La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Réglementation Physique Matériel Accidents Physiologie Tables Accidents CANNES JEUNESSE PLONGEE Paul Franchi Février 1997 – révisé Nov 2002 Oreille.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Réglementation Physique Matériel Accidents Physiologie Tables Accidents CANNES JEUNESSE PLONGEE Paul Franchi Février 1997 – révisé Nov 2002 Oreille."— Transcription de la présentation:

1

2 1 Réglementation Physique Matériel Accidents Physiologie Tables Accidents CANNES JEUNESSE PLONGEE Paul Franchi Février 1997 – révisé Nov 2002 Oreille Respiration Circulation Vision

3 2 Oreilles: Audition & Equilibre O.externe O.moyenne O.interne Lappareil auditif se compose de 3 parties: oreille externe, moyenne et interne. Loreille externe est reliée à lextérieur par le conduit auditif et est séparée de loreille moyenne par le tympan (paroi souple et étanche). Loreille interne est le siège des systèmes daudition et de léquilibre. La trompe dEustache permet à loreille moyenne de communiquer avec les fosses nasales

4 3 Oreilles: O.externe O.moyenne O.interne AuditionSchéma

5 4 La circulation sanguine

6 5 Le cœur est constitué de deux pompes indépendantes G & D qui fonctionnent en 3 temps: Zoom sur le coeur Contraction des 2 oreillettes (Systole auriculaire) remplissage des ventricules 3.Contraction des 2 ventricules (Systole ventriculaire) flux artèriels 1. Repos (Diastole) remplissage des oreillettes & ventricules

7 6 Circulation sanguine et échanges gazeux Accidents CO2 apport O2 O2 production CO2 Le rôle du sang Transport des gaz O2, CO2 par les globules rouges et le plasma N2 dissous non métabolisé Oxygénation des tissus apport O2 alvéolaires production CO2 par les tissus Nutrition & Déchets Défense & « Maintenance »

8 7 le système respiratoire espace mort anatomique + tuba

9 8 Inspirez… un processus actif l Lors dune inspiration normale, il y a seulement une contraction du diaphragme qui sabaisse sur un influx nerveux (reflexe inspiratoire) l Le volume de la cage thoracique augmente l La pression intra–alvéolaire est moins forte que la pression ambiante Entrée de lair dans les poumons. l Lors dune inspiration forcée, les muscles inter–costaux externes se contractent pour soulever les côtes en plus de labaissement du diaphragme. l Linflux inspiratoire cesse et les muscles se relâchent l Diminution du volume de la cage l La pression intra–alvéolaire devient alors plus forte que la pression ambiante Lair est expulsé en dehors des poumons. l Lors dune expiration forcée les abdominaux et les muscles inter–costaux internes se contractent pour faire sortir une plus grande quantité dair. Expirez… un processus passif

10 9 Volumes pulmonaires Accidents Soufflet thoracique et volumes respiratoires l air résiduel 1 l l réserve expiratoire 1 l 5 l réserve Inspiratoire 2 l 5 l air courant 0 l 5

11 10 Réglementation Physique Matériel Accidents Physiologie Tables Barotraumatismes Intoxications Décompression Accidents Froid, Noyade, Apnée, Milieu CANNES JEUNESSE PLONGEE Paul Franchi Février 1997 – révisé Nov 2002

12 11 Il est vital de connaître les principaux accidents de plongée pour pouvoir: 1.ressentir (pour soi) ou reconnaître (chez lautre) les premiers signes 2.intervenir efficacement (éviter le sur-accident, alerter) Les accidents mécaniques ou barotraumatiques dus à des variations de pression dans les cavités creuses du corps humain (loi de Mariotte): Les accidents bio-physiques (de décompression) dus à des formations de bulles dAzote dans certains tissus (désaturation critique et loi de Henry). Les accidents bio-chimiques dus à lintoxication par les gaz à des pressions partielles trop élevées (loi de Dalton). Les accidents dus au milieu marin hypo & hyperthermie noyade animaux dangereux ou venimeux apnée Typologie des Accidents de Plongée Accidents

