La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Macroéconomie Pour Financiers Christophe Hurlin Université dOrléans Laboratoire dEconomie dOrléans LEO, UMRS CNRS 6221.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Macroéconomie Pour Financiers Christophe Hurlin Université dOrléans Laboratoire dEconomie dOrléans LEO, UMRS CNRS 6221."— Transcription de la présentation:

1 Macroéconomie Pour Financiers Christophe Hurlin Université dOrléans Laboratoire dEconomie dOrléans LEO, UMRS CNRS 6221

2 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Préambule Quels sont les objectifs dun cours de macroéconomie pour financiers ? Définition des principaux indicateurs macro- économiques (PIB, inflation, chômage etc.) et des mécanismes théoriques de leur détermination Définition des principaux indicateurs macro- économiques (PIB, inflation, chômage etc.) et des mécanismes théoriques de leur détermination Analyse des politiques économiques Analyse des politiques économiques Avoir les mêmes schémas danticipations que les acteurs de marché… donc les mêmes modèles en tête Avoir les mêmes schémas danticipations que les acteurs de marché… donc les mêmes modèles en tête

3 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Préambule Donc pas de Faits Stylisés dans ce cours….

4 La Dynamique Inflation – Chômage Analyse Dynamique de Court Terme De la synthèse néoclassique aux anticipations rationnelles

5 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Plan de la Présentation Section 1. Le Modèle Offre Globale / Demande Globale : une Analyse en Statique Comparative Section 2. La Courbe de Phillips : Léquation Manquante de lEconomie Keynésienne Section 3. La dynamique du chômage et de linflation : la boucle prix / salaire et le NAIRU

6 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 4. La vision monétariste de la courbe de Phillips : Friedman (1968) et Phelps (1970) Section 5. La vision néoclassique de la courbe de Phillips : lapport des anticipations rationnelles

7 Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale (AD – AS)

8 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Le modèle Offre Globale – Demande Globale (ou quasi-offre / quasi demande) correspond à une extension du modèle IS-LM à prix flexibles Le modèle Offre Globale – Demande Globale (ou quasi-offre / quasi demande) correspond à une extension du modèle IS-LM à prix flexibles Contrairement à IS-LM, le modèle OG-DG rend compte des mécanismes doffre de bien Contrairement à IS-LM, le modèle OG-DG rend compte des mécanismes doffre de bien La confrontation de loffre et de la demande de biens permet danalyser lévolution attendue du prix des biens suite à différentes politiques économiques La confrontation de loffre et de la demande de biens permet danalyser lévolution attendue du prix des biens suite à différentes politiques économiques

9 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Hypothèse 1 : On abandonne le raisonnement à prix fixes dIS-LM, le niveau général des prix est supposé parfaitement flexible Ce modèle permet une analyse de la variation attendue du niveau général des prix : prémisse dune analyse de linflation Ce modèle permet une analyse de la variation attendue du niveau général des prix : prémisse dune analyse de linflation Ce modèle permet ainsi dévaluer limpact des politiques budgétaires et monétaires sur le niveau général des prix Ce modèle permet ainsi dévaluer limpact des politiques budgétaires et monétaires sur le niveau général des prix Premier pas vers une synthèse néo-classique...Premier pas vers une synthèse néo-classique...

10 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Remarque : le modèle OG-DG (comme le modèle IS- LM) ne permet pas une véritable analyse de la dynamique de léconomie Analyse en statique comparative Analyse en statique comparative pas de prise en compte explicite du temps : absence de dynamique de transition pas de prise en compte explicite du temps : absence de dynamique de transition pas de véritable analyse de linflation pas de véritable analyse de linflation

11 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Comment introduire une offre globale de biens dans le modèle IS-LM ? -1 -Expliciter le fonctionnement du marché du travail -2 – Introduire une fonction de production de biens qui dépend du niveau demploi

12 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Hypothèse 2 : On considère une économie fermée composée de quatre marchés : - Marché des biens et services - Marché de la monnaie - Marché des titres - Marché du travail

13 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Corollaire de la loi de Walras : Dans une économie à N marchés à prix flexibles, si N-1 marchés sont en équilibre, le Nème lest aussi. Conséquence : on nexplicite pas léquilibre sur le marché des titres

14 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Plan de la section On va étudier léquilibre partiel sur le marché de la monnaie et sur le marché des biens 1.2. Fonction de Demande Globale de biens 1.2. Fonction de Demande Globale de biens Yd=Yd(P), Yd<0 On va ensuite étudier léquilibre partiel sur le marché du travail et la technologie de léconomie 1.3. Fonction dOffre Globale de biens 1.3. Fonction dOffre Globale de biens Ys=Ys(P), Ys0

15 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Plan de la section A partir de lOG et de la DG, on détermine léquilibre générale sur les trois marchés 1.4. LEquilibre Général 1.4. LEquilibre GénéralYs(P)=Yd(P) On étudie enfin limpact de différentes politiques économiques (politique budgétaire, politique monétaire, hausse du SMIC etc..) sur léquilibre 1.5. et suivantes Politiques Economiques 1.5. et suivantes Politiques Economiques

16 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Plan de la Section Introduction 1.2. Fonction de Demande Globale de biens 1.3. Fonction dOffre Globale de biens 1.4. Analyse des Politiques Monétaires 1.5. et suivantes Analyse des Politiques Economiques

17 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1. Introduction Plan de la Section 1 (suite) 1.5. Politique Monétaire 1.6. Politique Budgétaire et Fiscale 1.7. Impact dune hausse du SMIC 1.8. Le rôle des anticipations

18 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1.2. La Demande Globale de biens ou Demande Globale (DG) Aggregate Demand (AD) Quasi-Demande (QD)

19 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Définition : La courbe de Demande Globale (DG) représente lensemble des couples revenu (Y) – niveau général des prix (P) qui assurent conjointement léquilibre sur le marché des biens et services et sur le marché de la monnaie

