La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

UQAT 2010 PROF. ISABELLE MORASSE Notes de cours Pierre Baribeau (2010)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "UQAT 2010 PROF. ISABELLE MORASSE Notes de cours Pierre Baribeau (2010)"— Transcription de la présentation:

1 UQAT 2010 PROF. ISABELLE MORASSE Notes de cours Pierre Baribeau (2010)

2 Coménius ( ) - père de léducation moderne - peint par Rembrandt.

3 Burn out dans le milieu de léducation: -Perte de sens. -Implication humaine profonde. -Impact social important. -30% des jeunes, surtout des garçons, ne terminent pas leur secondaire 5. -Aujourdhui, les femmes sont majoritairement diplômées.

4 Une période de changement: la réforme. 1990: la génération Y prime. Causes: jeux vidéos tape à loeil, cellulaires, cinéma danimation, canaux spécialisés pour enfants, explosion de la consommation. Un jeune soccupe en moyenne à 26,5 h devant ces technologies (ère cybernétique). Conséquences: perte de concentration et de persévérance, peu defforts, pensée diluée dans dautres médiums, décrochage parentale, redéfinition familiale.

5 -Le professeur a vu sa charge de travail augmenter ce qui a mené vers une hausse de burn out. -Hausse de la violence: gravité des gestes. 1995: Pauline Marois lance son réseau des CPE. À la même époque, il y a eu les états généraux sur léducation. Quatre grandes problématiques furent soulevées: 1-échec aux matières de base (math, français, histoire) 2-décrochage des garçons 3-problèmes de comportement et dadaptation 4-hausse des technologies de linformation et des communications (T.I.C)

6 Le ministère de léducation reconnaît maintenant les intelligences multiples (différenciation): 1-rythme dapprentissage. 2-style dapprentissage. 3-intérêts dapprentissage. Neurosciences: -Avant, la conception de lapprentissage était la suivante: le cerveau est comme un classeur (input-output)

7 -Aujourdhui, les neurosciences nous apprennent que lapprentissage est émotionnel. IL NY A PAS DAPPRENTISSAGE SANS ÉMOTIONS. -La mémoire est le chemin de linflux nerveux. À force de pratiquer, lapprentissage sinscrit dans un circuit neuronal. -La mémoire est également épisodique. Pour se souvenir efficacement, il faut une référence à un événement SIGNIFICATIF.

8 humanisme, behaviorisme, socioconstructivisme 1-Humanisme: -Pyramide des besoins de Maslow: combler les besoins de base avant datteindre lactualisation de soi.

9 Pré-maternelle et maternelle: pure humanisme. -Aucune connaissance à apprendre. -Jeux libres – activités structurées. -Importance dintervenir tôt pour la langue standard avant la première année, sinon échec assuré en français. -Lenseignant intervient et observe le développement psycho-moteur.

10 1 ière à la 6 ième année: pur béhaviorisme -Contrôle du comportement. -Action-réaction. -Conditionnement. -Stratégie denseignement – la répétition mène vers lacquis de connaissances. -Renforcement – négatif (punition); positif (récompense)

11 Il y a 26 hormones qui favorisent lapprentissage. 2 cependant sont néfastes: 1-Cortisol – cause le stress. 2-Dopamine – cause une intensité du moment présent (hormone de lamour). -Dans les extrêmes, ces deux hormones empêchent la réflexion. -Le prof doit savoir créer des climats favorables à lapprentissage.

12 S-A-É (situation – apprentissage – évaluation) -Il faut dabord proposer un projet – les élèves doivent faire un brainstorming. -Il faut regrouper les idées en catégories. -Mettre à lépreuve les idées – ex: plus le droit de manger des bonbons à lécole, expliquer pourquoi? -Diviser lactivité en tâches. -Ces tâches constituent la matière à apprendre (ludicité=apprentissage).

13 Nouvelle approche: socioconstructivisme. -Les élèves ne redoublent plus. -Favoriser les interactions sociales. -Reconnaître les intelligences multiples. -Situations variées – appliquer dans le concret. -Action – mémoire kinesthésique. Ex: nouvelle façon de faire les tables de multiplication. -Puiser dans ce quon sait déjà – connaissances antérieures. -Créer un univers de références communes. -Priorités du développement intégral: émotionnel, physique, intellectuel, social (les englobe tous).

