La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (AVC) + de 50 ans, ¾ après 65 ans ++ origine artérielle: 80% ischémique, 15% hémorragique, 5% hémorragie méningée Origine.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (AVC) + de 50 ans, ¾ après 65 ans ++ origine artérielle: 80% ischémique, 15% hémorragique, 5% hémorragie méningée Origine."— Transcription de la présentation:

1 ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (AVC) + de 50 ans, ¾ après 65 ans ++ origine artérielle: 80% ischémique, 15% hémorragique, 5% hémorragie méningée Origine veineuse (thrombophlébite cérébrale): 5% des AVC

2 Lésions élémentaires et mécanismes 1. Ischémie cérébrale Accident ischémique transitoire (tabac, cholestérol, athérome) ou accident vasculaire constitué ischémique (pathologie cardiaque avec troubles du rythme, embol) créant une anoxie cérébrale par occlusion artérielle et arrêt circulatoire avec souffrance de tous les territoires artériels AIT: réversibilité spontanée avec un embol qui se délite rapidement, TDM normale (80%), IRM normale (50%); bilan étiologique rapide (échodoppler des vaisseaux du cou, imagerie en coupe TDM ou IRM, bilan biologique)

3 AVCI: débit sanguin cérébral (DSC) en ml/mn/100g de cerveau) inférieur à 15ml/mn (ischémie: nécrose cellulaire irréversible), entre 15 et 20 ml/mn (hypoperfusion avec risque dinfarcissement secondaire, réversible)

4 Infarctus hémorragique: transformation hémorragique dune ischémie constituée; mécanisme de reperfusion avec rupture de la barrière hémato-encéphalique; 24 – 48 h après lAVC

5 2. Thrombophlébite cérébrale Pilule, tabac, grossesse, troubles de la coagulation Occlusion dun sinus ou dune veine corticale

6 3. Hémorragie cérébrale Hémorragie intracérébrale ou hématome intracérébral; HTA > 60 ans, malformation vasculaire < 60 ans; rupture artérielle sur artériopathie, sur malformation vasculaire Hémorragie méningée: malformation vasculaire (anévrysme > malformation artérioveineuse) rupture (risque cumulatif de 3% par an)

7 TECHNIQUES DIMAGERIE IRM = examen idéal de 1ère intention dans les centres spécialisés (STROKE CENTER) 1. TDM Distinction entre hémorragie et ischémie, topographie et étendue des lésions Diagnostic étiologique: angioTDM

8 2. IRM Imagerie morphologique (ischémie > 3h) angioIRM sans IV IRM de diffusion / perfusion: diagnostic précoce de lischémie, acquisition ultrarapide (écho-planar), ischémie irréversible (diffusion), zone mal perfusée (perfusion)

9 3. Échographie doppler Vaisseaux du cou: sténose (augmentation de la vitesse circulatoire), ulcération de plaque dathérome Transcrânien 4. Angiographie Bilan préchirurgical Radiologie Interventionnelle: stent carotidien, embolisation de MAV, traitement endovasculaire dun anévrysme

10 TRAUMATISMES DE LABDOMEN 10% des causes de décès par traumatismes 70% voie publique Choc direct, décélération Rate > foie > rein > intestin > vessie > pancréas Hématome périphérique, hématome interne (contusion, fracture), atteinte du pédicule vasculaire Lésions associées +++

11 1. Techniques dImagerie ASP: sans intérêt Échographie: recherche dépanchement péritonéal (jusquà 100ml) dans le Douglas et les gouttières pariéto-coliques

12 TDM +++ : diagnostic rapide de lésions chirurgicales, embolisation si mise en évidence dun saignement actif, diminution des laparotomies exploratrices

13 Hémorragie intra et rétropéritonéale (40 – 100 UH vs autre épanchement moins dense) Rate ++: atteinte sous-estimée par léchographie

14 2. Stratégie diagnostique et thérapeutique Patient instable : si US montre un épanchement péritonéal: laparotomie en urgence Patient stabilisé par réanimation : TDM faisant le bilan lésionnel, surveillance clinique et nouvelle TDM à J1 ou J2 Patient stable demblée: si traumatisme lombaire, TDM; si autres signes cliniques dappel, US suffisante

