La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L7PHO (CM2) Acquisition de la parole: production, du babillage aux premiers mots (P. Hallé, LPP) 8 Octobre 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L7PHO (CM2) Acquisition de la parole: production, du babillage aux premiers mots (P. Hallé, LPP) 8 Octobre 2008."— Transcription de la présentation:

1

2 L7PHO (CM2) Acquisition de la parole: production, du babillage aux premiers mots (P. Hallé, LPP) 8 Octobre 2008

3 CM2: Acquisition 1 : Description des différentes étapes observées pour les productions vocales des jeunes enfants, de 0 à 2 ans ; aspects segmentaux (consonnes, voyelles, syllabes) et prosodiques ; laccent est mis sur la spécialisation des enfants pour leur langue maternelle (quels aspects de leurs productions vocales deviennent typiques de leur langue maternelle), en dehors des contraintes universelles (maturation anatomique et contrôle moteur). La première partie du cours est centrée sur les caractéristiques phonétiques du babillage ; dans la seconde, on aborde lémergence des mots produits, y compris celle des mots ou proto-mots de fonction. => savoir décrire les différentes étapes, en particulier le babillage => savoir distinguer/expliquer les aspects spécifiques et les aspects universels

4 ENJEUX THÉORIQUES (1) CAPACITÉS/CONNAISSANCES INNÉES versus APPRISES inné vs. acquis / organe du langage vs. tabula rasa Grammaire Universelle (GU) vs. apprentissage ex nihilo en tout cas, interactions complexes entre organisme et environnement. moyen terme : mécanismes innés pour lacquisition du langage ? (2) PHYLOGENÈSE / SPÉCIFICITÉ DE LA PAROLE Evolution progressive (incrémentale) vs. mutation ? singes apprenants, enfants privés d'input Etapes intermédiaires, proto-langages ? Spécificité des diverses langues Spécificité du traitement de la parole (vs. autres sons)

5 connaissances innées vs. acquises par apprentissage ? Question dépassée ? Non, le débat est vif et lenjeu important : lesprit de lenfant a- t-il un contenu indépendant de lexpérience ? => Points de vue empiriste vs. innéiste Elizabeth Spelke: théorie des core knowledge innés (géométrie, numérosité, physique, balistique, orientation dans lespace…). Ces core knowledges, peuvent être communs à plusieurs espèces animales. Cest leur utilisation en combinaison qui peut être spécifique à telle ou telle espèce animale.

6 Core Knowledge of Geometry in an Amazonian Indigene Group Dehaene, Izard, Pica, & Spelke (2006), Science, 311, Does geometry constitute a core set of intuitions present in all humans, regardless of their language or schooling?... Mundurukú children and adults spontaneously made use of basic geometric concepts such as points, lines, parallelism, or right angles to detect intruders in simple pictures... evidence for geometrical intuitions in the absence of schooling, experience with graphic symbols or maps, or a rich language of geometrical terms.

7 organe du langage vs. apprentissage non spécifique organe du langage vs. apprentissage non spécifique arguments pour l'organe : Idiots parlant; e.g., syndrome de Williams Dysphasiques surdoués ; Autistes Asperger qui ne parlent pas (ne peut s'expliquer par apprentissage ou défaut d'apprentissage) Malgré la pauvreté de l'input les enfants apprennent à parler sans effort : (re)création d'une langue structurée sans langue maternelle véritable - créoles à partir des pidgins - langues signées à partir de "pidgins" signés (Nicaragua: LSN ISN) - cas d'enfants développant seuls une langue signée combinatoire infinie, production de nouvelles phrases jamais apprises… Compromis entre organe et apprentissage général Ce qui est inné n'est pas la GU, mais un programme d'acquisition (innately guided learning) : cf. Darwin qui parlait déjà de … tendance instinctive à acquérir l'art du langage

