La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Diffusion de la connaissance. RECHERCHE DOCUMENTAIRE La recherche documentaire est : –Une démarche systématique et explicite didentification, de récupération.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Diffusion de la connaissance. RECHERCHE DOCUMENTAIRE La recherche documentaire est : –Une démarche systématique et explicite didentification, de récupération."— Transcription de la présentation:

1 Diffusion de la connaissance

2 RECHERCHE DOCUMENTAIRE La recherche documentaire est : –Une démarche systématique et explicite didentification, de récupération et traitement bibliographique de données publiées ou non –Elle a pour but lidentification dinformations pertinentes et doit tendre vers lexhaustivité Elle nécessite donc : –La maîtrise des outils et stratégies de recherche –Une bonne connaissance des multiples sources dinformations

3 Il faut définir en premier lieu : –Lobjectif de la recherche –La formulation de la question que lon se pose : Etape indispensable ! La question posée doit être claire, précise et complète –Les critères dinclusion ou dexclusion à respecter lors de la stratégie de recherche (ex. : langue, limitation sur les années de recherche, uniquement les essais randomisés, critères dâge…) Il faut ensuite : –Choisir les sources dinformation à consulter –Définir une stratégie de recherche adaptée à la banque de donnée –Et enfin sélectionner les articles les plus pertinents

4 LES SOURCES DINFORMATION Les sources primaires sont les compte rendus détude, accessibles : –Soit sous forme de résumé dans les banques de données électroniques –Soit en entier par la recherche du périodique (accès payant le plus souvent) Laccessibilité aux sources primaires est problématique : coût des abonnements, temps nécessaire à la recherche, nécessité dune formation…

5 LES SOURCES DINFORMATION Les sources secondaires véhiculent des informations préalablement digérées par un intermédiaire : –Synthèses, revues de la littérature, méta-analyses, recommandations professionnelles Les intermédiaires sont principalement : –en France : La HAS et lAFSSAPS qui produisent des recommandations professionnelles Les sociétés savantes, lINSERM (expertises collectives) Les périodiques médicaux (mais leur financement est assuré pour la plupart par lindustrie pharmaceutique, à lexception de la Revue Prescrire). –A létranger (les principaux) : Le NICE* en Angleterre et lAHRQ** aux USA, qui sont les équivalents de lHAS en France La Cochrane Collaboration »* NICE = National Institute for Clinical Excellence »** ARQH = Agency for Healthcare Research and Quality

6 Stratégies dune recherche documentaire En fonction de la question posée, la stratégie de recherche documentaire devra interroger : –Les banques de données scientifiques analytiques et bibliographiques –Les sources dinformation secondaires à destination des professionnels (HAS, AFSSAPS, Sociétés Savantes, INSERM…) –La recherche de la « littérature grise » : littérature non indexée dans les circuits conventionnels de diffusion de linformation (congrès, documents gouvernementaux, études non publiées, autres documents non conventionnels) –Les sommaires des revues de moins de 6 mois. Certaines revues doivent être systématiquement consultées (pour éviter de rater une publication non encore indexée) : Annals of Internal Medicine, British Medical Journal, Canadian Medical Association Journal, Concours Médical, JAMA, Lancet, New England Journal of Medicine…

7 Banques de données Les banques de données analytiques : Ce sont des bases accessibles via Internet qui fournissent des revues systématiques réalisées par des groupes d'experts. La Cochrane library : –Banque de données électronique –Initiée en 1995 en Grande-Bretagne –Elle met à disposition des revues systématiques de la littérature réactualisées régulièrement –Source majeure dinformations pour les praticiens

8 Banques de données médicales bibliographiques MEDLINE : –Créée en 1966, par la National Library of Medicine (Bethesda, USA) –La plus connue et la plus utilisée –MEDLINE est la banque de données, Pubmed est le moteur de recherche EMBASE, aux Pays-Bas. Elle possède 2 particularités –Une orientation sur la pharmacologie et la toxicologie (tout en traitant les autres aspects de la médecine) –Une bonne couverture de la littérature européenne. PASCAL : –Banque de données française produite par lInstitut National de lInformation Scientifique et Technique (INIST) –Couvre des domaines variés : biologie, médecine, physique, chimie, sciences de lingénieur...

9 Les banques de données économiques et industrielles Ex. : IAC, Textline, Delphes… Les banques de données de « littérature grise » La Banque de Données de Santé Publique (BDSP) –Banque de données française –Elle couvre linformation scientifique, technique et économique produite en France et à létranger La bibliothèque du CHU de Rouen (CIFMeF) SIGLE HealthSTAR : axée sur lévaluation technologique et la recherche en administration de la santé. Les agences et institutions gouvernementales, les sociétés savantes, les associations professionnelles et les agences dévaluation technologique produisent des documents et des rapports qui sont souvent accessibles via Internet sur les serveurs Web de ces différentes structures.

