La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Concevoir et animer des communautés de pratiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Concevoir et animer des communautés de pratiques."— Transcription de la présentation:

1 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Concevoir et animer des communautés de pratiques

2 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Mise en activité Les questions que vous vous posez Les questions que vous voudriez poser à nos témoins

3 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Plan de la présentation 1. Quelques mises au point conceptuelles –Communautés de pratique et réseaux –Communautés virtuelles –Types de communautés virtuelles 2. Apprendre dans une communauté de pratique 3. Modèle de la Cop comme structure sociale de connaissances 4. Design et cycle de vie dune communauté de pratique 5. Encore vos questions

4 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 1. Mise au point conceptuelle : réseau Réseau –On sintéresse aux relations entre les individus et à leurs effets –Les réseaux sont potentiellement infinis «Lensemble de la population est pris dans un filet serré de parenté et damitié qui non seulement lie les uns aux autre tous les habitants de lîle, mais qui les relie aussi à leurs parents et amis dispersés dans toute la Norvège. Et effectivement, à travers toute la planète » (Barnes, cité par Mercklé, 2004) –Ils font partie du capital social des individus et constituent le bien dune société –Aujourdhui, les réseaux seraient moins homogènes, moins imperméables, plus entrelacés

5 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Réseaux en éducation (J. Perriault, 1986) 1.Les réseaux sont là pour régler des déséquilibres entre ceux qui demandent une information et ceux qui peuvent la donner 2.Ils permettent la relation entre une unité (individu ou groupe) et une globalité 3.Les personnes qui participent à un réseau se définissent par un critère commun qui fait partie de leur identité 4.Les structures sont autoporteuses et auto-évaluatives 5.Ils assurent le lien avec linnovation. Ils constituent des « niches » au sein desquelles se construisent de nouveaux usages, de nouvelles pratiques 6.Ils ont une mémoire collective, répartie entre les membres

6 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Quelques questions : au BIE des réseaux ? Quelles relations entre les membres ? Pour répondre à quels déséquilibres ? Quelle ouverture ? Quelle dynamique ? Quelle valorisation des actions ou des connaissances produites ? Quelle valeur dutilité ou dexpressivité pour les individus ? Quels liens avec linnovation ? Quelle mémoire ?

7 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Communautés de pratique (Wenger) Les communautés de pratique sont des groupes dindividus qui partagent un enjeu ou une passion pour quelque chose quils font et apprennent à mieux faire en interagissant régulièrement Elles se reconnaissent par trois dimensions : engagement mutuel, entreprise conjointe, répertoire commun Pour devenir un membre même périphérique, il sagit de réaliser des apprentissages à propos de chacune de ces dimensions La participation et la réification sont deux processus fondamentaux de la constitution dune communauté et de sa dynamique

8 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Les communautés dapprenants (Henri) Lactivité authentique des étudiants est dapprendre Les communautés dapprenants deviendraient des milieux dans lesquels les étudiants apprennent à apprendre et dans lesquels les enseignants sont des modèles de lapprentissage intentionnel et du savoir motivé

9 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Quelques questions Faisons nous partie de communautés de praticiens ? Par exemple, au sein du BIE en existent-ils ? Comment ces communautés évoluent-elles ? Quelles sont leurs valeurs ajoutées ? Quelle place pour les communautés dapprenants dans nos dispositifs et pourquoi faire ?

10 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 1. Mise au point conceptuelle : les communautés virtuelles Une notion en émergence –un groupe virtuel communiquant par Internet –un réseau social structuré animé par un but partagé et associé à un cyber-lieu –un cyber-lieu comportant un espace commun: lieu des interactions et de vie de la communauté –peuplement du cyber-lieu: résultats de lactivité de la communauté, artefacts, créations individuelles et réalisations communes, échanges télématiques, etc. (Jones, 1997) –Attention, toute communauté virtuelle nest pas automatiquement une communauté de pratique ou une communauté dapprenants

11 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 1. Mise au point conceptuelle : les types de communautés virtuelles Les communautés mènent diverses activités et adoptent diverses formes de participation qui induisent différents types dapprentissage Différents types de communautés virtuelles identifiés en fonction: –du but (émergence de lintention) –du type de rassemblement (force du lien social) –de lévolution temporelle des buts et des modalités de rassemblement

