La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vécus et Prévention de la Violence Le cas de « Parlons Tabou » Vijé FRANCHI Psychologue clinicienne Maître de conférences, HDR, Université Paris V, LPCP.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vécus et Prévention de la Violence Le cas de « Parlons Tabou » Vijé FRANCHI Psychologue clinicienne Maître de conférences, HDR, Université Paris V, LPCP."— Transcription de la présentation:

1 Vécus et Prévention de la Violence Le cas de « Parlons Tabou » Vijé FRANCHI Psychologue clinicienne Maître de conférences, HDR, Université Paris V, LPCP Membre de lURMIS Co-fondatrice de lAFRAPE

2 QUE DIT-ON SUR LA VIOLENCE A LECOLE? Multiplication et intensification de discours V é hiculent information bien cibl é e : –Espaces g é ographiques –Publics d é sign é s Ethnicisation comme système dexplication

3 DU DISCOURS SUR LA VIOLENCE SCOLAIRE AU VECU DE LA VIOLENCE De la th è se de la diff é rence culturelle à celle du danger (menace) D é placement et renforcement du stigmate Blâmer les discrimin é s Id é ologie raciste: é tay é e par repr é sentations ethnocentristes, post-colonialistes, paternalistes (sup é rieur versus inf é rieur) Fonction : nier, puis banaliser, puis normaliser l ancrage structurel des pratiques de s é gr é gation et d ethnicisation Impact : int é riorisation et v é cu de violence

4 ETHNICISATION DES SUBJECTIVITES Les processus d'ethnicisation, de stigmatisation et de discrimination -> enferment la personne dans une identité dévalorisante et inférieure, propre au statut social qui lui est réservé dans l'ordre asymétrique de notre société. Dans leur effet le plus pervers - > ils mènent à lintériorisation de leur mécanismes de persécution

5 LIMPACT SUR LENFANT Enfermement dans la différence / le stigmate / des perspectives déchec, de souffrance, dimpuissance Activation des angoisses archaïques de persécution Dévalorisation -> Atteinte à lestime de soi ; Atteinte à la capacité à se projeter dans le futur -> Absence despoir Atteinte à la confiance en lautre (dystonie du moi et repli sur un groupe minorisé) Sentiment dhabiter un monde malveillant, menaçant, ou règne le danger, la méfiance et la peur.

6 ATTEINTES AU SENS, A LA VALEUR, A LANCRAGE ET A LINTEGRITE DU SOI Cette violence identitaire parvient à figer la dynamique identitaire dans une définition qui ne reflète pas le sens profond que l'individu lui attribue et ne reconnaît pas son droit le plus fondamental à se définir dans ses propres termes ?

7 ETHNICISATION DES SUBJECTIVITES : ATTRIBUTIONS DYSTONIQUES AVEC LE MOI Se renforce en même temps le sentiment de méfiance à l'égard de l'Autre (défini en termes d « ethnicité »), ce qui encourage le repli sur son propre groupe comme seule communauté d'identification valable ?

8 LIMPACT SUR LES PROFESSIONNELS TRAVAILLANT AUPRES DUN PUBLIC DISCRIMINE Culpabilité et Sentiment dEchec Assimilation, ethnicisation, déni et injonctions paradoxales –discours sur légalité des chances et expérience dune discrimination explicite et implicite Impact sur lidentité professionnelle: –Atteinte au sens et à la valeur identitaires; –épuisement professionnel; –anticipation déchec.

9 COMMENT SE PRÉSENTE LÉPUISEMENT DU PROFESSIONNEL ? Sentiment de ne pas être préparé à faire face aux exigences et aux besoins des jeunes; Sentiment dune diminution defficacité et de contrôle professionnels (impasse) dans son travail auprès de jeunes stigmatisés; Incapacité à mobiliser des initiatives collectives autour de ces publics; Sentiment disolement et dabandon par linstitution et par ses collègues.