10 SourcesExemples Bases de données médicales bibliographiquesMedlin/Embase/Pascal/Cochrane library Journaux scientifiquesJournaux disponibles en ligne Open Acces Google scholar permet didentifier articles disponibles en ligne Journaux papier Actes de congrèsEn ligne ou papier Livres Bases de données de littérature griseMoteur de recherche : catalogue de lindexation des sites médicaux francophones (CISMeF) Université médicale virtuelle francophone, campus numérique Wikinu.org Canal U : vidéos en ligne Banque de données en santé publique (BDSP) Google et google scholar Agences sanitaires et sociétés savanteswww.sante.fr (ECN) (neurochirurgie)

11 Il faut savoir trier… Tout ce qui est écrit ne se vaut pas Toutes les études publiées ne se valent pas Les recommandations dexperts font le tri en fonction du niveau de preuve

12 NIVEAU DE PREUVE ET GRADE DES RECOMMANDATIONS Dans les classifications actuellement publiées, 4 notions apparaissent : –Le niveau de preuve dune étude –Lévidence scientifique après synthèse des études disponibles –Le grade des recommandations produites par un groupe dexperts sur la base des niveaux de preuve, pour les professionnels de santé –Laccord professionnel

13 Le niveau de preuve dune étude Le niveau de preuve dune étude caractérise la capacité de létude à répondre à la question posée Cette capacité se juge sur : –Ladéquation du protocole à la question posée –Lexistence ou non de biais importants –La puissance de létude et en particulier la taille de léchantillon

14 Un fort niveau de preuve correspond à une étude dont : –Le protocole est adapté pour répondre au mieux à la question posée –La réalisation est effectuée sans biais majeur –Lanalyse statistique est adaptée aux objectifs –La puissance est suffisante Un niveau intermédiaire est donné à une étude de protocole similaire, mais présentant : –Une puissance nettement insuffisante –Et/ou des anomalies mineures Un faible niveau de preuve peut être attribué aux autres types détudes

15 Lévidence scientifique après synthèse des études disponibles Lévidence scientifique est appréciée lors de la synthèse des résultats de lensemble des études sélectionnées. La gradation de lévidence scientifique sappuie sur : –Le niveau de preuve des études disponibles –La cohérence de leurs résultats

16 Le grade des recommandations Les recommandations sadressent aux professionnels, afin de les aider dans leurs choix diagnostiques et thérapeutiques La classification en grade (A, B, C) se base sur le niveau de preuve scientifique de la littérature Une recommandation de grade A est fondée sur une preuve scientifique établie par des études de fort niveau de preuve Une recommandation de grade B est fondée sur une présomption scientifique fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve Une recommandation de grade C est fondée sur des études de moindre niveau de preuve

17 Le grade des recommandations Cette gradation ne présume pas obligatoirement du degré de force de ces recommandations En effet, il peut exister des recommandations de grade C néanmoins fortes, malgré labsence dun appui scientifique. Les raisons de cette absence de donnée scientifique peuvent être multiples (historique, éthique, technique) Lappréciation de la force des recommandations repose donc sur : –Le niveau dévidence scientifique –Lavis des experts

18 ACCORD PROFESSIONNEL Un accord professionnel exprime une opinion quasi unanime des professionnels. Selon cette opinion, une méthode de dépistage, de diagnostic, de prévention ou de traitement peut être proposée ou non dans une indication donnée –Lefficacité ou linefficacité de cette méthode na pas toujours été rigoureusement démontrée

19 Etude dun cas ou dune série de cas (étude descriptive) Niveau de preuve 4 (5) Un ou plusieurs cas sont décrits sans comparaison avec un groupe témoin –Utile pour la formulation d'hypothèses –Traduit lexpérience dun auteur –Ne permet pas de généraliser conclusions

20 Etude transversale (étude de prévalence) Niveau de preuve 4 Instantané d'un problème de santé dans une population à un moment donné, (sur un échantillon représentatif) Prévalence Apprécie lampleur dun phénomène, les répercussions sociales dune maladie, sa distribution géographique temps et coût Génère des hypothéses Exemple proportion de patients VIH ayant une insuffisance rénale…

21 Études cas témoin Niveau de preuve 3 Étude dobservation Des malades sont comparés à des sujets nayant pas la maladie présentant des caractéristiques similaires (cf cours spécifique) Biais facteurs de confusion Permet de générer hypothèses Exemple tabac et cancer du poumon comparaison de lexposition au tabac entre patients ayant un cancer et témoins nayant pas de cancer