13 12 Barotraumatismesréguliers chez les débutants, dans la zone 0-10m, effet brutal immédiat tympans graves si perforation ou récidive fréquents en Apnée souvent associés à une erreur technique surpression pulmonaire très graves, souvent mortels souvent associés à une panique, ou à une panne matérielle placage de masquefréquents en Apnée sinus, yeux, estomac, etc. Analyse des Accidents de Plongée Accidents Tous les accidents de plongéerares, < 1/ plongées < Football Accidents de décompression (ADD) rares chez les débutants, plutôt dans la zone 20-60m, effet souvent différé de plusieurs heures graves, séquelles fréquentes neurologiques, cardio-pulmonaires: souvent associés à une remontée trop rapide «bends», cutanés:rares en plongée loisir

14 13 Analyse des Accidents de Plongée Accidents Tous les accidents de plongéerares, <1/ plongées < Football Intoxications(bio-chimiques) essoufflement (CO2)fréquents si profondeur ou courant ou mauvais équilibrage ou palmage, risque de panique, favorise les ADD narcose (N2), plongeurs expérimentés => risque de noyade hyperoxie (O2)attention au Nitrox intoxications (CO)rares en plongée loisir Noyadesouvent la suite dun autre accident ou dune panique Hypothermiefavorise les ADD, sensibilité accrue chez les enfants Apnéebaros des oreilles, sinus + danger de lhyperventilation Animaux marins venimeuxne rien toucher attaquesextrêmement rares

15 14 Accidents Barotraumatismes Accidents CANNES JEUNESSE PLONGEE Paul Franchi Février 1997 – révisé Nov 2002 Oreille Surpression Pulmonaire Sinus & Dents Masque Estomac & Intestinc

16 15 Cavité fermée Sinus, Oreille implosion Placage de Masque, Dents succion explosion Alvéoles pulmonaires, Dents,Sinus, Oreilles Estomac, intestins déformation Physique Principe des Barotraumatismes Les cavités creuses du corps humain, si elles sont fermées pendant la descente ou la remontée, subissent des différences de pression importantes.

17 16 Accidents Causes principales: Causes principales: mauvaise technique: mauvaise technique: non équilibrage des oreilles, du masque obstructiontemporaire due à une infection: obstruction temporaire due à une infection: otite, sinusite, rhume, carie, etc. malformations & contre- indications: malformations & contre- indications: trompes dEustache, bronches à clapet, asthme Les Barotraumatismes Sinus frontaux Sinus maxillaires Oreille moyenne Trompe dEustache Poumons Estomac Intestins Pharynx, Trachée Oesophage Dents Masque

18 17 Oreilles: O.externe O.moyenne O.interne Equilibrage par la trompe dEustache à la descente equilibrez tôt

19 18 Oreilles: méthodes déquilibrage Quand ?Méthodetechniquemécanisme Exclusive ment Pas trop fort Valsalva Italie, 1700 Expirer en se pinçant le nez Surpression des poumons vers TE Frenzel All., 1940 Souffler du nez en le pinçant Surpression des fosses nasales vers TE ne pas avaler de lair Toynbee GB,1800 DéglutirEquipression par déglutition À volonté BTV Delonca,1950 Roydhouse,NZ «vouloir » ouvrir sa trompe Equipression par ouverture musculaire risque SP & ADD risque aérophagie

20 19 Barotraumatismes de lOreille Symptômes: gêne légère => vive douleur => rupture du tympan => vertiges, syncope => noyade Accidents Traitement: en cas de douleurs persistantes, ou troubles auditifs consulter un ORL Prévention: équilibrer pendant la descente, dés les premiers mètres, en cas de douleurs pendant la descente, remonter de quelques mètres (sans Valsalva), et réessayer de descendre sans forcer. si impossible déquilibrer, ne pas insister et consulter un ORL en cas de douleurs pendant la remontée, stopper la remontée (redescendre de quelques mètres), reprendre la remontée lentement après quelques instants après plonger, rincer le « matos » Conseils: ne pas utiliser de coton-tige ne jamais obstruer le canal auditif: coton, bouchons,... ne pas faire de VALSAVA en remontant cet accident est identique en apnée et la prévention est la même.