10 RESONANCE AVEC LA DOULEUR PSYCHIQUE LIEE AUX ATTEINTES A LA DYNAMIQUE IDENTITAIRE Au sentiment dexister dans sa propre peau Au sentiment davoir une peau qui tient ensemble les différentes parties du soi A la capacité de se vivre « en construction », ouvert sur le futur Au dynamisme et à la promesse inhérents à ladolescence A la croyance en la capacité de lautre à résister à sa propre agressivité A lespoir et à la curiosité de grandir

11 IMPACT SUR LA RELATION Renforcement mutuel du sentiment de désespoir et de culpabilité diminue la motivation, repli sur soi Projection - (Ethnicisation en tant que défense identitaire ) -> Méfiance et suspicion Sentiment dincompréhension Enfermement dans un vécu de solitude pour les professionnels et dabandon pour les enfants Atteinte aux fonctions éducatives daccueil, de rêverie, de transformation

12 UNE APPROCHE IDENTITAIRE La dynamique identitaire des jeunes aux prises avec les enjeux de la discrimination et de l interculturation Strat é gies é ducatives des parents en situation de migration Strat é gies é ducatives des enseignants d é l è ves issus d une immigration stigmatis é e Enjeux psychiques, relationnels et sociaux de leur interaction

13 L IDENTITE - DEFINITION Un amalgame de caract é ristiques personnelles... (Rosenberg, 1990) Les fictions de soi (Gillman, 1996) La fa ç on particuli è re d être au monde (Andronikof, 1990) Ce qui revient et demeure le même. (Camilleri, 1994) Un lieu d o ù parler et agir sur le monde (Harr é, 1998)

14 LA DYNAMIQUE IDENTITAIRE - STRUCTURE 3 niveaux d organisation et de fonctionnement diff é rents : L identit é d é clarative - agir sur la d é finition La repr é sentation du soi Le monde r é f é rentiel interne (MRI)

15 CE QUI PRODUIT LA DYNAMIQUE … Identit é de Fait (Constat é e) = ce que chacun pense être r é ellement ; Identit é Revendiqu é e (de Valeur) = ce que chacun voudrait être, en r é f é rence au moi- id é al ; Identit é Assign é e (Prescrite) = ce que chacun se sent tenu d être, en lien avec les attributions d autrui.

16 EXIGENCES IDENTITAIRES (1) Elaborer et restaurer une unit é de sens à laquelle s identifier, et qui procure un sentiment de coh é rence, continuit é et stabilit é identitaire ; (2) S attribuer un minimum de valeur attach é e à l image qu on a de son moi.

17 EXIGENCES ID … (3) Relier ses é motions aux exp é riences de sa vie … (Int é gration des parties de soi); (4) Relier le sentiment d appartenance à diff é rents groupes, et la prise en compte de leurs int é rêts et v é cus partag é s … (Ancrage de l identit é dans un sentiment d appartenir)

18 REDEFINITION DE LA VIOLENCE Qu entendons-nous par violence ? - Exercice Stigmatisation, ethnicisation, les discours sur la violence des é l è ves, les discours sur la discrimination Le v é cu des é l è ves, des professionnels de l é ducation et des parents. Une d é finition en termes d atteintes aux priorit é s de l identit é (perso/prof)

19 « PARLONS TABOU » OBJECTIFS A PARTIR DES CONSTATS DU TERRAIN Accro î tre comp é tences pr é ventives des adultes r é f é rents Collaborer avec eux à la cr é ation d un contexte de pr é vention S appuyer sur le groupe classe comme espace de m é diation Faciliter une mise en paroles..., et mobiliser les facteurs protecteurs...

20 LE PROTOCOLE « PARLONS TABOU » COMPREND: Etude Collective de Terrain –Besoins / Probl è mes –Ressources / Solutions Mise en Place du Protocole Evaluation Participative et Restitution Mise en place du Protocole Dans la Classe Par le Prof. Principal et un CPE, ou un autre enseignant, infirmi è re, AS, ou membre de l é quipe Sur les Heures de Vie de Classe (10 heures + max 2) Janvier à Mai Analyse et é laboration - Hebdomadaire ou toutes les 3 semaines

21 Le Protocole La Repr é sentation de Soi (2 heures) La Repr é sentation du Groupe Classe (2 heures) Les Repr é sentations de la Conduite à Risque (4 heures) Le Projet Identitaire Futur - Aspirations et Menaces (2 heures)

22 RELATION TRANSFERO-CONTRE- TRANSFERENTIELLE Acting In (Projections, comportements du professionnel): De ce qui est indigeste de ce que l autre vit et projette en soi; De ce que l enfant (en difficult é, en r é volte, en souffrance, ou tout simplement en é volution identitaire) suscite chez le professionnel (envie, rivalit é, sadisme … )

23 RELATION TRANSFERO-CONTRE- TRANSFERENTIELLE Acting Out (Projections et comportements des é l è ves) : Violence de la proximit é et du d é sir d avoir une place que cela suscite; Avidit é, envie, rivalit é, comp é tition pour une place dans l esprit du prof; Angoisses archa ï ques (oedipe pr é coce) pulsions d agressivit é et sadisme sont à leur apog é e. Comment renforcer le d é veloppement du moi, att é nuer le sadisme du surmoi et int é grer les pulsions du ç a.