22 Études de cohorte Niveau de preuve 2 Prospective (il existe études de cohorte rétrospective) Permet de mesurer incidence de plusieurs évènements, risque relatif (cf cours spécifique) Temps/coût Exemple tabagisme chez médecins anglais

23 Essais contrôlés randomisés niveau de preuve 1/2 selon puissance Contrôlé = Comparaison du devenir de deux groupes de sujets comparables avec intervention et sans intervention médicale dans lautre groupe (double aveugle) Randomisation = répartition au hasard des sujets dans les différents groupes

24 Revues méthodiques de la littérature (systematic review) Synthèse de tous les essais publiés et non publiés concernant un sujet précis Méthode explicite et reproductible Minimise les biais de la synthèse dinformation Sappuie sur les niveaux de preuve

25 Méta-analyse dessais randomisés niveau de preuve 1 Combine statistiquement les données détudes indépendantes afin dobtenir une estimation de leffet global dune procédure ou dune variable sur un événement défini Augmente la puissance pour évènements majeurs et analyses de sous groupes recalcule les risque relatifs et absolus, nbr de sujets à traiter pour éviter un événement Permet de trancher lors détudes discordantes

26

27 LES RECOMMANDATIONS MEDICALES ET PROFESSIONNELLES Les progrès rapides des connaissances médicales et la croissance du nombre de publications justifient la réalisation de synthèses des informations disponibles. Les « recommandations médicales et professionnelles » sont définies comme : - « Des propositions développées méthodiquement - Pour aider le praticien et le patient à rechercher les soins les plus appropriés - Dans des circonstances cliniques données »

28 LES RECOMMANDATIONS MEDICALES ET PROFESSIONNELLES Plusieurs méthodes existent Elles sont basées sur : - Une analyse et une synthèse objectives de la littérature scientifique - Des avis dexperts et de professionnels - Et des enquêtes de pratiques. Deux de ces méthodes seront présentées : - Les Conférence de Consensus (CC) - Les Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Le choix de la méthode délaboration de recommandations (RPC ou CC) dépend : - De létendue du thème retenu - Du nombre et de la précision des questions à résoudre - De lintensité et de la controverse existante - De la disponibilité des données médicales et scientifiques

29

30 LES CONFERENCES DE CONSENSUS (CC) La CC consiste en : La présentation, lors dune conférence publique, de rapports dexperts faisant la synthèse des connaissances Puis la rédaction de recommandations par un Jury multidisciplinaire à huis clos

31 LES CONFERENCES DE CONSENSUS Le promoteur Il sagit en pratique soit dune organisation de professionnels de santé, dun organisme de Santé Publique, dune société savante, dun organisme d'Assurance Maladie, dune association de patients, dun industriel… Quel est son rôle ? Il prend l'initiative de l'élaboration de recommandations Il choisit le thème et signale les grands axes de réflexion Il fournit les moyens financiers Il doit s'effacer et laisser une totale liberté au comité d'organisation qui doit fonctionner en totale indépendance

32 LES CONFERENCES DE CONSENSUS Le comité dorganisation Personnes désignées par le promoteur (en général 5 à 10 membres), mais indépendantes de celui-ci Un responsable (le Président du comité d'organisation) est désigné pour organiser et coordonner les réunions. Quel est son rôle ? Chargé de la mise en place, de lorganisation de la CC Il délimite précisément le thème à traiter et les questions Il choisit les experts, les membres du jury, les membres du groupe bibliographique et les informe de leur rôle. Il participe à l'élaboration de la stratégie de recherche de la littérature, propose les grilles de lecture des articles… Il établit les modalités de diffusion des recommandations

33 LES CONFERENCES DE CONSENSUS Le Jury 8 à 16 membres, multiprofessionnel et multidisciplinaire : médecins, chercheurs, autres professionnels de santé, méthodologistes, représentants des domaines éthique, économique ou législatif, représentants du grand public Coordonné par un président, nommé par le comité dorganisation (parfois en concertation avec le promoteur) Les membres du jury ne doivent pas avoir dintérêt financier ou professionnel (pas de conflit dintérêt)

34 LES CONFERENCES DE CONSENSUS Quel est le rôle du Jury ? Fournir, à lissue de la CC, un texte consensuel : les conclusions et recommandations de la conférence qui apportent une réponse précise à chacune des questions. Responsable de la teneur et de la qualité du texte produit Le groupe bibliographique 4 à 6 membres formés à l'analyse de la littérature Fournit une analyse objective de la littérature, sans interprétation des résultats.

35 LES CONFERENCES DE CONSENSUS Les experts Ils sont choisis par le comité d'organisation. Ils doivent avoir une compétence particulière sur le thème de la conférence (travaux et publications récents) La composition du groupe doit être représentative de la diversité des opinions sur le sujet Quel est leur rôle ? Fournir un texte rassemblant les informations (issues de leur expérience et de la littérature) permettant de répondre aux questions Ils présentent leur travail au cours de la conférence publique et formulent leur interprétation en fonction de leur conviction. Les textes produits par le groupe bibliographique doivent apporter une analyse brute des données de la littérature. Les textes des experts sont complémentaires, ils apportent une interprétation de ces données avec le recul dû à la pratique et à l'expérience.

