul producteur  Fait face à une courbe de demande décroissante (les Qtés vendues augmentent si le px baisse)  Décide du px de vente  Doit réduire le px pour augmenter les ventes 13/12/201412

14  La firme en concurrence  Est l’un des nombreux producteurs  Fait face à une courbe de demande horizontale  Est « preneur de prix » (n’a pas d’influence sur le prix)  Peut vendre autant qu’elle veut au prix du marché 13/12/201413

15  Recette totale P x Q = RT  Recette moyenne = au prix RT/Q = RM = P  Recette marginale  RT /  Q = Rm 13/12/201414

16

17

18

19

20 La Rm (6) est inférieure au prix (8) de la 3° unité

21  La recette marginale Rm du monopole est tj < au prix P de la dernière unité vendue  La Qté demandée augmente qd le prix baisse  => Qd le monopole baisse le px juste assez pour vendre une unité de plus (unité marginale),  La Rm est la différence entre:  le prix P de l’unité supplémentaire vendue,  moins la baisse de recette sur les unités précédentes vendues moins cher  => Donc la Recette marginale est < au px de l’ unité marginale (supplémentaire) vendue 13/12/201420

22 Quantité Prix $ Demande (recette moyenne) Recette marginale La courbe de RM= P est la courbe de demande au monopole 2.La courbe de Rm est en dessous de la courbe de RM car Rm < P à chaque niveau de P

23  Qd un monopole accroît la Qté vendue, cela entraîne 2 effets sur le RT: ( P x Q ).  L’effet Qté: Q augmente  L’effet prix: P baisse  => l’effet total sur RT est d’abord +, puis -, alors que le CT lui, augmente toujours avec Q  => Le monopole, au contraire de la firme en concurrence, n’a pas intérêt à vendre « toujours plus » 13/12/201422

24  Pour maximiser son profit, le monopole doit produire la Qté qui égalise la recette marginale et le coût marginal  Pour vendre cette Qté, il doit trouver sur la courbe de demande le prix qui incite les consommateurs à acheter cette Qté 13/12/201423

25 QuantitéQ MAX 0 Coûts et recettes Demande Recette marginale

26 QuantitéQ MAX 0 Coûts et recettes Demande Coût moyen Recette marginale Marginal coût

27 QuantitéQ MAX 0 Coûts et recettes Demande Coût moyen Recette marginale Marginal coût A 1. La Qté qui max le profit est là où le Cm = Rm (A)

28 Prix de monopole QuantitéQ MAX 0 Coûts et recettes Demande Coût moyen Recette marginale Marginal coût B A 1. La Qté qui max le profit => là où le Cm = Rm 2. La courbe de demande donne le px auquel on peut vendre cette Qté

29 Profit Prix de monopole QuantitéQ MAX 0 Coûts et recettes Demande Coût moyen Recette marginale marginal Coût B A Coût moyen Le profit est RT- CT = (PxQ) – (CMxQ) = (P-CM)x Q

30  Pour une firme en concurrence le prix est égal au coût marginal P = Rm = Cm  Pour un monopole, le prix est supérieur au coût marginal P > Rm = Cm  Le profit économique du monopole est positif (= profit comptable > à la « normale »)  celui de la firme en concurrence parfaite qui a la même courbe de coût est nul 13/12/201429

31  Surplus total  = surplus du consommateur + surplus du producteur  = différence entre la valeur accordée au produit par les consommateurs et les coûts de production des producteurs 13/12/201430

32 Quantité0 Prix Demande (valeur pour les acheteurs) Coût marginal Coût pour le monopole Valeur pour les acheteurs Coût pour le monopole Valeur pour les acheteurs > Coût pour les producteurs Coût pour les producteurs > Valeur pour les acheteurs Qté optimale qui maximise le surplus total Prix du monopole Quelle quantité le monopole devrait-il produire Pour maximiser le surplus total ? Surplus

33  Parce que le monopole vend à un prix supérieur au coût marginal, il impose une différence entre le prix payé par le consommateur et le coût des ressources utilisées par la société pour produire la dernière unité vendue  De ce fait, des unités dont la valeur pour les consommateurs excède leur coût de production marginal pour les producteurs ne seront ni produites, ni vendues  Ceci entraîne une perte sèche 13/12/201432

34 Quantité0 Demande Coût marginal Prix Recette marginale Surplus

35 Quantité0 Qté du monopole Demande Coût marginal Prix Recette marginale Surplus

36 Quantité0 Qté optimale Qté du monopole Demande Coût marginal Prix Recette marginale Prix du monopole Surplus

37 Quantité0 Qté optimale Qté du monopole Demande Coût marginal Prix Recette marginale Perte sèche Prix du monopole Surplus

38  Le monopole produit une Qté telle que le prix est supérieur au coût marginal  Cette Qté est inférieure à la Qté optimale pour la société, qui maximise le surplus total (telle que P = Cm)  De ce fait le monopole entraîne une allocation non efficiente des ressources de la société: trop peu de ressources sont consacrées aux produits qui sont offerts par un monopole 13/12/201437

