La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ABC de lathlétisme 1 Lénergétique musculaire. Pour se contracter les cellules musculaires utilisent une molécule énergétique, un « carburant » présent.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ABC de lathlétisme 1 Lénergétique musculaire. Pour se contracter les cellules musculaires utilisent une molécule énergétique, un « carburant » présent."— Transcription de la présentation:

1 ABC de lathlétisme 1 Lénergétique musculaire

2 Pour se contracter les cellules musculaires utilisent une molécule énergétique, un « carburant » présent dans le muscle : lAdénosine Tri Phosphate (ATP). Lorganisme resynthétise de manière ininterrompue ce carburant, sachant que les besoins en énergie sont proportionnels à la durée et à lintensité de leffort.

3 3 Cest dans notre nourriture que lorganisme va trouver les composants de ce carburant, que lon appelle des nutriments. Nourriture dégradée par la digestion Nutriments stockés dans lorganisme L G P + eau + sels minéraux

4 4 En combinant certains nutriments à loxygène que lon respire, on produit une énergie dite AEROBIE. Cela représente une source dénergie quasi inépuisable si leffort est réalisé à intensité peu élevée. L G Aérobie

5 5 Lorganisme peut également resynthétiser de lATP sans la présence doxygène. 0n produit alors une énergie dite ANAEROBIE. La fourniture dénergie est très importante mais les réserves sépuisent vite et limitent donc leffort dans le temps. Anaérobie Lactique G Anaérobie Alactique CP

6 6 Ces 3 possibilités de reconstituer en permanence notre stock de «carburant» (ATP) fonctionnent simultanément. Anaérobie Lactique G La proportion de fourniture énergétique dépendra : 1 – de nos réserves (importance du niveau dentraînement, de lâge biologique) 2 – de lintensité et de la durée de leffort L G Aérobie Anaérobie Alactique CP

7 7 Dans les activités qui font appel à la production de force maximale comme le sprint court, lhaltérophilie… cest la « filière » anaérobie alactique qui sera privilégiée. secondes Temps deffort limite pour une fourniture énergétique max : 7 100%

8 dans les efforts où lintensité nest pas maximale mais le travail musculaire se prolonge … dans les efforts intenses et répétés, cest la « filière » anaérobie lactique qui sera privilégiée. secondes % Temps deffort limite pour une fourniture énergétique max : 130 à 2

9 Lexercice musculaire qui se prolonge au-delà de quelques minutes, fait appel prioritairement à la « filière » aérobie. Les efforts de ce type vont pour le plus intense dune course de 1500 m à une marche en montagne de plusieurs heures Temps deffort limite pour une fourniture énergétique max. : 2-3 à %

10 10 Le temps de maintien de leffort sera inversement proportionnel à lintensité de lexercice (le pourcentage de VO2Max), mais est très variable suivant le niveau dexpertise.

11 ABC de lathlétisme 11 Blessures et prévention

12 Si le sport nous renforce, notre pratique peut être parsemée de contretemps plus ou moins pénibles: les blessures. 12

13 une diminution, voire un arrêt, des activités accompagné de médicaments délivrés par le médecin pour calmer la douleur ou enrayer une inflammation peut suffire. Toutefois les blessures ont une cause, une origine quil convient de débusquer pour comprendre et pour agir efficacement et durablement. le sportif est souvent le mieux placé pour interroger sa propre activité. 13 Voici quelques pistes qui pourraient vous guider.

14 Causes possibles : manque de progressivité de la charge dentraînement; mauvaise hydratation ; alimentation peu équilibrée (attention aux excès de viandes rouges pour ceux qui ont tendance à produire beaucoup dacide urique); surmenage : lorganisme na pas eu le temps de récupérer entre plusieurs séances. 14 Douleurs inflammatoires.

15 Causes possibles : sols trop durs; chaussures pas adaptées; problème de statique au niveau du pied (nécessitera un examen dynamique chez un podologue qui proposera une paire de semelles adaptées); 15 Douleurs inflammatoires. Pied normal pronation supination

16 16 Les courbatures : contrairement à ce quon a longtemps affirmé il ne sagit pas dacide lactique qui engorgerait les muscles, mais de micro déchirures qui surviennent le lendemain ou le surlendemain de certaines séances dentraînement. Au minimum leau très froide sur les jambes juste après la séance provoquera une vasoconstriction salvatrice. Les massages profonds et les étirements sont déconseillés dans la phase la plus douloureuse. A lentraînement il est possible de poursuivre une activité peu intense mais il faut bannir les exercices exigeants sur le plan musculaire comme le travail de vitesse. Douleurs musculaires Elles sont de plusieurs ordres selon leur gravité :

17 17 La contracture : elle apparaît après leffort. A cause dun déséquilibre métabolique, la fibre musculaire narrive plus à revenir à sa position initiale. Il ny a pas de lésion mais cette réaction de défense du muscle doit nous inviter à la prudence. Il est possible de poursuivre une activité de faible intensité. Les massages et la consommation deaux gazeuses riches en bicarbonates seront bénéfiques.