20 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Remarque 1 : la courbe de demande globale nest rien dautre que le résultat dun modèle IS-LM établi pour un niveau général des prix P donné. Remarque 1 : la courbe de demande globale nest rien dautre que le résultat dun modèle IS-LM établi pour un niveau général des prix P donné. r : taux dintérêt, Y revenu, M : masse monétaire, G : dépenses publiques, T taxes, P niveau général des prix Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale IS-LM Equilibre Marché des biens Marché de la monnaie Pour un niveau de Prix P donné Y = f1 ( M, G, T, P) r = f2 ( M, G, T, P) Quasi Demande

21 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Construction de la courbe de Quasi-Demande Equilibre sur le marché des Biens et Services Hypothèse a : La consommation est une fonction croissante du revenu disponible. où T désigne le montant de taxes : - T taxes forfaitaires - T=t Y taxes proportionnelles

22 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Hypothèse b : Linvestissement est une fonction décroissante du taux dintérêt réel r Remarque : effet accelérateur si Iy>0 Remarque : effet accelérateur si Iy>0 Hypothèse c : Le montant de dépenses publiques, noté G, est supposé exogène

23 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Léquilibre sur le marché des biens est déterminé par la relation IS : Rappel : La courbe IS représente lensemble des couples revenu – taux dintérêt qui assurent léquilibre sur le marché des biens

24 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Construction de la courbe de Quasi-Demande (suite) Equilibre sur le marché de la monnaie Hypothèse a : La fonction de demande dencaisses réelles est une fonction croissante du revenu disponible et décroissante du taux dintérêt réel.

25 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Hypothèse b : Loffre de monnaie, notée Ms, est supposée exogène. Léquilibre sur le marché de la monnaie est déterminé par la relation LM : Rappel : La courbe LM représente lensemble des couples revenu – taux dintérêt qui assurent léquilibre sur le marché de la monnaie

26 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Pour un niveau général des prix P donné, léquilibre sur les marchés des biens et de la monnaie est déterminé par le système suivant : Ce système permet de déterminer le revenu et le taux dintérêt qui satisfont à la fois les conditions déquilibre sur le marché des biens et sur le marché de la monnaie pour un niveau général des prix donné => Y*(M,G,T,P) et r*(M,G,T,P)

27 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Sous certaines hypothèses portant sur les fonctions I(), C() et L(), ce système définit une fonction de demande globale reliant la demande au niveau général des prix

28 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P1 P2 y2y1 r2 r1 r P Y Y LM1 avec P1 LM2 avec P2>P1 IS Yd(P)

29 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Illustration Analytique : en differentiant les deux équations du système (cas des taxes proportionnelles), on a : Pour dM=dg=0 :

30 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Comment se déplace la courbe de quasi demande avec les grandeurs exogènes T, G et M ? - Une hausse de loffre de monnaie conduit à une augmentation de la demande globale à P donné - Une hausse des dépenses publiques financée par déficit conduit à une augmentation de la demande globale à P donné - Une réduction de la fiscalité financée par déficit conduit à une augmentation de la demande globale à P donné

31 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P1 y2y1 r2 r1 r P Y Y LM1 avec M=M1 LM2 avec M2>M1 IS Yd(P) avec M1 Politique Monétaire Yd(P) avec M2

32 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 2. La Demande Globale Illustration Analytique : en differentiant les deux équations du système (cas des taxes proportionnelles), on a : Pour dM>0, dg=0 si lon raisonne à P constant (dP=0) :

33 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1.3. LOffre Globale de biens

34 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Définition : La courbe dOffre Globale (OG) se construit à partir (i) de léquilibre sur le marché du travail, qui permet détablir un lien entre salaire réel et niveau demploi, et (ii) de la fonction de production macro-economique qui établit un lien entre le niveau demploi et loffre de biens

35 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Idée générale : il existe des imperfections sur le marché du travail qui empêchent la production datteindre son niveau naturel classique ou niveau naturel (ou le chômage datteindre son niveau naturel). Idée générale : il existe des imperfections sur le marché du travail qui empêchent la production datteindre son niveau naturel classique ou niveau naturel (ou le chômage datteindre son niveau naturel). Conséquence : loffre globale de biens est croissante en fonction du niveau général des prix Conséquence : loffre globale de biens est croissante en fonction du niveau général des prix Ys=Ys(P), Ys>0

36 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Remarque 1 : on peut dans ce modèle établir une distinction artificielle entre le court terme et le long terme. Cette disctinction est précisèment fondée sur le fait que lon a une fonction de doffre croissante (court terme – moyen terme) ou verticale (long terme) Dans ce cas, loffre atteint son niveau naturel associé au plein emploi des ressources disponibles et est indépendante du niveau général des prix. Ys=Y* à long terme

37 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Remarque 2 : Il existe trois principales imperfections qui correspondent à trois principales versions du modèle doffre globale : Existence dune rigidité nominale sur les prix : les prix des biens sont fixes ou rigides à la baisse Existence dune rigidité nominale sur les prix : les prix des biens sont fixes ou rigides à la baisse Existence dune rigidité nominale sur les salaires : les salaires nominaux sont rigides à la baisse Existence dune rigidité nominale sur les salaires : les salaires nominaux sont rigides à la baisse Existence dune asymétrie dinformation sur les prix des biens : linformation nest pas parfaite Existence dune asymétrie dinformation sur les prix des biens : linformation nest pas parfaite

38 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Les trois versions ne sont pas exclusives les unes de autres. Les trois versions ne sont pas exclusives les unes de autres. Limplication des trois imperfections est la même : Limplication des trois imperfections est la même : Loffre globale de biens est une fonction croissante du niveau général des prix Ys=Ys(P), Ys>0 Loffre globale de biens est une fonction croissante du niveau général des prix Ys=Ys(P), Ys>0

39 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Nous allons étudier successivement deux types dimperfections : Cas 1 : Rigidité Nominale sur les salaires Cas 1 : Rigidité Nominale sur les salaires Cas 2 : Information imparfaite Cas 2 : Information imparfaite Reférence : Mankiw, Macroéonomie, DeBoeck, 2003

40 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Construction de la courbe de Quasi-Offre Cas 1. Le cas des Rigidités Nominales

41 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Hypothèse : On suppose que les salaires nominaux W ne peuvent pas baisser en dessous dun certain seuil Ws. Remarque : notion de rigidité nominale à la baisse (SMIC) Pour simplifier on suppose W=Ws