14 9 compétences transversales à développer chez nos futurs citoyens (développement personnel): 1-Communiquer efficacement. 2-Structurer un projet. 3-Développer des relations harmonieuses. 4-Résoudre des problèmes. 5-Développer la créativité. 6-Développer des méthodes de travail efficace. 7-Développer lesprit critique. 8-Apprendre à coopérer. 9-Développer sa personnalité, actualiser son potentiel.

15 Quelques statistiques: -50% des jeunes sont dans une famille traditionnelle. -Revenu familial moyen: $ par année. -Seuil de pauvreté: $ par année. -Nombre denfant par famille: 1,7% -Provenance: un tiers – rural, deux tiers - urbain. -Religion privée: 83,4% catholique. -Troubles dapprentissage: un tiers des élèves. -Sexualité: 16 ans – consommation: ans. -Décrochage scolaire: 30% - insomnie: g-13% f-17% -Premier enfant: 29 ans.

16 -Avant 1960: pas de ministère de léducation; cest le clergé qui prend en charge léducation. -Décennie 80: réforme – pédagogie nouvelle. Pour être enseignant, il fallait obtenir le «brevet A ou B». -Décennie 90: nouvelle réforme basée sur les nouvelles études des neurosciences – nouvelle réforme (il faut un permis denseignement). -Aujourdhui: le ¼ du budget gouvernemental est investit dans léducation. -Organigramme de léducation: le ministre, les sous-ministres, les ministres adjoints, les commissions scolaires, les écoles.

17 Résumé du Socioconstructivisme: -Basé sur les neurosciences. -Importance des émotions (préséance sur lintellect). -Liens avec les connaissances antérieures. -Peu de répétition (béhaviorisme). -Contextes signifiants. -Créer et diriger des situations dapprentissage (pas uniquement informationnel). -Matière appliquée (peu dabstraction). 15% des élèves sont éclectiques, cest-à-dire font des liens par eux-mêmes et réussissent bien.

18 Structure du programme: Maternelle: demeure humaniste, démocratisation de léducation, nest pas obligatoire (mais beaucoup fréquentée), base de la scolarité, rien à apprendre. Les compétences transversales: 1-Développer le langage standard: causeries, interventions, chansons, comptines et lecture dhistoires. 2-Développer le psychomoteur: 3 aspects – la motricité globale (les deux hémisphères cérébraux), la motricité fine, saines habitudes. Observation systématique du professeur.

19 3-Construire sa conception du monde: pensée syncrétique (7-8 ans) – pas de lien de cause à effet entre les choses, pensées axées sur le présent. 4-Mener un projet à terme: développer sa pensée entrepreneure avec de petits projets. 5-Interagir de façon harmonieuse avec ses camarades: développer linteraction sociale. 6-Affirmer sa personnalité: discussions, jeux, bricolages. 1 er cycle primaire: le professeur a dorénavant 2 années (1 ière et 2 ième ) pour développer les compétences de lenfant.

20 -Au premier cycle, il ny a pas de science de la nature et pas dunivers social – histoire & géographie. -Du vocabulaire seulement. -Le français est prioritaire – lecture (1 ière ) + écriture (2 ième ); deux aspects – syllabique (b+a+s = bas ; unité mot – langage intégré (déduction des expressions, des mots et des sons). -Deux types de connaissances: arbitraires (convention) – a,b,c 1,2,3 et naturelle (dans la nature et quon peut connaître par lexpérience).

21 -Avant la fin du 1 ier cycle, lenfant doit savoir lire 75 mots à la minute. 3 compétences progressives en français: -Lire et apprécier des textes. -Écrire des textes variés. -Communiquer ses commentaires et réflexions. Lecture et écriture: -Grammatical – verbe et conjugaison. -Lexical – mot et dictionnaire. -Syntaxe – structure du texte et structure de phrase. -Ponctuation – rythme du texte.

