La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GLANDES THYROIDE ET PARATHYROIDES GLANDES THYROIDE ET PARATHYROIDES Dr Marie Muller Service dEndocrinologie CHU de Grenoble.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GLANDES THYROIDE ET PARATHYROIDES GLANDES THYROIDE ET PARATHYROIDES Dr Marie Muller Service dEndocrinologie CHU de Grenoble."— Transcription de la présentation:

1 GLANDES THYROIDE ET PARATHYROIDES GLANDES THYROIDE ET PARATHYROIDES Dr Marie Muller Service dEndocrinologie CHU de Grenoble

2 LA GLANDE THYROIDE

3 SOMMAIRE 1) Anatomie 2) Physiologie 3) Hyperthyroïdie 4) Hypothyroïdie 5) Goitre, nodules et cancers de la thyroïde

4 Thyroïde: bases anatomiques Vue antérieure Coupe sagittale Deux lobes denviron 5 cm de haut et 2 cm de large, réunis par un isthme

5 Anatomie

6 Histologie : Follicule thyroïdien Colloïde Noyau de thyréocyte

7 Hormonosynthèse Synthèse de T4>T3 = H. « active » Synthèse de T4>T3 = H. « active » Iode: constituant essentiel, Iode: constituant essentiel, Apport alimentaire (svt insuffisant) Apport alimentaire (svt insuffisant) T4 et T3 soit liés à des protéines, soit T4 et T3 soit liés à des protéines, soit libres dans le sang (T4 et T3 libre). libres dans le sang (T4 et T3 libre). Forme libre = forme active Forme libre = forme active Nbx effets sur le métabolisme Nbx effets sur le métabolisme glucidique, lipidique et protidique. glucidique, lipidique et protidique. Effet sur le cœur, squelette et SNC Effet sur le cœur, squelette et SNC T3: triiodothyronine T4: tétraiodothyronine

8 Physiologie: action des hormones thyroïdiennes Actions métaboliques : Actions métaboliques : Élévation du métabolisme basal et de la production de chaleur et dénergie par les cellules métabolisme des glucides, des lipides, des protides élévation des échanges respiratoires, augmentation du volume sanguin circulant et du débit cardiaque

9 Physiologie Actions sur la croissance : Actions sur la croissance : mises en évidence par l'expérimentation animale effet de maturation du SNC chez le fœtus (dvpt des neurones) puis action de stimulation de la croissance (maturation des cartilages et ossification, pousse des poils, ongles, dents, développement génital du jeune et apparition de la puberté ) Hypothyroïdie chez lenfant retard de croissance staturo-pondéral considérable associé à une absence de développement sexuel et intellectuel (crétinisme).

10 A part : la thyrocalcitonine Hormone synthétisée également par la thyroïde mais par les cellules C. Hormone synthétisée également par la thyroïde mais par les cellules C. Action sur le métabolisme du calcium: Action sur le métabolisme du calcium : hypocalcémie hypercalciurie métabolisme du phosphore rôle antagoniste de la parathormone

11 hypothalamus hypophyse thyroïde Organes cibles TSH TRH T3L T4L SNC La régulation de la synthèse des hormones thyroïdiennes se fait au niveau cérébrale Concept d axe hypothalamo-hypophysaire Concept de rétro-contrôle des hormones thyroidiennes : Quand le taux dhormones diminue, cela va stimuler la sécrétion de TRH puis TSH afin de tenter de maintenir constante la concentration de lhormone

12 Régulation hormonale Commande hypothalamique Commande hypothalamique : T.R.H. Commande hypophysaire : Commande hypophysaire : la thyréostimuline ou T.S.H Thyrocalcitonine Thyrocalcitonine : indépendante de la commande hypophysaire et ne dépend que du taux de la calcémie

