La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RHUMATO- REED. REEDUCATION SUR LEPAULE NON OPEREE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RHUMATO- REED. REEDUCATION SUR LEPAULE NON OPEREE."— Transcription de la présentation:

1 RHUMATO- REED

2 REEDUCATION SUR LEPAULE NON OPEREE

3 LA CAPSULITE RETRACTILE Généralités Origines - primitive = épaule gelée idiopathique : pathologie détiologie incertaine caractérisée par une diminution importante de la mobilité active et passive de lépaule et survenant en labsence de pathologies intrinsèques reconnues de lépaule remarque : évolue en quelques semaines (entre 2 et 6) - secondaire : liée à une pathologie ou un traumatisme Évolution Elle se fait en 2 ou 3 phases : 1. phase hyper-algique 2. raideur évolutive (3. retour graduel à la mobilité) Critères (subjectifs et objectifs) - douleur : guide la rééducation, permet dadapter les techniques - la raideur Évaluer les déficits actifs (amyotrophie), contractures, points douloureux, rétractions musculaires, rétractions aponévrotiques…).

4 Traitement traitement de la douleur Cest la priorité. - traitement médical - immobilisation du segment - massage décontracturant à distance ( phase 1), DLM si œdème - étirement, posture ( à partir de la phase 2) - électrothérapie ( phase 1 et 2) - pas de chaud car articulation inflammée pas de froid car vasoconstriction - ultrasons ( phase 2) - relaxation neuro-musculaire La rééducation est très longue : le patient est souvent démotivé. travail articulaire Principes - la récupération des amplitudes passives prime sur la récupération des amplitudes actives - il est préférable de travailler en spécifique (glissements) puis en global (gestes fonctionnels) puis en spécifique (gestes professionnels) - auto-rééducation + favoriser toutes les techniques qui entraînent la mobilité et qui relâchent les tissus - dosage pour éviter linflammation

5 Techniques - glissement (Mennel +++) - mobilisation myofaciale de la scapulo-thoracique - mobilisation analytique du membre supérieur + mise en traction du membre supérieur décoaptation = ouvre lespace ; attention à ne pas tirer trop fort pour ne pas réveiller de contractures réflexes - exercices pendulaires = exercices que peut faire le patient seul et qui permet de travailler en traction grâce à la pesanteur - balnéothérapie technique de Counterstrain = technique musculo-fasciale Ne jamais forcer si stagnation car inflammation = régression travail musculaire Principes En phase 1 : entretien musculaire à minima + correction des attitudes antalgiques. En phase 2 : le travail musculaire se fait progressivement - travail de recentrage par abaissement de la tête humérale - travail de la mobilité et de la stabilité du scapulum - exercices actifs brefs, répétitifs et simples - jamais de travail actif sur une épaule raide - jamais de travail de musculation - limiter tous les mouvements qui feront appel au conflit sous-acromial ( douleur entre 80 et 110°, douleur plus grande à la descente quà la montée, + craquements)

6 Techniques - technique de réveil musculaire, dirradiation (deltoïde +++ car entraîne un recentrage de la tête humérale) - excito-moteur - balnéothérapie - résistances manuelles, puis instrumentale dans un 2 nd temps - travail proprioceptif ou sensori-moteur - adaptation du geste professionnel et sportif : du fait de cette rétraction capsulaire, la trophicité musculaire est bien altérée rééducation musculaire très importante en fin de phase 2, orientée vers le geste (actif aidé actif libre / DD assis debout) - isocinétique (en fin de phase 2) Conclusion La rééducation est très longue = le côté psychologique est important : rôle du kiné dans léducation du patient. Si intervention chirurgicale (distension capsulaire +++) suivre le protocole. Séquelles probables : - contractures musculaires - atrophies musculaires - raideur - ostéoporose séquellaire, voire arthrites 2 ndr

7 LA TENDINOPATHIE CALCIFIANTE Généralités Dorigine inconnue, la tendinopathie calcifiante est un dépôt calcique sur ou dans le tendon, comme par exemple au niveau de la coiffe des rotateurs. On observe des douleurs en regard du tendon + réveil nocturne, des crises aigues hyper-algiques associées à des migrations des cristaux au niveau de la voûte sous-acromiale. Remarque : les caractéristiques de la tendinite - douleur à la palpation - douleur à létirement - douleur à la contraction isométrique Traitement traitement de la douleur - idem capsulite rétractile + décoaptation

8 travail articulaire - idem capsulite rétractile - dans la phase aigue : - diminuer la douleur éviter lenraidissement = mobilisation passive pour prévenir - dans la phase chronique : - = phase active musculaire - éducation du patient - risque dévolution vers la capsulite rétractile : prévention +++ travail musculaire - idem capsulite rétractile - attention pour isocinétique : peut réveiller une douleur articulaire

