La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Suivi médical des salariés intérimaires 3 cas cliniques Vus lors dune journée de consultation Au centre ETT à Strasbourg Fabienne MICHEL.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Suivi médical des salariés intérimaires 3 cas cliniques Vus lors dune journée de consultation Au centre ETT à Strasbourg Fabienne MICHEL."— Transcription de la présentation:

1 Suivi médical des salariés intérimaires 3 cas cliniques Vus lors dune journée de consultation Au centre ETT à Strasbourg Fabienne MICHEL

2 État des lieux du travail temporaire Les entreprises qui ont recours de plus en plus fréquemment à lemploi dintérimaires, réagissent ainsi à la double contrainte dune crainte de gonfler les effectifs en période incertaine et de répondre rapidement à des demandes en dent de scie. Le travail temporaire devient ainsi un mode de gestion des ressources humaines à long terme et pour les salariés, parfois, un tremplin daccès à un emploi définitif.

3 Mission de placement pour les entreprises de travail temporaire A noter que le monopole de service public détenu par lANPE en matière de placement est tombé avec la loi de cohésion sociale du 18 janvier. Cette ouverture, pratique courante dans la plupart des pays de la CEE, régularise une situation existant dans les faits, le retour à lemploi se faisant déjà de manière efficace par le biais de lintérim en effet les salariés postulant dans les ETT, à contrario des effectifs ANPE, sont tous en recherche demploi « active ».

4

5 Profil type du salarié intérimaire lintérim est subit pour ½ : jeune sans qualification, premiers postes jeune diplômé, sans expérience, premier emploi. période en intérim + ou - longue, puis CDD, puis CDI avec période dessai… salarié > 40 ans, licencié économique, avec ancienneté, faute d« embauche », le retour à lemploi passe par lintérim, rêve dun poste « fixe » salarié étranger récemment arrivé, diplôme non reconnu en France,pas dautre choix que missions intérim quelques salariés chômeurs « en fin de droit », dans lurgence se tournent vers lintérim en attendant de voir venir …un autre poste ou…leur quota dheures

6 Intérimaire par choix : environ la moitié des effectifs après 10 à 20 ans poste fixe, choix des missions, salaire plus important, organisation du temps de travail sur lannée et paradoxalement pour certains, meilleures conditions de travail. Salariés diplômés dont les compétences sont recherchées. Soignants, métier de bouche (cuisiniers, bouchers…) chauffeurs poids lourds, métiers du bâtiment et des cadres dans le tertiaire. quelques anciens travailleurs indépendants qui « jettent léponge » de façon plus anecdotique, les étudiants (postes de nuit, temps partiel)

7 1ère visite, pour monsieur A. Ismet, CAP peintre-tapissier en 1997 Il est âgé de 28 ans,dorigine Yougoslave, réfugié politique, a la nationalité française, arrivé en France en 1994, à lâge de 18 ans Il parle et comprends bien le français De 94 à 97 travaillera en intérim au poste de manœuvre sur des chantiers BTP (Ø visite méd) En 96: AT, chute de 5m, passera à travers une cloison de « novopan » fermant une ouverture, non signalée sur les plans, contusions simples Aucun antcd particulier, vaccinations ?

8 A travaillé près de 6 ans en intérim pour la même entreprise de peinture Peinture int. et ext., pose de papier peint, résines pour sols, projection de peinture murs et plafonds, aucune notion de port dEPI, lavage fréquent des mains au White Spirit (fournit par lemployeur) Mission en cours depuis une semaine, pose denduit essentiellement

9 Cliniquement : examen sp, BEG, état cutané RAS, dos, et articulation sp, douleurs occasionnelles de type courbatures au niveau des bras Ex complémentaires: audiométrie, spirométrie et bilan biologique sp Conseils sur le port des EPI, lavage des mains au White Spirit à proscrire

10 Monsieur B. Olivier, 38 ans, 1ère visite le 1er juin 2005 une mission comme télé enquêteur en cours lETT précise quil aurait présenté une crise dépilepsie sur le lieu du travail Cursus laboris: bac B puis Deug de droit commercial en téléphonie pdt 2 ans ½ gestion de stock pdt 4 à 5 ans bac pro informatique en 2003 depuis qq missions en intérim

11 Antécédents et ex. clinique: médical: en particulier neurologique une PC durant ladolescence, pas de bilan fait, aucun souvenir des circonstances, ras par ailleurs. chir: prothèse tête radiale, suite à trauma vaccinations: TPolio en 1990 La clinique est sans particularité,le salarié est en BEG, aucune prise de toxique suspectée

12 Poste de travail et contexte personnel Télé enquêteur: enquêtes téléphoniques, entrée des données sur ordinateur (modèle récent), horaires de travail en journée, pas de cadence imposée, bonne ambiance, bon accueil du public, satisfait de son travail À titre privé: conflit de voisinage depuis plusieurs semaines, dette de sommeil +++ Ø souvenir de la crise dépilepsie Na pas été consulter son médecin

13 Souhait de poursuivre sa mission, (peu conscient des répercutions possibles sur les collègues) Apte pour 1 mois et courrier pour bilan chez un neurologue, à revoir le 29 juin Réponse du neurologue (le 13/6/05) EEG: qq bouffées lentes voire paroxystiques bilat. sans manif. clinique, ex. neuro. sp., prescription de BZD, conseil hygiène de vie et de sommeil, à revoir en septembre Le 29 juin, absent : courrier de relance au salarié, RDV à prendre dans la semaine

