La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

DIABETE ET SPORT. Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "DIABETE ET SPORT. Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques."— Transcription de la présentation:

1 DIABETE ET SPORT

2 Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques

3 I- Physiopathologie

4 Principes généraux de lexercice physique Pour améliorer léquilibre glycémique, éviter la sédentarité et la prise de poids. Lactivité physique est indispensable et fait partie du traitement. Lexercice physique ne signifie pas obligatoirement « sport » et encore mois performance. La marche quotidienne, la promenade avec le chien, le jardinage, le bricolage.

5 Apports énergétiques aux muscles Lors dune activité physique dans un premier temps lorganisme mobilise le glucose contenu dans les muscles, puis lorsque ces réserves musculaires sont épuisées, dans un deuxième temps le foie prend le relais pour maintenir la glycémie à un taux constant (1g /L). Dans un troisième temps si leffort est prolongé les muscles puisent dans les graisses les apports énergétiques nécessaires. Parallèlement pendant tout ce processus, le pancréas réduit sa production dinsuline. Il est donc indispensable davoir un apport glucidique avec une collation pendant et après lexercice physique en fonction de la durée de la séance.

6 Intérêt de lactivité physique pour les personnes diabétique Lactivité physique permet de faire baisser la glycémie, de rendre le diabète plus facile à équilibrer, de favoriser la perte de poids en cas dexcès de poids ou de maintenir un poids satisfaisant, de prévenir les maladies cardiovasculaires. Lactivité physique a un bénéfice psychologique.

7 II- Risques et complications

8 Incidence physiologique de leffort physique sur la glycémie : Les muscles utilisent le sucre pour en tirer lénergie nécessaire à leur fonctionnement ce qui provoque une diminution de la glycémie lors dun effort physique.

9 Correction glycémique suite à un effort imprévu Puisque les doses dinsuline nont pas été diminuées avant un effort imprévu, lapport en glucide est systématique et doit être suffisant avant et pendant leffort pour faire face à la dépense énergétique. Une personne diabétique doit donc toujours avoir des réserves glucidiques à disposition.

10 Sports conseillés, à risques, déconseillés Les sports dendurance sont les plus conseillés, ils permettent un entrainement progressif avec une surveillance et un contrôle glycémique facile comme : –la marche, –la course à pieds, –le vélo, –le ski de fond, –la natation, –léquitation, Les sports aquatiques sont aussi autorisés mais avec une surveillance particulière comme le canoë kayak, la voile, la planche à voile, mais ils doivent être pratiqués en groupe.

11 Sports conseillés, à risques, déconseillés (suite) Les sports à risques implique une surveillance accrue comme le tennis, le squash, la boxe, le foot et autres sports de ballon, lathlétisme, le ski de piste. Les sports déconseillés pour des raisons de sécurité sont lalpiniste, le vol à voile, lautomobile, le parachutisme, lescalade, l aviation et la plongée sous marine.

12 Sports conseillés, à risques, déconseillés (suite) En conclusion les sports collectifs sont recommandés fortement contrairement aux sports individuels car ils offrent une sécurité aux personnes atteintes du diabète dans le sens où les partenaires sont avertis

13 III- Conseils & Education pour la prévention des risques

14 Avant tout, il est important de savoir quavant toute pratique dun sport, le diabète doit être bien équilibré!

15 Traitement : Diminution de la dose dinsuline avant leffort (car risque dhypoglycémie) Il est préférable dutiliser une insuline daction brève. Diminuer linsuline la veille au soir (si ultra lente). Éviter linjection IM.

16 Avant lexercice, toujours utiliser le même point dinjection pour avoir des résultats reproductibles. Adapter la dose dinsuline selon lexercice, la durée, intensité, entraînement. Si lexercice est prévu au moment de linjection, il faudra alors réduire la dose dinsuline injectée.

17 Augmenter la prise alimentaire de glucose pendant leffort (glucides complexes: + de 50% de la ration calorique). Boire avant, pendant, après lexercice afin déviter le risque de déshydratation. Si effort < 45min : collation denviron 20g de glucides après leffort. Si effort > 45min : -Lavant-dernier repas doit être riches en sucres complexes (réserve en glycogène hépatique). - Pendant leffort : apport régulier en glucide toutes les 40min environ.

18 DNID - Adaptation de leffort en fonction de son taux de glycémie. Les tissus résistent à laction de linsuline mais avec un exercice régulier et une intensité suffisante.

19 Pendant leffort prendre du sucre rapide ou mixte et de leau à chaque pause contrôler sa glycémie capillaire si nécessaire, elle doit se maintenir > 1.3 g/L et voir > 2g/L sans aucun risque. Si la glycémie est >2-3g/L il faut arrêter le sport et consulter un médecin. Si hypoglycémie arrêt du sport, traitement hypoglycémiant par des sucres rapides puis lents et ne repartir que si la glycémie capillaire > 1.3g/L.

20 SURVEILLANCE - Auto surveillance glycémique avant, pendant et après leffort. - Le patient doit connaître les signes dhypoglycémie

21 Les 10 commandements du sportif diabétique 1 – Faire un bilan médical avant de démarrer un sport et refaire ce bilan régulièrement : - cœur : TA, ECG, épreuve deffort - pieds : recherche neuropathie - fond dœil 2 – Lentraînement doit être progressif et régulier 3 – La glycémie doit être contrôlée fréquemment : avant, pendant, et après les exercices prolongés 4 – Absorber des glucides toutes les heures, voire toutes les demi-heures 5 – Boire souvent, avant même de ressentir la soif

22 6 – Choisir un bon équipement, en particulier les chaussures 7 – Prendre particulièrement soin de ses pieds : les laver et les sécher soigneusement, éviter les macérations, traiter immédiatement toute plaie, même minime 8 – Ne pas dépasser ses limites : sarrêter en cas dessoufflement ou si la fréquence dépasse (220 – âge en années) x 75 %

23 9 – De plus il faut toujours prévenir les autres pratiquants et accompagnateurs quon est diabétique et qu'en cas de modification subite du comportement, une hypoglycémie est probable et le re-sucrage est urgent. En cas de malaises (sueurs, palpitations, tremblements, fringales, troubles de la vue…), arrêter leffort et prendre 15 g glucides (3 morceaux de sucre ou dune boisson sucrée) et, si nécessaire, compléter avec des fruits secs, des gâteaux secs, faciles à transporter et à garder. 10 – Apprendre à adapter son traitement en fonction de lentraînement et des efforts prévus.

24 Réalisé par Dournes Marie, Horel Laetitia, Faria Karine, Edouard Murielle, Gayet Caroline, Fernandes Mélanie, Djani Sonia, Maurice Elise, Weigel Julie, Ledigabel Audrey, Jacques Valérie, Anne peggy, Kennouche Louisa.


Télécharger ppt "DIABETE ET SPORT. Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques."

Présentations similaires


Annonces Google