42 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Déterminons léquilibre sur le marché du travail : Offre de Travail : on suppose que la fonction doffre de travail des salariés est une fonction croissante du salaire réel W/P Offre de Travail : on suppose que la fonction doffre de travail des salariés est une fonction croissante du salaire réel W/P Exemple Exemple

43 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Demande de travail : la demande de travail des firmes résulte de leur comportement de maximisation du profit sous leur contrainte technologique Demande de travail : la demande de travail des firmes résulte de leur comportement de maximisation du profit sous leur contrainte technologique Fonction de production Exemple Programme de la firme (CPP)

44 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale En CPP, à léquilibre : Par inversion de f(), on obtient la fonction de demande de travail des firmes en fonction de W/P. Exemple : Doù lon déduit la fonction de demande de travail

45 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Equilibre sur le marché du travail : Equilibre sur le marché du travail : On en déduit le salaire réel déquilibre de plein emploi, noté W/Pe, et le niveau demploi de plein emploi, noté Ne Exemple

46 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Discussion : En fonction du niveau général des prix P (flexible) et du salaire nominal minimum Ws (fixe), deux situations peuvent apparaître : Discussion : En fonction du niveau général des prix P (flexible) et du salaire nominal minimum Ws (fixe), deux situations peuvent apparaître : 1er cas : le salaire réel Ws/P est égal au salaire réel de plein emploi : on est en situation de plein emploi et loffre de bien correspond au niveau doffre naturel Ys=Ye. 2ème cas : le salaire réel Ws/P est supérieur au salaire réel de plein emploi : il existe du chômage involontaire (déquilibre sur le marché du travail) et loffre de bien est croissante : Ys=Ys(P)

47 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Supposons que les prix P sont tels que : Cela implique un déséquilibre sur le marché du travail puisque loffre de travail excède la demande (situation de chômage involontaire) Quelle est alors le niveau demploi effectif pour un salaire réel WS/P ?

48 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Règle du coté court : pour un niveau de prix donné, les quantités échangées sur un marché sont déterminées par le minimum de loffre et de la demande : Implication : dans un modèle avec rigidité nominale sur les salaires, le niveau demploi effectif est déterminé par la demande de travail des firmes Exemple :

49 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. N Ns W/P (W/P)e (Ws/P1) Ne Marché du Travail Nd N=Nd(W/P1)Ns(W/P1) Chômage

50 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Construction de la quasi-offre : on doit donc distinguer deux cas : Si (Ws/P)=(W/P)e alors on est au plein emploi Si (Ws/P)>(W/P)e alors loffre de bien est une fonction croissante du niveau générale des prix

51 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Exemple : On pose Ws=1 Si (Ws/P)=(W/P)e=2 alors on est au plein emploi Si (Ws/P)>(W/P)e alors loffre de bien est une fonction croissante du niveau générale des prix

52 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Ws/(W/P)e Y Ns P Ys=Ys(P) Ys>0 Courbe de Quasi-Offre Croissante Ye plein emploi Quasi- Offre Chômage involontaire

53 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Comment se déplace la quasi-offre si le SMIC augmente ? lorsque le SMIC augmente, la courbe de quasi-offre se déplace vers la gauche lorsque le SMIC augmente, la courbe de quasi-offre se déplace vers la gauche Interprétation : si Ws augmente à P fixe - la demande de travail N d =f -1 (W S /P) baisse - loffre de travail Ns augmente - règle du coté court : lemploi déterminé par la demande baisse - loffre de bien Ys=f(N) déterminé par le niveau effectif demploi baisse - à prix constant, loffre de bien décroît : OG se déplace vers la gauche

54 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Ws2/(W/P)e Ws1/(W/P)e Y Ns P Ye plein emploi Quasi- Offre Chômage

55 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Construction de la courbe de Quasi-Offre Cas 2. Information Imparfaite

56 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Hypothèse : On suppose que les salariés ne connaissent pas le niveau général des prix et lanticipent. Les entreprises connaissent le niveau général des prix. Hypothèse dAsymétrie dInformation Hypothèse dAsymétrie dInformation Notation : Soit Pa le niveau général des prix anticipé par les salariés

57 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Déterminons léquilibre sur le marché du travail. Demande de travail : idem section précédente Demande de travail : idem section précédente Loffre de travail est une croissante du salaire réel anticipé Loffre de travail est une croissante du salaire réel anticipé

58 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Equilibre sur le marché du travail : on obtient Equilibre sur le marché du travail : on obtient Le niveau demploi déquilibre est croissant avec le niveau général des prix P et décroissant avec le niveau des prix anticipés Pa

59 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Loffre de bien est une fonction croissante du différentiel P/Pa Loffre de bien est une fonction croissante du différentiel P/Pa Mankiw, Macroeconomie, De Boeck (2003) écrit lOG sous la forme : où Yt désigne le niveau naturel de production

60 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Interpretation Economique Cest lasymétrie dinformation qui permet dobtenir une relation croissante entre loffre de biens et le niveau général des prix. Si le rapport prix / prix anticipé augmente, cela implique une augmentation de lerreur danticipation de prix des salariés qui coinduit à une baisse du salaire réel effectif et à une hausse du niveau demploi, et donc de la production

61 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Interpretation Economique Supposons que lon passe dune situation P1/Pa1 à une situation P2/Pa2 avec Le salaire nominal initial est égal à W 1 Firmes : pour maintenir la demande de travail constante, les firmes sont prêtes à augmenter les salaires nominaux W jusquà un seuil W 2 tel que :

62 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Salariés : sur la base de leurs anticipations, pour maintenir leur offre de travail, les salariés exigent au minimum un salaire nominal W 3 tel que Ce salaire nominal W 3 est inférieur à ce que sont prêtes à verser les firmes pour maintenir lemploi constant

63 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Equilibre : la négociation salariale conduit à un salaire nominal W 3 tel que pour un niveau général des prix effectif P 2, le salaire réel effectif W 3 /P 2 soit plus faible que le salaire réel initial W 1 /P 1

64 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Equilibre (suite) : pour un salaire nominal W 3 et un niveau de prix P 2 loffre de travail est constante tandis que la demande de travail augmente. Si lon est pas au plein emploi (règle du coté court), le niveau demploi effectif augmente lorsque lon augmente le rapport P/Pa. Loffre de biens, fonction croissante du niveau demploi effectif, augmente lorsque lon augmente le rapport P/Pa.