12 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 1. Mise au point conceptuelle : les types de communautés virtuelles Communauté dapprenants Intentionnalité du rassemblement Communauté de pratique Communauté finalisée Communauté dintérêt Différentes formes de communautés virtuelles en fonction de leur contexte démergence Groupe Force du lien social Regroupement

13 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 1. Mise au point conceptuelle : les types de communautés virtuelles Si toutes les communautés visent une certaine forme dapprentissage, elles ne doivent par être confondues Lactivité, la forme de participation, le type de production et, en conséquence, lapprentissage sont différents au sein de chacune delles

14 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 2. Apprendre dans une communauté de pratiques Deux propositions fondamentales de la théorie de lapprentissage social de Wenger (1998) Apprendre et faire sont une seule et même chose : participer constitue le fait dapprendre et de comprendre Apprendre est un processus de participation, de négociation de la signification et de construction identitaire

15 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Apprendre dans une communauté de pratiques : un modèle…(Daele) Conditions dentrée Conditions dapprentissage Conditions de participation Echanges Création de nouvelles méthodes Débat, confrontation Pistes, outils didactiques Témoignages Analyse Démonstrations Références Règles Partage dexpériences Apports méthodologiques et didactiques Pratiques en classe Réflexion, observations Formalisation Action Appropriation

16 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 3. Modèle de la CoP comme structure sociale de connaissances Trois éléments constitutifs principaux un domaine une communauté une pratique partagée

17 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 3. Modèle de la CoP comme structure sociale de connaissances Le domaine de connaissances Le domaine de la CoP ne doit pas être confondu avec la profession ou la discipline Il est constitué dun ensemble denjeux, de défis et de problèmes rencontrés dans la pratique et auxquels la communauté décide de se consacrer Cest le sujet sur lequel la communauté focalise Cest la raison dêtre de la communauté et de qui définit son identité le domaine évoluera au cours du cycle de vie de la communauté en fonction des défis nouveaux qui se présentent et des problèmes nouveaux surgissent

18 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 3. Modèle de la CoP comme structure sociale de connaissances La communauté Cest un ensemble de personnes qui ont à cœur le domaine, qui se sentent concernées par les enjeux qui sont en cause La participation y est volontaire et prend diverses formes qui représentant diverses motivations : –le désir de voir le domaine se développer –la recherche dinteractions avec les pairs pour partager quelque chose dimportant –le désir de faire une contribution sachant quelle sera appréciée –la simple envie dapprendre au sujet de la pratique dans une perspective personnelle de se perfectionner

19 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 3. Modèle de la CoP comme structure sociale de connaissances La communauté Les relations au sein de la communauté sont fondées sur la réciprocité, la confiance et louverture Les membres ont la capacité de gérer les dissensions et de les rendre productives

20 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 3. Modèle de la CoP comme structure sociale de connaissances Les communautés peuvent être de taille variable –une quinzaine de personnes forment une communauté intime –15 à 50 personnes forment une communauté de taille moyenne et pourront développer des rapports fluides et différentiés –50 à 100 personnes forment une grande communauté qui tendra à se diviser en sous-groupes en fonction de sujets ou de la localisation géographique –plus de 150 personnes, il sagit dune très grande communauté au sein de laquelle les sous-groupes développent des identités locales ; les membres, très engagés localement, conservent un sens dappartenance à la grande communauté

21 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 3. Modèle de la CoP comme structure sociale de connaissances La pratique partagée Elle est développée par les membres de la communauté pour être plus efficace au quotidien Elle englobe –lhistoire de la communauté et les connaissances qui ont été développées –un ensemble socialement défini de manières de faire les choses dans un domaine spécifique –des approches communes –un ensemble de normes partagées qui constituent la base pour laction, la communication, la résolution de problème, la performance et la responsabilité.