21 20 Barotraumatisme des Sinus Symptômes: Symptômes: vive douleur faciale: au front ou au maxillaire vive douleur faciale: au front ou au maxillaire Accidents Traitement: Traitement: consulter un ORL. consulter un ORL. en cas de douleurs pendant la descente, remonter de quelques mètres, et réessayer de descendre sans forcer. en cas de douleurs pendant la descente, remonter de quelques mètres, et réessayer de descendre sans forcer. en cas de douleur pendant la remontée, redescendre de quelques mètres, et remonter très lentement.. en cas de douleur pendant la remontée, redescendre de quelques mètres, et remonter très lentement.. Prévention: Prévention: il est impossible déquilibrer volontairement ses sinus. il est impossible déquilibrer volontairement ses sinus. ne pas plonger en cas de rhume ou sinusite ne pas plonger en cas de rhume ou sinusite cet accident est identique en apnée et la prévention est la même. cet accident est identique en apnée et la prévention est la même. Cause: Cause: Pendant la descente, si les voies de communication entre les sinus et les fosses nasales sont obstruées, léquilibre des pressions peut être difficile à réaliser voire impossible. Pendant la descente, si les voies de communication entre les sinus et les fosses nasales sont obstruées, léquilibre des pressions peut être difficile à réaliser voire impossible. En remontant, si les communication sont encombrées, le rééquilibrage peut être long et douloureux. En remontant, si les communication sont encombrées, le rééquilibrage peut être long et douloureux.

22 21 Barotraumatisme des Dents Symptômes: Symptômes: vive douleur dentaire pouvant subsister après le retour en surface. vive douleur dentaire pouvant subsister après le retour en surface. Accidents Traitement: Traitement: consulter un dentiste consulter un dentiste en cas de douleur pendant la remontée, redescendre de quelques mètres, et remonter très lentement. en cas de douleur pendant la remontée, redescendre de quelques mètres, et remonter très lentement. Prévention: Prévention: Faire une visite de contrôle chez un dentiste avant chaque saison. Faire une visite de contrôle chez un dentiste avant chaque saison. Cause: Cause: pendant la plongée, de lair sous pression pénètre dans une dent cariée ou sous un plombage abîmé. pendant la plongée, de lair sous pression pénètre dans une dent cariée ou sous un plombage abîmé. en remontant, lair se dilate très rapidement (loi de Mariotte) et ne parvient pas à séchapper suffisamment vite. en remontant, lair se dilate très rapidement (loi de Mariotte) et ne parvient pas à séchapper suffisamment vite.

23 22 Coliques des Scaphandriers Symptômes: Symptômes: vives douleurs abdominales pouvant entraîner une syncope et subsister après le retour en surface. vives douleurs abdominales pouvant entraîner une syncope et subsister après le retour en surface. Accidents Traitement: Traitement: consulter un médecin et recomprimer en caisson si nécessaire. consulter un médecin et recomprimer en caisson si nécessaire. Prévention: Prévention: Eviter les féculents avant de plonger. Eviter les féculents avant de plonger. Attention aux exercices de remontée à deux sur un seul embout. Attention aux exercices de remontée à deux sur un seul embout. Cause: Cause: De lair provenant soit de fermentation digestive, soit dair avalé en plongée, se dilate dans lestomac ou les intestins pendant la remontée (loi de Mariotte). De lair provenant soit de fermentation digestive, soit dair avalé en plongée, se dilate dans lestomac ou les intestins pendant la remontée (loi de Mariotte).

24 23 Placage de Masque Symptômes: Symptômes: troubles de la vision troubles de la vision douleurs aux globes oculaires. douleurs aux globes oculaires. vaisseaux sanguins éclatés et oeil au beurre noir vaisseaux sanguins éclatés et oeil au beurre noir Accidents Traitement: Traitement: consulter un ophtalmo consulter un ophtalmo Prévention: Prévention: Pendant la descente, souffler régulièrement par le nez, de lair dans le masque. Pendant la descente, souffler régulièrement par le nez, de lair dans le masque. Cause: Cause: pendant la descente, le volume dair intérieur diminue et lair se comprime jusquà la limite délasticité de la jupe pendant la descente, le volume dair intérieur diminue et lair se comprime jusquà la limite délasticité de la jupe si la descente continue sans équilibrage, le masque fait ventouse sur le visage, notamment sur les globes oculaires. si la descente continue sans équilibrage, le masque fait ventouse sur le visage, notamment sur les globes oculaires. Conseil: Conseil: cet accident est identique en apnée et la prévention est la même. cet accident est identique en apnée et la prévention est la même.