65 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Illustration Analytique A léquilibre

66 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Exemple (fin) : On obtient une fonction doffre de biens croissante en P/Pa

67 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Courbe dOffre de court terme et de long terme A long terme, on suppose que lasymétrie dinformation disparaît : les salariés anticipent parfaitement le niveau générale des prix. P=Pa La fonction doffre devient verticale et est paramétrée par le niveau doffre naturel ou niveau de plein emploi (suivant les hypothèses)

68 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Illustration Analytique A léquilibre

69 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P Y Ys(P) pour Pa donné Pa Ys=Ys(P) Ys>0 Courbe de Quasi-Offre de court terme Croissante Ye = niveau naturel (Pa=P) Quasi- Offre Ys=Ye Courbe de Quasi-Offre de long terme est verticale Les deux courbes se coupent en un point où P=Pa

70 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P Y Ys(P) court terme Pa Ye = niveau naturel (Pa=P) Quasi- Offre Lorsque loffre de court terme est en dessous de son niveau naturel de long terme cela implique que PPa

71 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 3. LOffre Globale Comment se déplace la courbe doffre de court terme lorsque les anticipations sur les prix sont à la hausse ? La courbe doffre de court terme se déplace vers le Nord La courbe doffre de court terme se déplace vers le Nord Si Pa augmente, les salariés négocient une hausse de W de sorte à maintenir constante leur offre de travail Si Pa augmente, les salariés négocient une hausse de W de sorte à maintenir constante leur offre de travail A P constant, si le salaire nominal W augmente, la demande de travail baisse, ce qui diminue lemploi effectif. Donc loffre de biens (à P constant) A P constant, si le salaire nominal W augmente, la demande de travail baisse, ce qui diminue lemploi effectif. Donc loffre de biens (à P constant)

72 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Ys(P) de court terme Ys de Long terme P Y Pa1 Ye = niveau naturel (Pa=P) Quasi- Offre Pa2 Ye = niveau naturel (Pa=P) Ys de long terme

73 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1.4. LEquilibre Offre Globale – Demande Globale

74 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale Objectif : Déterminer un équilibre entre offre et demande global Objectif : Déterminer un équilibre entre offre et demande global Problème : peut on considérer les anticipations de prix comme exogène au même titre que les dépenses publiques, les taxes et la masse monétaire ? Problème : peut on considérer les anticipations de prix comme exogène au même titre que les dépenses publiques, les taxes et la masse monétaire ? Si non, on doit préciser le schéma danticipation qui lie le prix anticipé Pa au prix effectif P pour résoudre léquilibre Si non, on doit préciser le schéma danticipation qui lie le prix anticipé Pa au prix effectif P pour résoudre léquilibre

75 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale Hypothèse : on suppose que les anticipations sont imparfaites et sont décrites par la relation ad-hoc suivante : est lelasticité danticipation est lelasticité danticipation Si =1, les anticipations sont parfaites : P=Pa (long terme) Si =1, les anticipations sont parfaites : P=Pa (long terme) Si 1 et P>1, les salariés sous estiment le niveau général des prix Si 1 et P>1, les salariés sous estiment le niveau général des prix Si 1 et P<1, les salariés sur estiment le niveau général des prix Si 1 et P<1, les salariés sur estiment le niveau général des prix

76 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale Léquilibre OG-DG est décrit par le système suivant : où M, G et T sont des variables exogènes. On en déduit le niveau général des prix et le niveau de production déquilibre

77 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale Illustration Analytique : on considère une économie telle que : Offre globale - à cour terme : - à long terme ; Anticipations à court terme

78 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale Demande Globale Demande Globale - Demande dencaisses réelles : - Investissement - Consommation

79 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale Demande Globale (suite). Le sytème IS-LM sécrit : Demande Globale (suite). Le sytème IS-LM sécrit : On en déduit la demande globale : On en déduit la demande globale : Pour simplifier on pose t=0.2

80 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale Equilibre on distingue léquilibre de court terme et celui de long terme : Equilibre on distingue léquilibre de court terme et celui de long terme : A court terme Par résolution dune équation de 2nd degré en P (solution positive P>0) :

81 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Y* P Y Ys(P) P* Equilibre de Court Terme Yd(P) Equilibre de court terme Y*

82 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale A long terme A long terme Dans notre exemple : On en déduit le niveau général des prix qui permet dégaliser la demande globale au niveau naturel de production

83 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P Y Ys P* Y*=Ye niveau naturel (Pa=P) Equilibre de Long Terme Yd(P) Equilibre de long terme

84 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale Comment se situent respectivement les équilibres de court terme et de long terme ? Il ny a pas de règle en la matière : tout dépend de la position des anticipations Pa par rapport au prix déquilibre P*

85 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale 1er cas : Si à léquilibre, les salariés sous estiment le niveau général des prix Pa

86 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Pa Y* P Y Ys(P) P* Equilibres Yd(P) Equilibre de court terme Si P*

87 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale 2ème cas : Si à léquilibre, les salariés sur estiment le niveau général des prix Pa>P*, alors le revenu déquilibre de court terme Y * est au dessus de son niveau naturel Ye (équilibre de long terme) Pa>P* Y*>Ye Corollaire : Lorsque le revenu déquilibre de léconomie est situé au dessus de son niveau naturel (ou lorsque le chômage est situé au dessous de son niveau naturel), cela signifie que les agents anticipent une hausse des prix : Pa>P*

88 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Pa Y* P Y Ys(P) P* Equilibres Yd(P) Equilibre de court terme Si P*>Pa, le revenu déquilibre de CT se situe au dessus de son niveau naturel (surchauffe) Ye Courbe doffre de court terme Courbe doffre de long terme Baisse attendue des prix entre le CT et le LT

