La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

28 01 04 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand DIAPORAMA DESTINÉ À LA FORMATION DES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS DE SANTE EN SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Assistance.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "28 01 04 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand DIAPORAMA DESTINÉ À LA FORMATION DES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS DE SANTE EN SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Assistance."— Transcription de la présentation:

1 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand DIAPORAMA DESTINÉ À LA FORMATION DES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS DE SANTE EN SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Anne Marie Fuentes Bernard Lassale Établissement Français du Sang Alpes Méditerranée Dominique Legrand Auteurs Nous remercions de leur concours : Michèle Mattéi,Jean-Jacques Verdot, Pascale Poullin,Patrick Lefèvre, C.Chicheportiche (APHM) Jacques Chiaroni, Virginie Ferrara, (EFS Alpes Méditerranée) 1

2 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Nous avons le plaisir de vous proposer une mise à jour du Diaporama « destiné à la formation des personnels de santé en sécurité transfusionnelle », Diaporama qui avait été publié dans sa 1 ère version dans la Gazette de mai 1998 n° spécial 146 En effet, dimportantes modifications réglementaires en 98, postérieures à ce diaporama (en particulier la création de lAgence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé et de lEtablissement Français du Sang) nous ont amenés à remanier le précédent diaporama. Dans cette nouvelle version, les textes réglementaires récents ont été privilégiés notamment les deux circulaires du 15 décembre 2003 lune sur la réalisation de lacte transfusionnel et lautre sur les contaminations bactériennes. Ce diaporama peut se télécharger très facilement à partir de ce site dans sa version PDF. Nous espérons vivement que cette actualisation pourra satisfaire de nombreux personnels en charge de la formation en transfusion ainsi que de nombreux utilisateurs ou distributeurs de produits sanguins. Tel : Fax : E- Mail : Adresse site web: Drs Anne Marie Fuentes et Bernard Lassale Coordination des vigilances Hôpital Salvator 249 Boulevard de Sainte Marguerite Marseille cedex 9 Pour toute suggestion sadresser à : 2

3 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Sommaire 1. Les réformes 6. La transf.autologue 4. Les PSL 7. Les Incidents 8. Le risque résiduel 2. Lhémovigilance 5. Lacte transfusionnel 3. Les BP de lEFS 3

4 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Les réformes successives A. Une réglementation peu évolutive jusquen 1985 B. Deux réformes successives après 1985: 1. La réforme de la transfusion (1993) 2. La réforme de la sécurité sanitaire (1998 ) 4

5 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand A. Une réglementation peu évolutive jusquen 1985 REFORMES Une réglementation succincte Utilisation du sang et dérivés (1952) Organisation des ETS (1954) Contrôle ultime au lit du malade (1965) Obligation de la Fiche transfusionnelle (1980) Prévention de l'allo-immunisation (1985) Mais des principes éthiques pour le don Bénévolat + volontariat + anonymat 5

6 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand B. Deux réformes successives après 1985 La réforme de la transfusion (1993) dans les suites de laffaire dite « du sang contaminé » La réforme de la sécurité sanitaire (1998) dans les suites de la crise dite « de la vache folle » REFORMES (voir lillustration chronologique des crises et réformes page suivante) Deux réformes élaborées à la suite de crises sanitaires 6

7 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Temps RÉFORME DE LA SÉCURITÉ SANITAIRE (1998) VIH RÉFORME DE LA TRANSFUSION (1993) B. Deux réformes successives après 1985 REFORMES Deux réformes élaborées à la suite de crises sanitaires 7

8 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Création de lAgence Française du Sang (AFS)++++ Création de lAgence française du Médicament (AM)+++ Création du Laboratoire de Fractionnement et des Biotechnologies (LFB) Création de lÉtablissement Français des greffes (EFG) 1. La réforme de la transfusion (1993) B1. La réforme de la transfusion (1993) REFORMES 8

9 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand. Maintien de certaines structures Laboratoire Fractionnement et biotechnologies (LFB) Établissement Français des Greffes (EFG) Disparition danciennes structures Agence Française du sang (AFS) Agence du médicament (AM) 2. La réforme de la sécurité sanitaire (1998) Création de nouvelles structures Comité National de Sécurité Sanitaire (CNSS) Institut de Veille Sanitaire (InVS) Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé ( AFSSaPS) Établissement français du sang (EFS) B2. La réforme de la sécurité sanitaire (1998) REFORMES 3

10 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand L Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (A.F.S.Sa.P.S. ) récupère les missions de contrôle de sécurité et coordonne l ensemble des vigilances B2. La réforme de la sécurité sanitaire (1998) REFORMES 10

11 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand LÉtablissement Français du sang (E.F.S.) récupère les missions de gestion de lactivité transfusionnelle des E.T.S. et devient opérateur unique de la transfusion - B2. La réforme de la sécurité sanitaire (1998) REFORMES 11

12 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand MINISTERE DGS Direction Générale de la Santé C.N.S.S. Comité National de Sécurité Sanitaire In.V.S Institut de Veille Sanitaire A.F.S.S.a.P.S Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé E.F.S Établissement Français du Sang E.F.G Établissement Français des Greffes L.F.B laboratoire de Fractionnement et des Biotechnologies Hémovigilance (Produits sanguins)) Pharmacovigilance (médicaments) Biovigilance (greffes) Matériovigilance (dispositifs médicaux) Réactovigilance (réactifs) Pharmacodépendance (Produits psychoactifs) B2. La réforme de la sécurité sanitaire (1998) REFORMES 12

13 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Sommaire 1. Les réformes 6. La transf.autologue 4. Les PSL 7. Les Incidents 8. Le risque résiduel 2. Lhémovigilance 5. Lacte transfusionnel 3. Les BP de lEFS 13

14 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Lhémovigilance A. La définition B. Le dispositif C. Les acteurs D. Les objectifs 14

15 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand « On entend par Hémovigilance l'ensemble des procédures de surveillance organisées depuis la collecte de sang et de ses composants jusqu'au suivi des receveurs en vue de recueillir et d'évaluer les informations sur les effets inattendus ou indésirables résultant de l'utilisation thérapeutique des Produits sanguins labiles et d'en prévenir l'apparition ». Loi n° 93.5 du 4 Janvier 1993 relative à la sécurité en matière de transfusion sanguine et de médicament A. Définition de lhémovigilance Hémovigilance 15

16 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand AFSSaPS B. Le dispositif dhémovigilance Hémovigilance Coordonnateur Régional CSTH Correspondant EFS Correspondant ES 16

17 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Les acteurs : Coordonnateur Régional d'Hémovigilance (D.R.A.S.S.) Correspondant d'Hémovigilance de l'ETS Correspondant d'Hémovigilance de l'ES Comité de Sécurité Transfusionnelle et d'Hémovigilance C. Les acteurs de lhémovigilance Hémovigilance 17

18 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Traçabilité des PSL 2. Déclaration des incidents transfusionnels 3. Conduite d'enquêtes épidémiologiques 4. Information et suivi du patient transfusé D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 18

