La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Céline Vivent Centre associé Céreq de Basse-Normandie – ESO Caen Le non recours aux dispositifs de suivi des décrocheurs.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Céline Vivent Centre associé Céreq de Basse-Normandie – ESO Caen Le non recours aux dispositifs de suivi des décrocheurs."— Transcription de la présentation:

1 Céline Vivent Centre associé Céreq de Basse-Normandie – ESO Caen Le non recours aux dispositifs de suivi des décrocheurs

2 Contexte 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 2 Appel à expérimentations sociales lancé par le HCJ en 2009 Le GIP Auvergne avait déposé le projet « Prévenir le décrochage scolaire et organiser les collaborations dans l'académie de Clermont». Le centre associé Céreq de Basse-Normandie était chargé de lévaluation de cette expérimentation. Une expérimentation nest pas un contexte « normal » dobservation du décrochage au sens où les acteurs, le dispositif innovant et les jeunes sont dans un espace-temps particulier.

3 Problématique 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 3 « Le non-recours renvoie à toute personne qui -en tout état de cause- ne bénéficie pas dune offre publique, de droits et de services, à laquelle elle pourrait prétendre. » (Warin, 2010) Peut-on utiliser langle du non-recours dans le cadre de lévaluation des politiques publiques de lutte contre le décrochage scolaire? Dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire, peut- on considérer le décrochage comme un non-recours à lécole?

4 Plan 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 4 La typologie de lobservatoire du non-recours aux droits et services (Odenore) Le décrochage scolaire comme non recours à lécole ? Les formes de non-recours aux dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire

5 Typologie de non-recours 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 5

6 Le non-recours aux droits et aux services 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 6 Les premières études en France ont été menées par la CNAF sur le non-recours aux prestations sociales, dans les années Dans le domaine de la santé, (retards et abandons de soins, inobservation des prescriptions) Non demande des usagers Exemple du non recours au RMI : non recours à lallocation versée, au contrat dinsertion, aux services de formation ou de santé connexes. Dès lors quune offre sadresse à un public, il y a une possibilité de non-recours => non recours aux droits et services.

7 Typologie explicative du non-recours 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 7 Non connaissance Une personne éligible est en non-recours, par Manque dinformation sur son existence ou son mode daccès Non proposition du prestataire Non demandeUne personne éligible et informée est en non recours car elle na pas demandé par choix, à cause de Non adhésion aux principes de loffre Manque dintérêt pour loffre (coût / avantage) Estime de soi Alternatives Ou par contrainte, à cause de : Découragement devant la complexité de laccès Difficultés daccessibilité (distance, mobilité) Difficultés à exprimer des besoins Crainte de stigmatisation Perte de lidée davoir des droits Non réceptionUne personne éligible demande, mais ne reçoit rien ou que partie, car Abandon de la demande, inattention aux procédures, arrangement avec le prestataire, dysfonctionnement du service prestataire, discrimination

8 Le décrochage scolaire et le non- recours à lécole 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 8

9 « Ceux qui ny vont pas et ceux qui nen veulent plus » (Dutercq, 2001) 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 9 Le non-recours à lécole est peu étudié en France du fait du caractère obligatoire de la scolarité pour les 6-16 ans. Yves Dutercq distingue 3 formes de non-recours à lécole : le non-recours en lien avec la marginalisation ou lexclusion sociale (le décrochage scolaire), le refus de la scolarisation traditionnelle (linstruction à la maison, par la famille), ou au profit de forme de scolarisation collective hors contrat. « Il est essentiel de ne pas voir seulement dans le non-recours une attitude de passivité ou de renoncement, mais de se demander pour quels motifs on ne recourt pas, en raison de quels manques, de quels défauts de lécole ». Décrocher peut être un processus volontaire de refus de lécole.

10 Le non recours aux dispositifs daccompagnement 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 10 Si le dispositif expérimenté nattire pas autant de jeunes que son porteur lavait escompté, peut-on parler de nouvel échec des instances locales chargées de la formation et de linsertion professionnelle des jeunes ? Si le décrochage scolaire est un non recours à lécole, est-ce que le non-recours au dispositif expérimenté est un nouveau décrochage ? En quelques sortes, une récidive qui témoignerait dun processus en marche vers une exclusion sociale ? Est-ce que ce non-recours peut être envisagé comme une étape nécessaire vers un raccrochage ?

11 Le non recours aux aides au raccrochage 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 11

12 Les formes de non-recours aux dispositifs daccompagnement 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 12 Dans ce cadre dobservation particulier, que sont les expérimentations, ce qui se rapprochera des situations de non-recours sont : Le fait pour un jeune potentiellement bénéficiaire, dêtre non joignable, au moment de lexpérimentation ; Le fait de refuser la proposition de suivi ; Le fait daccepter puis de refuser de continuer la solution envisagée.

13 Cas de non proposition du fait de mauvaises coordonnées 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 13 incorrectes pour plusieurs raisons : déménagement du jeune ou de sa famille, situation daccueil changeante, une actualisation trop ancienne dans les fichiers. Action dont lobjectif est de signaler le plus tôt possible le décrochage : Traitement académique appuyé sur les transmissions dalerte entre plusieurs institutions. Ces échanges dinformations sont suivis de prises de contacts avec le jeune, plus ou moins rapides selon les territoires.