8 Question des singes '30s: Gua (Kellog's) couldn't speak '40s: Vicki (Hayes') said 'cup', 'up', 'mama', 'papa' (?) '60s: Washoe (Gardner's) (adapted) ASL: 130 signs, 2-3 w-sentences? '70s: Loulis, son of Washoe (Fouts') learned signs from mother? : Lana (Savage-Rumbaugh) keys on electronic keyboard : Nim Chimsky (Terrace) ASL : Sarah (Premack's) magnetic tokens: learned "colour" concept : Koko (Patterson) ASL, created new words: 'eye-hat' 'mask' … '90s: Kanzi (Greenfield) ASL/keyboard learned some syntax? Chomsky: why would chimps need us? language faculty is so advantageous... Enfants privés d'input légendes: Psamtik I (600 BC): selon Hérodote, 1er mot becos (Phrygien); autres: Jean IV d'Ecosse: l'hébreu… Victor de l'Aveyron (Sicard puis Itard): never could speak (only "Oh Dieu") but could write. 'Genie': enfant placard '70s (!) at 13: only learned telegraphic speech. 'Isabelle': isolée avec mère muette -> 6: good language level after 2 years! Helen Keller: sourde/aveugle à 19 mois: apprend par le toucher (w-a-t-e-r), puis à parler (-> méthode Tadoma), à lire/écrire le Braille… Suggère: lâge est critique surtout pour le langage parlé (Victor); implications pour un "organe du langage" ?

9 PLAN production: spécialisation vers la langue maternelle aspects généraux (liés à la prosodie) - exemples de babillages anglais, français … caractéristiques segmentales - voyelles, consonnes, cooccurrences - vers le modèle adulte premiers mots mots de fonction

10 Productions vocales enfantines: les stades "classiques" (1) 0–2mois : sons "végétatifs" ou "réflexifs" (2) 2–5 mois : 'cooing' (arheu, agueu …); 16 semaines : rire vers 4–5 mois : contrôle phonation, premières voyelles (Koopmans van Beinum & van der Stelt, 1979) (3) 3–7 mois : vocalisations "volontaires", (qques protosyllabes) (4) 7–10 mois : babillage canonique (syllabes répétées et jargon) (5) 9-11 mois : 'variegated' babbling et jargon Variantes terminologiques - "Goo" stage (Oller, 1980), "Cooing" (Stark, 1980), "Glottal" and "Velar" stage (Roug et al., 1989). - "Expansion stage" (O), "Vocal Play" (S), "Vocalic stage" (R) - Koopmans van Beinum (1979): uninterrupted/interrupted phonation (1/2) single/reduplicated articulatory movements (2/4), phonatory variations (3)

11 Positions théoriques sur le statut du babillage exercices sans rapport avec le stade linguistique des 1ers mots Jakobson (1941: Langage enfantin et aphasie ) Chomsky (1959: A review of Skinner's Verbal Behavior, Language ) Lenneberg (1967: Biological foundations of language ) (pts communs: 1. caractère universel, 2. input peu (pas) important, 3. discontinuité entre babillage et 1ers mots) continuité entre babillage et 1ers mots, modèle "biomécanique" MacNeilage ( : Frames then Contents) Lindblom (1992: phonological units as adaptive emergents) (base = cycle mandibulaire; contraintes perception/production ; on reste dans l'universel mais la continuité observée est expliquée) interaction entre contraintes universelles et "expérience" de l'input de Boysson-Bardies et col. (1989: babbling drift, cf. Brown '50s) (sélection des formes phonétiques et prosodiques pertinentes)

12 importance de l'input auditif et visuel; convergence vers le modèle adulte (hypothèse de l'interaction) orientation "spéciale" des enfants pour la parole: détection des accents étrangers ( Grégoire, 1937 : anecdotes; Mehler et al., 1988: données expérimentales) capacités d'imitation des expressions/gestes, e.g. du visage: Meltzoff & Moore (1977), Science. enfants sourds: des vocalisations jusqu'à 6 mois, mais babillage retardé (~4-6 mois), et surtout des [ba, ma, pa] "visibles" babillage manuel données empiriques des études inter-langues => convergence - jugements par adultes des productions enfantines - analyses acoustiques - comptages basés sur transcriptions larges parallélisme production / perception

13 Meltzoff, A. N., & Moore, M. K. (1977). Imitation of facial and manual gestures by human neonates. Science, 198, Facial imitation at 2-3 weeks