19 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 1. La traçabilité « Cest la possibilité de retrouver, à partir dun numéro de produit sanguin, soit le donneur dont le sang a été utilisé pour préparer le produit, soit le ou les destinataires au(x)quel(s) il a été administré ». Décret n° du relatif aux règles d Hémovigilance 19

20 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance Cest la possibilité de suivre le produit du donneur au(x) receveur(s) au(x) donneur(s) du receveur 1. La traçabilité 20

21 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Quatre étapes essentielles pour assurer la traçabilité D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 1. La traçabilité 1 - l' ES établit l'Ordonnance 2 - l' ETS distribue les PSL + la FDN* 3 - l' ES réceptionne, contrôle, transfuse les PSL 4 - l' ES retourne la FDN *FDN = Fiche de Distribution Nominative. 21

22 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Déclaration immédiate (8 heures) « Tout médecin, pharmacien, chirurgien dentiste, sage-femme, infirmière ou infirmier qui a connaissance de l'administration d'un produit sanguin labile à un de ses patients et qui constate un effet inattendu ou indésirable dû ou susceptible d'être dû à ce produit, doit le signaler sans délai au correspondant d'Hémovigilance ». Décret n° du relatif aux règles d'Hémovigilance D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 2. La déclaration des incidents 22

23 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Création de la FIT (48 heures) « Dans les 48 heures qui suivent la déclaration de l'incident transfusionnel, les correspondants rédigent ensemble (....) une fiche d'incident transfusionnel (F.I.T.) qu'ils signent. Dans le même délai de 48 heures (....) les correspondants transmettent la F.I.T.* par télécopie au Coordonnateur Régional, et à lAFSSaPS ». * FIT: Fiche dIncident Transfusionnel Directive n° 1 du 14 Juin 1994 de l'AFS relative au contenu et aux modalités de transmission de la FIT D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 2. La déclaration des incidents 23

24 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand T : 8 h déclaration par le service ( au correspondant ES) T : O incident transfusionnel T : 48 h création de la FIT ( par les 2 Correspondants ES + EFS) FIT AFSSaPS (Grade 2 à 4) Coordonnateur (Grade 0 à 4) D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 2. La déclaration des incidents 24

25 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance Cas particulier de lincident transfusionnel par contamination bactérienne (ITCB) La survenue dun incident bactérien impose une concertation entre - le clinicien, - le responsable de la distribution de lETS - les correspondants dhémovigilance - et le bactériologiste Lexploration microbiologique des ITCB doit être confiée à un laboratoire qui figure sur une liste établie par la DRASS CIRCULAIRE DGS/DHOS/AFSSaPS du 15 décembre 2003 relative aux recommandations concernant la conduite à tenir en cas de suspicion dincident transfusionnel par contamination bactérienne. Voir la diapo sur les incidents bactériens au chapitre 7 25

26 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 3. La conduite denquêtes La réalisation de ces enquêtes nécessite souvent le concours des praticiens Deux sortes denquêtes peuvent être réalisées par les Correspondants dHémovigilance : Enquêtes ascendantes Enquêtes descendantes 26

27 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Enquêtes réalisées lors de la découverte de la séropositivité dun receveur au(x) donneur(s) du receveur Enquêtes ascendantes D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 3. La conduite denquêtes 27

28 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Enquêtes descendantes du donneur au(x) receveur(s) Enquêtes réalisées lors de la découverte de la séropositivité dun donneur (ou d une pathologie transmissible) D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 3. La conduite denquêtes 28

29 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 4. Informationet suivi du patient transfusé 4. Information et suivi du patient transfusé Depuis 1992 la réglementation recommande que le médecin réalise linformation et le suivi du patient transfusé D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 29

30 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand En pré transfusionnel Le médecin au cours dun entretien oral : 1. explique au patient ou au titulaire de lautorité parentale le bien fondé de la transfusion et des examens pré et post transfusionnels ( RAI, sérologies HIV, HCV et ALAT)* 2. linforme oralement des risques liés à la transfusion 3. lui remet un document écrit énumérant ces risques 4. obtient son consentement éclairé ( la signature du patient nest pas obligatoire) D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 4. Informationet suivi du patient transfusé 4. Information et suivi du patient transfusé * RAI: Recherche d Agglutinines Irrégulières HIV: Human immunodeficient virus. HCV :Hépatite C virus ALAT : Alanine Amino Transférase (Transaminase) 30

31 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand En post transfusionnel ( à la sortie de lhôpital) Le médecin au cours dun entretien oral : 1. informe le patient ou le titulaire de lautorité parentale que la transfusion a eu lieu 2. lui remet un document écrit ( précisant la quantité et la nature des PSL transfusés ) 3. lui remet les ordonnances pour les examens post transfusionnels à 3 mois ( 3 mois après la transfusion : RAI, sérologies HIV, HCV et ALAT ) 4. informe par écrit le médecin traitant D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 4. Informationet suivi du patient transfusé 4. Information et suivi du patient transfusé 31

32 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Le suivi a 3 mois du patient transfusé Dès réception des résultats du bilan, le médecin : - interprète les résultats et en informe le patient - déclare un éventuel incident retardé (au Correspondant dhémovigilance) - séroconversion, - apparition d un allo-anticorps... D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 4. Informationet suivi du patient transfusé 4. Information et suivi du patient transfusé 32

33 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 4. Informationet suivi du patient transfusé 4. Information et suivi du patient transfusé Le médecin doit pouvoir apporter par tout moyen la preuve que cette information a bien été donnée au patient. - par témoignage.. - par remise dun document au patient - par une mention de linformation dans le dossier médical - par une mention sur le courrier au médecin traitant - par lexistence de preuves indirectes (procédures dans le service….).. 33

34 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand SEJOUR HOSPITALIER RESPONSABILITE DES CHEFS DE SERVICE 1. Entretien médical 2. Remise d un document (sur les produits transfusés) 3. Remise des ordonnances (RAI-ALAT-HIV-HCV) T S O R I E N R T A S F U S N I O 1. Entretien médical 2. Remise dun document (sur les risques encourus) 3. Consentement du patient HIV-HCV RAI -ALAT Examens pré transfusion 3I M O S Examens post transfusion Le patient fait pratiquer les examens et envoie les résultats au médecin transfuseur et/ ou traitant HIV-HCV RAI -ALAT D. Objectifs de lhémovigilance Hémovigilance 4. Informationet suivi du patient transfusé 4. Information et suivi du patient transfusé 34

35 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Sommaire 1. Les réformes 6. La transf.autologue 4. Les PSL 7. Les Incidents 8. Le risque résiduel 2. Lhémovigilance 5. Lacte transfusionnel 3. Les BP de lEFS 35

36 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Les Bonnes Pratiques de lEFS 1. Le prélèvement 2. La qualification biologique du don 3. La préparation des PSL 4. La distribution 5. Le transport 36

37 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Le prélèvement Sélection des donneurs Prélèvement aseptique BP EFS 37

38 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 2. La qualification biologique du don - Syphilisdépistage sérologique Hépatite Bdétection Ag HBs VIHdétection des anticorps Hépatite Bdétection de Ac anti HBc Hépatite Cdétection anticorps anti VHC HTLV1/2détection anticorps HTLV1/ DGV détection du génome viral VIH et VHC 2001 Dépistage des maladies transmissibles : BP EFS 38