22 Oral: -Gestuel. -Voix. -Prononciation. -Langage. Les mathématiques: -Résoudre des situations de problème. -Communiquer à laide du langage mathématique. -Raisonner de façon mathématique. Géométrie, arithmétique, algèbre, trigonométrie…

23 1. Être cultivé: Définition: lenseignant doit avoir une bonne connaissance générale. 3 indicateurs: -Sciences humaines. -Sciences de la nature. -Connaissance des arts. 2. Maîtriser le langage: Définition: la langue est un outil pour entrer en relation avec le monde. Les futurs maîtres doivent être capable de sexprimer ouvertement à loral et à lécrit.

24 4 indicateurs: -Utiliser un français standard. -Tenir compte des variétés de langues. -Respecter les règles de français écrit (ponctuation, syntaxe, orthographe – grammatical & lexical). -Argumenter (prononciation, voix, gestuel, langage). 3. Créer des situations dapprentissage: Définition: créer des situations signifiantes et ouvertes qui mettent lélève en action et qui permettent la progression des apprentissages. 3 indicateurs:

25 -Voir la matière à travers laction. -Tenir compte du goût des élèves. -Structurer la séquence daction. 4. Guider les élèves dans leur apprentissage: Définition: piloter les situations dapprentissage dans le but de développer les compétences visées du programme. 4 indicateurs: -Recréer des situations dapprentissage réel. -Rechercher et utiliser les ressources disponible. -Guider les efforts de lélève.

26 -Faire travailler les élèves en équipes diversifiées. 5. Évaluer lapprentissage et les acquis des élèves: Définition: lenseignant doit porter un jugement sur la progression de lapprentissage de lélève et den détecter les forces et les faiblesses pour pouvoir lévaluer. 4 indicateurs: -Repérer les forces et les faiblesses. -Établir un degré dacquisition des connaissances. -Construire des outils dévaluation. -Communiquer les résultats de façon claire et explicite.

27 6. Gérer une classe: Définition: lenseignant doit établir un climat de respect en appliquant des règles de vie afin de favoriser lapprentissage. 5 indicateurs: -Mettre en place un système de fonctionnement. -Communiquer ses attentes aux élèves. -Faire participer les élèves à la vie de classe. -Appliquer des mesures pour corriger un comportement inacceptable. -Superviser activement le climat de classe.

28 7. Adapter ses interventions: Définition: adapter ses interventions selon les différents besoins des élèves. 4 indicateurs: -Repérer rapidement les élèves en difficulté. -Adapter les services, le programme, le matériel & la pédagogie. -Sassurer que lélève en difficulté reçoive les services. -Collaborer à la mise en place dun plan dintervention adapté (PIA).

29 8. Maîtriser linformatique: Définition: intégrer linformatique dans la préparation et le pilotage de lapprentissage de la gestion de son travail et dans son développement professionnel en tant quenseignant. 3 indicateurs: -Utiliser judicieusement et efficacement les T.I.C dans son enseignement. -Être capable de communiquer avec des outils multimédias variés. -Utiliser les T.I.C pour saméliorer dans son domaine tout en développant son sens critique.

30 9. Coopérer avec la communauté: Définition: coopérer avec les parents, les différents partenaires sociaux et les élèves en vue datteindre les objectifs de lécole. 4 indicateurs: -Participer avec le conseil exécutif à mettre en place un plan de réussite et donner un budget à lécole. -Faire participer les parents et les informer. -Coordonner ses interventions avec les différents partenaires de lécole. -Soutenir les élèves dans leur participation aux projets éducatifs.

31 10. Coopérer avec léquipe-école: Définition: capacité des membres dune équipe pédagogique de développer ensemble des projets. 3 indicateurs: -Discerner la situation qui nécessite la collaboration dautres membres de léquipe. -Définir et organiser un projet en équipe. -Participer activement aux équipes pédagogiques. 11. Sengager dans la profession: Définition: sengager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel.

32 4 indicateurs: -Établir un bilan de ses compétences. -Échanger des idées avec ses collègues et ses pairs. -Réfléchir sur sa pratique et réinvestir les résultats dans laction. -Mener des projets pédagogiques pour résoudre des problèmes denseignement. 12. Agir de façon éthique: Définition: agir de façon éthique et responsable dans lexercice de ses fonctions. 6 indicateurs:

33 -Discerner les valeurs en jeu dans les interventions. -Mettre en place en classe un fonctionnement démocratique. -Fournir aux élèves lattention et laccompagnement approprié. -Justifier auprès des publics intéressés les décisions relativement à lapprentissage et à léducation des élèves. -Respecter les aspects confidentiels, éviter la discrimination et envisager des solutions face aux problèmes moraux. -Utiliser de manière judicieuse le cadre légal de la profession.