25 24 La Surpression pulmonaire (SP) Le plus grave des accidents de plongée Concerne les débutants: panique ou manque de contrôle, habitude de lapnée Risque augmenté prés de la surface Attention aux exercices de formation avec remontée Sensibilité accrue des jeunes enfants Symptômes brutaux et immédiats Assistance et secours urgents Risque élevé dADD à suivre

26 25 Surpression Pulmonaire: Anatomie SANG Pneumothorax Emphysème sous cutané Œdème Aigu Pulmonaire Embolie gazeuse neurologique Emphysème médiastinal SANG Air intersticiel Air veineux, puis artériel

27 26 Lembolie gazeuse cérébrale Accidents pendant la plongée, lappareil respiratoire (poumons, alvéoles,..) contient de lair sous la pression ambiante. pendant la plongée, lappareil respiratoire (poumons, alvéoles,..) contient de lair sous la pression ambiante. si lexpiration est impossible pendant la remontée, lair dilate les poumons au-dela de leur élasticité et déchire les alvéoles pulmonaires (loi de Mariotte). si lexpiration est impossible pendant la remontée, lair dilate les poumons au-dela de leur élasticité et déchire les alvéoles pulmonaires (loi de Mariotte). le sang entraîne des bulles dair vers le coeur par les veines pulmonaires, puis vers le cerveau par laorte et les carotides avec risque dembolie le sang entraîne des bulles dair vers le coeur par les veines pulmonaires, puis vers le cerveau par laorte et les carotides avec risque dembolie Hémisphères cérébraux Carotides Art. sous-clavière gche Art. sous-clavière dte Crosse Aortique Alvéoles pulmonaires Veine pulmonaire Air

28 27 Surpression pulmonaire Quand et Où?SymptômesMécanismesCauses A la remontée exclusivement Le risque augmente dans la zone 0-10m La gravité augmente avec la vitesse de remontée Attention aux exercices de formation Attention Suites ADD probables Toux, Difficulté respiratoire Suffocation Syncope, Mort Déchirure alvéolaire Air sang Sang Alvéoles Blocage de la respiration Volontaire (apnée) ou involontaire Panique Spasme de la glotte Malformation de type bronches à clapet Crise dasthme Valsalva prolongée à la remontée Fatigue, troubles des sens, paralysie Aorte: Embolie gazeuse Neurologique Spume rosâtre Crachats sanglants Douleurs thoraciques Alvéoles : OAP Plèvre: pneumothorax Douleurs thoraciques arythmie cardiaque Médiastin Emphysème médiastinal Cou enflé crépit, rouge Trachée Emphysème sous cutanée

29 28 SP: Conduite à tenir Réagir très rapidement Eviter le sur-accident (noyade) Alerter les secours Sécher, réchauffer, rassurer, allonger (PLS ?) Oxygénothérapie normobare Hydrater si conscient car ADD probable Aspirine? (cest toujours laccidenté qui décide) Faire évacuer vers un centre hyperbare Ne jamais réimmerger Surveiller le reste de la palanquée Sauvegarder paramètres et équipements

30 29 Prévention de la Surpression Pulmonaire Accidents 1.Certificat médical annuel de non contre indication à la plongée 2.Ne pas bloquer sa respiration en remontant surtout dans les 10 derniers mètres. 3.Penser à expirer sur Vidage de masque, lâcher dembout (échange) et sur REC. 4.Ne jamais donner dair au fond à un plongeur en apnée 5.Stopper immédiatement toute remontée comportant un incident, même mineur 6.Pas de Valsalva à la remontée 7.Ne jamais remonter plus vite que la vitesse préconisée

31 30 Accidents ADD Accidents CANNES JEUNESSE PLONGEE Paul Franchi Février 1997 – révisé Nov 2002 Cutané Neurologique & Médulaire Osteo-articulaire Oreille interne Cardio-pulmonaire

32 31 Les Accidents de Décompression - I Accidents Cause: Une désaturation trop rapide provoque la formation de bulles dazote dans des tissus. La nature et la gravité de laccident dépendent de la localisation et de la taille des bulles. Neurologiques Oreille interne Cardiaques Pulmonaires Osteo-articulaires (bends) Cutanés (puces & moutons) Symptômes: les premiers troubles (malaise, fatigue intense, sensitifs, etc.) apparaissent après le retour surface: dans les 30 minutes pour 50 % des cas dans les 6 heures pour 99 % des cas. Médullaires