89 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale Comment passer de léquilibre de CT au LT ? Cest la question de la DYNAMIQUE TRANSITOIRE que le modèle AS-DS ne permet pas de considérer (statique comparative)

90 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale BILAN BILAN A court terme, le revenu déquilibre : - est une fonction croissante de la masse monétaire - est une fonction croissante des dépenses publiques - est une fonction décroissante du taux de taxe - est une fonction décroissante des anticipations de prix A court terme, le niveau général des prix : - est une fonction croissante de la masse monétaire - est une fonction croissante des dépenses publiques - est une fonction décroissante du taux de taxe - est une fonction croissante des anticipations de prix

91 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 4. Léquilibre offre globale – demande globale A long terme, le revenu déquilibre correspond à son niveau naturel. Ce revenu est : A long terme, le revenu déquilibre correspond à son niveau naturel. Ce revenu est : - est indépendant de la masse monétaire - est indépendant des dépenses publiques - est indépendant du niveau des taxes A long terme, le niveau général des prix : - est une fonction croissante de la masse monétaire - est une fonction croissante des dépenses publiques - est une fonction décroissante du taux de taxe

92 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1.5. Politique Monétaire

93 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire Que se passe-t-il à CT et à LT si la Banque Centrale décide daccroître la base monétaire (ou de diminuer ses taux dintérêt directeurs dans un modèle de taux) ? Analyse graphique Analyse graphique Interprétation économique Interprétation économique Analyse des Multiplicateurs Analyse des Multiplicateurs

94 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire Interpretation Economique (1) Interpretation Economique (1) - Loffre de Monnaie augmente, à P et Y constant, cela induit une baisse des taux dintérêt - Linvestissement augmente, suscitant une hausse de la demande de biens MODELE IS-LM - A prix constant, la demande de biens devient supérieure à loffre :

95 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire Interpretation Economique (2) Interpretation Economique (2) - Si les prix sont flexibles, les prix augmentent pour rétablir léquilibre : Supposons que les anticipations soient imparfaites (court terme). La hausse des prix va : - entrainer une baisse de la demande Yd - entrainer une hausse de loffre de biens Ys

96 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire Interpretation Economique (3) Interpretation Economique (3) Les prix augmentent : Jusquau nouvel équilibre offre globale – demande globale avec

97 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire Interpretation Economique (4) Interpretation Economique (4) Détaillons ces évolutions de Ys et Yd Demande : Si les prix augmentent, loffre dencaisse réelle Ms/P diminue (poltitique monétaire restrictive), ce qui induit : - une hausse des taux dintérêt à revenu constant - une baisse de linvestissement - une baisse de la demande : Yd(P) baisse Cest leffet dEVICTION par les PRIX

98 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire Interpretation Economique (5) Interpretation Economique (5) Offre : Si les prix augmentent : - les firmes sont prêtes à accepter des hausses de salaire nominale de sorte à maintenir constant leur demande de travail - les salariés sils sous estiment la hausse des prix négocient un salaire nominal plus faible que celui que sont prêt à accorder les entreprises - le salaire réel effectif baisse - le niveau demploi déquilibre augmente - loffre de bien augmente, Ys(P) augmente

99 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire BILAN : Impact de la politique monétaire à CT La politique monétaire induit : - Une hausse du revenu qui est lus faible que celle obtenue dans le cadre IS-LM du fait de léviction par les prix - Une hausse du niveau général des prix - Une baisse des taux dintérêt et une hausse de linvestissement

100 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P2* Y1* P Y Ys(P) P1* Effets à CT dune Politique Monétaire Yd(P;M2>M1) Y2* Yd(P;M1) Hausse des Prix Hausse du Revenu

101 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Point A (P constant) Y1* P Y Ys(P) P1* Effet dEviction par les Prix Yd(P;M2>M1) Ya Yd(P;M1) Effet Total sur le Revenu à Prix Contant (IS-LM) Yd(P) > Ys(P) Effet Total sur le Revenu Y2* Eviction par les prix

102 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire Impact de la Politique Monétaire à Long Terme Impact de la Politique Monétaire à Long Terme A long terme (anticipations parfaites) : dMs>0 à P constant dr 0 dYd>0 à P constant : Yd(P)>Ys (point A, IS-LM) à P constant : Yd(P)>Ys (point A, IS-LM) Augmentation des prix : dP>0 Augmentation des prix : dP>0 Effet 1 : pas deffet de la hausse de P sur loffre car Ys=Ye Effet 2 : d(M/P)>0 dr>0 dI 0 dr>0 dI<0 dYd<0 (eviction par les prix) mais la baisse de Yd compense exactement la hausse initiale

103 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire BILAN : Impact de la politique monétaire à LT La politique monétaire à LT : - Pas deffet réel de la politique monétaire à long terme - Une hausse du niveau général des prix (Théorie quantitative de la monnaie) - pas deffet sur les taux dintérêt ni sur linvestissement

104 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P2* Ye P Y Ys P1* Effets à LT dune Politique Monétaire Yd(P;M2>M1) Yd(P;M1) Hausse des Prix Neutralité à LT de la politique monétaire

105 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Point A (P constant) P2* Ye P Y Ys(P) P1* Effet dEviction par les Prix Yd(P;M2>M1) Ya Yd(P;M1) Effet sur le Revenu à Prix Contant (IS-LM) Yd(P) > Ys(P) Eviction par les prix

106 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire Analyse des Multiplicateurs : Exemple Analyse des Multiplicateurs : Exemple Court terme Par différentiation : Doù finallement (dG=0) Doù finallement (dG=0)

107 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire Analyse des Multiplicateurs : Analyse des Multiplicateurs : Long terme Par différentiation : Doù finallement (dG=0) Doù finallement (dG=0)

108 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 5. Politique Monétaire CONCLUSION On obtient à partir du modèle AS-AD une conception dite de la synthèse néoclassique : En présence dasymétrie dinformation ou de rigidités nominales, une politique monétaire expansionniste a un impact positif sur lactivité réelle à court terme (théorie keyenesienne), même si elle se traduit par une hausse des prix. A long terme, la politique monétaire est neutre : on retrouve la dichotomie réel – monétaire de la théorie classique

