La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Présenté par : Le Professeur A. JILALE Cours de Chimie Organique SV 3 Module : Biochimie Structurale – Chimie Organique II Elément : Chimie Organique II.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Présenté par : Le Professeur A. JILALE Cours de Chimie Organique SV 3 Module : Biochimie Structurale – Chimie Organique II Elément : Chimie Organique II."— Transcription de la présentation:

1 Présenté par : Le Professeur A. JILALE Cours de Chimie Organique SV 3 Module : Biochimie Structurale – Chimie Organique II Elément : Chimie Organique II

2 PLANNIG DU COURS CHAPITRE III : EFFETS ELECTRONIQUES CHAPITRE IV : Aperçu sur la réactivité CHIMIQUE CHAPITRE V : HYDROCARBURES ALIPHATIQUES ET AROMATIQUES CHAPITRE VI : Les AMINES CHAPITRE VII : Les ALCOOLS CHAPITRE VIII : Les ALDEHYDES ET CETONES CHAPITRE IX : ACIDES CARBOXYLIQUES ET DERIVES Un Complément du cours N.B

3 CHAPITRE III EFFETS ELECTRONIQUES Rappel: La liaison comporte deux représentations « idéales » La liaison covalente est le partage mutuel des deux électrons (appelés électrons de valence) La liaison ionique est le transfert dun électron dun atome vers un autre atome donnant naissance à des ions

4 I- POLARISATION DES LIAISONS I-1-Polarité dune liaison : Une liaison est dite apolaire (non polaire) si elle relie deux atomes identiques. Par conséquent le doublet électronique formant cette liaison se situe au centre. Exemple

5 Une liaison est dite polaire si elle relie deux atomes différents. Le doublet électronique est attiré par latome le plus électronégatif. Cette polarité est notée : Exemple I.2. Polarisabilité dune liaison : Cest laptitude dun nuage électronique à se déformer suite à lapproche dune entité chargée. Elle augmente avec la taille des atomes et diminue avec leurs électronegativités et elle est indépendante de la polarité.

6

7 EFFETS ELECTRONIQUES On note deux types d'effets électroniques : les effets inductifs qui sont liés à la polarisation d'une liaison. les effets mésomères, qui sont dus à la délocalisation des électrons. Les deux effets peuvent exister ensemble dans une même molécule. Si on doit les comparer, alors on notera qu'un effet mésomère est toujours plus important qu'un effet inductif I-3- Effet Inductif Cest la transmission de la polarité dune liaison le long de la chaîne carbonée. Cet effet sannule généralement au niveau du quatrième atome

8

9 I # 0 Effet Inductif attracteur Transmission de la densité électronique à travers la liaison segment

10 Accord de la basse à quatre cordes : Mi, La, Ré, Sol Transmission de la note musicale à travers les cordes

11 Dautre part leffet inductif est additif: I.4. Effet inductif donneur et attracteur : Considérons la molécule suivante: Le groupe Y a un effet électronique sur le reste de la molécule qui dépend de son électronégativité ; deux cas sont envisageables :

12 La densité électronique sur le reste de la molécule est diminuée, le groupe Y est dit Attracteur : cet effet est noté (-I) ; leffet (-I) augmente avec lélectronégativité de Y. La densité électronique sur le reste de la molécule est augmentée, le groupe Y est dit Donneur : cet effet noté (+I) se manifeste avec les atomes électropositifs ou les groupes riches en électrons. Dans le tableau suivant sont regroupés les principaux groupes électro- attracteurs et électro-donneurs par effet inductif : Groupements Attracteurs (-I )Groupements Donneurs (+I) + + Cations : -C, -N Anions: -O, -C -C=O, -C N - Métaux : -B, -Na - OH, -NO 2, -X (F, Cl, Br, I)- Radicaux alkyles : -R

13 I.5. Applications Daprès les pk a lacidité des acides carboxyliques suivants augmente dans le sens suivant : Il sagit de la réaction de dissociation suivante : Plus le groupe « R » est électro - attracteur (-I), plus la liaison OH est fragile ce qui facilite sa rupture et augmente lacidité par conséquent. De même leffet (+I) du groupe « R » diminue lacidité.