33 32 Les Accidents de Décompression - II Accidents Cutanés (Puces, Moutons): démangeaisons localisées ou généralisées, dues à un dégazage au niveau de la peau. Accident des plongées professionnelles « au sec » Cutanés (Puces, Moutons): démangeaisons localisées ou généralisées, dues à un dégazage au niveau de la peau. Accident des plongées professionnelles « au sec » Neurologiques & Médullaires : accidents généralement très graves: fatigue intense «fourmis» ou engourdissement trouble de la vision, et de la paroletrouble moteurs épilepsieimpossibilité duriner paralysie- hémiplégiecoup de poignard dans les reins paraplégie Osteo-articulaires « bends »: accidents dus à des bulles « coincées », provoquant de vives douleurs aux articulations: épaules, coudes, hanches, genoux. Rare en plongée loisir (travail). Attention, la répétition peut entraîner des infirmités permanentes. Osteo-articulaires « bends »: accidents dus à des bulles « coincées », provoquant de vives douleurs aux articulations: épaules, coudes, hanches, genoux. Rare en plongée loisir (travail). Attention, la répétition peut entraîner des infirmités permanentes. Oreille interne: dégazage dans le liquide de loreille interne qui provoque des vertiges et des nausées, à ne pas confondre avec le mal de mer. Oreille interne: dégazage dans le liquide de loreille interne qui provoque des vertiges et des nausées, à ne pas confondre avec le mal de mer. Pulmonaire: Pulmonaire: gène respiratoire gène respiratoire oedème du poumon oedème du poumon Cardiaque: Cardiaque: infarctus infarctus

34 33 Les Accidents de Décompression - III Accidents Traitement: Transfert vers un caisson de recompression multiplace. Alerte radio, transfert rapide Noter et joindre les paramètres et les ordinateurs Mettre toute la palanquée sous surveillance Traitement à laccidenté en attendant le transfert Oxygène pur 15l/min Eau pure (1-2 l) Aspirine? (décision de laccidenté) Prévention: les accidents de décompression sont rarement immérités: Non-respect des procédures (tables ou ordis) vitesse de remontée et temps de paliers successives & consécutives Facteurs aggravants: profils à risques: Yo-YO & inverse plongées multiples stress, froid, fatigue, médicaments, alcool Activités à éviter après la plongée: altitude, avion apnée, Valsalva efforts physiques Important: Ne pas faire boire dalcool Ne jamais réimmerger, mème si le transport est long Dans le doute, ne pas hésiter à transférer. Le succès du traitement et le rétablissement futur dépendent essentiellement de la rapidité de la mise en oeuvre.

35 34 Accidents Bio-chimiques Accidents CANNES JEUNESSE PLONGEE Paul Franchi Février 1997 – révisé Nov 2002 Essoufflement(CO2) Narcose (N2) Hyperoxie (O2) Intoxications (CO, CO2)

36 35 Les Accidents bio-chimiques Accidents Intoxication par CO2 ou par CO: % faible en surface => Pp critique au fond Intoxication par CO2 ou par CO: % faible en surface => Pp critique au fond Air pollué dans la bouteille (CO, CO2) Air pollué dans la bouteille (CO, CO2) Essoufflement en plongée(hypercapnie) (CO2) Essoufflement en plongée(hypercapnie) (CO2) Intoxication par O2 (Hyperoxie, cas du Nitrox et autres mélanges): Intoxication par O2 (Hyperoxie, cas du Nitrox et autres mélanges): Effet Paul Bert (atteinte du système nerveux central due à une exposition à une ppO2 > 1,6 bars) Effet Paul Bert (atteinte du système nerveux central due à une exposition à une ppO2 > 1,6 bars) Ne concerne pas la plongée à lair dans la limite juridique des 60m. Ne concerne pas la plongée à lair dans la limite juridique des 60m. Concerne la plongée au Nitrox et avec Mélanges Concerne la plongée au Nitrox et avec Mélanges Effet Lorrain-Smith (atteinte pulmonaire due à une exposition prolongée à une ppO2 > 0,5 bars). Effet Lorrain-Smith (atteinte pulmonaire due à une exposition prolongée à une ppO2 > 0,5 bars). Ne concerne pas la plongée loisir.Ne concerne pas la plongée loisir. Intoxication par N2 Intoxication par N2 Ivresse des profondeurs ou Narcose à lazoteIvresse des profondeurs ou Narcose à lazote (le CO2 est un facteur aggravant, donc le froid, leffort et le stress) (le CO2 est un facteur aggravant, donc le froid, leffort et le stress)