15 TRAUMATISMES DU THORAX Souvent lésions associées (crâne, abdomen): 50% Gravité aussi fonction du terrain (I cardiaque, I pulmonaire) Hypoxie +/- sévère par douleurs, troubles de la mécanique ventilatoire, épanchement pleural, contusions pulmonaires Choc direct, écrasement (lésions médiastinales), décélération (isthme aortique, arbre trachéobronchique) Paroi > parenchyme pulmonaire > hémothorax, pneumothorax > cœur > diaphragme > gros vaisseaux

16 1. Techniques dImagerie Rx thorax systématique en salle de déchoquage, si possible debout (élargissement du médiastin en DD) Échographie: recherche dépanchement pleural ou péricardique et analyse de labdomen (hématome) TDM avec IV: paroi (côtes), plèvre (épanchement sanguin ou aérique), poumons, vaisseaux, diaphragme.

17

18 2. Stratégie diagnostique Détresse respiratoire = Rx thorax: pneumothorax (drainage), hémothorax (drainage), rupture diaphragmatique (chirurgie) Détresse circulatoire = Rx thorax: syndrome hémorragique (hémothorax, rupture aortique) avec PVC basse, gêne au retour veineux avec PVC élevée (tamponnade, origine péricardique ou myocardique)

19 TRAUMATISMES CRANIENS Responsable de > 50% des décès 1ère cause de DC < 20 ans 70%: accidents de la route Choc direct ou indirect (accélération – décélération) Lésions primaires extra-axiales (HED, HSD, hémorragie sous-arachnoïdienne ++, hémorragie intraventriculaire) et intra-axiales (contusions, hématome) Lésions secondaires (conséquences des lésions primaires): œdème cérébral, engagement cérébral, ischémie cérébrale Lésions associées ++

20 Rx du crâne: inutile (<10% de fracture du crâne sassocient à des lésions cérébrales; si lésions intracérébrales, fracture dans ½ des cas) et faussement rassurante TDM systématique en urgence: traumatisme crânien grave, patient à risque élevé (classification de Masters en 3 groupes)

21 HEMATURIE 1. Contexte clinique, aide au diagnostic Douleurs lombaires (trauma rénal, infection, calcul, tumeur) Fièvre (pyélonéphrite, cystite) Dysurie, résidu post-mictionnel (obstruction du bas appareil urinaire, prostate) Impériosité mictionnelle, pollakiurie (cancer vésical) 2. Causes des hématuries Douloureuse: calcul, infection, tumeur rénale Indolore et macroscopique: tumeur vésicale, tumeur rénale, infection Indolore et microscopique: calcul, infection, tumeur vésicale (recherche de multifocalité au niveau de larbre urinaire)

22 3. Éliminer les causes évidentes Sonde urinaire, cystite, prostatectomie transuréthrale Recherche dabsence dhématurie à distance

23 4. Techniques dImagerie Échographie de 1ère intention: masse rénale, lithiase, stase urinaire, étude de la vessie (> TDM) ++ TDM sans et avec IV (clichés tardifs + MIP: remplace lUIV)

24 CANCER DU POUMON Carcinome bronchique: étiologie la plus fréquente Augmentation de la fréquence chez la femme 50 – 70 ans avec comorbidité (cancers ORL, œsophage, coronaropathie, bronchite chronique) Forme centrale (en amont des bronches segmentaires) avec obstruction bronchique et atélectasie en aval

25 Forme périphérique (= nodule arrondi ou spiculé) Si forme massive: infiltration de la veine cave supérieure, de lœsophage Forme métastatique: métastases cérébrales parfois prévalentes (toute suspicion de métastases cérébrales en TDM: TDM thoraco-abdomino-pelvienne)

26 Cliché thoracique: toujours réalisé, jamais suffisant TDM: thorax (tumeur, paroi, médiastin, artères pulmonaires), abdomen (foie, surrénales, espace inframédiastinal postérieur), biopsie sous TDM dun nodule sans diagnostic étiologique après la bronchoscopie TEP – TDM: caractérisation de tout nodule pulmonaire de 1cm


Télécharger ppt "ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (AVC) + de 50 ans, ¾ après 65 ans ++ origine artérielle: 80% ischémique, 15% hémorragique, 5% hémorragie méningée Origine."

Présentations similaires


Annonces Google