La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un savoir Sentraîner scolaire : cest-à-dire ?! Exposé : Raymond DHELLEMMES - Association des Enseignants EPS (AEEPS). Villeneuve dAscq, le 9 juin 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un savoir Sentraîner scolaire : cest-à-dire ?! Exposé : Raymond DHELLEMMES - Association des Enseignants EPS (AEEPS). Villeneuve dAscq, le 9 juin 2006."— Transcription de la présentation:

1 Un savoir Sentraîner scolaire : cest-à-dire ?! Exposé : Raymond DHELLEMMES - Association des Enseignants EPS (AEEPS). Villeneuve dAscq, le 9 juin 2006.

2 Un savoir Sentraîner scolaire : cest-à-dire ?! En introduction le but du propos, et… ce que je ne traite pas. 1.Lentraînement : des « pratiques » (sentraîner, entraîner), qui sappuient sur des savoirs… 2.Lentraînement comme « activité » : - une activité adaptative humaine complexe - savoir Sentraîner : une compétence qui se construit - certains traits de cette activité sont-ils accessibles à lécole ? 3.Savoir Sentraîner, un objet denseignement scolaire ? –Pourquoi ? –Comment ? –A quelles conditions ? En conclusion lEPS et ses acteurs comme ressource éducative remarquable… et méconnue…

3 En introduction le but du propos, et… ce qui nest pas traité. Le but : tenter de démontrer quà certaines conditions, il est possible de transmettre aux élèves un « savoir Sentraîner » Ces conditions supposent des ruptures avec des conceptions exclusivement « sportives » de lentraînement au profit dune approche anthropologique de « lexpérience physique » de lentraînement. Je ne suis pas spécialisé dans la physiologie de lentraînement sportif. Je travaille les contenus de lEPS, dans leurs relations avec les cultures corporelles quil est possible et souhaitable de communiquer aux élèves

4 1. Lentraînement : des « pratiques » (sentraîner, entraîner), qui sappuient sur des savoirs…

5 1. Lentraînement : des pratiques (sentraîner, entraîner), qui sappuient sur des savoirs 1.1. Quelques termes utilisés spontanément 1.2. Un processus de historique de construction et darticulation des savoirs empiriques et scientifiques Des pratiques, des savoirs : le « Sentraîner » comme une action complexe à définir

6 1.1. Quelques termes utilisés spontanément, quil est nécessaire de différencier! Savoir comme connaissances mobilisables… Entraîner… Etre entraîné par…(la mode du « coaching ») Lentraînement (pas seulement sportif) Savoir entraîner comme compétence « professionnelle » Sentraîner Savoir Sentraîner comme résultat dune pratique… Des pratiques, des actions Une activité ( des processus), en arrière plan de ces actions

7 1.2. Un processus de historique de construction et darticulation des savoirs empiriques et scientifiques La construction des savoirs de lentraînement sportif : une histoire significative pour léducateur Le dépassement de croyances voir de dogmes (pulsations 140) Lincorporation de connaissances scientifiques concernant les processus invisibles à lœuvre Le dialogue praticiens/chercheurs Les savoirs empiriques construits dans la relation entraîneur athlète

8 1.3. Des pratiques, des savoirs : le « Sentraîner » comme action complexe : quelle action ? Caractéristiques de cette action Des principes defficacité connus concernant cette action Une ou des cultures de lentraînement ?

9 Lentraînement comme…ACTION Action dintervention dun pratiquant sur ses propres ressources bio-fonctionnelles Qui utilise des MOYENS d é finis pour intervenir sur EXEMPLE : NATATION, COURSE A PIED DE DISTANCE…Comme moyens Un OBJET d é termin é en vue de LE FONCTIONNEMENT AÉROBIE du système énergétique de la contraction musculaire le TRANSFORMER et d obtenir Le développement de la capacité dendurance un RESULTAT attendu estim é au travers d indices objectifs de la transformation Les élèves se fixent des caractéristiques de paramètres de charge à réaliser. Ils prévoient des effets attendus sur divers indices objectifs (mesure, tests) et subjectifs (pulsations cardiaques, ressentis), Caractéristiques de cette action

10 Des principes defficacité connus concernant cette action : les principaux Continuité (gestion de temps dactivités) Progressivité (des paramètres de charge) Adaptation (aux individus, aux ressources) Alternance (dépense réparation récupération) Spécification (aux visées de performance) …

11 Des interrogations utiles pour une EPS à venir : Une ou des cultures de lentraînement ? Et plus spécifiquement, quand il est tourné la recherche de transformation de propriétés corporelles : - N appartient pas en propre au milieu sportif (musique, danse th é âtre art du cirque - D é clin é sous des formes diff é rentes dans d autres civilisations (taï chi, yoga) avec une même intention : larticulation états de conscience/ états somatiques. - Marqué historiquement dans ses rapports avec les conceptions du corps, les connaissances scientifiques permettant didentifier les propriétés de lorganisme, les performances physiques