14 Monsieur B. se présente pour une 2ème visite le 6 juillet 2005 à la suite de cette crise dépilepsie, survenue sur le lieu du travail et malgré lavis daptitude favorable, lETT à prononcé la fin de la mission et ne la plus contacté depuis Sur le plan personnel et médical, il prends son traitement (Urbanyl) quotidiennement et veille à se coucher tôt, pas de nouvelle crise Il a programmé de déménager sur Bordeaux en septembre et doit sy trouver un nouveau neurologue pour son suivi médical

15 Melle S. Malika, 40 ans, V.A., 3ème visite au centre ETT Antcd médicaux: néant, un enfant(1991) Cursus prof: fin de scolarité en 3ème pendant 8 ans responsable de lentretien dun centre socioculturel, fin de son contrat faute de budget pour sa titularisation Missions intérim

16 en 2004, intérim, agent de production, entreprise de fabrication d accessoires en mousse polyuréthane (expo. Isocyanates) 10 juin 2004: visite dembauche, la mission est en cours, la salariée se plaint de toux nocturne depuis quelques jours; Ex. clinique et spirométrie faite ce jour: sp Le médecin informe la salariée sur les risques dune exposition aux isocyanates Émet un avis daptitude limité à 1 mois et fixe un nouveau RDV 8 juillet 2004: Ø toux, Ø plaintes, apte1 an

17 6 juillet 2005, visite annuelle, poste identique, tjs en intérim Poste: contrôle qualité des pièces, ébavurage (max 2h) alternance des postes dans léquipe, debout, pièces en sortie de chaîne, exp isocyanates faible plaintes: Jambes lourdes, suivi phlébologue, pas possibilité tabouret assis-debout /contraintes gestuelles Douleurs articulaires Mb sup occasionnelles, ttt AINS local, Ø Σd canalaire, dorso-lomb. sp Pas de plainte respiratoire

18 Cliniquement: sp Spirométrie: perturbée CVF et VEMS abaissés à 32% et 37% des valeurs exigées CV exp. étant préservée à 3030 ml avis auprès dun pneumologue demandé et salariée maintenue apte au poste

19 Vécu sur le terrain de cette salariée intérimaire La salariée qui travaille en équipe se présente le matin, alors quelle travaille ce jour laprès-midi Le poste débavurage est très sollicitant (risque TMS), les intérimaires, les plus récents, y sont prioritairement affectés par le chef déquipe Sur les derniers mois en raison dune charge de travail importante lentreprise à sollicité lensemble des salariés à venir travailler en heures supplémentaires le samedi matin Après une plainte dun salarié fixe, arguant du droit du travail, ces heures sup. se font désormais sur la base du volontariat

20 Concrètement, lors des visites : Le plus souvent, le salarié se présente durant son temps de repos. (méconnaissance de ces droits et/ou souhait de ne pas se faire remarquer auprès de lEU) lorsque le salarié est vu, il nest pas rare, quil nai pas de mission en cours, quil ne sache pas sil en aura bientôt une, quil ne connaisse pas lentreprise ni le poste qui pourra lui être proposé et quil nai quune vague idée des postes pour lesquels lETT lui recherche une mission. De son côté le médecin du travail a rarement visité lentreprise et encore moins le poste précisément de lintérimaire qui est en face de lui plus de la moitié des intérimaires ne connaissent pas la durée exacte de leur mission

21 au dessus des intérimaires plane la menace de« fin de mission » Un retard, une revendication, un arrêt maladie, une restriction daptitude… Cela conduit les intérimaires à remettre à plus tard le suivi de leur santé… lintérimaire nest pas suivi par un médecin du W, mais par un centre. Sil est inscrit dans différentes agences, il peut être suivit dans différents centres. Un intérimaire déclaré inapte peut changer dagence et donc de centre et bénéficier dune visite plus « favorable »

22 Sur le terrain:

23 port et fourniture des EPI: la règle est « celui qui génère le risque est celui qui les fournit » en pratique de grandes variations entre les EU et les ETT (difficile pour lintérimaire sur le terrain de demander un équipement réservé parfois aux seuls « embauchés ») les postes « ingrats »: contraintes posturales, charges lourdes, exposition à des nuisances physiques ou chimiques sont réservés aux intérimaires, et au sein des intérimaires aux derniers arrivants

24 au sein des entreprises, 2 catégories de salariés : fixes et intérimaires. Conditions de travail, statuts, informations qui circulent vers eux diffèrent. Les intérimaires ont moins de repères peu dinterlocuteurs. Le médecin du travail de lEU lest connaît rarement. problème dinformation et de formation responsable dun % dAT plus élevé chez les intérimaires Les intérimaires sont globalement mal informés sur les risques, sur les produits quils utilisent

25 Limage de la santé au travail est plutôt mauvaise auprès des ETT, le suivi médical est irrégulier (beaucoup de salariés ne sont pas vus dans les délais légaux) Le tiers-temps nécessite de collaborer avec le médecin du travail de lEU MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "Suivi médical des salariés intérimaires 3 cas cliniques Vus lors dune journée de consultation Au centre ETT à Strasbourg Fabienne MICHEL."

Présentations similaires


Annonces Google