La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La reconnaissance des acquis et des compétences: bilan du plan daction Geneviève Talbot AQIFGA, 1 er congrès 27 avril 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La reconnaissance des acquis et des compétences: bilan du plan daction Geneviève Talbot AQIFGA, 1 er congrès 27 avril 2007."— Transcription de la présentation:

1 La reconnaissance des acquis et des compétences: bilan du plan daction Geneviève Talbot AQIFGA, 1 er congrès 27 avril 2007

2 Objectif et plan de latelier Objectif Présenter un bilan des principales pratiques qui ont cours dans le domaine de léducation et en emploi pour reconnaître les acquis et les compétences des adultes québécois. Plan Méthodologie et définition du concept; état de la situation selon les ordres denseignement, pour les personnes immigrantes et pour la main-dœuvre; réticences versus avantages; échanges.

3 Méthodologie Point de départ: Centrale des syndicats du Québec (2005). La reconnaissance des acquis et des compétences au Québec: à laube dune relance. Deuxième colloque national sur la RAC, avril Ministère de lÉducation du Québec (2002). Politique gouvernementale déducation des adultes et de la formation continue. Ministère de lÉducation du Québec (2002). Plan daction en matière déducation des adultes et de formation continue.

4 Méthodologie Ministère de lImmigration et des Communautés culturelles (2005). Projets visant à faciliter laccès aux professions et métiers réglementés mis en œuvre par le MICC et ses partenaires. Commission des partenaires du marché du travail (2004). Le cadre général de développement et de reconnaissance des compétences. Conference Board of Canada (2001). Brain gain: The Economic Benefits of Recognizing Learning and Learning Credentials in Canada. OCDE (2004). Qualité et reconnaissance des diplômes de lenseignement supérieur: un défi international.

5 Reconnaissance des acquis et des compétences (RAC): Définition (Comité dexperts sur le financement de la formation continue, 2004) Processus permettant dobtenir la reconnaissance officielle de ses acquis et ses compétences provenant de formations diverses et dexpériences variées. Ce processus se base sur le repérage, lidentification et la validation des acquis et des compétences retenus selon un référentiel donné et en fonction dun projet de diplomation, de qualification professionnelle, dinsertion en emploi ou dun projet personnel.

6 1.État de situation dans le système déducation 1.1 En formation générale adultes Instrumentation existante pour la RAC: 1.Les tests déquivalence de niveau de scolarité (TENS) Plus de 2000 adultes / année; en : 5834 personnes ont obtenu un AENS; ne permettent pas dobtenir des unités optionnelles pour lobtention dun DES. 2.Les tests du Général Educational Development Testing Service (GED-TS) adultes / année / Amérique du Nord; auparavant, nétaient disponibles quaux É-U; implantation progressive au Québec; délivre un CEES (Certificat déquivalence détudes secondaires).

7 1.État de situation dans le système déducation 1.1 En formation générale adultes Instrumentation existante pour la RAC: 2.Les tests du Général Educational Development Testing Service (GED-TS) 5 tests5 tests 1.Écriture (8 unités) 2.Lecture (7 unités) 3.Maths (7 unités) 4.Sciences (7 unités) 5.Sciences humaines (7 unités) Passation 2 jours (Total: 7 heures 35 minutes) (Procédures de sécurité particulières qui assurent un contrôle maximum) Peuvent fournir jusquà 36 unités de matières optionnelles pour lobtention dun DES (mais les matières obligatoires le demeurent).

8 1.État de situation dans le système déducation 1.1 En formation générale adultes Instrumentation existante pour la RAC: 3.Le Prior Learning Examination (PLE) pour lAnglais, langue seconde Plus de 300 adultes / année; utilisé dans 69 centres. 4.Épreuve synthèse pour la reconnaissance des acquis en français, langue seconde (ES) pour les personnes immigrantes ou pour les anglophones.

9 1.État de situation dans le système déducation 1.1 En formation générale adultes Instrumentation existante pour la RAC: 5. Les univers de compétences génériques 388 adultes ont réussi lépreuve / / 33 centres déducation des adultes; 11 univers possibles, tirés des expériences de vie; attribue des unités des matières optionnelles pour lobtention du DES (4 unités / univers); 2 univers / adulte maximum (à partir du 1 er juillet 2007).

10 1.État de situation dans le système déducation 1.1 En formation générale adultes Instrumentation existante pour la RAC: 6. Le bilan des acquis relatifs à la formation générale de base Démarche préparatoire à la RAC ou à autres projets personnels de ladulte; implanté progressivement depuis septembre 2006 dans les 50 commissions scolaires; est sous la responsabilité des Services daccueil, de références, de conseil et daccompagnement (SARCA); moyenne de 5 heures pour létablissement dun bilan des acquis / adulte; allocation budgétaire spécifique fournie par le MELS.