9 LE CONFLIT SOUS-ACROMIAL LA RUPTURE DE LA COIFFE Le conflit sous-acromial Cest une pathologie de glissement entre la coiffe des rotateurs et lacromion. Origines - primitive : les acromions « agressifs » = acromions qui ont développés par exemple des ostéophytes qui vont modifier la voie de passage, provoquant un confit - secondaire = insuffisance musculaire, par exemple de la coiffe des rotateurs Critères - sensation darc douloureux entre 80 et 120°, qui est plus intense à labaissement quà lélévation - douleur en regard du bord antérieur de lacromion - à la radiologie : pincement au niveau de lespace acromial La rupture de la coiffe Il peut sagir dune épaule pseudo-paralytique entraînant une impotence fonctionnelle globale, avec douleur en arc entre 80 et 120° qui est plus intense à labaissement quà lélévation. Le déficit est en 1 er lieu un déficit à la mobilité active puis, avec le temps, on a aussi une diminution de la mobilité passive. Remarque : - dans les conflit sous-acromial et rupture de la coiffe, le déficit touche la mobilité active et passive - une rupture de la coiffe peut entraîner un conflit sous-acromial

10 Traitement traitement de la douleur - idem capsulite rétractile + décoaptation : dégage larticulation si conflit sous-acromial jamais sur une rupture de coiffe partielle car aggravation (= contre indication) travail articulaire - idem capsulite rétractile - techniques de décoaptation +++, sauf quand rupture traumatique et partielle - travail des abaisseurs +++ en actif travail musculaire - idem capsulite rétractile Lépaule douloureuse simple = tendinopathie non rompue, mais il existe souvent un conflit sous-acromial : - prévenir un conflit sous-acromial - favoriser le recentrage actif et dynamique de la tête humérale - travail des abaisseurs - travail des postures + stabilisation de lomoplate - travail des fixateurs de lomoplate avec une bonne correction du rachis dorsal - travail des rotateurs (externes +++) en statique ou en excentrique - travail du deltoïde moyen (théorie de Paul Lecoeur) remarque : deltoïde moyen à 90° dabduction = abaisseur - travail du biceps brachial

11 Lépaule impotente ou pseudo-paralytique = rupture +/- large de la coiffe des rotateurs : - développer des compensations musculaires - travail de lélévation antérieure, labduction - en progression : - DD semi-assis assis debout - isométrique - contre résistance manuelle - excentrique - contre résistance instrumentale - prévention dans lergonomie - conseil dhygiène de vie

12 LOMARTHROSE Origine - correspond à un pincement de linterligne articulaire de la gléno-humérale - on a des ostéophytes qui sont secondaires à un traumatisme ou à une pathologie - arthrose centrée = ostéophytes au niveau de la partie inférieure de larticulation - arthrose excentrée = tête humérale ascensionnée, souvent liée à une rupture de coiffe « peu » rééduquée Traitement traitement de la douleur - idem capsulite rétractile travail articulaire - idem capsulite rétractile - diminution de la flexion, élévation et rotation externe de lépaule + rétraction du sous-scapulaire mobilisation du sous-scapulaire (étirements…) pour maintenir le plus longtemps possible des amplitudes fonctionnelles et reculer le plus possible lintervention chirurgicale travail passif +++, mobilisations douces, balnéothérapie,…

13 travail musculaire - idem capsulite rétractile - favoriser lactivité fonctionnelle puisque son évolution est inéluctable - maintenir une certaine mobilité active et une certaine fonction optimum le plus longtemps possible, mais sans forcer la récupération musculaire qui pourrait aggraver la situation

14 LINSTABILITE DE LEPAULE Cette instabilité peut être antérieure ou postérieure, due à des micro-traumatismes. Il peut sagir aussi dune hyper-laxité constitutionnelle. 3 types de cas : - luxation récidivante - sub-luxation récidivante - épaule douloureuse instable Travail musculaire isométrique pour gagner en stabilité ; assouplir pour gagner en mobilité, mais pas trop pour garder de la stabilité. Travail proprioceptif.

15 TESTS SPECIFIQUES Test de Patte = test du petit rond on met le bras en abduction à 90° et on demande une rotation externe contre résistance Dropping test = test du sous-épineux on met le bras coude au corps et on demande une rotation externe contre résistance Test de Jobbe = test du sus-épineux on met le bras en flexion à 90° et rotation interne dans laxe de lomoplate, et on demande une élévation du membre supérieur contre résistance

16 Liff of test = test du sous-scapulaire le patient met la main dans le dos et on demande un décollement de la main Test de Meer = test pour un conflit sous-acromial on demande une abduction – rotation interne contre résistance Test du sprinter = test pour un conflit sous-acromial on place le coude dans laxe et le MK exerce une compression de larticulation : le patient ressent alors une douleur bord antérieur de lacromion


Télécharger ppt "RHUMATO- REED. REEDUCATION SUR LEPAULE NON OPEREE."

Présentations similaires


Annonces Google