34 En entrevue: -Qualités recherchées: travailler en équipe et sociabilité. -Mises en situation. -Question dordre éthique: lenseignant écoute lélève mais le problème ne lui appartient pas; il doit le référer à une autorité compétente (infirmière, travailleur social, direction décole). -1 à 2 questions sur le programme: SAÉ, socioconstructivisme (choix de société), etc. Le contenu a peu changé; cest la façon denseigner qui a changé (action, peu de magistral). -Psychologie de lenfance et de ladolescence.

35 Conflits au travail: source première dirritation dans les écoles. impression ou perception négative. En arrivant à lécole: -Il faut adopter une attitude de retrait – observer les règles non écrites – et de respect – demander à la secrétaire dêtre présenté aux collègues. -Il faut se renseigner sur le thème prédominant de lécole: sport, art, environnement, santé, etc. Harcèlement: geste grossier ou répétition dun geste ou dune parole; il faut parvenir à valider son interprétation; les femmes, de façon générale, interprètent mieux le non verbal que les hommes qui, de façon générale, sont plus frustres.

36 Lintelligence émotionnelle: -Aspect culturel: les hommes sont moins encouragés à exprimer leurs émotions (peur, tristesse). 5 étapes: 1-Ressentir les émotions; 2-Nommer les émotions ressenties; 3-Voir les émotions chez lautre; 4-Harmoniser sa communication; 5-Être capable de se projeter dans lavenir. Le quotient émotionnel a préséance sur le quotient intellectuel. Une personne ne possédant pas une bonne capacité dapprentissage peut compenser sa lacune par son réseau social et bien réussir.

37 Étapes de résolutions de conflits: -Malaise, perception, accumulation de gestes répétés. -Vérifier votre perception auprès de la personne concernée: Jai limpression que…, Je me sens comme… + contexte. Trois façons daborder le problème: -Oralement -Par écrit -Médiation (syndicat) Il ne faut surtout pas porter daccusation!

38 -Quand il y a une bonne volonté, chacun fait des efforts pour régler le conflit; quand il y a une mauvaise volonté, cela ne vaut pas la peine de faire des efforts inutiles (conflit de personnalité). -Lorsque le problème est amené devant le syndicat, cest lui qui le prend en charge. -Le harcèlement ou la diffamation peuvent mener à des dommages moraux (jusquà 5 000$). Épuisement professionnel: -Un vrai burn out est la perte dhormones sexuelles, donc perte de lappétit sexuel. Conséquences: très graves; les systèmes nerveux et immunitaire sont atteints en permanence.

39 -Après la guérison, la personne est incapable de faire face au stress (irréversible); elle devra développer une routine. Les étapes 1-La fatigue: -Cette phase peut durer jusquà douze semaines; -Erreurs professionnelles; -Irritabilité; -Milieu anxiogène; -Grande sensibilité; -Mauvais sommeil – le cerveau a besoin du sommeil paradoxal (phase du rêve=résolution de conflits).

40 2-La phase zombie: -Cette phase peut durer de 1 à 2 semaines; -Déconnection des émotions; -Neutralité; -Pilote automatique; -Le corps ne ressent plus de fatigue; -Inconscient de cet état. Si le problème persiste – incapacité de fonctionner car le métabolisme du corps lâche prise. Le burn out coût très cher à lÉtat; très répandu; les antidépresseurs sont le médicament le plus prescrit.

41 Devoir professionnel: -Prévenir le burn out dun(e) collègue; -Aviser la direction et ses collègues; -Sommer la personne de quitter ses charges en organisant son départ.

42 Nouvelle façon denseigner : -Le contenu a peu changé; -Action, interaction, différenciation; -Lapprentissage est émotionnel; -Activités significatives; -Un neurone traversé dune charge émotionnelle se courbe et simprègne de linformation. -Engagement cognitif: lélève qui aime lactivité va sinvestir davantage et lapprentissage sera plus efficace. -Pour mieux agir, le professeur doit connaître la psychologie de lenfance et de ladolescence.