12 Des interrogations utiles… suite -L histoire de l EPS est marqu é e par cette question sous le vocable des METHODES. Les gymnastiques pour adultes plus ou moins r é centes é galement. -Les r é ticences r é centes à l introduction d une culture scolaire de l entra î nement sont-elles dues à la crainte d un retour aux « m é thodes » ? -Mais hors l é cole, un d é veloppement massif des pratiques de forme que l EPS ne peut ignorer. L entra î nement comme pratique r é guli è re : une culture, une lente conquête de l homme. Pour se construire des pouvoirs moteurs nouveaux : un rapport à soi, à l effort consenti, de nature t é l é ologique …

13 Pour conclure ce premier point… Pratiques et savoirs de lentraînement sportif ne sont pas importables directement dans le monde scolaire. Un « savoir Sentraîner » nexiste pas en tant quobjet directement saisissable. En arrière plan des pratiques, de laction : « Sentraîner » une ACTIVITE singulière complexe, des composantes, des processus culturels à identifier. Lélucidation de cette « activité » lidentification de ses « composantes » : une étape indispensable pour envisager un « savoir S'entraîner » scolaire

14 2. Lentraînement comme « activité » : une activité adaptative humaine complexe : ses composantes savoir Sentraîner : une compétence qui se construit Certains traits de cette activité sont -ils accessibles à lécole ?

15 une activité adaptative humaine complexe : ses composantes Composantes anthropologique et symbolique Composantes « sensitive et sensorielle » Composantes biologiques (bio fonctionnelles) Composante affective, motivationnelle Composante cognitive

16 Composantes anthropologique, symbolique Sentraîner, cest « Se » faire advenir, se concevoir différemment dans le futur L intentionnalit é de l acte d entra î nement est de « se faire advenir » d être en même temps sujet et objet de l action

17 Composantes « sensitive et sensorielle » Le pratiquant effectue une «Lecture sensori- motrice et cognitive » de…« lexpérience énergétique » ( il construit un affinement du ressenti et de son expression par une « didactique du sensible », par une « histoire du corps sensible » ).

18 Composantes biologiques (bio fonctionnelles ) Données scientifiques actuelles sur le développement des qualités dendurance, de force/puissance chez les adolescent-e-s, sur les conditions de la sollicitation du système énergétique de la contraction musculaire, sur les possibilités de mesure de sa transformation avec tests de terrain.

19 Composante affective, motivationnelle Des motifs spontanés dun « se dépenser physiquement » à des motifs plus construits Les jeux dexercice (Château), fonctionnels (Wallon), de vertige (Caillois) lépreuve (B. Jeu), les « promenades » : « cest à la promenade que jécrit dans mon cerveau » (Rousseau ). Des pratiques ancestrales liées à laction sur les corps (le non mouvement, le sauna, les hammams…révèlent les fondements dun tel projet. Des pratiques maintenant sportives, initialement liées à la recherche détats physiques (boxe française, culture physique de Desbonnet). Une culture du physique liée à pour les jeunes, à des objectifs de développement EVALUABLES (la mesure de soi contribue probablement à la construction de son identité) …

20 Composante cognitive « Il sagit détablir un contrôle sur les états dun objet en cours de transformation et impliquant des …anticipations… et rétroactions à réaliser sur des états ». De rendre conscient le contrôle de laction… - Terme adopté « procéduralisation » (G. Malglaive) Des outils extraordinaires pour conduire ce travail réflexif : les ressources de linformatique

21 2.2. « savoir Sentraîner » : une compétence qui se construit.

22 savoir Sentraîner : une compétence qui se construit. Ces composantes s organisent dans l exp é rience personnelle dans un « parcours » sem é d emb û ches (rapport à l effort, se projeter vers l avenir, faire é voluer ses motivations … ). En p é riode de d é veloppement il est plus ou moins pertinent d intervenir sur telle ou telle ressource. Les « exp é riences » de d é pense physique hors et dans l é cole se coordonnent-t-elles pour faire sens ? La question du « r é investissement » de ce qu offre l apprentissage de l entraînement dans dautres champs …

23 2.3. En conclusion ce second point : certains traits de cette activit é sont - ils accessibles à l é cole ?

24 Ce ne sont pas les pratiques quil faut transposer mais « lexpérience de lentraînement », lactivité humaine qui laccompagne, dans les conditions scolaires. Toutes les «spécialités » sont bonnes à prendre tant quelles permettent cette « expérience ». Lexpérience ne suffit pas : une « relecture compréhensive » simpose ! Condition pour transformer cette expérience en compétence…

25 2.3. En conclusion ce second point … suite Des pratiques scolaires d'entraînement doivent donc être conçues, à partir des contraintes et des ressources que propose le milieu scolaire et les caractéristiques de élèves. Le « Savoir sentraîner » comme aboutissement dun parcours de formation… Sur un « bruit de fond » permanent, des périodes favorables pour un enseignement systématique. Exemple : en quatrième au collège. En première au lycée.