14 Petitto et al., 2001, Nature Les enfants exposés à l'ASL ont, en plus du beat "rapide" (2.5 Hz), un rythme lent (~1.5 Hz) : ce serait la base du babillage manuel. Petitto & Marentette, 1991, Science babillage manuel

15 Base du "babillage manuel" : Petitto et al. (2001), Nature

16 Les bébés utiliseraient le côté droit de la bouche (plus ouvert) pour le babillage, mais pas pour les sourires ou autres sons de "non-babillage" (Holowka et Pettito, 2002, Science: mos Fr/Eng babies)

17 Fig. 1. Consecutive frames from video recordings showing a baby's left mouth opening while smiling (left) and right mouth opening while babbling (right). Mean Laterality Index (LI) scores for all of the babies were as follows: babble = (red), nonbabble = (yellow), and smile = (blue). smilingBABBling

18 Les babillages commencent à se différencier dès 8 mois Expériences de jugement subjectif (de Boysson-Bardies et al., 1984) : Ss adultes français ; paires d'échantillons babillage [fr., autre] échantillons de babillage comparaison8 mois10 mois français vs. tunisien français vs. cantonais pourcentages d'identifications correctes (lequel des deux est français ?) critères possibles: intonation, qualité de voix … bébés tunisiens: attaques dures, friction dans relâchements, accentuation. bébés français: allongements, modulations plus douces. bébés cantonais: entering tones –> glottal stop exemples adultes : [hap], [yat], [kok] => [ha?, yat?, ko?]

19 extrait de babillage "cantonais" Typique du cantonais ? [la.a˘E) ta?] ton "entrant" sur [ta] ( [taë])

20 extrait de babillage "algérien" Typique d'une langue arabe? [?ajze ajE˘] (glottal stop en initiale)

21 extrait de babillage "british" No comment … On croit reconnaître "sandwich" (+ pattern F0 !)

22 extrait de babillage "français" Un échantillon moins exotique (bien français ?) [bujeojae˘]

23 A coté de ces impressions qualitatives, y a-t-il des différences que l'on pourrait quantifier ? prosodie, patterns métriques (Levitt & Wang,1991) : différences entre bébés français et américains dès 5 mois propriétés spectrales : spectres LTS (long term spectra), reflétant positionnements supralaryngaux spécifiques ? timbre et distribution des voyelles : "espaces vocaliques" influencés par l'environnement linguistique ? distribution des consonnes cooccurences CV aspects "coarse grain" (squelettes syllabiques, patterns syllabiques …)

24 British English Algerian FrenchCantonese Espaces vocaliques pour 4 communautés (10 mois) Ellipses à 75% de confiance (de Boysson-Bardies et al., 1989, JCL)

25 Indice de compacité F2/F1 pour 4 communautés (adultes vs.10 mois) Exemples: / a, O / compactes ; /i/, /e/ diffuses

26 Distributions des voyelles (~ 18 mois: français vs. japonais) high back [ u, ¨ ] mid front [ e, E ] high front [ i, y ] Tendances: beaucoup plus de HB (très net) et HF en japonais qu'en français; davantage de MF en français. Tendances pour les langues en général (language), les mots adultes "visés" par les enfants, les premiers mots et le babillage.

27 Distributions des consonnes (français, anglais, japonais, suédois) 0-25 Words :10 mois à mois Tendances stables : les français ont (a) le plus de labiales et (b) le moins de stops; les % névoluent pas beaucoup, mais les SDs diminuent de façon marquée (de ~24% à ~8%) % labiales % occlusives

28 Affinités "biomécaniques" (MacNeilage & Davis, 2000, Science) Fig 1. A schematic view … [with] the three intrasyllabic CV co-occurrence patterns … [mama, dædæ, gogo] by an American adult and babbling episodes … can be heard at Science Online: [ma, dæ, go] adult infant

29 adulte : mama, tætæ F2 pour [æ] vs. [a] : ~1900 > ~1200 Hz enfant : mama, tætæ ? F2 pour [æ] vs. [a] : ~1450 < ~1750 Hz mais est-ce bien un [æ] plutôt qu'un [a] ? mama taetae