39 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 2. La qualification biologique du don Certains marqueurs sont indécelables - ATNC : Agents Transmissibles Non Conventionnels - Fenêtre sérologique - Virus non recherchés Dépistage des maladies transmissibles: Dépistage des maladies transmissibles : BP EFS 39

40 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 2. La qualification biologique du don Examens obligatoires systématiques : - Groupe ABO - Rh1 (D) - Phénotype Rh - Kell, - RAE (anticorps irréguliers du donneur) - Anticorps anti-A et anti-B immuns Examens non systématiques : - Phénotype élargi (Duffy, Kidd, Ss, Lewis, MN, P...) BP EFS Qualification immuno hématologique 40

41 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. La préparation des PSL Les bonnes pratiques de préparation garantissent que les produits sanguins labiles sont préparés, contrôlés, conservés selon les normes de qualité adaptées à leur emploi. BP EFS Bonnes pratiques de préparation 41

42 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 4. La distribution des PSL Les modalités de distribution ETSattributionPATIENT ETS approvisionnement DEPOTattribution PATIENT (Cession de PSL entre ES exceptionnelle) BP EFS 42

43 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 5. Le transport des PSL Véhicules autorisés Circuits clairement définis Conteneurs spécifiques (étiquetage conforme) Documents afférents au transport Contrôles des températures Contrôles à réception (le matériel doit être qualifié et les procédures validées) BP EFS Les modalités de transport 43

44 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 5. Le transport des PSL Les modalités de conservation et de transport PSL Températures de conservation Durée de conservation Températures de transport C.G.R.+ 2°C

45 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Sommaire 1. Les réformes 6. La transf.autologue 4. Les PSL 7. Les Incidents 8. Le risque résiduel 2. Lhémovigilance 5. Lacte transfusionnel 3. Les BP de lEFS 45

46 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Les Produits Sanguins Labiles A. Les caractéristiques des PSL B. Les règles de compatibilité 46

47 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand A. Les caractéristiques des PSL Les caractéristiques des PSL sont définies par la réglementation PSL 47

48 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Les produits de basepeuvent être : Les produits de base peuvent être : A. Les caractéristiques des PSL PSL Qualifiés : Phénotypé Compatibilisé CMV* Nég Transformés : Irradié Déplasmatisé Cryoconservé Pédiatrique *CMV: Cytomégalovirus 48

49 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Caractéristiques du CGR - provient d'un seul donneur - conservation entre +2 et +8°C - hématocrite % - hémoglobine totale 40 g - leucocytes résiduels par unité < 1,0 x 10 6 par unité - péremption : 42 jours Déleucocytation systématique depuis le CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté A. Les caractéristiques des PSL PSL 49

50 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Les indications du CGR Pour affiner ces seuils, voir commentaires de la diapo A. Les caractéristiques des PSL PSL CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté Toutes anémies médicales ou chirurgicales en ayant à lesprit certains seuils indicatifs quil convient daffiner au cas par cas : Hb < 7 g transfusion le plus souvent Hb > 10 g généralement pas de transfusion 7 < Hb < 10 g évaluation clinique 50

51 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Phénotype Rh - Kell : Détermination des antigènes C E c e K système Rhésus système Kell CGR : Qualification phénotypé A. Les caractéristiques des PSL PSL CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté 51

52 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand CGR : Qualification phénotypé Antigènes du globule rouge ABOD CEceK kFyaFybJka JkbMNSs Groupage ABOD Qualification phénotypé Rh K Qualification phénotypé élargi Rh Lea Leb A. Les caractéristiques des PSL PSL CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté 52

53 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand CGR : Qualification phénotypé Indications - indiquée pour : - les receveurs dont la RAI est positive, - le sexe féminin jusqu'à la ménopause, - Recommandée pour - les polytransfusés - les patients ayant une espérance de vie raisonnable (70 ans) - Non indiqué pour - les patients RAI négative dont lespérance de vie est réduite En prévention de l'alloimmunisation et des accidents hémolytiques chez les patients immunisés. A. Les caractéristiques des PSL PSL CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté 53

54 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand CGR : Qualification Compatibilisé Compatibilité entre le sérum du receveur et les globules rouges du donneur (durée de validité : 72 heures) Indications : receveurs RAI positive A. Les caractéristiques des PSL PSL CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté 54

55 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand CGR : Qualification CMV neg Donneur dépourvu d'anticorps anti -CMV A. Les caractéristiques des PSL PSL CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté Indications (selon accord professionnel) : - nouveau-nés, prématurés - greffes de poumon - femmes enceintes CMV- - greffe de CSH* donneur et receveur CMV - * CSH : Cellules Souches Hématopoïétiques 55

56 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand CGR : Transformation irradié Indications formelles: - Déficit immunitaire congénital cellulaire - Avant ou pendant un prélèvement de CSHautologues, - Patients traités par greffe de CSH autologues et allogéniques.. - Transfusion de CGR issus d un don dirigé intrafamilial…. - Certaines polychimiothérapies anticancéreuses intensives- - Transfusion intrautérine - Exsanguino-transfusion ou de transfusion massive chez le prématuré - Dons dirigés intrafamiliauxencadrés réglemnatairement Conservation : - inchangée si IR avant le 15° j suivant le prélèvement - 24 h si IR après le 15° j suivant le prélèvement A. Les caractéristiques des PSL PSL CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté Lirradiation de 25 à 45 grays évite la réaction du greffon contre l'hôte ou Graft Versus Host (GVH) * CSH : Cellules Souches Hématopoïétiques GVH Mécanisme : prolifération des lymphocytes résiduels du donneur chez un receveur mmunodéprimé. Tableau clinique: gravissime. 56

57 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Indications Intolérances aux protéines du plasma.. Antécédents de purpura post transfusionnel A. Les caractéristiques des PSL PSL CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté CGR : Transformation déplasmatisé = Soustraction de la majeure partie du plasma 57

58 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand division dun CGR en plusieurs unités CGR : Transformation pédiatrique A. Les caractéristiques des PSL PSL Indication nouveau-né (limitation du nombre de donneurs) CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté = 58

59 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand CGR : Transformation cryoconservé Augmentation de la durée de conservation par congélation Intérêt : Réserve de groupes rares A. Les caractéristiques des PSL PSL CGR : Concentre de globules rouges déleucocyté Supérieure à 10 ans si température est < à - 60 °C 59

60 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Deux origines: ISSU DU SANG TOTAL ISSU D'APHERESE Déleucocytation systématique depuis le CP : Concentré de plaquettes déleucocyté A. Les caractéristiques des PSL PSL 60

61 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Mélange de concentrés plaquettaires (MCP) mélange de plusieurs C.P.S. issus de 2 à 12 dons de sang total (de même groupe ABO) Concentré de plaquettes issu du sang total A. Les caractéristiques des PSL PSL CP : Concentré de plaquettes déleucocyté n'est pas MONODONNEUR 61