109 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1.6. Politique Budgétaire

110 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire Que se passe-t-il à CT et à LT si les autorités publiques décident daccroître le montant des dépenses publiques (supposées totalement improductives) en les financement par déficit ? Analyse graphique Analyse graphique Interprétation économique Interprétation économique Analyse des Multiplicateurs Analyse des Multiplicateurs

111 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire Interpretation Economique (1) Interpretation Economique (1) - Les dépenses publiques augmentent (construction de pyramides), donc la demande augmente : - Si la demande Y augmente, la demande dencaisse pour motif de transaction L(Y) augmente : la demande de monnaie devient supérieure à loffre : - Le taux dintérêt augmente ce qui réduit dautant la demande de monnaie pour motif de spéculation et tend à rétablire léquilibre sur le marché de la monnaie

112 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire Interpretation Economique (2) Interpretation Economique (2) - Autre lecture : si les dépenses publiques augmentent à recettes fiscales inchangées, le deficit augmente. Pour financer ce déficit, Etat émet des titres, ce qui tend à faire diminuer le prix des titres (obligations) et augmenter les taux dintérêt - Conséquence : linvestissement diminue, ce qui réduit dautant la demande. EFFET dEVICTION HICKSIEN (de la dépenses privée par la dépense publique)

113 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire Interpretation Economique (3) Interpretation Economique (3) - Conclusion dIS-LM : à prix constant, si les dépenses publiques augmentent, la demande et les taux dintérêt augmentent - A prix constant, la demande de bien devient supérieure à loffre - Les prix augmentent de sorte à rétablir léquilibre via deux effets : - Baisse de la demande : EVICTION par les PRIX - Hausse de loffre de biens

114 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire Interpretation Economique (4) Interpretation Economique (4) Détaillons ces évolutions de Ys et Yd Demande : Si les prix augmentent, loffre dencaisse réelle Ms/P diminue (poltitique monétaire restrictive), ce qui induit : - une hausse des taux dintérêt à revenu constant - une baisse de linvestissement - une baisse de la demande : Yd(P) baisse Cest leffet dEVICTION par les PRIX

115 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire Interpretation Economique (5) Interpretation Economique (5) Offre : Si les prix augmentent : - les firmes sont prêtes à accepter des hausses de salaire nominale de sorte à maintenir constant leur demande de travail - les salariés sils sous estiment la hausse des prix négocient un salaire nominal plus faible que celui que sont prêt à accorder les entreprises - le salaire réel effectif baisse - le niveau demploi déquilibre augmente - loffre de bien augmente, Ys(P) augmente

116 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire BILAN : Impact de la politique budgétaire à CT La politique budgétaire induit à CT : - Une hausse du revenu qui est lus faible que celle obtenue dans le cadre IS-LM du fait de léviction par les prix - Une hausse du niveau général des prix - Une hausse des taux dintérêt et une hausse de linvestissement liées à leffet déviction hicksien

117 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Yd(P) avec G1 IS1 P Y2Y1 r2 r1 r P Y Y LM IS2 Effets à CT dune Politique Budgétaire Yd(P) avec G2>G1 Effet Total sur la demande (IS-LM) A taux dintérêt constant Effet à taux dintérêt constant Effet dEviction Hicksien

118 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P2* Y1* P Y Ys(P) P1* Effets à CT dune Politique Budgétaire Yd(P;G2>G1) Y2* Yd(P;G1) Hausse des Prix Hausse du Revenu

119 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Point A (P constant) Y1* P Y Ys(P) P1* Effet dEviction par les Prix Yd(P;G2>G1) Ya Yd(P;G1) Effet Total sur le Revenu à Prix Contant (IS-LM) Yd(P) > Ys(P) Effet Total sur le Revenu Y2* Eviction par les prix

120 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire Impact de la Politique Budgétaire à Long Terme Impact de la Politique Budgétaire à Long Terme A long terme (anticipations parfaites) : dG>0 à P constant dYd=a>0 dL(Y)>0 Md>Ms dL(Y)>0 Md>Ms Hausse des taux dintérêt dr>0 L(r) baisse Md=Ms Hausse des taux dintérêt dr>0 L(r) baisse Md=Ms dr>0 dI 0 dI<0 dYd=b<0 : Effet dEviction Hicksien à P constant : Yd(P)>Ys (point A, IS-LM) Augmentation des prix : dP>0 Augmentation des prix : dP>0 Effet 1 : pas deffet de la hausse de P sur loffre car Ys=Ye, dYs=0 Effet 2 : d(M/P)>0 dr>0 dI 0 dr>0 dI<0 dYd=c<0 (Eviction par les Prix) avec a=b+c au total dYd=0

121 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P2* Ye P Y Ys P1* Effets à LT dune Politique Budgétaire Yd(P;G2>G1) Yd(P;G1) Hausse des Prix Neutralité à LT de la politique budgétaire

122 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Point A (P constant) P2* Ye P Y Ys(P) P1* Effet dEviction par les Prix Yd(P;M2>M1) Ya Yd(P;M1) Effet sur le Revenu à Prix Contant (IS-LM) Yd(P) > Ys(P) Eviction par les prix

123 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire Analyse des Multiplicateurs : Exemple Analyse des Multiplicateurs : Exemple Court terme Par différentiation : Doù finallement (dM=0) Doù finallement (dM=0)

124 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire Analyse des Multiplicateurs : Analyse des Multiplicateurs : Long terme Par différentiation : Doù finallement (dG=0) Doù finallement (dG=0)

125 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 6. Politique Budgétaire CONCLUSION On obtient à partir du modèle AS-AD une conception dite de la synthèse néoclassique : En présence dasymétrie dinformation ou de rigidités nominales, une politique budgétaire expansionniste a un impact positif sur lactivité réelle à court terme (théorie keyenesienne), même si elle se traduit par une hausse des prix. A long terme, la politique budgétaire (si les dépenses sont non productives) est neutre.