30 1. AJA mother, older female relative15. MANO man 2. BU(N)KA knee, to bend 16. MENA to think (about) 3. BUR ashes, dust 17. MI(N) what? 4. CHUN(G)A nose, to smell 18. PAL the number 2 5. KAMA hold (in the hand) 19. PAR to fly 6. KANO arm 20. POKO arm 7. KATI bone 21. PUTI vulva 8. K'OLO hole 22. TEKU leg, foot 9. KUAN dog 23. TIK finger, the number KU(N) who? 24. TIKA earth 11. KUNA woman 25. TSAKU leg, foot 12. MAKO child 26. TSUMA hair 13. MALIQ'A to suck(le), nurse, breast 27. ?AQ'WA* water 14. MANA to stay (in a place) Tendances universelles ? MacNeilage & Davis (2000), Science Affinités CV Vowel FrontCentralBack Coronal ConsonantLabial Dorsal Biais "LabCor" C2 LabialCoronalDorsal Labial83 C1Coronal114 Dorsal15

31 CV affinities in the first & second syllabes of CVCVs (interaction…) Adult reference10-12-month-olds blue: 'biomechanic' (8 et 8); brown: 'unpredicted' (10 et 14) (only data for at least 5% of total CV productions are presented) (de Boysson-Bardies, 1993, "Ontogeny of language-specific syllabic productions")

32 Conclusion sur les productions précoces Convergence nette vers la langue maternelle dès 10 mois Aspects les plus saillants : - D'abord des aspects larges, plutôt prosodiques - Puis les voyelles - Ensuite, consonnes et patterns syllabiques L'appartenance linguistique d'un enfant est reconnaissable vers 8-10 mois.

33 quelques données de prosodie communication par l'intonation (vers 4-5 mois ?) - d'Odorico (1984), JCL : corrélations 'type de cris' x 'signifié' - Huttenlocher (1984) : compréhension 'no!' 'yes!' imitation des contours F0 dès 4 mois - Kuhl & Meltzoff (1982), Science : observation 'anecdotique' effets positifs du registre "motherese" (intonation exagérée) différences inter-langues pour énoncés bi-/tri-syllabiques dès 7 mois ( Whalen et al., 1991 ; Levitt & Wang, 1991) : reliés aux patterns prosodiques adultes globaux. pas de convergence vers le modèle adulte avant ~20 mois pour les tons chinois et thai ( Li & Thompson, 1977; Clumeck, 1980; Tuaychaoren, 1977 ), ou pour l'accent de mot en japonais ( Hallé et al., 1991: émergence vers 18 mois ).

34 babillage tardif ca mois [ ÔQÔç ] (japonais, 18.6) Hallé et al., 1991, L&S

35 Taro Emi => Tendance émergente à la conformité au modèle adulte Accent de mot reproduit par les 18 mois japonais ?

36 Point sur le babillage les voyelles produites dans le babillage s'orientent vers le modèle adulte vers 10 mois. pour les consonnes, ce serait un peu plus tard (12 mois) (à partir de comptages ; données acoustiques non fiables.) c'est l'ordre observé pour la spécialisation en perception. Le retard de la production sur la réception est une constante en acquisition du langage (e.g., acquisition lexicale). Situation moins claire pour la prosodie selon intonation vs. ton/accent lexical (cf. Chao 1969: 'ripples and waves'): - jeu sur l'intonation précoce en communication - patterns accentuels moins précoces (e.g., tons)

37 EXTRAS: premiers mots

38 Les premiers mots en production Stratégies pré-phonologiques (1) Squelette mélodique = mise à un gabarit standard Exemple : gabarit CVLV (consonne-voyelle-/l/-voyelle) ballon bala cuillère kola canard kala (2) Pattern harmonique = simplification par harmonisation des consonnes (ou des voyelles) Exemples : chapeau papo gâteau tato

39 Systématisation proto-phonologique Exemple : Henri (cf. de Boysson-Bardies, 1996) modifie les mots de structure mVCV (/m/-voyelle-consonne-voyelle) en remplaçant /m/ par /b/ ou par /p/: /b/ si C voisé /m/ Exemples : /p/ si C non voisé C non voisé (/s/): monsieur peusieu C non voisé (/S/): méchant pécha C voisé (/z/): musique bizik