13 En pratique, la pathologie thyroïdienne sapprécie par: Clinique Clinique Biologie Biologie : dosages sanguins de l'iode circulant, des hormones thyroïdiennes (T3l et T4l) et de la TSH Image morphologique Image morphologique : échographie ou TDM si lon recherche une compression trachéale ou évaluation des goitres plongeants peu accessibles à léchographie Image fonctionnelle Image fonctionnelle : scintigraphie (iode ou technetium)

14 Pathologies thyroïdiennes Hyperthyroïdie

15 Définition Hyper production de T3 et T4 par la glande thyroïde Hyper production de T3 et T4 par la glande thyroïde Syndrome clinique = thyrotoxicose Syndrome clinique = thyrotoxicose accélération du métabolisme accélération du métabolisme

16 Clinique Signes généraux : asthénie, amaigrissement, appétit augmenté, hyperthermie modérée, soif, sueurs profuses et thermophobie Signes généraux : asthénie, amaigrissement, appétit augmenté, hyperthermie modérée, soif, sueurs profuses et thermophobie Troubles cardiaques : tachycardie, troubles du rythme (tachyarythmie, palpitations) voire insuffisance cardiaque Troubles cardiaques : tachycardie, troubles du rythme (tachyarythmie, palpitations) voire insuffisance cardiaque Troubles musculaires : fatigabilité à leffort / fonte musculaire Troubles musculaires : fatigabilité à leffort / fonte musculaire Troubles digestifs : diarrhée motrice Troubles digestifs : diarrhée motrice Troubles nerveux : tremblements, irritabilité, hyperexcitabilité, nervosité, insomnie parfois confusion, Troubles nerveux : tremblements, irritabilité, hyperexcitabilité, nervosité, insomnie parfois confusion,

17 Clinique: H.Thyroïdiennes= action ubiquitaire

18 Etiologies des hyperthyroïdies Maladie de Basedow (cause la + fréquente) Maladie de Basedow (cause la + fréquente) Adénome toxique de la thyroïde (tumeur bénigne sécrétrice) Adénome toxique de la thyroïde (tumeur bénigne sécrétrice) Goitre multihétéronodulaire toxique Goitre multihétéronodulaire toxique Surcharge iodée (/saturation) : 5 à 6 %, sur thyroïde normale ou pathologique Surcharge iodée (/saturation) : 5 à 6 %, sur thyroïde normale ou pathologique Autres causes plus rares Autres causes plus rares

19 Maladie de Basedow Cause la + fréq. dhyperthyroïdie Cause la + fréq. dhyperthyroïdie Femme dâge moyen Femme dâge moyen Maladie auto-immune : TRAK Maladie auto-immune : TRAK (anticorps anti-récepteur de la TSH) (anticorps anti-récepteur de la TSH) Associe en + de la thyrotoxicose: - goitre vasculaire homogène indolore - exophtalmie bilatérale et symétrique le + souvent. Formes sévères rares le + souvent. Formes sévères rares mais graves (baisse de la vision) mais graves (baisse de la vision) - myxoedème prétibial : rare

20 Maladie de Basedow : Exophtalmie

21 Maladie de Basedow : Myxoedéme prétibial

22 Paraclinique Biologie standard :Biologie standard : - thrombopénie, leucopénie et neutropénie ; - hyperglycémie ; - hypocholestérolémie ; Diagnostique :Diagnostique : T3 libre et T4 libre élevées avec TSH très basse (même sous stimulation par TRH) EtiologiqueEtiologique Dosage des anticorps (TRAK humain) Scintigraphie (rarement utile/maladie de Basedow)

23 Maladie de Basedow: imagerie courbe de fixation : fixation rapide et élevée scintigraphie à liode ou au technétium : répartition homogène échographie : glande homogène