14 Comparaison de la force des acides : Pour comparer la force des acides, on regarde la force de la base conjuguée, et plus particulièrement, dans notre cas, la densité électronique sur l'oxygène. Plus la densité est forte, plus la base est forte, plus l'acide conjugué sera faible. Forme acide Forme basique pKa

15 Pour les groupements attracteurs on a : (NO 2 > F > Cl > Br > I) ce qui signifie que Br est plus attracteur que I, donc pour les bases conjuguées, la densité électronique sur l'oxygène sera plus importante dans le cas de I que dans le cas de Br, ce qui explique le pKa de leurs acides respectif. Acide Electronégativité de X = {I, Br, Cl, F } pKa

16 Atténuation progressive de l'effet, il ne dépasse pas la 3 ème ou 4 ème liaison : AcidepKa Conclusion : Un atome ou un groupe d'atome (ici COOH) est capable de ressentir les effets inductifs d'un autre atome (ici Cl), si celui-ci n'est pas trop éloigné.

17 II. DELOCALISATION DES ELECTRONS II.1. Origine Lexpérience montre que lhydrogénation du penta-1,3-diène demande plus dénergie que celle du penta-1,4-diène : E = E1 – E2 :Cette énergie est due à la libre circulation (ou délocalisation) des électrons pi. Elle est appelée énergie de résonance (ou de conjugaison) et elle assure à lisomère penta-1,3-diène une grande stabilité. Lécriture habituelle de penta-1,3-diène implique deux doubles liaisons séparées et localisées entre les carbones (1, 2) et (3, 4). En réalité par recouvrement latéral entre les orbitales atomiques, les électrons p circulent entre les quatre atomes de carbone, dou lappellation de délocalisation électronique. Ainsi le penta-1,3-diène peut sécrire sous trois formes mésomères (ou formes limites) :

18 II.2. Systèmes conjugués La libre circulation des électrons ne peut avoir lieu que dans des systèmes conjugués qui sont : 1.deux doubles liaisons séparées par une simple liaison 2. une double liaison et un doublet libre séparés par une simple liaison 3. une double liaison et une case vacante séparées par une simple liaison II.3. Effets mésomères La libre circulation des électrons entraîne lapparition de charges dans la molécule. Comme pour les effets inductifs, les effets mésomères peuvent être donneurs (+M) ou attracteurs (-M) par rapport à une double liaison carbone-carbone.

19 II.3.1. Effet mésomère attracteur (–M) Ce phénomène est observé quand une double liaison éthylénique est conjuguée avec un carbonyl (C=O), nitro (NO 2 ), nitrile (CN), une case vacante… Systyème, Système - case vacante

20 II.3.2. Effet mésomère donneur (+ M) Ce phénomène est observé quand une double liaison éthylénique est conjuguée avec un atome portant un doublet libre. Système : Doublet libre- Classification de quelques groupements mésomères donneurs (classement du plus donneur au moins donneur)

21 II.5. Applications basicité des amines Une amine RNH 2 est dautant plus basique si dune part elle porte des groupements électro-donneurs et dautre part, son doublet est disponible afin de capter le proton pour donner lion ammonium. Dans laniline le doublet libre de latome dazote est conjugué avec le noyau benzénique et par conséquent il nest pas disponible ce qui diminue la basicité.

22 Dautre part, dans la cyclohéxylamine lazote est riche en électron grâce à son effet inductif attracteur. Remarque : Dans le cas ou les effets inductifs et les effets mésomères sont opposés, cest leffet mésomère qui lemporte. Ceci est en raison que les électrons p ainsi que les doublets libres sont plus mobiles que les électrons s. Par conséquent leffet mésomère est plus intense que leffet inductif.

23 Formes limites mésomère du benzène : L'écriture de ces formes limites permet de mieux comprendre les règles de régiosélectivité lors des substitutions électrophiles aromatiques. AUTRES EXEMPLES Les formes limites mésomères de phénol : Les formes limites mésomères du nitrobenzène: On constante qu'une charge négative apparaît en ortho et para du phénol, et en position méta sur le nitrobenzène. C'est donc les positions susceptibles de recevoir un électrophile.

24 Transmission de l'effet mésomère assuré par conjugaison L'écriture de ces formes mésomères permet de mieux comprendre où iront agir un électrophile et un nucléophile. En effet, un nucléophile, espèce riche en électrons, ira réagir sur les positions pauvres en électrons c'est-à-dire la ou l'on a des charges positives.

25 Lorsque l'on écrit des formes limites mésomères, il faut toujours respecter la neutralité de la molécule. Pour une molécule de départ, qui est neutre, toutes les formes mésomères doivent être globalement neutre (autant de charges plus que de charges moins). les formes limites mésomères représentées sont utilisées notamment dans l'écriture des mécanismes réactionnels.

26 APERÇU SUR LA REACTIVITE CHIMIQUE

27 MERCI POUR VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "Présenté par : Le Professeur A. JILALE Cours de Chimie Organique SV 3 Module : Biochimie Structurale – Chimie Organique II Elément : Chimie Organique II."

Présentations similaires


Annonces Google