36 LES CONFERENCES DE CONSENSUS : déroulement 4 phases Phase de préparation (environ 1 an) Le promoteur : - Décide de la réalisation dune CC - Désigne le comité dorganisation Le comité dorganisation : - Définit le thème précis et rédige les questions - Nomme les experts, le jury et le groupe bibliographique - Elabore la stratégie de diffusion et des mesures dimpact Les experts rédigent leur avis et diffusent au jury Le groupe bibliographique analyse les données de la littérature

37 LES CONFERENCES DE CONSENSUS La conférence publique Mise à disposition pour tous les participants des textes des experts et du groupe de travail bibliographique Exposé des experts en séance publique Débat lors duquel chaque acteur fait connaître son opinion Le huit clos du jury Dans les 2 jours qui suivent la conférence publique Rédaction à huis clos des conclusions et recommandations (texte long et texte court) par le Jury Elles reflètent l'accord auquel aboutit le Jury lorsquil produit ses conclusions et recommandations. Ce n'est pas ipso facto le point de vue commun que partage la plupart des participants Validation par le comité dorganisation Diffusion des recommandations Diffusion des recommandations aux cibles, à la presse médicale et non médicale, aux acteurs institutionnels. Une étude dimpact est une étude visant à constater les modifications des pratiques suite à la diffusion des recommandations.

38 LES CONFERENCES DE CONSENSUS

39 LES RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE La RPC consiste en : Une analyse de la littérature abondante par un groupe de travail qui rédige les recommandations Elle est réalisée lorsque : Le thème à traiter est vaste et se décline en nombreuses questions Les données de la littérature sont multiples et dispersées Il y a peu de controverse

40 LES RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Le promoteur Il sagit en pratique soit dune organisation de professionnels de santé, dun organisme de Santé Publique, dune société savante, dun organisme d'Assurance Maladie, dune association de patients, dun industriel… Il prend linitiative de l'élaboration de recommandations, choisit le thème, assure le financement, précise le délai délaboration des recommandations Il s'efface et laisse toute liberté au comité d'organisation, puis au groupe de travail et au groupe de lecture, qui doivent fonctionner en toute indépendance.

41 LES RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Le Comité dOrganisation Il est initialement désigné par le promoteur Un responsable (le président du comité d'organisation) est généralement nommé Il délimite le thème, définit les questions, choisit les participants (membres du groupe de travail, membres du groupe de lecture, experts), définit la stratégie de recherche et de diffusion des recommandations et assure la logistique de l'ensemble du processus. Le groupe de travail Il réunit des personnes pluridisciplinaires (10 à 15) ayant un intérêt pour le thème traité, sans en être obligatoirement des experts Il doit être représentatif des différents domaines professionnels, des différentes écoles de pensée, des différents modes d'exercice. Il réalise lanalyse critique de la littérature, la synthèse des connaissances et rédige les recommandations Le groupe de lecture Désigné par le comité dorganisation ou le groupe de travail Il réunit des personnes intéressées par le thème traité (30 à 40), il est pluridisciplinaire et représentatif de la diversité Il juge et valide les informations données par le groupe de travail, apporte des informations complémentaires

42 LES RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE La phase de travail préliminaire Le comité dorganisation définit le thème, les questions et la méthode Il constitue le groupe de travail et le groupe de lecture Il organise le déroulement du processus La phase d'élaboration des recommandations Plusieurs réunions sont organisées Les membres du groupe de travail réalisent une recherche, une analyse et une synthèse de la littérature, et présentent leur travail au cours des réunions. Une première proposition de recommandations est ainsi élaborée. Les versions sont relues et critiquées par le groupe de lecture, remises au groupe de travail et ainsi de suite La version finale est rédigée et signée par le groupe de travail La phase de diffusion Voir CC Plusieurs documents sont élaborés : un texte court ou texte de synthèse, un texte long, un argumentaire, éventuellement un texte à destination des patients

43 LES RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE

44

45 Sources Brault N. Santé, Société, Humanité (Hachette) Jolivet A, Le L, KB Santé Publique, (Vernazobres Greco) Tavolacci MP, Ladner J. Santé Publique Livre des plans de santé publique, (www.santé.gouv.fr)


Télécharger ppt "Diffusion de la connaissance. RECHERCHE DOCUMENTAIRE La recherche documentaire est : –Une démarche systématique et explicite didentification, de récupération."

Présentations similaires


Annonces Google