126 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1.7. Hausse du Salaire Nominal Minimum

127 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 7. Hausse du SMIC Que se passe-t-il à CT et à LT si les autorités décident dune hausse du salaire nominal minimum Ws ? Analyse graphique Analyse graphique Interprétation économique Interprétation économique

128 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 7. Hausse du SMIC Interpretation Economique à court terme (1) si Ws augmente à P fixe - la demande de travail N d =f -1 (W S /P) baisse - loffre de travail Ns augmente - règle du coté court : lemploi déterminé par la demande baisse - loffre de bien Ys=f(N) déterminé par le niveau effectif demploi baisse - à prix constant, loffre de bien décroît : la demande de biens devient supérieure à loffre(point A)

129 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 7. Hausse du SMIC Interpretation Economique (2) Interpretation Economique (2) A prix constant, la demande de bien devient supérieure à loffre - Les prix augmentent de sorte à rétablir léquilibre via deux effets : - Baisse de la demande - Hausse de loffre de biens

130 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 7. Hausse du SMIC Interpretation Economique (3) Interpretation Economique (3) Détaillons ces évolutions de Ys et Yd Demande : Si les prix augmentent, loffre dencaisse réelle Ms/P diminue (poltitique monétaire restrictive), ce qui induit : - une hausse des taux dintérêt à revenu constant - une baisse de linvestissement - une baisse de la demande : Yd(P) baisse Cest leffet dEVICTION par les PRIX

131 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 7. Hausse du SMIC Interpretation Economique (4) Interpretation Economique (4) Offre : Si les prix augmentent : - le salaire réel Ws/P baisse : les firmes augmentent leur demande de travail - le salaire niveau demploi effectif déterminé par la demande (hypothèse de chômage involontaire) augmente - le niveau demploi déquilibre augmente - loffre de bien augmente, Ys(P) augmente, mais moins que la baisse initiale

132 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 7. Hausse du SMIC BILAN : Impact dune hausse du SMIC à CT Une hausse du salaire nominal minimum induit à CT : - Une baisse du revenu liée à la baisse de loffre des firmes - Une hausse du niveau général des prix - Une hausse des taux dintérêt et une baisse de linvestissement

133 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Y2 P2 P1 Ws2/(W/P)e Ws1/(W/P)e Y P Ye plein emploi Effets à CT dune hausse du SMIC Yd(P) Ys(P;Ws1) Ys(P;Ws2) Ws2>Ws1 E1 Y1 E2 Baisse du Revenu Hausse des Prix

134 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Point A (Prix constants) Y2 P2 P1 Y P Ajustements suite à une hausse du SMIC Yd(P) Ys(P;Ws1) Ys(P;Ws2) Ws2>Ws1 E1 Y1 E2 A Yd(P) > Ys(P)

135 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 1.7. Hausse du Niveau Général des Prix Anticipé

136 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 8. Le rôle des anticipations Que se passe-t-il à CT si le niveau général des prix anticipés par les salariés augmente ? Analyse graphique Analyse graphique Interprétation économique Interprétation économique

137 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 8. Le rôle des anticipations Interprétation économique Si Pa augmente, les salariés négocient une hausse de W de sorte à maintenir constante leur offre de travail. Si Pa augmente, les salariés négocient une hausse de W de sorte à maintenir constante leur offre de travail. A P constant, si le salaire nominal W augmente, la demande de travail baisse, ce qui diminue lemploi effectif. A P constant, si le salaire nominal W augmente, la demande de travail baisse, ce qui diminue lemploi effectif. Donc loffre de biens (à P constant) diminue Donc loffre de biens (à P constant) diminue

138 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 8. Le rôle des anticipations Interpretation Economique (2) Interpretation Economique (2) A prix constant, la demande de bien devient supérieure à loffre - Les prix augmentent de sorte à rétablir léquilibre via deux effets : - Baisse de la demande - Hausse de loffre de biens

139 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 8. Le rôle des anticipations Interpretation Economique (3) Interpretation Economique (3) Détaillons ces évolutions de Ys et Yd Demande : Si les prix augmentent, loffre dencaisse réelle Ms/P diminue (poltitique monétaire restrictive), ce qui induit : - une hausse des taux dintérêt à revenu constant - une baisse de linvestissement - une baisse de la demande : Yd(P) baisse

140 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 8. Le rôle des anticipations Interpretation Economique (5) Interpretation Economique (5) Offre : Si les prix augmentent : - les firmes sont prêtes à accepter des hausses de salaire nominale de sorte à maintenir constant leur demande de travail - les salariés sils sous estiment la hausse des prix négocient un salaire nominal plus faible que celui que sont prêt à accorder les entreprises - le salaire réel effectif baisse - le niveau demploi déquilibre augmente - loffre de bien augmente, Ys(P) augmente

141 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Pa2 P1 Pa1 Y2 P2 Y P Ye niveau naturel Effets à CT dune hausse de Pa Yd(P) Ys(P;Pa1) Ys(P;Pa2) E1 Y1 E2 Baisse du Revenu Hausse des Prix

142 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. P1 Y2 P2 Y P Ye niveau naturel Ajustements suite à une hausse de Pa Yd(P) Ys(P;Pa1) Ys(P;Pa2) A Y1 E2 Yd(P) > Ys(P) E1

143 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Section 1. Le Modèle Offre Globale - Demande Globale 8. Le rôle des anticipations BILAN : Impact dune hausse des Prix AnticipésPa Une hausse des prix anticipés induit à CT : - Une baisse du revenu liée à la baisse de loffre des firmes - Une hausse du niveau général des prix idée de prophétie auto-réalisatrice - Une hausse des taux dintérêt et une baisse de linvestissement

144 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Conclusion Section 1 Le Modèle Offre Globale – Demande Globale

145 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Table 7-2 Short-Run Effects and Medium-Run Effects of a Monetary Expansion, a Budget Deficit Reduction, and an Increase in the Price of Oil on Output, the Interest Rate, and the Price Level Short Run Medium Run Output Level Interest Rate Price Level Output Level Interest Rate Price Level Monetary expansion increasedecrease increase (small) no change increase Deficit reduction decreasedecrease decrease (small) no change decreasedecrease Increase in oil price decreaseincreaseincreasedecreaseincreaseincrease Source : Blanchard, MacrEconomics