24 Etiologies des hyperthyroïdies Maladie de Basedow (cause la + fréquente) Maladie de Basedow (cause la + fréquente) Adénome toxique de la thyroïde (tumeur bénigne sécrétant en excès des H. thyroïdiennes) Adénome toxique de la thyroïde (tumeur bénigne sécrétant en excès des H. thyroïdiennes) Goitre multi-nodulaire toxique Goitre multi-nodulaire toxique Surcharge iodée : 5 à 6 % des causes, soit médicaments (cordarone +++) soit examens Rx Surcharge iodée : 5 à 6 % des causes, soit médicaments (cordarone +++) soit examens Rx Autres causes plus rares Autres causes plus rares

25 Adénome toxique courbe de fixation : élevée et rapide scintigraphie à liode ou au technétium : nodule hyperfixant avec extinction du reste du parenchyme échographie : nodule plein

26 Goitre multi hétéro nodulaire Toxique FT3 : 13 pmol/L (2,5-5,0) FT4 : 19 pmol/L (10-21) TSH < 0,05

27 Hyperthyroïdie par surcharge iodée courbe de fixation : plate (thyroïde saturée) scintigraphie à liode ou au technétium : Blanche car pas de fixation du traceur échographie : thyroïde augmentée de volume iodémie et iodurie élevées

28 1) Médical : -ANTI-THYROIDIENS DE SYNTHESE: = Néomercazole, Basdène, PTU = Néomercazole, Basdène, PTU Pendant au moins 18 mois pour la maladie de Basedow Pendant au moins 18 mois pour la maladie de Basedow Surveillance de la NFS (agranulocytose) au début du TTT puis en cas de fièvre Surveillance de la NFS (agranulocytose) au début du TTT puis en cas de fièvre -symptomatique : bêtabloquants, sédatifs, corticoïdes -Repos +/- arrêt de travail Traitement de lhyperthyroïdie

29 2) Radical (visant à guérir la pathologie) : -Soit la chirurgie : * après échec du TTT médical ou récidive avec goitre dans la maladie de Basedow (thyroïdectomie subtotale) * en première intention dans ladénome toxique (lobectomie) et le goitre multinodulaire -Soit liode radioactif (I131) : en première intention pour les petits goitres du Basedow ou pour petits nodules toxiques si contre-indication opératoire ou refus de la chir si contre-indication opératoire ou refus de la chir

30 Pathologies Thyroïdiennes Hypothyroïdie

31 Définition Pathologie thyroïdienne la + fréquente Pathologie thyroïdienne la + fréquente Dérèglement de la thyroïde qui fonctionne au ralenti baisse de T3 et T4 libre Dérèglement de la thyroïde qui fonctionne au ralenti baisse de T3 et T4 libre Ralentissement du métabolisme, infiltration cutanéo-muqueuse diffuse Ralentissement du métabolisme, infiltration cutanéo-muqueuse diffuse Prédominance féminine Prédominance féminine

32 Clinique Signes généraux : asthénie, Signes généraux : asthénie, prise de poids, anorexie, frilosité prise de poids, anorexie, frilosité Infiltration cutanéo-muqueuse : Infiltration cutanéo-muqueuse : -visage en pleine lune -chute des cheveux et dépilation -peau sèche -ongles secs et cassants -faux œdème élastique et ferme -raucité de la voix et ronflement -surdité

33 hypothyroïdie profonde

34 patient hypothyroïdien: visage rond, oedématié, cheveux fins

35 Clinique Troubles cardiaques : bradycardie, baisse débit cardiaque, angor deffort Troubles cardiaques : bradycardie, baisse débit cardiaque, angor deffort Troubles musculaires : muscles durs et douloureux, retard à la décontraction musculaire, crampes Troubles musculaires : muscles durs et douloureux, retard à la décontraction musculaire, crampes Troubles digestifs : constipation Troubles digestifs : constipation Troubles nerveux : gestes lents et malhabiles, somnolence, paresthésies Troubles nerveux : gestes lents et malhabiles, somnolence, paresthésies Aménorrhée ou infertilité Aménorrhée ou infertilité