24 LESPACE INTERSUBJECTIF ET LEXPERIENCE EMOTIONNELLE DE LA RELATION DAPPRENTISSAGE : Un contexte de possibilités ou de freins à l élaboration didentités porteuses de sens, de valeur, dancrage, dintégrité et de perspectives La fonction Alpha de Rêverie (Bion) Léveil émotionnel de la pensée (Bion, Alvarez) Lappréhension et lexpérience de la beauté (vérité) et le conflit esthétique

25 DU SENTIMENT DÉTRANGETÉ À CELUI DE LIEN, DE RÉCIPROCITÉ, DE COMPRÉHENSION Accueillir les communications inconscientes de lenfant -> procure à lenfant lexpérience davoir une place dans les pensées de ladulte Tolérer limpact et la violence des projections de lenfant- de ses communications inconscientes (de ce qui est impensable, indigeste, intolérable pour lui) -> atténue langoisse que lenfant a de détruire son objet Résister à lenvie dévacuer ces projections par lomnipotence (vouloir trouver à tout prix une réponse ou une solution) -> protège lenfant de lexpérience dune « terreur sans nom », expérience faite lorsquon reçoit ses propres projections en retour, non - accueillies et non - transformées par la pensée de ladulte Digérer, penser ce que lenfant projette ou dépose à lintérieur de nous -> permet à lenfant de re-introjecter une expérience davoir ses vécus accueillis (donc de sentir quil a une place dans les pensées de ladulte), tolérés (donc de se sentir tolérable), pensés (donc pensables), digérés (donc digestes), transformés (puisque detoxifiés dangoisses et contenus par la pensée)

26 LÉVEIL EMOTIONNEL DE LA PENSÉE Lexpérience répétée dadultes compréhensifs, disponibles émotionnellement et désireux daider à transformer les angoisses de lenfant par ses pensées / son activité de penser, permet : -> linstallation en soi dune expérience de « contenant -contenu », laquelle fonctionne comme modèle dun appareil pour penser les pensées -> lintrojection dune expérience dun « bon » objet capable de tolérer et de contenir la violence de ce quon ressent comme incompréhensible et de la transformer -> la création dun environnement interne contenant et aidant

27 APPRECIATION ET RECHERCHE DE LA BEAUTE CHEZ LENFANT Lexpérience de la beauté et de la réciprocité esthétique Le sentiment dêtre « un » avec la mère, dêtre prise et tenue dans sa compréhension, de communion avec ce qui est beau et vrai, -> fait naître le désir de comprendre, de vérité, de beauté, Lexpérience de la reconnaissance mutuel ->Fait prendre conscience de sa capacité à faire du mal et de sa capacité à réparer; ->Permet dassumer ses responsabilités ->Encourage la sollicitude pour lobjet Naît un sentiment profond de gratitude

28 UN COUPLE CAPABLE DE PENSER LENFANT : Expérience et introjection dun couple capable dune pensée créative et centrée sur lenfant -> permet à lenfant de tolérer de se sentir séparé et exclu de ce que ces adultes partagent entre eux; -> encourage lexploration du monde au delà de la mère et du giron parental = ouverture sur le social Expérience dun parent soutenu dans sa fonction parental par un autre adulte –Permet à lenfant dutiliser ce que lun et lautre lui offre de maternel (accueil, contenance affective, rêverie) et paternel (pensée, détoxification et transformation, limites); –Permet à lenfant dexprimer son agressivité sans crainte de lendommager de manière irréparable ; tout en sachant que le parent est soutenu par un autre parent –Protège lenfant des phantasmes que suscite lillusion de constituer un couple avec un des parents –Fournit des limites au sentiment de toute puissance Naît lespoir de former un jour un couple créatif et générateur de vie.


Télécharger ppt "Vécus et Prévention de la Violence Le cas de « Parlons Tabou » Vijé FRANCHI Psychologue clinicienne Maître de conférences, HDR, Université Paris V, LPCP."

Présentations similaires


Annonces Google