11 1.État de situation dans le système déducation 1.1 En formation générale adultes Instrumentation existante pour la RAC: 7.Nos compétences fortes Existe depuis 1995; formule développée par lInstitut de coopération pour léducation des adultes (ICÉA); sadresse à des personnes peu à laise avec lécrit; surtout utilisée dans des programmes en alphabétisation, en intégration sociale et professionnelle ou comme soutien à la vie associative des organismes. 8.À noter: En , 6500 personnes ont passé un examen dans un CEA sans suivre le cours.

12 1.État de situation dans le système déducation 1.2 En formation professionnelle et technique A. Clientèle en formation professionnelle bénéficiant de la RAC: : 801 personnes dans 34 c.s : 1004 personnes dans 33 c.s : 1301 personnes dans 37 c.s : 1463 personnes dans 37 c.s : 1475 personnes dans 42 c.s B.Clientèle en formation technique bénéficiant de la RAC: : 1407 personnes dans 33 cégeps : 1616 personnes dans 29 cégeps : 1702 personnes dans 38 cégeps : 1664 personnes dans 36 cégeps : 1838 personnes dans 41 cégeps

13 1.État de situation dans le système déducation 1.2 En formation professionnelle et technique Instrumentation existante: 1.Le test de développement général (TDG) 8000 adultes / année (dont 1000 anglophones); ouvre la voie à un DEP ou autres formations professionnelles. 2.Développement dune nouvelle approche actualisée Instruments dévaluation conçus spécifiquement pour la RAC acquis extrascolaires; démonstration des compétences avec des formules souples; réalisable par internet: Site pour la personne candidate: www2.inforoutefpt.org/rac/ Site pour la gestion des dossiers.

14 1.État de situation dans le système déducation 1.2 En formation professionnelle et technique Les étapes pour une démarche de RAC: 1.Laccueil (par internet ou en personne) 2.Préparation du dossier (autoévaluation des compétences) 3.Analyse du dossier 4.Entrevue de validation avec le candidat 5.Évaluation des acquis si nécessaire Formation partielle à acquérir 6.Bilan de la démarche

15 1.État de situation dans le système déducation 1.3 En formation générale au collégial Développement dune instrumentation pour la RAC en formation générale Français, langue denseignement; Anglais, langue seconde; Philosophie; Éducation physique. Référentiel: Les devis ministériels

16 1.État de situation dans le système déducation 1.4 À luniversité Association canadienne déducation des adultes des universités de langue française (ACDEAULF) a publié en novembre 2006 un état de la situation de la RAC dans les universités québécoises.

17 1.État de situation dans le système déducation 1.4 À luniversité Quelques constats: 1.La reconnaissance des acquis existe à luniversité; 20,1 % des personnes inscrites ont été admises selon une base autre que le diplôme. 2. la RAC y est mal connue (absence de normalisation de la consignation des données); 3. les modes de RAC sont très variables (équivalence de cours, équivalence de programmes ); 4. une variété selon les disciplines et les programmes (administration, santé, sciences appliquées et droit ).

18 2.État de la situation pour les personnes immigrantes Prémisse: Toute personne immigrante, et à plus forte raison, si elle désire intégrer le marché du travail, a besoin de faire reconnaître ses acquis, quils soient scolaires, extrascolaires ou expérientiels, afin de pouvoir transférer ses compétences dans la société daccueil.

19 2.État de la situation pour les personnes immigrantes Offre de RAC assumée par plusieurs acteurs: 1.Ministère de lImmigration et des Communautés culturelles (MICC); 2.les ordres et associations professionnelles; 3.les établissements denseignement. Donc, il est facile de sy perdre…

20 2.État de la situation pour les personnes immigrantes Le MICC: Seul responsable de la validation des acquis scolaires pour les personnes immigrantes; décerne un « Avis déquivalence détudes : Évaluation comparative des études effectuées hors Québec »; évaluations comparatives / année on y établit la comparaison avec le repère scolaire québécois. 105 $ pour la personne, nécessite 45 jours ouvrables.

21 2.État de la situation pour les personnes immigrantes Les 45 ordres professionnels : Sont tenus par la loi de vérifier la compétence des personnes qui demandent un permis en vue dexercer une profession. En , le nombre de demandes de reconnaissance dune équivalence était de 2500 pour des diplômes obtenus ou des formations déjà suivies. Parmi les demandes traitées: 54 % : reconnaissance complète 37 % : reconnaissance partielle (formation dappoint requise) 9% : refusées

22 3.État de la situation pour les compétences de la main-doeuvre Le secteur de la formation continue serait considéré comme un champ dintervention appartenant à Emploi-Québec relevant du Ministère de lEmploi et de la Solidarité sociale (MESS); tandis que la formation initiale serait plutôt la compétence du MELS.

23 3.État de la situation pour les compétences de la main-doeuvre En 2002, la Politique gouvernementale déducation des adultes et de la formation continue prévoyait: « La mise en place dun dispositif conduisant à une certification dÉtat des compétences acquises en milieu de travail. »

24 3.État de la situation pour les compétences de la main-doeuvre Juin 2001: Adoption dun Cadre général de développement et de reconnaissance des compétences; par Emploi-Québec et la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT).