62 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Concentré de plaquettes issu daphérèse Prélevé sur un seul donneur par aphérèse Principe actif : la quantité de plaquette du CPA est indiquée sur létiquette A. Les caractéristiques des PSL PSL CP : Concentré de plaquettes déleucocyté Intérêt du C.P.A. - du risque de transmission virale - sélection du phénotype HLA et HPA > 2 x plaquettes par poche dans 200 à 650 ml de plasma 62

63 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Indications des concentrés de plaquettes : - Thrombopénie : (traitement prophylactique ou curatif) - Respect de certains seuils (environ) : - 10 à 20 G/L en contexte médical, - 50 G/L en contexte chirurgical G/L en neurochirurgie et en ophtalmologie - Adaptation du seuil en fonction du contexte ( facteurs de risques) A. Les caractéristiques des PSL PSL CP : Concentré de plaquettes déleucocyté 63

64 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand CP: Qualification Phénotypé Détermination des antigènes HLA ou des antigènes spécifiques des plaquettes A. Les caractéristiques des PSL PSL CP : Concentré de plaquettes déleucocyté 64

65 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Antigènes ABO Antigènes HLA classe I Antigènes spécifiques ( HPA 1 à 5) groupage ABO phénotype HLA +++ Phénotype HPA CP: Qualification Phénotypé A. Les caractéristiques des PSL PSL CP : Concentré de plaquettes déleucocyté Divers Antigènes des plaquettes 65

66 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand CMV nég. Cryoconservé Irradié Préparation pédiatrique Déplasmatisé Les indications sont identiques à celles des concentrés érythrocytaires CP: Autres préparations A. Les caractéristiques des PSL PSL CP : Concentré de plaquettes déleucocyté 66

67 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Caractéristiques - 1 UA 200 ml - Conservation : 1 an à - 25° C - F VIII > 0,7 U.I / ml - A transfuser dans les 6 h après décongélation PFC : Plasma frais congelé déleucocyté A. Les caractéristiques des PSL PSL 67

68 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Deux préparations Viro-atténué Sécurisé Déleucocytation systématique depuis avril 2001 A. Les caractéristiques des PSL PSL PFC : Plasma frais congelé déleucocyté 68

69 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Indications - coagulopathies de consommation avec effondrement de tous les facteurs de coagulation, - hémorragie aiguë avec déficit global des facteurs de coagulation, - déficit complexe ou rare en facteurs de coagulation (quand les fractions correspondantes ne sont pas disponibles). Arrêté du relatif à l'utilisation du plasma congelé A. Les caractéristiques des PSL PSL PFC : Plasma frais congelé déleucocyté 69

70 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand - les AC anti-A et anti-B sont naturels (IgM) - certains sujets peuvent posséder des ant-A ou anti-B Immuns (IgG) --> donneurs universels dangereux GroupesAntigènesAnticorps AAanti-B BBanti-A O-anti-A, anti-B AB - B. Les règles de compatibilité Antigènes et anticorps du système ABO PSL 70

71 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Autres principaux systèmes de groupes érythrocytaires AntigènesAnticorps naturels RhDCEce (RH1,2,3;4,5)absents KellKk (K1,2)absents Duffy Fy a Fy b (Fy 1,2) absents Kidd Jk a Jk b (Jk1,2) absents Le a Leb (Le 1,2) Lewisparfois présents B. Les règles de compatibilité PSL 71

72 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Transfusion de CGR A AB 0 B B. Les règles de compatibilité PSL 72

73 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Transfusion de plasma A AB 0 B B. Les règles de compatibilité PSL 73

74 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Compatibilité pour les plaquettes Compatibilité : - ABO (chaque fois que cela est possible) - HLA et HPA (seulement si le patient est allo-immunisé dans ces systèmes) - RhD (non obligatoire : Immunoglobulines anti D) B. Les règles de compatibilité PSL 74

75 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Sommaire 1. Les réformes 6. La transf.autologue 4. Les PSL 7. Les Incidents 8. Le risque résiduel 2. Lhémovigilance 5. Lacte transfusionnel 3. Les BP de lEFS 75

76 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Lacte transfusionnel A. Préambule B. Les étapes de la transfusion 76

77 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel A. Préambule Transfusion est réalisé par les médecins ou sur prescription médicale par : - les sages - femmes - le personnel infirmier 77

78 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Ces différentes étapes doivent faire lobjet de protocoles dans chaque ES Étape 1 Étape 2 Étape 3 Étape 4 Étape 5 la demande dexamens IH la demande de PSL la réception des PSL la réalisation de lacte transfusionnel la documentation Chronologie de lacte transfusionnel A. Préambule Transfusion 78

79 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand B. les étapes successives de la transfusion Transfusion Toute demande dexamens IH inclut : 1. La prescription médicale des examens 2. La fiche de prélèvement 3. Les prélèvements sanguins identifiés 4. Les modalités dexpédition au laboratoire La demande dexamens dimmunohématologie Étape 1 379

80 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Lidentification du patient Lidentification et la signature du prescripteur La date Les examens demandés Des renseignements cliniques et biologiques (joints sur une feuille de suivi confidentielle) 1. La prescription médicale des examens avec : EXAMENS EN ROUTINE Groupage ABO-RH1 (ABO D) valide Phénotypage Rh Kell valide RAI ( validité 3 jours) Groupage et Phénotypage sont dits « valides » si 2 déterminations de groupage à partir de 2 prélèvements différents La demande dexamens dimmunohématologie Étape 1 SI LA RAI EST POSITIVE Phénotypage étendu Épreuve de compatibilité au labo B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 80

81 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Nom, prénom, qualité et signature du préleveur Date et heure du prélèvement Nombre déchantillons biologiques 2. La fiche de prélèvement précisant : La demande dexamens dimmunohématologie Étape 1 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 81

82 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand l l Par une étiquette didentification sur le tube l l Par des vérifications portant sur létiquette - demander au patient son identité - confronter les informations (dossier, famille, entourage..) l l Par le respect dune procédure didentification 3. Les prélèvements sanguins bien identifiés : La demande dexamens dimmunohématologie Étape 1 NE PAS COLLER LES ETIQUETTES A LAVANCE FAIRE RELIRE LES ÉTIQUETTES AU PATIENT 2 PRÉLÈVEMENTS À DEUX MOMENTS SUCCESSIFS B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 82

83 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand seffectue selon les règles en vigueur dans le GBEA La demande dexamens dimmunohématologie Étape 1 Lexpédition au laboratoire de la demande dexamens IH et des échantillons correspondants 4. Les modalités dexpédition B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 83

84 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Lordonnance des PSL 2. Le transport des PSL 3. Les procédures durgence vitale La demande de PSL Étape 2 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 84

85 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand - date de la prescription - identification et signature prescripteur - identification de lES et du service - identification du patient - type et quantité de PSL - date et heure de la transfusion - degré durgence le nom de naissance, usuel / marital prénoms, sexe, date de naissance Identifiant Pour les plaquettes indiquer le poids du malade la numération plaquettaire Pour le PFC respecter les indications de larrêté du Lordonnance de PSL La demande de PSL Étape 2 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 85