36 Clinique

37 Paraclinique Diagnostique = biologique: Diagnostique = biologique: T3 et T4 libre basse avec TSH élevée (sauf pour les rares hypothyroïdies dorigine centrale où la TSH est basse) Echographie : thyroïde atrophique ou hétérogène selon létiologie, non indispensable Echographie : thyroïde atrophique ou hétérogène selon létiologie, non indispensable Scintigraphie: totalement inutile Scintigraphie: totalement inutile

38 Etiologies Hypothyroïdie sans goitre : Hypothyroïdie sans goitre : -atrophie thyroïdienne idiopathique -post-traitement -insuffisance thyréotrope (origine hypophysaire) Hypothyroïdie avec goitre : Hypothyroïdie avec goitre : -thyroïdite de Hashimoto : autoimmune (présence dAc anti TPO), femme de 50 ans -iatrogène (ATS, médicaments iodés) -thyroïdite de De Quervain : après la phase dhyperthyroïdie -hypothyroïdie congénitale

39 Traitement substitutif par Lévothyrox (=T4L) 1,2 à 1,5 µg/kg/jour, par voir orale Début progressif si risque cardiaque (surtout personne âgée) Adaptation sur la TSH ( en cas dorigine périphérique = causes les + fréquentes) ou sur la T4libre (en cas dorigine centrale= causes rares)

40 Pathologies Thyroïdiennes Goitre et nodules

41 Goitre Définition= augmentation diffuse ou nodulaire (uni ou multi-nodulaire) de la glande thyroïde Définition= augmentation diffuse ou nodulaire (uni ou multi-nodulaire) de la glande thyroïde

42 Goitre simple: pas de nodule et biologie normale pas de nodule et biologie normale - définition clinique par la palpation (OMS): goitre diffus, homogène, indolore, sans signe de compression [ dyspnée, dysphagie, dysphonie ] et sans adénopathie - définition clinique par la palpation (OMS): goitre diffus, homogène, indolore, sans signe de compression [ dyspnée, dysphagie, dysphonie ] et sans adénopathie - confirmation échographique (volume > 18 ml chez femme, > 20 ml chez homme) - confirmation échographique (volume > 18 ml chez femme, > 20 ml chez homme) - étiologie: carence en iode, fact. génétiques, grossesse - étiologie: carence en iode, fact. génétiques, grossesse - traitement: possibilité de TTT freinateur (efficacité discutée) et sinon surveillance… - traitement: possibilité de TTT freinateur (efficacité discutée) et sinon surveillance…

43 GOITRE

44 Goitre multi-nodulaire Augmentation nodulaire du volume de la thyroïde, évolution naturelle de bcp de goitre simple après quelques années Augmentation nodulaire du volume de la thyroïde, évolution naturelle de bcp de goitre simple après quelques années A la palpation : goitre et nodules A la palpation : goitre et nodules Dosages hormonaux : perturbés en cas de GMNH toxique Dosages hormonaux : perturbés en cas de GMNH toxique Echographie : goitre et nodules de taille et de nombre variables Echographie : goitre et nodules de taille et de nombre variables Traitement: chirurgical si signes compressifs ou si hyperthyroïdie, iode radioactif en cas de CI opératoire. Traitement: chirurgical si signes compressifs ou si hyperthyroïdie, iode radioactif en cas de CI opératoire.

45 Nodules thyroïdiens Entité clinique: tuméfaction cervicale inférieure, mobile à la déglutition en même tps que le reste de la thyroïde Entité clinique: tuméfaction cervicale inférieure, mobile à la déglutition en même tps que le reste de la thyroïde A la palpation : nombre? Taille? Douloureux? Adp? A la palpation : nombre? Taille? Douloureux? Adp? Si hyperthyroïdie, alors adénome toxique probable Si hyperthyroïdie, alors adénome toxique probable Problème= très grande fréquence: 4 à 5% de la population générale (nodule palpable donc >1cm) mais presque 50% de nodules échographiques chez + de 60 ans. Problème= très grande fréquence: 4 à 5% de la population générale (nodule palpable donc >1cm) mais presque 50% de nodules échographiques chez + de 60 ans. principale question= nodule bénin ou malin? principale question= nodule bénin ou malin?