39  La loi répond au problème posé par le monopole de 4 façons:  Imposer la concurrence en brisant le monopole  Réglementer les prix du monopole  Nationaliser les monopoles  Ne rien faire du tout 13/12/201438

40  Lois anti-trust:  Aux EU: loi Sherman 1890, loi Clayton 1914  Ex: démantèlement de la Standard Oil de Rockefeller  Procès anti-trust contre Microsoft  Boeing / Mac Donnel Douglas  Concurrence imposée ds les transports aériens, le téléphone (Reagan)  En France (lois sur les ententes et positions dominantes) Rachat d’Orangina par Coca-Cola  En Europe: téléphone et transports aériens; au RU: chemins de fer privés 13/12/201439

41  Tarification au coût marginal imposée  obliger le monopole à pratiquer P = Cm pour obtenir la Qté optimale, comme en concurrence parfaite (pas de perte sèche)  Mais parfois le Cm est constant et très inférieur au CM (chemins de fer, transport aérien, maritime, électricité hydraulique) => perte si on l’oblige à vendre à P= Cm (ex: SNCF)  Solution: tarif en 2 parties: abonnement fixe + tarif variant avec la consommation : la partie variable est vendue au coût marginal, la partie fixe sert à amortir les coûts fixes moyens (EDF): =>la Qté optimale est produite car le prix de l’unité marginale vendue = Cm de production de cette unité (Kwh par ex), comme en Conc. parfaite.  Marge « raisonnable » sur coût moyen  Autre solution: tarif accordant une marge « raisonnable » au monopole / coût moyen  Mais alors le monopole a intérêt à « gonfler les coûts »  La Qté optimale n’est pas vendue (surplus non maximisé) 13/12/201440

42 13/12/ Qté optimale Quantité0 Perte Price Demande Coût marginal = CVM Coût total moyen Prix imposé Coût moyen Surplus maxi, =>pas de perte sèche => Qté optimale …Mais vente à perte car CFM non payé Solution: Abonnement égal au CF/abonné (=> CF payé) + tarif à la consom°: P = Cm = CVM CFM

43  L e monopole nationalisé ne cherche plus à maximiser le profit  On peut lui imposer la tarification au coût marginal même si cela entraîne une perte (on lui accorde une subvention d’équilibre)  Les monopoles publics ont tendance à être mal gérés (gestion bureaucratique) et peu sensibles aux désirs de la clientèle (qui ne peut aller ailleurs de toute façon)  Ils n’ont pas d’incitation à réduire les coûts puisque les pertes sont comblées par le contribuable  Ex: la SNCF, la RATP, Air France (avant) 13/12/201442

44  Certains économistes pensent que les problèmes causés par les monopoles sont moindres que ceux causés par des nationalisations ou des politiques de réglementation des prix qui ont aussi des effets néfastes  Dans certains cas les économies d’échelle peuvent être tellement grandes qu’il vaut mieux un monopole « raisonnable » que des concurrents qui auraient des coûts bcp plus élevés.  Dans certains cas le monopole est le reflet d’un besoin de standardisation (Apple et Windows, Betamax et VHS: le standard l’emporte, c’est nécessaire à long terme) 13/12/201443

45  La discrimination tarifaire est le fait de pratiquer des prix différents pour différentes catégories de client, pour le même produit  Il faut que les clients ne puissent se revendre le produit entre eux (billet d’avion, électricité)  Ex: les transports aériens, les tarifs « résident », « jeune », « seniors »  Ex: tarif en gros ou au détail, rabais pour achat en grandes quantités 13/12/201444

46  2 effets importants:  Peut augmenter le profit du monopole (ex ci-dessus)  Peut réduire la perte sèche à zéro  Discrimination tarifaire parfaite: chaque client paye le prix maximum qu’il est disposé à payer (le marchandage dans un souk)  => tous les clients disposés à payer plus que le Cm du producteur sont satisfaits  Toutes les transactions où la valeur pour le consommateur est supérieure au Cm du producteur sont réalisées  => pas de perte sèche  le P de la dernière unité vendue = Cm 13/12/201445

47 13/12/ Prix 0QuantitéQuantité vendue Profit Demande Coût marginal (constant) Recette marginale Perte sèche Surplus du consommateur Prix uniforme Pour simplifier, on suppose que le CF est nul et que le Cm = CVM = CM est constant Dans ce cas, le profit est (P – Cm)xQ = surplus du producteur Surplus du producteur

48 13/12/ Prix 0 Quantité Quantité vendue Demande Profit = Surplus du producteur = surplus total Pour simplifier, on suppose que le CF est nul et que le Cm = CVM = CM est constant Recette marginale Surplus du consommateur = zéro