86 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. L ordonnance est accompagnée: La demande de PSL Étape 2 des documents de groupage (valides) des résultats de la RAI ou à défaut : de la demande d examens des prélèvements sanguins B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 86

87 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 2. Le transport de PSL : La demande de PSL Étape 2 sera réalisé selon les BP de transport fera lobjet dun protocole écrit ES/ETS vers lES fera l objet d un protocole écrit dans lES B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 87

88 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand « Il convient que les établissements de santé et les sites transfusionnels précisent les modalités à mettre en place pour répondre au mieux à lurgence » (Recommandations AFSSaPS Août 2002) 3. Les procédures spécifiques à lurgence validées La demande de PSL Étape 2 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 88

89 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand - Urgence vitale immédiate (UVI) - Urgence vitale (UV) - Urgence relative 3. Des procédures spécifiques à lurgence validées La demande de PSL Étape 2 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 89

90 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Destination du colis 2. Conformité du colis - nombre et intégrité du colis - conditions dhygiène - conditions de transport (délai, température..) 3. Conformité des produits livrés - concordance des PSL avec la demande - nombre et nature des PSL - qualifications des produits - aspect et intégrité des PSL, dates de péremption - concordance des identités patient Ces contrôles seront formalisés sur un document comprenant une liste ditems identité FDN = identité PRESCRIPTION 1. Trois vérifications à réception La réception de PSL Étape 3 EN CAS DANOMALIE : CONTACTER LE SITE DE DISTRIBUTION B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 90

91 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 2. Deux recommandations (Afin déviter une conservation des PSL dans le service) Transfuser tout PSL au plus tard dans les 6 H suivant sa réception Fractionner les demandes en fonction des besoins du patient La réception de PSL Étape 3 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 91

92 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Lacte transfusionnel requiert une attention particulière : 1. Les principes de sécurité à respecter 2. La préparation de lacte transfusionnel 3. Le contrôle ultime prétransfusionnel 4. La surveillance de la transfusion 5. La conservation du matériel utilisé Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 92

93 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Principes de sécurité à respecter contrôle simultané de lidentification du receveur et de la poche à transfuser UNITÉ DE TEMPS contrôle ultime en présence du patient UNITÉ DE LIEU réalisation de tous les contrôles par la même personne. UNITÉ DACTION Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 93

94 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand De disposer de tous les les documents De prévoir le matériel à utiliser De préparer le patient De sassurer de la présence du médecin à proximité PSL à transfuser Dispositif. de transf.spécifique Dispositif de contrôle ultime Disponibilité dun chariot durgence (conforme à la procédure ES) éviter de transfuser la nuit vérifier que le patient est informé Noter les constantes cliniques (température, TA, Pouls, conscience) Réserver une voie à la transfusion 2. La préparation de lacte transfusionnel nécessite : Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 Prescription de PSL FDN Doc. de groupage Résultats de la RAI Si le médecin doit sabsenter, il doit prévenir le médecin de garde B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 94

95 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Ce contrôle ultime pré transfusionnel comprend : 3. Le contrôle ultime pré transfusionnel Le contrôle ultime est le dernier verrou de sécurité avant la transfusion Il doit être réalisé en présence du patient Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 UN CONTRÔLE DE CONCORDANCE UN CONTRÔLE DE COMPATIBILITE + B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 95

96 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 5. Date de péremption du PSL 3. Concordance du groupe sanguin sur le doc de groupage, sur la FDN sur létiquette du PSL 3. Le contrôle ultime pré transfusionnel Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 1. Vérification de lidentité du receveur malade décline son identité identif. par procédure ES 2. Concordance « identité receveur » sur : prescription du PSL documents de groupage FDN étiquette de compatibilité 4. Concordance didentification des PSL type de PSL, n° à 11 caractères groupage, qualificatifs Respect protocole transf. PSL = FDN LE CONTRÔLE DE CONCORDANCE Lopérateur note les contrôles de concordance sur le dispositif de contrôle ultime B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 96

97 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Le contrôle ultime pré transfusionnel Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 LE CONTRÔLE DE COMPATIBILITE En présence du patient Lors de la transfusion homologue et autologue A partir du sang du patient et des globules rouges du culot A laide dun dispositif de contrôle ultime contrôlé Selon les dispositions du protocole prévu au sein de lES aspect et intégrité date de péremption Les résultats du contrôle doivent être recopiés sur le dispositif B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 97

98 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Le contrôle ultime pré transfusionnel Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 SI ANOMALIE DE CONCORDANCE OU DE COMPATIBILITÉ 1. SUSPENDRE LACTE TRANSFUSIONNEL 2. JOINDRE LE MÉDECIN RESPONSABLE B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 98

99 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand - La surveillance doit être : - continue pendant les 15 premières minutes - puis adaptée à létat clinique du patient - prolongée après la transfusion - Les constantes à surveiller : - température, - tension artérielle - pouls, - conscience Surveillance de la transfusion Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 La traçabilité doit être notée dès le début de la transfusion Les interruptions ou les non transfusion doivent être notées B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 99

100 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 4. Surveillance de la transfusion Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 LES doit bénéficier de protocoles : - de surveillance des constantes - de conduite à tenir devant un incident transfusionnel arrêter la transfusion (garder la voie) appeler le médecin conserver poche + tubulure + carton envoyer au laboratoire les tubes prévenir le CHV Essentiellement (température, TA, Pouls, conscience) Pour la conduite à tenir en cas dITCB se reporter aux diapos n° 170 à 175 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 100

101 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Conserver pour une durée de 2 heures : - la poche avec le dispositif de perfusion clampé - le support de contrôle de compatibilité Selon les procédures spécifiques à chaque établissement 5. Durée de conservation du matériel utilisé Lacte transfusionnel Lacte transfusionnel Étape 4 B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 101

102 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Étape 5 Documentation relative à la transfusion Pour documenter la transfusion, il convient de : 1. Remplir la Fiche de Distribution Nominative (FDN) 2. Mettre à jour le dossier Transfusionnel B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 102

103 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Documentation relative à la transfusion - 1 exemplaire dans le dossier du patient - 1 exemplaire envoyé à l'ETS (ou dépôt) Étape 5 1. Remplir la Fiche de Distribution Nominative (FDN) B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 103

104 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Lensemble du dossier transfusionnel doit figurer dans le dossier médical du patient Documentation relative à la transfusion Étape 5 2. Mettre à jour le dossier transfusionnel B. les étapes successives de la transfusion Transfusion 104

105 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand a. Documents indispensables à lacte transfusionnel :.. Documents de groupage valides.. Résultats de la RAI.. Protocoles transfusionnels b. Documents relatifs aux transfusions antérieures :.. Récapitulatif des épisodes transfusionnels.. Prescriptions.. Fiches de distribution nominaticves.. Partie écrite du dispositif de contrôle ultime.. Fiches dincidents éventuels Documentation relative à la transfusion Étape 5 2. Mettre à jour le dossier transfusionnel avec : B. les étapes successives de la transfusion Transfusion et documents de phénotypage sil y a lieu précisant les qualificatifs souhaités des PSL avec historique chronologique des alloanticorps avec identification des PSL ou son enregistrement sur le dossier transfusionnel 105