26 3.Savoir Sentraîner Physiquement, un objet denseignement scolaire ? 3.1. Pourquoi ? Lenjeu majeur dun « savoir intervenir » sur les propriétés de son fonctionnement corporel : léducation à la santé Comment ? Rendre lélève acteur, forcément ! 3.3. A quelles conditions ? Un parcours de formation pertinent

27 3.1. Un savoir Sentraîner scolaire : Pourquoi ?

28 3.1. Pourquoi ? Lenjeu majeur dun « savoir intervenir » sur les propriétés de son fonctionnement corporel : léducation à la santé. Quelques définitions…(O.M.S. + divers) La « santé » comme capacité dadaptation, comme possibilité daffrontement des situations de vie, comme sentiment de bien- être (comme rapport à soi, à autrui, au monde social, à lenvironnement) « Pour chaque homme, cest davoir les moyens de tracer le cheminement personnel vers le bien-être physique psychique et moral » Léducation pour la santé contribue à la construction par les élèves dindicateurs perceptuels, fonctionnels et adaptatifs dun « état de santé » (bien être)

29 Suite Pourquoi un « savoir S entra î ner » à l é cole ? … On sait que la jeunesse reste sensible aux conduites addictives de toute nature : un impératif social de lutte contre cette tendance Face aux diversités des cultures des élèves concernant leur rapport au corps, leur vécu et leurs habitus touchant à leffort et à la dépense physique : une exigence de démocratisation 1.3. Lécole comme lieu privilégié de possibilité de mise en synergie des connaissances pour travailler limage que les élèves ont deux mêmes, leur identité de genre : une possible efficacité

30 Suite Pourquoi un « savoir S entra î ner » à l é cole ? … 1.4. Croyances et représentations des élèves à propos de leur fonctionnement corporel. Lécole comme lieu de mise à distance, de rationalisation Ladolescence et la fabrication de la sédentarité. Des corps instrumentés sur le pôle de la sexualisation. Des confusions entretenues : sensations émotions sentiments : lécole comme lieu douverture culturelle. Mais lEPS nest pas « propriétaire » de la formation corporelle des élèves (plus de 50% pratiquent des APSA en dehors de lécole). Par contre, elle doit exercer une responsabilité particulière et en évaluer ses effets !

31 3.2. Un savoir Sentraîner scolaire : Comment ?

32 3.2. Comment ? Des programmes et des contenus (lycées) Des modalités dévaluation (référentiel lycée) Des procédés de motivation (motifs personnalisés) Des recommandations « transversales » (collège) Des démarches : lélève construit ses connaissances par laction et la prise dinitiative Des activités sous forme de « procédés » (collège), ou de spécialités (lycées) transposées dans le monde scolaire La mise en perspective dune culture scolaire du «savoir Sentraîner » (les ASDEP)

33 3.3. Un savoir Sentraîner scolaire : A quelles conditions ?

34 3.3. A quelles conditions ? Un parcours de formation pertinent et continu des élèves, obligation scolaire dans une visée de globalité dapproche Des prises de consciences politiques de la force de frappe que représente la masse des enseignants EPS. Une commande claire des pouvoirs publics vers le « corps ». Des recherches sur les conditions de transformation et de suivi de létat sanitaire de la jeunesse. Des programmes daction pluridisciplinaires et inter catégoriels initiés dans les régions. (Cf. LILLE) De la formation continue alimentée par des travaux déquipe de recherche pluri disciplinaires (Cf. ici dans les années 1990)

35 Conclusions de lexposé 1. Des questions en suspens 2. Des enjeux économiques…aussi 3. Que vive une EPS …

36 1. Des questions en suspens Pas de continuité entre les cycles denseignement. LEPS exclue du socle des fondamentaux au collège. Des difficultés pour fournir des repères sous forme de normes correspondant au projet éducatif du « savoir Sentraîner ». Un champ en développement mais insuffisamment « mature ». LEPS largement absente des discours politiques et médiatiques, victime des confusions avec le sport, lactivité physique. ….

37 2. Des enjeux économiques aussi Certes lEPS coûte cher… Mais : Citation extraite du somment mondial de lEPS (Kidd B., Berlin 1999). … Négliger léducation Physique se révèlera plus coûteux que de lenseigner… …Pour 1 $ investi, gain de productivité de 2 à 5 $…

38 3. Que vive une EPS… Ouverte de façon critique sur toutes les cultures relatives aux activités corporelles. Soutenue par des enseignants engagés et convaincus de leur mission (rôle essentiel des organisations professionnelles) Accompagnée par les collectivités territoriales pour la transformation des conditions de pratique, par lencadrement de proximité. Prise en considération par la classe politique, par les médias : des horaires, des attentes à formuler vers les acteurs de lEPS

39 Avec tous mes remerciements pour votre attention, et pour votre accueil chaleureux…


Télécharger ppt "Un savoir Sentraîner scolaire : cest-à-dire ?! Exposé : Raymond DHELLEMMES - Association des Enseignants EPS (AEEPS). Villeneuve dAscq, le 9 juin 2006."

Présentations similaires


Annonces Google