37 36 Intoxication au CO2 (hypercapnie) Accidents Cause: Le gaz CO2 est toxique air pur contient 0,03 % de CO2 avec 2% => premiers troubles avec 7 % => congestion et difficulté respiratoire au dela de 7 % => syncope Intoxication par Essoufflement: surproduction de CO2 due à un effort et à une mauvaise ventilation respiratoire. Effet de la profondeur sur la qualité de lair à la surface, air avec 1% de CO2 => respirable à -40m, PPCO2 = 5b * 1%, équivalent à 5% de CO2 en surface => dangereux Causes dessoufflement en plongée: froid, courant, effort équipement inadapté: détendeur dur, combinaison serrée manque dentrainement physique mauvais équilibrage ou palmage inefficace

38 37 Schéma de lessoufflement Volumes pulmonaires et essoufflement Accidents Soufflet thoracique et volumes respiratoires l air résiduel 1 l l réserve expiratoire 1 l 5 l réserve Inspiratoire 2 l 5 l air courant 0 l 5 l Inspiratoire 2 l 5 l Courant 0 l 5 l Expiratoire 1 l 5 l Résiduel 0 l 5 REPOS PLONGEE CALME PLONGEE EFFORT ESSOUFFLEMENT Rythme Amplitude

39 38 Essoufflement Accidents Symptômes Symptômes En plongée: En plongée: essoufflement => rythme respiratoire accéléré => apnée expiratoire impossible essoufflement => rythme respiratoire accéléré => apnée expiratoire impossible asphyxie => panique => noyade asphyxie => panique => noyade Au retour en surface: Au retour en surface: Maux de tête, vomissements Maux de tête, vomissements Traitement Traitement En plongée: En plongée: Cesser tout effort (palmage) Cesser tout effort (palmage) Se calmer Se calmer Faire signe Faire signe Expirer à fond Expirer à fond (baisser la réserve) (baisser la réserve) Remonter lentement et sortir Remonter lentement et sortir Au retour en surface: Au retour en surface: Allonger au repos, Allonger au repos, Aérer, Aérer, Oxygène Oxygène Prévention Prévention Avant la plongée: Avant la plongée: Vérifier léquipement: détendeur, air Vérifier léquipement: détendeur, air Entretenir sa condition physique et son palmage Entretenir sa condition physique et son palmage Attention aux conditions difficiles: Attention aux conditions difficiles: stress, houle, courants, froid En plongée: En plongée: Ne jamais plonger seul Ne jamais plonger seul Passer sa réserve dès que nécessaire Passer sa réserve dès que nécessaire Surveiller son rythme respiratoire Surveiller son rythme respiratoire

40 39 Narcose à lAzote Accidents Prévention Ne jamais plonger seul Ne plonger quen bonne condition physique et psychique Attention aux conditions difficiles: courants, froid, manque de visibilité Naugmenter que progressivement les profondeurs maxis Causes: encore mal connues excitation neuronique par la PPN2 en augmentation avec la profondeur Troubles selon les individus à partir de -30m Tous les plongeurs après - 60 m Favorisée par le stress, le froid, la fatigue labsence de visibilité le CO2 Symptômes euphorie, déséquilibre, dialogue intérieur en hausse attention, mémoire et coordination en baisse syncope => coma => noyade Traitement: Remontée immédiate

41 40 Intoxication à lOxygène (hyperoxie) Accidents Effet Lorrain-Smith: lésions pulmonaires dues à une inhalation prolongée dO2 (plus de 2h) avec une PPO2 > 0,5 bar. Ne concerne pas la plongée amateur à lair et peu probable au Nitrox Concerne des séjours longs ou répétitifs sous 15 m et plus (ou les caissons hyperbares) Effet Paul Bert: des troubles graves apparaissent avec inhalation dO2 avec une PPO2 > 1,6 bar (variable selon les individus). Symptômes gène respiratoire, anxiété, troubles de la vision crise épileptique: 3 phases contractive, tonique, dépressive => mort Traitement en plongée: remontée immédiate, mais pas en phase tonique Traitement en surface: ne pas donner doxygène Prévention: ne pas dépasser 60 m avec de lair PPO2= 7b * 0, 21 1, 5 (Dalton) attention aux mélanges enrichis en O2: NITROX, DECO, TRIMIX, etc

42 41 Accidents Milieu marin Accidents CANNES JEUNESSE PLONGEE Paul Franchi Février 1997 – révisé Nov 2002 Noyade Froid Apnée Dangers