46 Nodules thyroïdiens Modes dexploration des nodules thyroïdiens: Modes dexploration des nodules thyroïdiens: Scintigraphie : caractère fonctionnel (fixant) et rassurant ou nodule froid (mais 90 % des nodules froids sont bénins !) Scintigraphie : caractère fonctionnel (fixant) et rassurant ou nodule froid (mais 90 % des nodules froids sont bénins !) Echographie : aspect liquidien (kystique) ou plein Echographie : aspect liquidien (kystique) ou plein Cytoponction : à la recherche de cellules néoplasiques Cytoponction : à la recherche de cellules néoplasiques Traitement : dépend de la nature du nodule Traitement : dépend de la nature du nodule

47 Cancers thyroïdiens ~ 5 % des nodules A la palpation : nodule mal limité, dur, adhérent, indolore, le + souvent unique, présence dadénopathies, possible signes compressifs A la palpation : nodule mal limité, dur, adhérent, indolore, le + souvent unique, présence dadénopathies, possible signes compressifs Scintigraphie : nodule froid Scintigraphie : nodule froid Echographie : caractère hypo-échogène Echographie : caractère hypo-échogène Cytoponction : cellules néoplasiques ou douteuses Cytoponction : cellules néoplasiques ou douteuses Histologie lors du geste opératoire : forme papillaire (70%), vésiculaire (20%)de bon pronostic et anaplasique (5 %) Histologie lors du geste opératoire : forme papillaire (70%), vésiculaire (20%)de bon pronostic et anaplasique (5 %)

48 Cancer thyroïdien Traitement : chirurgical avec curage ganglionnaire chirurgical avec curage ganglionnaire si métastase ou reliquat : traitement par iode radioactif pour les cancers les plus fréquents= papillaires et vésiculaires si métastase ou reliquat : traitement par iode radioactif pour les cancers les plus fréquents= papillaires et vésiculaires par la suite traitement par Lévothyrox à dose freinatrice (TSH < indosable) et surveillance (Thyroglobuline) par la suite traitement par Lévothyrox à dose freinatrice (TSH < indosable) et surveillance (Thyroglobuline)

49 LES GLANDES PARATHYROIDES

50 Anatomie 4 Parathyroides: 2 sup. et 2 inf. Sécrétion: PTH, hormone hypercalcémiante Rôle principal des glandes parathyroïdes = maintien dune calcémie normale Rôle principal des glandes parathyroïdes = maintien dune calcémie normale

51 Calcium et phosphore = éléments essentiels du squelette Calcium et phosphore = éléments essentiels du squelette Les os contiennent 99% du calcium de lorg. (soit 1000 gr.) et 90% du phosphore (630 gr.) Les os contiennent 99% du calcium de lorg. (soit 1000 gr.) et 90% du phosphore (630 gr.) 1% du calcium restant = élément essentiel des membranes cellulaires, des protéines et des enzymes 1% du calcium restant = élément essentiel des membranes cellulaires, des protéines et des enzymes Dans le sang, le calcium est : Dans le sang, le calcium est : - soit lié à des protéines (53%) = réserve de Ca2+ - soit libre (47%)= calcium ionisé qui est le calcium actif Calcémie= taux de calcium sanguin

52 La PTH est 1 hormone hypercalcémiante Parathormone Parathormone = 84 acides aminés Sa sécrétion est régulée par le taux de calcium ionisé: Augmentation de la calcémie = baisse de la PTH Diminution de la calcémie = hausse de la PTH cest le rétro-contrôle qui vise à maintenir une calcémie stable! cest le rétro-contrôle qui vise à maintenir une calcémie stable!