106 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand c. Documents annexes : les informations concernant les examens sérologiques les antécédents de transfusion, les antécédents immunologiques (grossesses, greffes..) les éléments relatifs à linformation du patient. la ou les fiches de surveillance de la transfusion Documentation relative à la transfusion Étape 5 2. Mettre à jour le dossier transfusionnel avec : B. les étapes successives de la transfusion Transfusion pré et post transfusionnels 106

107 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Sommaire 1. Les réformes 6. La transf.autologue 4. Les PSL 7. Les Incidents 8. Le risque résiduel 2. Lhémovigilance 5. Lacte transfusionnel 3. Les BP de lEFS 107

108 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Les règles de la transfusion autologue A. Avantages inconvénients de la transfusion autologue B. Législation concernant la transfusion autologue C. Deux techniques (T.A.P.+T.A.P.O.) D.Le cas particulier de lérythraphérèse 108

109 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Transfusion autologue Avantages : - sécurité virale - sécurité immunologique - économie de sang homologue Inconvénient : - organisation pratique Sans changement : - risque bactérien - risque d'erreur A. Avantages, inconvénients transfusion autologue Autologue 109

110 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand B. Législation concernant la transfusion autologue Autologue Textes réglementaires - Arrêté du 29 Novembre 1996 autologue. - Circulaire du 31 Janvier Circulaire DGS/DH/AFS n°98/722 du 8 décembre 1998 Recommandation AFSSaPS Août

111 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 2 Techniques A. La transfusion autologue programmée (T.A.P) B. La transfusion autologue péri-opératoire (T.A.P.O) C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 111

112 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Définition8. Conservation 2. Indication9. Distribution 3. Contre-indications 10. Acte transfusionnel 4. Prescription11. Destruction des poches 5. Prélèvement12. Place de l'érythropoïétine 6. Qualification biologique13. Avantages 7. Étiquetage14. Inconvénients A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 112

113 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1.Définition "La transfusion autologue programmée (T.A.P.) est une transfusion qui utilise des PSL préparés par l'ETS à partir de prélèvements séquentiels programmés ou d'une aphérèse pré-opératoire..." Circulaire DGS/DH/AFS n° 97/57 du 31 Janvier 1997 relative à la transfusion autologue en chirurgie A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 113

114 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 2. Indication Chirurgie programmée - orthopédie, - chirurgie cardio-vasculaire... A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue Décision conjointe entre médecin prescripteur et ETS 114

115 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Contre-indications Contre-indications cliniques absolues Celles exposant à un risque pour le malade: Anémie 11 g / dl Pathologies infectieuses Certaines pathologies cardiaques Artériopathie cérébrale occlusive Celles exposant à un risque collectif Sujets porteurs de marqueurs viraux Refus du malade < A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue angor instable crise angineuse dans les 8 j précédents rétrécissement aortique serré cardiopathie cyanogène 115

116 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Contre-indications Contre-indications cliniques relatives Pathologie cancéreuse Femme enceinte Enfant de moins de kg Espérance de vie inférieure à 10 ans A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 116

117 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Contre-indications Contre-indications biologiques absolues Antigène HBs Anticorps anti HBc isolé Anticorps anti-VHC Anticorps anti-VIH 1 et 2 Anticorps anti-HTLV 1 et 2 A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 117

118 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Contre-indications Contre-indications biologiques relatives Syphilis Anticorps anti-HBc + anticorps anti-HBs ALAT > N Anticorps anti-paludéens A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 118

119 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 4. La prescription est réalisée par lanesthésiste ou le chirurgien Consentement éclairé du patient Ordonnance de prescription Document séparé pour l'ETS A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 119

120 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 5. Prélèvement Un prélèvement tous les 7 jours Réalisé sur une poche spécifique Une numération avant chaque prélèvement A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 120

121 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 6. Qualification biologique des dons autologues Mêmes analyses et tests de dépistage que sur les dons homologues (sauf le DGV) A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 121

122 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 7. Étiquetage des PSL 1 feuillet plastique, supplémentaire latéral, sur une poche spécifique est le support : - de l'identification du patient (poche strictement réservée à) - de la mention autologue - des « lieu et date » de l'intervention A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 122

123 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 8. Conservation des PSL Circuits séparés des PSL homologues Conditions de conservation identiques (aux PSL homologues) A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 123

124 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 9. Distribution Ordonnance de PSL (mention autologue) Groupe ABO-D valide (sécurité d'identification du patient) RAI (éventualité d'une transfusion homologue) A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 124

125 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 10. Acte transfusionnel Identique à la TS homologue Vérification de conformité à réception Respect du délai des 6 heures Vérification ultime Traçabilité Déclaration des incidents transfusionnels A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 125

126 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 11. Devenir des produits autologues non transfusés Les poches autologues non transfusées sont obligatoirement détruites A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 126

127 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 12. Place de lérythropoiétine (EPO) Indications (AMM - octobre 1994) patient adulte anémie modérée ( 33 à 39 %) nombre de prélèvements importants femmes = 4hommes = 5 délai insuffisant avant intervention A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 127

128 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 12. Place de lérythropoietine (EPO) Schéma d'utilisation Prescription par le médecin de l'ES 600 UI / kg IV lente après chaque prélèvement Supplémentation en fer impérative (200 mg/j) A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 128

129 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 13. Avantages Transfusion possible à distance de l'intervention Transfusion de PFC autologue Stimulation de l'érythropoïèse A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 129

130 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 14. Inconvénients Délai de réalisation des prélèvements Création de circuits spécifiques Traitement martial Possibilité d'anémie préopératoire Inconfort pour le patient A. La transfusion autologue programmée : T.A.P C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 130

131 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Définition 2. Modalités 3. impératifs réglementaires 4. avantages et inconvénients B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue 131

132 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Définition de la T.A.P.O "Recueil des pertes sanguines par drainage d'une cavité corporelle ou d'un espace articulaire ou par aspiration dans le champ opératoire et la transfusion du sang ainsi récupéré soit directement après filtration, soit après concentration et lavage." (Circulaire DGS/DH/AFS n° 97/57 du 31 Janvier 1997 relative à la transfusion autologue en chirurgie) C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O 132

133 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 2. Deux modalités de la T.A.P.O - La récupération per opératoire : sans lavage avec lavage et concentration - La récupération post opératoire C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O 133

134 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Les impératifs réglementaires de la T.A.P.O Identification des produits identification de la salle d'opération état civil du patient (nom, prénom, naissance) heure et date de prélèvement numérotation chronologique des poches type de prélèvement (per, post opératoire, filtré, lavé etc...) C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O 134

135 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Les impératifs réglementaires de la T.A.P.O Conservation des produits si durée température ambiante si durée > 2 heures --> conservation + 2° à + 8° C C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O 135

136 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Les impératifs réglementaires de la T.A.P.O Transfusion des produits dans les 6 heures, avant la sortie du bloc ou de la salle de réveil, après contrôle ultime. Détruire les produits non utilisés++ C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O 136