22 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 3. Modèle de la CoP comme structure sociale de connaissances La pratique inclut –un corpus de divers types de connaissances empiriques, théoriques, procédurales, tacites et explicites –des cadres de référence, des modèles, des principes –des outils –des experts, des documents, des leçons apprises, des pratiques exemplaires, des heuristiques Les types de connaissances –sur la communauté –sur des objets concrets et tangibles (outils, manuels) –sur des objets moins concrets ou intangibles (manifestation ou extériorisation de compétences)

23 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 3. Modèle de la CoP comme structure sociale de connaissances Ce ne sont pas toutes les pratiques (pratique du droit, de la médecine) qui donnent naissance à une communauté de pratique Communauté et pratique renvoient à un type spécifique de structure sociale qui a un but, une intention bien spécifique

24 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Types de CoP stratégiques Communautés stratégiques vs spontanées Quatre types de CoP stratégiques qui se distinguent par leur intention 1.la communauté daide et dassistance 2.la communauté de pratiques exemplaires 3.la communauté dédiée à lintendance et à la gestion des connaissances 4.la communauté dinnovation

25 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 4. Design et cycle de vie dune Cop Design pour susciter léveil, non pas pour créer une structure dans lorganisation Design dans le but damener la communauté à exprimer sa propre direction interne, son caractère et son énergie. Dilemme à la base du design dune communauté –le design est fait pour prévoir, planifier, organiser –le design ne peut prévoir, planifier de qui est naturel, spontané et auto-dirigé Plutôt que de focaliser sur la volonté de tout prévoir avec justesse et exactitude, le design doit se concentrer sur la stimulation de la participation active

26 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 4. Design et cycle de vie dune Cop Cycle de vie de la Cop composé de 5 stades –Découverte de la potentialité –Fusion des membres –Maturation collective –Intendance –Transformation ou mort

27 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 4. Design et cycle de vie dune Cop Stade 1 Potentialité de la communauté Définition de la Cop : son domaine, sa communauté (qui, quoi, sa valeur, les rôles et les output), la pratique en cause. Identifier les besoins communs de connaissances. Déterminer les premières intentions: aide, pratiques exemplaires, intendance, gestion des connaissances, innovation Identifier le coordonnateur et les leaders Interviewer les membres potentiels Design préliminaire : envergure, sujet, structure, rôles, processus de partage, liste des membres

28 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 4. Design et cycle de vie dune Cop Stade 2 Fusion Cerner les principaux enjeux du domaine et établir la valeur de léchange pour le domaine Développer la confiance et resserrer les liens de la communauté Quelles connaissances à partager sur la pratique Incuber et livrer la valeur immédiate Construire des connexions entres les membres du noyau (à ce stade, plus important que le développement de la participation périphérique)

29 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 4. Design et cycle de vie dune Cop Stade 3 Maturation (1) La communauté définit son rôle dans lorganisation et ses rapports avec les autres domaines. Elle nest plus juste un réseau damis professionnels, elle élargit ses frontières. Elle doit gérer sa croissance en sassurant quelle nest pas détournée de ses intentions. Toujours rester à la pointe et sintéresser aux problèmes (danger de bureaucratisation)

30 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 4. Design et cycle de vie dune Cop Stade 3 Maturation (2) Mesurer et gérer la création de valeur Gérer le système de connaissances, –collecte les anecdotes, documenter, distribuer et diffuser les connaissances Soutien à la communauté –accorder du temps de participation, voyage pour rencontrer les membres et participer aux événements –développer le modèle de financement de la communauté : financement de projets, financement de linfrastructure

31 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 4. Design et cycle de vie dune Cop Stade 4 Intendance Relever le défi de se maintenir de manière durable Surmonter le déclin de lénergie Éviter la fermeture et le cantonnement dans une pratique bien établie Veiller au ressourcement Recruter de nouveaux membres, un nouveau noyau Développer un nouveau leadership

32 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 4. Design et cycle de vie dune Cop Stade 5 Transformation ou mort Risques –perte de lénergie –transformation de la communauté en club social –dispersion des membres dans dautres communautés –institutionnalisation de la communauté Se redéfinir, se transformer, demeurer actuel …ou mourir

33 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier En résumé Conditions démergence Soutien de lorganisation : temps et des moyens Légitimité, pertinence, création de valeur –conscience de ce que la communauté peut apporter et de ce que chacun peut donner Animation coordination Un noyau Consultation des membres sur ce que la communauté doit être et sur ce quelle doit faire Design de la communauté en fonction de la taille Programme dactivités et dévénements

34 BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier 5. Encore vos questions..


Télécharger ppt "BIE. 14 juin 2006 Bernadette Charlier Concevoir et animer des communautés de pratiques."

Présentations similaires


Annonces Google