53 La PTH exerce son rôle dH. hyper- calcémiante en agissant à plusieurs niveaux: au niveau de l'os : stimule la résorption osseuse donc mobilise le calcium osseux au niveau du rein : augmente la réabsorption tubulaire du calcium au niveau de l'intestin: augmente indirectement l absorption intestinale du calcium en stimulant la synthèse de la vitamine D

54 Métabolisme phosphocalcique

55 Laction de la vitamine D sur le métabolisme du calcium est indissociable de celle de la PTH: au niveau de l'os : favorise la minéralisation de los par une action directe sur los au niveau du rein : augmente la réabsorption tubulaire du calcium comme la PTH au niveau de l'intestin : la vitamine D permet labsorption digestive du calcium

56 Métabolisme phosphocalcique

57 Exploration du système phosphocalcique et des parathyroïdes Calcémie, protidémie et calcium ionisé, phosphorémie, dosage de la PTH Calciurie, phosphaturie Echographie parathyroïdienne Scintigraphie MIBI (Méthoxy-isobutyl- isonitrile): utile dans les parathyroides ectopiques.

58 Pathologies du calcium 1: Hypercalcémie

59 Signes Cliniques dhypercalcémie Signes généraux : asthénie, fatigabilité à leffort, polyuro-polydipsie Signes cardio-vasculaires : HTA, tachyarythmie, raccourcissement du QT Signes digestifs : anorexie, nausées, vomissements, douleurs abdominales Signes urinaires : colique néphrétique Signes neurologiques : troubles psy, apathie, somnolence, confusion

60 Etiologies des Hypercalcémies: 1) Hyperparathyroidie primaire: - -production excessive et inappropriée de PTH ar un adénome parathyroidien (tumeur bénigne): cest la 1° cause dhypercalcémie 2) Hypercalcémie dorigine tumorale: cancer avec métastases osseuses ostéolytiques, myélome, lymphone 3) Causes rares… 1) + 2) = 90% des causes dhypercalcémies

61 Hyperparathyroidie primaire Diagnostic: signes dhypercalcémie Biologie : Hypercalcémie, hypophosphorémie, Hyperphosphaturie et hypercalciurie PTH augmentée Imagerie:Imagerie: but = localiser ladénome Echographie cervicale Scintigraphie MIBI TDM cervicale Si imagerie négative : cervicotomie exploratrice

62 Traitement des hyperparathyroidies primaires: = CHIRURGICAL le plus souvent avec : - Exérèse de la glande parathyroïde contenant ladénome ou - Ablation de 3 parathyroïdes /4 possible car les adénomes multiples existent ou en cas dhyperplasie

63 Pathologies du calcium 2: Hypocalcémie

64 Signes Cliniques dHypocalcémie Signes neuro-musculaires : crise de tétanie, main daccoucheur Convulsions, syndrome dépressif ou confusionnel Cataracte corticale et crampes : en cas dhypocalcémie chronique Troubles cardiaques : du rythme (allongement de QT)

65 Causes de lhypocalcémie: Insuffisance rénale et carence en vitamine D (par carence alimentaire ou défaut dabsorption) 90% des causes Plus rares liées à une insuffisance en PTH : - En post-opératoire dune thyroïdectomie = les parathyroïdes ne sont pas retrouvées (complication classique mais rare si chirurgien entraîné). - Hypoparathyroidie auto-immune ou idiopathique plus rarement

66 Traitement Supplémentation en calcium et vitamine D. But: - maintenir calcium entre 2,15 et 2,3mmol/L - éviter les surdosages - maintenir une phosphorémie correcte

67 THE END THE END


Télécharger ppt "GLANDES THYROIDE ET PARATHYROIDES GLANDES THYROIDE ET PARATHYROIDES Dr Marie Muller Service dEndocrinologie CHU de Grenoble."

Présentations similaires


Annonces Google