40 Capacités grammaticales précoces Nous nous limitons ici à des opérations relativement simples de traitement syntaxique, et même, au seul cas des syntagmes du type déterminant + nom. - les déterminants ont une charge sémantique faible, pas de référent clair, ne contribuent pas à laffectation des rôles thématiques. - pauvreté phonétique/phonologique (formes réduites, acoustiquement peu saillantes,)

41 point de vue empiriste : formules apprises lenfant extrait peu à peu de linput des séquences qui ne sont dabord pas analysées (mots globaux); il acquiert dabord par des mécanismes statistiques dapprentissage général des formules lexicales. Par exemple, petit suisse, la moto … les catégories grammaticales émergeraient plus tard, pas avant le stade combinatoire, vers 2-3 ans. (Cette émergence reste mystérieuse...) Il y a donc pour lacquisition de la catégorie déterminant: (a) non-précocité (> 2-3 ans) (b) discontinuité (système non structuré structuré) (dune mosaïque de formules à une grammaire)

42 les formules sont spécifiés phonétiquement pour tous les éléments qui les composent. (petit suisse,mon biberon). Doù une 3ème propriété : (c) spécification (la formule est totalement spécifiée phonétiquement) Enfin, (d) peu ou pas de combinatoire => peu doverlap (de recouvrement) entre les formules acquises. test de loverlap pour des séquences det.+N : Overlap si N produit après de nombreux déterminants (ex. mon canard, le canard, ces canards …) pas doverlap si N nest produit quaprès tel déterminant exemple: canard après le => la formule le canard

43 point de vue innéiste : décomposition-recomposition Lenfant a des concepts innés sur des catégories latentes. Linput permettra de remplir les catégories. le remplissage des catégories est possible très tôt pour les mots de fonction fréquents (ex. déterminants). la capacité innée à segmenter en groupes syntaxique- prosodiques aide à découvrir les déterminants, et sils sont avant ou après les noms (bord gauche ou droit). Les mots de fonction (ex. déterminants), conjugués au découpage prosodique, fournissent le squelette grammatical des énoncés.

44 le remplissage des catégories est incrémental; pour les déterminants, lenfant en code de plus en plus, et les représente dune façon de plus en plus détaillée. Tous ces aspects correspondent à des propriétés à peu près opposées à celles prédites par la vision empiriste: (a) précocité (déterminants reconnus/traités tôt) (b) continuité (enrichissement incrémental) (c) sous-spécification initiale (phonétique, morpho-syntaxique) (d) combinatoire (=> overlap)

45 Données de productions précoces (2-3 ans) les enfants de 2 ans omettent les déterminants… => Ils nen ont pas de représentations ? (pt de vue empiriste) Une conclusion opposée est tirée dune analyse plus fine: (a) tâches dimitation ( Gerken et al., 1990 : 26 mois): Pete pushes the ball > Pete pushes ball Pete pushes na ball > Pete pushes naball Les enfants font donc bien la différence entre the et na… …les 2-ans analysent the comme un morphème et na comme début du mot naball… ( Gerken et al., 1990)

46 (b) études de corpus ( Valian et coll., ): à 2 ans, les enfants (MLU3-4) omettent les déterminants ~9 fois sur 10. Mais lorsquils les produisent: pas de confusion avec les adjectifs (det. modificateur) the red truck, jamais *red the truck the green green truck, jamais *the the truck the tiny green truck, jamais *the my truck positifs au test doverlap (e.g., ball apparaît dans the ball, a ball, my ball, etc.); si on tient compte du nbre de fois où chaque N apparaît avec un déterminant, pas de différence enfant-adulte.

47 (c) filler syllables (FS) produites en général avant un mot; souvent réduites à une voyelle non-accentuée; variabilité inter-enfants; documenté pour langues européennes (à déterminants); disparaissent vers 3-4 ans (deviennent déterminants). modèle de la sous-spécification initiale: les FS sont des formes sous-spécifies de déterminants; leur existence même est difficile à expliquer par la théories des formules lexicales bien spécifiées: une forme FS+nom est toujours qqch que lenfant na jamais entendu.


Télécharger ppt "L7PHO (CM2) Acquisition de la parole: production, du babillage aux premiers mots (P. Hallé, LPP) 8 Octobre 2008."

Présentations similaires


Annonces Google