La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Peut-on vivre « normalement » sous chimiothérapie ? Pr Pascal Hammel Hôpital Beaujon, Paris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Peut-on vivre « normalement » sous chimiothérapie ? Pr Pascal Hammel Hôpital Beaujon, Paris."— Transcription de la présentation:

1 Peut-on vivre « normalement » sous chimiothérapie ? Pr Pascal Hammel Hôpital Beaujon, Paris

2 Partie 1 Aspects de la vie personnelle

3 Partie 1 Aspects de la vie personnelle Activités : Le plus possible ! En priorité celles quon aime (diminuer les contraintes autant que possible) : savoir se faire plaisir. Pas grand chose dinterdit, même le sport mais... Savoir quon est pas à 100%, ne pas chercher la performance (risque de déception, dauto-depréciation), tenir compte des périodes de fatigue (exemple : 48h qui suivent une cure de chimiothérapie). Sexualité: pas de restriction. Mais troubles transitoires de la libido possibles, donc pas daffolement : en parler, se faire aider si besoin… 4Peut-on vivre « normalement » sous chimiothérapie ?

4 Partie 1 Aspects de la vie personnelle Nourriture : Les interdits sont très rares ! Priorité à ce quon aime Varier les aliments et les couleurs de ceux-ci au cours dun repas. Aide dun diététicien ++ Petites quantités, plusieurs collations si besoin Apporter suffisamment de liquides (en varier le type : eau, thé, jus de fruits, potages… Les chimiothérapies du cancer colorectal sont rarement très émétisantes (émétisant : qui fait vomir), mais... Si nausées : éviter les plats en sauce ou trop épicés. Les aliments frais passent mieux. Si vomissements : réessayer plus tard, augmenter les boissons (solutions de réhydratation « OMS » plutôt que coca-cola) 5Peut-on vivre « normalement » sous chimiothérapie ?

5 Partie 2 Vie familiale et sociale

6 Partie 2 Vie familiale et sociale Le rapport du malade à ses proches: Aider à comprendre ses besoins, ses périodes de fatigue, ses variations dhumeur. parler, sexprimer Se faire aider par des professionnels (psychologue...) si certains sujets sont trop difficiles : le conjoint et la famille ne peuvent pas toujours entendre tous les problèmes, toutes les angoisses. Ce nest pas complètement leur rôle et ils ont les leurs ! Ils aideront à dédramatiser, expliquer (enfants++). Les proches ont leur propre vie à mener, et ne savent pas toujours comment se comporter face aux réactions du malade. 7Peut-on vivre « normalement » sous chimiothérapie ?

7 Partie 2 Vie familiale et sociale Rapports avec lextérieur: Choisir les gens quon a envie de voir, minimiser les contraintes (les moins proches peuvent attendre), sélectionner les visites, ne pas se forcer. Adapter les temps de visite selon la fatigue, ne pas recevoir trop de personnes à la fois, ou de visites rapprochées. Fuir ceux/celles qui veulent vous abreuver de conseils, raconter leur histoire de maladie grave ou celle des voisins. Eviter la foule en cas de grande fatigue (ex. juste après une chimiothérapie) et si les globules blancs sont très bas (risque dinfection, demander conseil au personnel soignant). 8Peut-on vivre « normalement » sous chimiothérapie ?

8 Partie 3 Et le travail?

9 Partie 3 Et le travail? La maladie fatigue, la chimiothérapie aussi. Accepter de « soccuper de soi » pendant un temps donné, donner la priorité au traitement, pas de culpabilisation ! Mais si le travail est source dépanouissement, de valorisation, essayer de garder le contact/travailler avec des horaires allégés et aménagés. demander conseil à léquipe médicale Cela dépend du type demploi, des besoins de lentreprise ou de lemployeur, et de ses capacités à fournir un travail « sur mesure » (et problème du secret médical). aide de lassistance sociale 10Peut-on vivre « normalement » sous chimiothérapie ?


Télécharger ppt "Peut-on vivre « normalement » sous chimiothérapie ? Pr Pascal Hammel Hôpital Beaujon, Paris."

Présentations similaires


Annonces Google