43 Tourner un film Trouver le genre de filmRésumer le filmDévelopper le contexte du film Créer des personnages principaux et secondairesÉcrire le scriptTourner et monter le film Présenter les films Habiletés à développer: français oral, dialogue, prononciation, éléments verbaux et non verbaux du langage. Échelonné sur plusieurs semaines, les élèves vont élaborer un scénario de film, adapter le scénario en image et le présenter dans le cadre dun festival.

44 Avant la planification dun cours, il faut dabord se renseigner: -La réalité académique des élèves: - Sont-ils au niveau? - Que savent-ils déjà? -BIM: une banque dévaluations diagnostiques. -Ne pas baser son année sur des présuppositions. -Dès quon connaît les bases déjà acquises, il faut ajouter progressivement de nouveaux éléments de connaissance par la stratégie de déduction. -Il faut se renseigner sur les intérêts des élèves, leurs passions, qui sont-ils comme individus?

45 La planification: -Il faut planifier son horaire selon le nombre de période et se faire une structure. -Débuter par une macroplanification – vue densemble de lannée et ensuite une microplanification – entrer dans les détails. -Dans une S-A-É, lapprentissage a lieu dans la planification. Les idées doivent émerger dans lesprit dun élève ou dun groupe délèves. -Le professeur nintervient pas, il supervise. -Cest le professeur qui prépare les évaluations pour chacune des compétences. Il choisit le matériel ou le livre (approuvé par le ministère de léducation).

46 Lévaluation: -Tous les critères dévaluation sont prescrits par le ministère de léducation: tous les professeurs doivent sy conformer. Le Cadre dévaluation balise la manière dont les connaissances doivent être prises en compte dans lévaluation. Ainsi que le précise le texte dintroduction des documents sur la progression des apprentissages, lévaluation doit «porter à la fois sur les connaissances et la capacité qua lélève de les utiliser efficacement dans des contextes qui font appel à ses compétences.

47 Exemple: Français, langue denseignement 1 er et 2 e cycle du primaire PondérationLibellé du bulletin Lire des textes variés et apprécier des œuvres littéraires 50% Lire Écrire des textes variés 30%Écrire Communiquer oralement 20% Communiquer oralement 3 e cycle du primaire Lire des textes variés et apprécier des œuvres littéraires 40% Lire Écrire des textes variés 40%Écrire Communiquer oralement 20% Communiquer oralement

48 Une bonne gestion de classe débute avec la faculté de se projeter dans laction, penser à tous les détails par la visualisation. -Il faut faire une disposition des bureaux de la classe qui favorise lapprentissage par la socialisation (la seule exception sont les autistes – réduction des stimuli au minimum). -Gestion des comportements discipline. -Il faut consulter les règlements de lécole, les us et coutumes (règles implicites). -Les règles de vie en classe doivent être énoncées clairement aux élèves et écrites par le professeur.

49 -Les règles de vie en classe doivent être fondées sur des valeurs de respect et de tolérance. -Les professeurs qui ont du succès fonctionnent généralement avec maximum 3-4 règles. -Il faut définir les comportements attendus et imposer ses limites. -Les jeunes cherchent toujours la limite du professeur. -Il faut toujours être honnête avec les élèves. -Il faut les amadouer, les traiter comme des adultes, les vouvoyer et les respecter. -Il faut se présenter ouvertement à eux.

50 -Les professeurs érudits, mentors (comme Gandalf) et pacifiques connaissent moins de problèmes de déviances comportementales. -Il ne faut pas trop se soucier des élèves qui nécoutent pas; il faut les prendre en respect. Théorie des limites: -Donner de la latitude (limite interne) -Ne pas mettre trop de limites externes. (car désir de briser les règles)

51 -Il faut justifier ses règles de vie en classe par des arguments de force. -Mieux vaut être rigide au départ et adoucir les règles par la suite – faire le contraire est catastrophique!!! -Il faut se promener dans la classe – délimiter le territoire. -Éviter tout contact physique ambigüe (distance équivalent à un bras)


Télécharger ppt "UQAT 2010 PROF. ISABELLE MORASSE Notes de cours Pierre Baribeau (2010)"

Présentations similaires


Annonces Google