137 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 3. Les impératifs réglementaires de la T.A.P.O Documentation (compte-rendu) : - état civil du patient, du chirurgien, de l'anesthésiste - date et nature de l'intervention - identification du matériel et des consommables - type et quantité d'anticoagulant - mesures de l'Hte et de l'Hb - horaires, volume et nombre de prélèvements - horaires et volume de transfusion - effets indésirables C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O 137

138 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand ASSURANCE QUALITE - Procédures validées par le CSTH - Contrôle qualité des équipements et des prélèvements 3. Les impératifs réglementaires de la T.A.P.O C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O 138

139 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 4. Avantages- inconvénients de la T.A.P.O Avantages Pas d'inconfort pour le patient Pas de retard d'intervention Possibilité d'utilisation en urgence vitale C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O

140 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 4. Avantages- inconvénients de la T.A.P.O Inconvénients Nécessité : - d'utiliser certains antiseptiques per opératoires - d'utiliser des matériels spécifiques (coût) - de faire appel à un personnel qualifié - de contrôler les équipements - de contrôler les produits récupérés C. Les 2 techniques de transfusion autologue (T. A. P + T. A. P.O) Autologue B. La transfusion autologue péri opératoire : T.A.P.O 140

141 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand « Prélèvement sélectif de globules rouges sur séparateur de cellules avec restitution simultanée de plasma et de la couche leuco-plaquettaire au patient » A. Définition D. La transfusion autologue par érythraphérèse (T.A.E) Autologue 141

142 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand B. Avantages Une seule séance permet le prélèvement de 2 à 3 CGR Meilleure tolérance hémodynamique Pas de multiplication des contrôles biologiques Caractéristiques du CGR mieux standardisés D. La transfusion autologue par érythraphérèse (T.A.E) Autologue 142

143 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand C. Inconvénients Compensation volémique par un substitut colloïdal Pas de réserve de plasma autologue Technique pratiquée uniquement sur certains sites EFS D. La transfusion autologue par érythraphérèse (T.A.E) Autologue 143

144 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand D. Limites Mauvais accès veineux Poids minimun requis : 50 kg (VST > 3 L) Poids dhémoglobine minimun requis : 13 g/dl D. La transfusion autologue par érythraphérèse (T.A.E) Autologue 144

145 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Sommaire 1. Les réformes 6. La transf.autologue 4. Les PSL 7. Les Incidents 8. Le risque résiduel 2. Lhémovigilance 5. Lacte transfusionnel 3. Les BP de lEFS 145

146 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Incidents transfusionnels A. Incidents Immunologiques B. Incidents de surcharge C. Incidents infectieux D. Les risques émergents 146

147 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Facteurs étiologiques Polymorphisme antigénique Immunogénicité des antigènes Terrain Erreurs humaines A. Incidents immunologiques Incidents 147

148 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Incidents immédiats Frisson-hyperthermie Choc hémolytique Réaction urticarienne Choc anaphylactique A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques Incidents retardés Hémolyse retardée Allo-immunisation Purpura thrombopénique Graft versus host (GVH) Oedème pulmonaire lésionnel TRALI 148

149 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Frisson-hyperthermie Clinique : - tremblements - frissons - augmentation de la température d'au moins 1° C Étiologie : - conflit immunologique - infection bactérienne - Cytokines ou substances pyrogènes dans le PSL A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques immédiats 149

150 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Frisson-hyperthermie Exploration biologique : - bilan immuno-hémolytique (bilan identique au choc hémolytique diapo 153 ) - recherche d'Anticorps anti HLA - exploration bactérienne A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques immédiats 150

151 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Choc hémolytique Physiopathologie : conflit antigène - anticorps avec activation du complément jusqu'à C9 avec hémolyse intravasculaire A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques immédiats 151

152 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Choc hémolytique Clinique : début - chute TA - angoisse, tachycardie, altération du faciès - douleurs lombaires puis - collapsus - syndrome hémorragique avec CIVD - oligoanurie (urines Porto) - insuffisance rénale aiguë A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques immédiats 152

153 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Choc hémolytique Conduite à tenir : - effectuer les vérifications - groupe de la poche - carte de groupe - identité du malade - garder les urines - maintenir labord veineux Exploration biologique : - numération globulaire, - bilan de coagulation - hémoglobinémie, hémoglobinurie, bilirubinémie - bilan immuno-hémolytique A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques immédiats 153

154 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Réaction urticarienne Physiopathologie : - hypersensibilité de type immédiat (avec libération d'histamine) Clinique : - urticaire - placards érythémateux - prurit Exploration biologique non obligatoire A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques immédiats 154

155 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Choc anaphylactique Physiopathologie : réaction allergique aux protéines du plasma (ex : conflit IgA/anti IgA) Clinique : malaise, transpiration, collapsus Exploration biologique : dosage IgA Prévention : PSL déplasmatisés A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques immédiats 155

156 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Hémolyse retardée Physiopathologie : conflit AG-AC avec hémolyse intratissulaire Clinique : ictère, urines foncées, inefficacité transfusionnelle Exploration : voir accident hémolytique immédiat. A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques retardés 156

157 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Allo-immunisation Physiopathologie : - apport d'un Ag Immunogène Conséquences : - absence de signes cliniques - risque ultérieur transfusionnel et obstétrical A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques retardés 157

158 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Allo-immunisation Prévention : transfuser en PSL phénotypés Indication des PSL phénotypés : - Obligatoire pour :. les receveurs dont la RAI est positive,. le sexe féminin jusqu'à la ménopause,. le nouveau né présentant un AC anti-érythrocytaire maternel. les polytransfusés - Conseillée pour les patients ayant une espérance de vie raisonnable A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques retardés 158

159 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Purpura thrombopénique Physiopathologie : conflit immunologique dû à la présence d'Ac anti-plaquettes Terrain : femmes immunisées par grossesse Signe d'appel : thrombopénie souvent profonde Exploration biologique : groupage plaquettaire Ac anti-plaquettes A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques retardés 159

160 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Réaction greffon contre lhôte (G.V.H.) Physiopathologie : - prolifération des lymphocytes résiduels du donneur chez un receveur immunodéprimé Terrain : - déficit immunitaire cellulaire - fœtus, nouveau-né - onco-hématologie pédiatrique - greffes de CSH - don intra-familial A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques retardés 160

161 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Réaction greffon contre lhôte (G.V.H.) Clinique : - syndrome cutané (érythrodermie, bulles....) - syndrome digestif (diarrhée, douleurs....) - syndrome hépatique (ictère) Évolution : le plus souvent fatale Prévention : irradiation des PSL ( grays) A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques retardés 161

162 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand A. Incidents immunologiques Incidents Incidents immunologiques retardés Oedème pulmonaire lésionnel (TRALI) Physiopathologie : - conflit Ag HLA / Ac anti HLA - conflit Ag granuleux / Ac antigranuleux Signes cliniques (1 à 2 heures après une transfusion) - dyspnée, hypoxémie, hypotension et fièvre Signes radiologiques : - syndrome pulmonaire interstitiel bilatéral. Exploration ( chez le donneur et le receveur) : - Ac anti-granulocytaires (PNA.. ) - Ac anti-HLA de classe I et II sans signes d'insuffisance cardiaque 162