146 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Conclusion Section 1 Comment utiliser ces résultats pour former vos propres anticipations ? Exemple : les anticipations sur les taux dintérêt à court terme

147 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Les divergences d'appréciation entre la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) auront rarement été aussi importantes. La Fed laisse entendre qu'elle procédera à un nouvel assouplissement monétaire pour limiter le ralentissement économique aux Etats-Unis. Plus confiante dans l'activité de la zone euro, la BCE joue, pour le moment, le statu quo monétaire. L'institut d'émission met toujours en avant les risques de hausse des prix, bien que l'inflation ait amorcé un mouvement de recul. Toutefois, l'euro n'arrive pas à profiter pleinement des décisions de la Banque Centrale américaine. Il a fini la semaine à 0,9245 dollar. […] Jeudi 25 janvier, le président de la Fed, Alan Greenspan, a laissé entendre qu'une nouvelle baisse des taux était possible, après celle de 0,5 point survenue, à la surprise générale, le 3 janvier, […] et cela malgré les réductions massives d'impôt prônées par George W. Bush. Auditionné par la commission budgétaire du Sénat, M. Greenspan s'est refusé à prononcer le mot de récession, mais il a observé que le ralentissement de l'économie américaine était très spectaculaire, la croissance étant à l'heure actuelle proche de zéro. Les pressions inflationnistes sont « exceptionnellement bien maîtrisées », a-til en revanche souligné. […] Du côté de Francfort, le ton est tout autre. Devant la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen, le chef économiste de la BCE, M. Issing, a souligné mercredi que la prudence demeure justifiée sur l'évolution des prix. En matière de croissance, à l'inverse d'Alan Greenspan qui actionne la sonnette d'alarme, la BCE se veut confiante : si elle note des signes de ralentissement, elle affirme que « l'activité générale continue de demeurer robuste » dans la zone euro. La Banque centrale prend ainsi le contre- pied des voix, qui exigent en Europe un relâchement monétaire pour soutenir la conjoncture. » Le Monde, samedi 27 janvier 2001

148 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Etats-Unis : le chômage baisse, l'économie repart Malgré une croissance toujours aussi molle, le chômage baisse et l'économie américaine repart. Le taux de chômage, qui s'établissait à 5,9 % de la population active en juillet comme en juin, est passé à 5,7 %, en août, son plus bas niveau depuis mars dernier, selon le département du travail. Selon les analystes, les statistiques de l'emploi paraissent écarter les risques d'une rechute dans la récession, et montrent que l'économie américaine continue à croître, mais à un rythme toujours assez lent. "Je pense que cela va dans le sens d'une économie qui se redresse progressivement", a affirmé Richard Rippe, chef économiste à la firme d'investissements Prudential Securities. "La croissance de l'emploi n'est pas très forte, mais au moins on progresse. Il y a toujours un certain dynamisme dans l'économie, et il semble que les suppressions d'emplois soient derrière nous", a affirmé l'économiste indépendant Joel Naroff. Selon lui, le chômage a désormais atteint un "pic" et devrait se stabiliser en dessous de la barre des 6 % dans les prochains mois. Cependant, quelques signes attestent de la faiblesse de la reprise économique : l'industrie manufacturière a encore supprimé emplois en août - la plus forte baisse depuis janvier dernier. Le Monde, 06 Septembre 2002

149 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Etats-Unis : le chômage baisse, l'économie repart (suite) La baisse de l'emploi dans le secteur manufacturier est "vraiment une mauvaise nouvelle" car "l'économie ne passera pas à la vitesse supérieure tant que l'industrie reculera", a expliqué Joel Naroff. Les Etats-Unis, victimes d'une récession en 2001, ont enregistré une croissance économique de 1,1 % seulement au deuxième trimestre, après un bond de 5 % lors des trois premiers mois de cette année. Le recul du chômage constitue une bonne nouvelle pour les Américains ainsi que pour l'économie, puisqu'il joue en faveur d'une hausse des dépenses de consommation. Celles-ci représentent les deux tiers de l'activité économique américaine et restent, pour l'instant, le seule poste vraiment dynamique. Les bons chiffres sur le front de l'emploi, salués par une nette reprise des cours boursiers à Wall Street, semblent en revanche écarter une prochaine baisse des taux d'intérêt américains, soulignent les analystes. L'éventualité d'une diminution des taux directeurs de la Réserve fédérale (Fed) américaine, lors de sa prochaine réunion du 24 septembre, avait été évoquée ces dernières semaines à la suite de la publication d'indicateurs économiques préoccupants. "Avec une diminution du taux de chômage et une hausse des salaires, il est très improbable que la Fed réduise ses taux le 24 septembre", a expliqué Joel Naroff. Les statistiques de l'emploi "allègent les pressions sur la Fed pour qu'elle se lance rapidement dans de nouvelles baisses de ses taux", a estimé aussi Evariste Lefeuvre, analyste à la firme CDC IXIS Capital Markets. Le Monde, 06 Septembre 2002

150 Macro-économie, Mai 2007, C. Hurlin. Pour la première fois depuis la création de lUEM, les ministres des Finances ont condamné publiquement la politique économique et budgétaire suivie par lun dentre eux, lIrlande, en état de « surchauffe » avec une inflation record estimée à 5.3% en […] Cest bien entendu le budget clairement expansionniste de lIrlande qui explique cet avertissement. Il prévoit, à la fois, une forte hausse des dépenses de lEtat (+18%) et des baisses dimpôts importantes, représentant environ 1.5% du PIB pour lensemble de lannée. […] Le rapport conclut : «Le budget de lIrlande pour 2001 est de nature expansionniste et pro-cyclique et, par conséquent, non conforme aux grandes orientations des politiques économiques européennes. » Les échos, mardi 13 février 2001

151 ADVANCED FINANCE PROGRAM Macroéconomie Approfondie Christophe Hurlin Université dOrléans Laboratoire dEconomie dOrléans LEO, UMRS CNRS 6221


Télécharger ppt "Macroéconomie Pour Financiers Christophe Hurlin Université dOrléans Laboratoire dEconomie dOrléans LEO, UMRS CNRS 6221."

Présentations similaires


Annonces Google