18 18 Lélongation : la douleur apparaît en plein effort sans pour autant obliger le sportif à stopper brutalement lexercice. Quelques fibres sont déchirées mais il est possible de marcher normalement voire de trottiner. Dans ce cas, la poursuite de lactivité ne pourrait quaggraver la situation. Pas détirements, pas de massages, du froid, un peu de contention et de la patience. Ici le grand risque est de reprendre trop tôt !

19 19 De la déchirure au claquage : il existe plusieurs stades de déchirures en fonction de la quantité de fibres touchées. Le sportif est coupé en plein effort, il lui est impossible de continuer à solliciter le muscle blessé et donc de poursuivre son activité. La conduite à tenir dans un premier temps est la même que pour lélongation. Un arrêt denviron trois semaines est généralement prescrit par le médecin quil convient de consulter en pareil cas. Des anti-inflammatoires accompagnent le traitement. Là aussi, le danger, cest la reprise précoce.

20 20 Beaucoup dentre nous ont aujourdhui mal au dos parce que le monde moderne nous a installé dans un faux confort qui affaiblit les muscles de soutien de la colonne vertébrale. Analyser votre position pendant que vous lisez ces lignes ; ah vous vous redressez cest déjà mieux ! Il faut savoir que ces muscles de soutien sont des muscles lents et profonds quil nest pas facile de stimuler par des exercices de renforcement traditionnels. La solution est donc entre vos mains à chaque instant réapprenez à vous placer, à vous tenir droit, multipliez les gainages proprioceptifs sur un dos placé Les maux de dos:

21 21 Les maux de dos:

22 22 Lentorse : Refroidir la blessure avec de l'eau fraîche ou de la glace (en ayant soin d'intercaler un linge entre la peau et la glace pour éviter les brûlures par le froid) afin de diminuer l'inflammation. Mettre en place un bandage modérément serré et surélever la partie atteinte par rapport au niveau du thorax pour les entorses qui ont tendance à gonfler. Si la gêne est peu importante, il est possible de patienter 24 à 48 heures avant de consulter son médecin en respectant les conseils donnés ci-dessus (les glaçages peuvent être effectués 3 à 4 fois par jour).

23 23 La périostite tibiale : Causes de la périostite: problème biomécanique du pied (pieds plats ou creux),(pieds plats ou creux chaussures inadéquates (support inadéquat, manque d'absorption), surface de course ou de jeu trop dure, augmentation trop rapide de l'entrainement, faiblesse et manque de souplesse musculaire faute technique au moment des poses de pied sur le sol Ce qui permet de récupérer de ce type de blessure: l'application de glace, le repos ou la diminution de la charge d'entrainement, des exercices de renforcement et d'assouplissement appropriés, lamélioration des poses de pied sur le sol (le pied doit « reculer dans la chaussure et non buter dans lavant de la chaussure).

24 24 La fracture de fatigue: La fracture de fatigue est une lésion par surcharge des tissus osseux. Il ne sagit pas réellement dune fracture, mais dune maladie de ladaptation de los à leffort pouvant toucher tout pratiquant quel que soit son niveau. Les facteurs favorisants: les efforts sportifs excessifs exposent à l'apparition de microlésions qui peuvent provoquer des microfissures; les contraintes dues à la réalisation d'un geste sportif en extension, torsion, rotation, augmentent la sollicitation du tissu osseux; les conditions de pratique sur sol dur, longue distance, avec chaussures mal adaptées ou absence de semelles amortissantes provoquent une onde de choc modifiant nos propres adaptations proprioceptives; la vitesse d'entraînement ou de course provoque une diffusion des ondes de choc le long du corps, de façon exponentielle à la vitesse de course.

25 25 La fracture de fatigue: Ce qui permet de récupérer de ce type de blessure: décharge éventuelle si possible, repos sportif, physio-électrothérapie, glaçage. Les facteurs complémentaires: mauvaise alimentation et déficit d'hydratation; déficit de préparation physique généralisée; facteurs hormonaux surtout chez la femme; rôle du potentiel osseux; anorexie; aménorrhées

26 26 Prévention: Ainsi pour éviter den arriver là, il est préférable: de soigner son échauffement, dentretenir ou améliorer sa souplesse, de faire attention de ne pas se refroidir entre deux efforts intenses, de ne pas faire de vitesse sans reconditionnement physique préalable, de ne pas faire d'exercices violents sur les courbatures, de veiller encore et toujours à son alimentation et à son hydratation.


Télécharger ppt "ABC de lathlétisme 1 Lénergétique musculaire. Pour se contracter les cellules musculaires utilisent une molécule énergétique, un « carburant » présent."

Présentations similaires


Annonces Google