163 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Surcharge volémique 2. Surcharge métabolique 3. Cas particulier de la transfusion massive B. Incidents de surcharge Incidents Plusieurs incidents de surcharge 163

164 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Physiopathologie : - débit inadapté au terrain Sujets à risque : - nouveau-né - patient âgé - insuffisant cardiaque - insuffisant rénal Clinique : - céphalées - dyspnée - OAP.... B. Incidents de surcharge Incidents 1. La surcharge volémique 164

165 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Surcharges métaboliques immédiates Terrain : - nouveau-né - transfusion massive Classification : - surcharge citratée (hypocalcémie) - hyperkaliémie - hyperbilirubinémie (Hb libre) Ces accidents sont liés à la conservation des hématies B. Incidents de surcharge Incidents 2. La surcharge métabolique 165

166 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand LHémochromatose Etiologie : surcharge ferrique par transfusions itératives Clinique : - pigmentation cutanée - hépatosplénomégalie - diabète …... Traitement préventif : chélateur du fer (Desféral*) B. Incidents de surcharge Incidents 2. La surcharge métabolique 166

167 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Transfusion supérieure à une masse sanguine en moins de 24 heures - Hyperkaliémie - AcidoseCIVD - HypocalcémieTRALI - Hypothermie Arrêt cardiaque B. Incidents de surcharge Incidents 3. La transfusion massive 167

168 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand C. Incidents infectieux Incidents Deux grandes rubriques 1. Lincident bactérien (ITCB*) 2. Les transmissions virales 168 * ITCB : Incident transfusionnel par contamination bactérienne

169 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Facteurs favorisants les incidents infectieux Facteurs liés au terrain : immunodéprimé, nouveau-né Facteurs liés aux PSL utilisés : température de conservation des plaquettes absence d'atténuation virale pour GR + plaquettes Facteurs humains : non respect des conditions de conservation et de transport des PSL C. Incidents infectieux Incidents 1. Lincident bactérien 169

170 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand C. Incidents infectieux Incidents 1. Lincident bactérien Quand suspecter un ITCB ? Température 39 °C (ou de la température basale 2°C) Frissons Tachycardie 120 / mn (ou de la fréquence cardiaque basale 40/mn) ou de la TA systolique 30 mm de Hg 170

171 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand C. Incidents infectieux Incidents 1. Lincident bactérien Aspects cliniques 1. Létat de choc : Tachycardie, hypotension, Marbrures, polypnée Habituellement hyperthermie, parfois hypothermie 2. Autres manifestations cliniques : Dyspnée, cyanose, angoisse, Malaise général, troubles du comportement, de la conscience Oligurie Signes digestifs : nausées, vomissements, diarrhées Douleurs : vertébrales, thoraciques, abdominales, Syndrome hémorragique, Érythème 171 ou pas de troubles de la régulation thermique

172 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand C. Incidents infectieux Incidents 1. Lincident bactérien Mesures à prendre 1/ Immédiatement Arrêter la transfusion (conserver la voie ) Appeler le médecin Pratiquer deux hémocultures à une heure dintervalle Noter les éléments de surveillance du patient. Informer immédiatement lETS 2) Secondairement Retirer laiguille de la perfusion, Clamper la tubulure, non dissociée de la poche, Isoler le PSL dans un sac en plastique identifié. Conserver le PSL dans le service (de préférence à +4°C) Transférer le PSL au laboratoire selon la procédure préétablie - Débuter une antibiothérapie probabiliste si suspicion dITCB 172 afin de bloquer les PSL issus du même don validée par le CSTH ou le CH

173 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand 1. Lincident bactérien C. Incidents infectieux Incidents La survenue dun incident bactérien impose une concertation entre : - le clinicien, - le responsable de la distribution de lETS - les correspondants dhémovigilance - et le bactériologiste Lexploration microbiologique des ITCB doit être confiée à un laboratoire qui figure sur une liste établie par la DRASS 173

174 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand C. Incidents infectieux Incidents 1. Lincident bactérien Informations à recueillir par les CH de l ES et de l ETS Pour tout ITCB, le CH / ES : - recueillera les informations sur lincident avec le clinicien - déterminera le niveau de gravité et le degré dimputabilité - informera le praticien en hygiène hospitalière Pour les ITCB avec distribution de PSL issus du même don, le CH / ETS : - sinformera de létat clinique des receveurs, - précisera les examens complémentaires jugés nécessaires - fera prendre toutes les mesures utiles à la sécurité des patients transfusés. Les avis motivés seront consignés dans un document Une FIT sera rédigée et transmise selon les modalités habituelles. Toutes les informations seront transmises sans délai au CRH En concertation entre le clinicien, le bactériologiste, et le responsable de la distribution ETS Ceci en concertation avec le correspondant de lES 174

175 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand C. Incidents infectieux Incidents 1. Lincident bactérien Transférer les PSL au laboratoire (avec un document type) Conserver les PSL 2 heures après la Transfusion (même en labsence dincident) Les procédures de conservation et de transfert validées par le CSTH ou par le CH seront communiquées au CRH 175

176 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand C. Incidents infectieux Incidents Les contaminations les plus fréquentes : HVB. HIV. HCV. Voir tableau du risque résiduel viral à la diapo n° Les transmissions virales 176

177 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand D. Les risques émergents Risque Les risques émergents Ex: ATNC : Agents Transmissibles Non Conventionnels A ce jour, en France, aucune contamination par transfusion liée à ces agents 177

178 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Sommaire 1. Les réformes 6. La transf.autologue 4. Les PSL 7. Les Incidents 8. Le risque résiduel 2. Lhémovigilance 5. Lacte transfusionnel 3. Les BP de lEFS 178

179 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Le risque résiduel Risque viral Risque immunologique et bactérien 179

180 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Risque résiduel viral ( ) Nb de cas incidents VIH 1,18 (0,80 - 1,73) 1/ / (1/ / ) (0 - 1/ ) VHB* 1,66 * (1,20 - 2,29) VHC 0,55 (0,31 - 1,97) TI pour 10 5 PA (IC 95 %) Risque résiduel exprimé en 1/n dons sans DGV avec DGV ** 28 39* * * DGV en minipool (Fenêtre sérologique VIH = 12 jours et VHC = 10 jours) * données ajustées pour tenir compte du caractère transitoire de lAg HBs 13 1/ / (1/ / ) (0 - 1/ ) 1/ (1/ / ) Risque viral Risque Taux dincidence du VIH, du VHC et du VHB et estimations du risque résiduel sur la période en France 180 Source : InVS, INTS, EFS

181 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand Risque résiduel (suite) Risque immunologique et bactérien Risque 1 risque / poches Risque immunologique Risque bactérien 1 risque / poches 181


Télécharger ppt "28 01 04 A.M. Fuentes B. Lassale D Legrand DIAPORAMA DESTINÉ À LA FORMATION DES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS DE SANTE EN SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Assistance."

Présentations similaires


Annonces Google