43 42 La noyade: cause unique et circonstances multiples l Asphyxie aigue due à une immersion consécutivement à l Epuisement l Panique l Syncope: cardiaque ou apnée l Sur-accident: –Narcose, Essoufflement, hyperoxie –SP, ADD –Froid –Choc du au milieu l Incarcération (filet, épave, grotte, tunel,..) l Panne matériel l Hydrocution

44 43 La noyade: Prévention l Savoir nager l Condition physique l Hygiène de vie l Entrainement technique l Contrôle et entretien de léquipement l Attention aux Conditions –Météo, courant, visi, froid –Plongées spéciales: épaves, grottes, etc l Pas de plongée solo l Surveillance des autres l Assistance immédiate

45 44 CAT l Conscient : position demi assise, mettre sous oxygène l Inconscient –Ventile ? u Libérer les VAS u Mise en PLS u Oxygénothérapie –Non u Assister la respiration et contrôle de lactivité cardiaque –Massage cardiaque l Ne pas réchauffer l Alerter les secours

46 45 Le froid (hypothermie) Les transferts de châleur en plongée Conduction: entre deux corps immobiles ayant de températures différentes. Leau infiltrée dans la combinaison Convection : pareil, mais mobiles Leau qui circule quand la combinaison est ouverte ou mal ajustée Rayonnement ou Radiation: infra rouges. Pas sous leau Changement détat (évaporation). Air respiré dilaté

47 46 La thermorégulation humaine l Le frisson l La vasoconstriction l La transpiration l Assurer lhoméothermie coûte 25 fois plus cher dans leau que dans lair.

48 47 Hypothermie l Premier stade : température centrale entre 34 et 37°C : abaissement de la température cutanée, vasoconstriction, diminution du volume sanguin, envie de faire pipi, accélération du rythme cardiaque, frissons l Deuxième stade : entre 27 et 34°C : arythmie cardiaque, baisse de la tension artérielle, engourdissement l Troisième stade : entre 25 et 27°C: comma, syncope mort.

49 48 Facteurs aggravants l Eau très froide l Plongée longue l Protection insuffisante ou inadaptée l Fatigue l Troubles de la circulation sanguine l Manque de gras sous-cutané (pour une fois quil sert celui-là !!) l Pas assez mangé (ou mal) avant de partir l Cas des enfants

50 49 Conduite à tenir l Sortir de leau l Déséquiper l Sécher sans frictionner l Eventuellement boisson chaude et sucrée mais pas alcoolisée l Surveiller

51 50 Accidents de lApnée l Communs avec le plongeur autonome : barotraumatismes à la descente, essoufflement, froid, noyade, dangers du milieu, rarement ADD (pêcheurs de perles) l Accidents spécifiques : – syncope hypoxique, – OAP – infarctus (plus fréquent à cause de lintensité de leffort)

52 51 Rendez-vous syncopal des 7 m : Syncope hypoxique

53 52 Œdème Aigu Pulmonaire (OAP) Mécanisme : pendant la descente, le volume pulmonaire devient inférieur à la capacité résiduelle fonctionnelle (loi de Mariotte) « Blood shift » : avec de lentraînement, on constate que le sang se concentre dans lespace médiastinal,que la pression sanguine augmente, ce qui limite lécrasement des alvéoles pulmonaires Prévention limiter les profondeurs dapnée. sentraîner progressivement

54 53 Prévention et CAT l Ne pas plonger seul, mais entre binômes de même niveau l Lapnée exige une très bonne forme physique l Ne pas se surlester l Ne pas chercher à battre des records l Apnées dynamiques plutôt que statiques l Pas dhyperventilation l Ménager des temps de récupération en surface

55 54 Dangers du milieu l Embarcations de surface, filets, explosifs l Météo, courant, houle, visibilité, froid l Plongées particulières: de nuit, sous glace, spéléo, épaves l La faune: ça mort, ça pince, ça pique…..surtout si on lembête –Piqûres venimeuses : vive, rascasse, raies, poisson pierre, pteroïs, serpents, … –Piqûres urticantes : méduses, anémones, corail, plancton, … l Soleil, Chaleur La déshydratation est un facteur important favorisant le risque ADD


Télécharger ppt "1 Réglementation Physique Matériel Accidents Physiologie Tables Accidents CANNES JEUNESSE PLONGEE Paul Franchi Février 1997 – révisé Nov 2002 Oreille."

Présentations similaires


Annonces Google