14 Cas de refus de la proposition de suivi ou de solution 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie Une méfiance vis-à-vis des institutions en général provenant dune assimilation de la proposition de suivi au problème. 2. La solution proposée ne correspond pas aux besoins réels. 3. Dautres ressources non professionnelles peuvent être mobilisées.

15 Cas de refus de la proposition de suivi ou de solution 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 15 Actions : la première situation appelle un travail de mise en confiance. Demande un temps long, notamment dans le cas de jeunes qui sont déjà suivis (ou leur famille) par de multiples travailleurs sociaux issus de plusieurs services sociaux ; Demande parfois de revoir lapproche de laccompagnement.

16 Cas de refus de la proposition de suivi ou de solution 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 16 La seconde situation demande de diagnostiquer les besoins primordiaux pour aiguiller vers les services les plus compétents. Les réunions interinstitutionnelles comme les CVE, les réseaux de travailleurs sociaux sont autant doccasions daborder ces situations de refus pour savoir si dautres professionnels pourraient prendre le relai.

17 Cas de refus de la proposition de suivi ou de solution 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 17 La troisième situation (un emploi, une aide familiale ou une) est perçue par les acteurs de 2 façons : comme peu viable, puisque non accompagnée par un professionnel ; comme une certaine forme dautonomie et une prise dinitiative à partir de ses propres ressources.

18 Cas dacceptation puis de refus de poursuivre la solution envisagée 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 18 Elle peut être le différé du cas précédent. Le cas de Maxime, 14 ans : le collège comme « un supplice ». Dautres situations de rupture totale après des parcours de suivi ont été observées par dautres institutions. Actions : La gestion de ces situations peut être menée de plusieurs manières. La différence va être dans la prise en compte du temps, et de leffectif du dispositif.

19 Cas dacceptation puis de refus de poursuivre la solution envisagée 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 19 dispositifs (remobilisation, resocialisation) disposant dun certain nombre de places déterminées à lavance et fonctionnant selon un nombre de semaines déterminées. Ces dispositifs sont pour la plupart déjà « complets » avant le mois de décembre. Les jeunes en situation de décrochage continuent pourtant à venir mais se retrouvent en attente. si un jeune inscrit décide de ne plus venir, alors il y a un arbitrage entre lui garder la place pour lui laisser le temps et offrir une place vacante un autre jeune en attente.

20 Cas dacceptation puis de refus de poursuivre la solution envisagée 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 20 Dans le dispositif expérimenté qui accueillait Maxime, on ne change pas les groupes, on ne change pas les horaires. une période de « latence », une période où le jeune nest disponible pour rien ni pour personne. Et cette temporalité est variable : quelques jours (parfois de manière cyclique) à plusieurs mois avant une reprise future. Cest donc dans un contexte de temps long et de droit au retrait que sinscrit ce dispositif et qui lui permet de suivre des jeunes fragiles psychologiquement.

21 Cas dacceptation puis de refus de poursuivre la solution envisagée 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 21 Il est donc important dans les dispositifs de prendre en compte cette période de latence nécessaire, ou ce non- recours temporaire pour certains jeunes sans considérer quils sont de nouveau en décrochage. Ils ont besoin de souffler car ils ne supportent plus la pression exercée sur eux (réussite scolaire, parcours de réussite personnelle, projet dorientation).

22 Conclusion 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 22 Si le dispositif expérimenté nattire pas autant de jeunes que son porteur lavait escompté, peut-on parler de nouvel échec des instances locales chargées de la formation et de linsertion professionnelle des jeunes ? Pour le savoir, la prise en compte du non-recours comme non-demande devrait faire partie des protocoles dexpérimentation afin de réfléchir au contenu proposé, à ladaptabilité au public présent et au public potentiel absent. Cela permettrait de se poser les questions relatives aux raisons de la non-demande : découragement, méfiance, rapport coût/bénéfice.

23 Conclusion 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 23 Si le décrochage scolaire est un non recours à lécole, est-ce que le non-recours au dispositif expérimenté est un nouveau décrochage ? Est-ce que ce non-recours peut être envisagé comme une étape nécessaire vers un raccrochage ? Le fait de poser les deux hypothèses permet de se poser la question de la décision du non-recours et de la replacer dans le contexte et surtout dans le parcours du jeune en situation de décrochage. Comment considérer cette possibilité de non-recours dans le cadre dun dispositif ? La tendance est à vouloir laisser les jeunes en décrochage le moins longtemps possible « sans suivi par un professionnel » : réduire les interstices pour réduire la déperdition. Cela est vrai pour beaucoup dentre eux, mais certains ont besoin, à linverse, dune rupture pour envisager une réorientation de leur parcours.

24 Bibliographie et Liens utiles 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 24 Céreq: Dutercq, Y. (2001). Ceux qui ny vont pas et ceux qui nen veulent plus. Enfances & Psy, 16(4), 114–119. Odenore: Observatoire des non-recours aux droits et services Warin, P. (2010). Le non-recours : définition et typologies, Document de travail n°1, Odenore.

25 Si cétait à refaire ? 28/03/2012 C. Vivent CAR Céreq de Basse-Normandie 25 Oui, jarrêterai quand même lécole Non, je continuerai lécole Non, autres décisions 42%35%23% (<17 ans) ( > 18 ans )


Télécharger ppt "Céline Vivent Centre associé Céreq de Basse-Normandie – ESO Caen Le non recours aux dispositifs de suivi des décrocheurs."

Présentations similaires


Annonces Google