49 1. Le producteur a absorbé tout le surplus du consommateur 2. Pas de perte sèche 3. Le surplus total est maximum 4. Le bien être est maximum 5. La Qté produite est optimale 13/12/ Prix 0 QuantitéQuantité optimale vendue Demande Recette marginale

50  Dans la réalité, il est impossible de faire payer un prix différent par client (sauf pour le marchand du souk)  Donc la discrimination tarifaire est imparfaite  Mais même dans ce cas (2 ou 3 classes dans le train, le bateau ou l’avion), La discrimination tarifaire imparfaite augmente le profit du monopole, Mais on ne peut pas dire si elle augmente le surplus total 13/12/201449

51  Dans les avions: autant de tarifs que de passagers ?  Dans les cinémas (en France)  Coupons de réduction (à découper dans les journaux et les magazines)  Les tarifs de jour et de nuit, de semaine et de week end (électricité, téléphone)  Les bourses d’étude (aux Etats-Unis)  Les prix de gros 13/12/201450

52  En un sens, les monopoles sont fréquents:  Brad Pitt, Michael Jackson, Zinedine Zidane ont un genre de monopole, donc il sont payés très cher (Brad Pitt: 25 millions de $ par an, 225 M CFP), car leur présence rapporte beaucoup…  Mais dans un autre sens il sont rares:  A LT il y a tj des substituts pour Brad Pitt, Michael Jackson et Zinedine Zidane  Les vrais monopoles (aucun substitut proche) sont rares, car peu de produits n’ont aucun substitut direct 13/12/201451

53  Un monopole est une firme qui est seul vendeur d’un produit n’ayant pas de substitut proche sur le marché  Il fait face à une courbe de demande décroissante 13/12/201452

54  Comme une firme en concurrence, le monopole doit, pour maximiser le profit, produire la Qté qui égalise la Recette marginale et le coût marginal  Mais son prix est supérieur à sa recette marginale, donc supérieur à son coût marginal 13/12/201453

55  La Qté qui maximise le profit du monopole est inférieure à la Qté optimale qui maximise le surplus total  Un monopole entraîne un perte sèche (perte de surplus total) similaire à celle qui est entraînée par une taxe 13/12/201454

56  Les inconvénients du monopole peuvent être atténués par les lois anti-trust, la réglementation des px, ou la nationalisation  Si les inconvénients paraissent minimes comparés à ceux de l’intervention publique, les pouvoirs publics peuvent choisir de ne rien faire 13/12/201455

57  Les monopoles peuvent augmenter leur profit en pratiquant la discrimination tarifaire, c.a.d. en faisant payer plus les consommateurs dont la disposition à payer est plus élevée  Une discrimination tarifaire parfaite fait disparaître la perte sèche 13/12/201456

58 Fin du chapitre 13/12/201457

59

60 13/12/ Quantity of Output Demand (a) A Competitive Firm’s Demand Curve(b) A Monopolist’s Demand Curve’ 0 Price Quantity of Output0 Price Demand Figure 15-2

61 13/12/ Quantity of Water Price $ Demand (average revenue) Marginal revenue Figure 15-3

62 13/12/ Monopoly price QuantityQ1Q1 Q2Q2 Q MAX 0 Costs and Revenue Demand Average total cost Marginal revenue Marginal cost B 1. The intersection of the marginal-revenue curve and the marginal-cost curve determines the profit-maximizing quantity... A 2....and then the demand curve shows the price consistent with this quantity. Figure 15-4

63 13/12/ Monopoly price Average total cost QuantityQ MAX 0 Costs and Revenue Demand Marginal cost Marginal revenue B C E D Monopoly profit Average total cost Figure 15-5

64 13/12/ Price during patent life Price after patent expires QuantityMonopoly quantity Competitive quantity 0 Costs and Revenue Demand Marginal cost Marginal revenue Figure 15-6

65 13/12/ Quantity0 Price Demand (value to buyers) Efficient quantity Marginal cost Value to buyers is greater than cost to seller. Value to buyers is less than cost to seller. Cost to monopolist Value to buyers Value to buyers Cost to monopolist Figure 15-7

66 13/12/ Quantity0 Price Efficient quantity Monopoly price Monopoly quantity Deadweight loss Demand Marginal revenue Marginal cost Figure 15-8

67 13/12/ Average total cost Regulated price Quantity0 Loss Price Demand Marginal cost Average total cost Figure 15-9

68 13/12/ (a) Monopolist with Single Price Price 0QuantityQuantity sold Monopoly price Profit Deadweight loss Demand Marginal cost Marginal revenue Consumer surplus Quantity sold (b) Monopolist with Perfect Price Discrimination Price 0Quantity Profit Demand Marginal cost Figure 15-10


Télécharger ppt "Chapitre 15 Mankiw 13/12/20141  Une entreprise est un monopole quand elle est le seul vendeur d’un produit.... Qui n’a pas de substitut proche.... Cela."

Présentations similaires


Annonces Google