25 3.État de la situation pour les compétences de la main-doeuvre Le Cadre général de développement et de reconnaissance des compétences: 1.sappuie sur des normes professionnelles élaborées par: 2.les comités sectoriels de la main-dœuvre; 3.structurées par le programme dapprentissage en milieu de travail (PAMT); 4.reconnues et certifiées par Emploi-Québec: Le Certificat de qualification professionnelle (CQP); lattestation de compétences 5.consignées dans un registre dÉtat: Le Registre des compétences

26 3.État de la situation pour les compétences de la main-doeuvre La norme professionnelle (33): repose sur un référentiel des compétences à maîtriser pour lexercice dun métier; le référentiel précise les critères de performance rattachées à la réalisation de tâches en contexte de travail; est élaborée par les comités sectoriels de la main- dœuvre.

27 3.État de la situation pour les compétences de la main-doeuvre Les comités sectoriels de main- doeuvre: groupes de travail qui ont pour mandat danalyser le fonctionnement dun secteur dactivité économique; en 2007: 30 comités sectoriels ; exemples: Aérospatiale, bois de sciage, caoutchouc, plasturgie, production agricole, transport routier, etc. sont soutenus et validés par Emploi-Québec.

28 3.État de la situation pour les compétences de la main-doeuvre Le programme dapprentissage en milieu de travail (PAMT): permet lacquisition de compétences et la validation de celles-ci en contexte de travail (apprenti / compagnon); élaboré en fonction des normes professionnelles ; mène à lobtention dun certificat de qualification professionnelle (CQP); 2852 employés ont participé au PAMT en

29 Le carnet dapprentissage

30 Lauto-évaluation assistée

31 3.État de la situation pour les compétences de la main-doeuvre Les documents officiels de sanction: 1.Certificat de qualification professionnelle (CQP): émis par Emploi-Québec; pour un travailleur qui a démontré quil maîtrise toutes les compétences dune norme professionnelle; consigné dans un registre dÉtat. 2.Lattestation de compétences: décernée au travailleur qui maîtrise une ou plusieurs compétences dune norme professionnelle; les compétences sanctionnées sont consignées dans le registre dÉtat.

32 3.État de la situation pour les compétences de la main-doeuvre Le registre des compétences ou registre dÉtat: Partie publique: on y retrouve toutes les normes professionnelles développées par les comités sectoriels de main-dœuvre. Partie confidentielle: on y retrouve tous les documents officiels de sanction tels que les certificats de qualification professionnelle (CQP) et les attestations de compétences obtenus par les travailleurs.

33 4. Les réticences versus les avantages pour les adultes Les réticences: Qualité de la formation et valeur des diplômes remises en question. « Les enseignants craignent que lon en vienne à transformer tous les acquis dexpérience en « crédits scolaires » et, quen ce sens, la reconnaissance des acquis et des compétences ouvre la porte à laccréditation de la vie. » 2 2 (Centrale des syndicats du Québec, 2005, Québec, p. 25)

34 4. Les réticences versus les avantages pour les adultes Les avantages: 1.Favoriser lexpression de la demande de formation: En 2000, le Conseil supérieur de lÉducation du Québec rappelait que la plupart des personnes ayant bénéficié dun service de reconnaissance des acquis extrascolaires nauraient jamais entrepris une démarche de formation neut été de ce service qui a permis dalléger leur parcours et aussi de les valoriser.

35 4. Les réticences versus les avantages pour les adultes Les avantages (suite): 2. Faire prendre conscience à ladulte de sa capacité à se former « On ninsistera jamais assez sur le fait que la reconnaissance des acquis et des compétences est un puissant moyen de faire le point sur ses savoirs, mais aussi de les valoriser et de saisir lintérêt daller plus loin. » 3 Valorisation de léducation tout au long de la vie. 3 (Conseil supérieur de lÉducation du Québec, Québec, 2006, p. 38 )

36 5. Pour susciter les échanges… Les démarches et instruments utilisés aux fins de reconnaissance des acquis et des compétences soulèvent des enjeux. Dune part, il y a la nécessité de rendre justice à ladulte qui a effectivement acquis, de façon autonome, des connaissances et des habiletés en dehors du cadre scolaire. Dautre part, il y a la nécessité de fournir au système de sanction des études des garanties suffisantes en ce qui concerne la valeur de ces acquis. Compte tenu de cette dernière condition, le Ministère de lÉducation, du Loisir et du Sport du Québec insiste sur limportance de la rigueur de la démonstration faite par ladulte candidat à la RAC.

37 5. Pour susciter les échanges… Croyez-vous que les sanctions obtenues à la suite dune démarche de reconnaissance des acquis et des compétences en formation générale des adultes attestent réellement des compétences de ladulte et, quen ce sens, leur valeur est équivalente aux évaluations traditionnelles ?

38 Période déchanges Pour toute question: Merci !!!


Télécharger ppt "La reconnaissance des acquis et des compétences: bilan du plan daction Geneviève Talbot AQIFGA, 1 er congrès 27 avril 2007."

Présentations similaires


Annonces Google