La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Violence et délinquance chez lenfant et ladolescent BAIS Céline Psychiatre CRIAVS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Violence et délinquance chez lenfant et ladolescent BAIS Céline Psychiatre CRIAVS."— Transcription de la présentation:

1 Violence et délinquance chez lenfant et ladolescent BAIS Céline Psychiatre CRIAVS

2 Plan Lado et la crise dado Les troubles psy à ladolescence La violence/les actes transgressifs Cas particulier de la violence sexuelle PEC du jeune violent

3 Quelques chiffres…

4 Les spécificités chez ladolescent La crise dadolescence Défis de ladolescence : - séparation et individualisation avec transformation des relations et de lidentité - transformations sexuelles - transformation du role social -exploration du monde, experiences Trouble du caractère ponctuel Impulsivité, instabilité, imprévisibilité… Brutalité des décisions Enthousiasme et revirements subits Identifications massives et transitoires Idéalisations excessives puis effondrements Excentricités vestimentaires fluctuantes Comportements alimentaires anarchiques temporaires

5 Lagir et le passage à lacte chez ladolescent Lagir est le mode dexpression privilégié à cet âge, des conflits et des angoisses Il se manifeste dans la vie quotidienne et dans des troubles du comportement Les facteurs favorisants lagir sont: -les facteurs environnementaux -les facteurs internes

6 Les facteurs environnementaux Le changement de statut social (lenfant devient adulte): tout changement est un incitation à lagir Le contenu même de ce nouveau statut: indépendance, autonomie… Stéréotypes sociaux: réponse ICS aux attentes des adultes: lado doit être en crise Les interactions sociales: le groupe renforce les incitations à lagir Contraintes excessive de la réalité: quand trop rigide favorise lagir

7 Les facteurs internes Excitation pubertaire: maturation génitale, besoin sexuel nouveau Langoisse (toujours retrouvée) qui nécessite un action de décharge Remaniement de léquilibre pulsion/défense: ex passage à lacte sexuel sous le poids de la pulsion sexuelle Antithèse passivité/activité: passivité correspond à la soumission infantile et laction à laffirmation de soi Modifications instrumentales: au niveau du corps augmentation de la force, de lénergie et au niveau du langage narrive pas avec ses mots à exprimer les émotions. Ce qui est source de tension

8 Différent de la crise dadolescence Fugues, conduites à risque, T. de suicide Conduites agressives r é p é t é es Troubles des conduites sexuelles Conduites antisociales, vandalisme Conduites d addiction : toxicomanies, alcoolisme, TCA Agitations psychomotrices -Violences

9 Les pathologies psy à ladolescence Début de la consommation de drogue: Tabac Cannabis drogues dures Début de la consommation dalcool Début de la plupart des maladies psy que lon peut retrouver à lâge adulte Difficultés de poser un diagnostic Dépression avec risque suicidaire élevé Troubles anxieux: ex TOC / TCA Les troubles spécifiques de ladolescence

10 Cas clinique Alex a 17 ans, il était bon élève avait des copains mais depuis le début de la nouvelle année scolaire, il ne sort plus, ne fait plus rien, il reste dans sa chambre toute la journée. Ses parents vous disent quil ne se lave plus alors que cétait un garçon qui avait toujours fait attention à son apparence. Lorsque que vous rencontrez Alex il vous dit quil peut communiquer par télépathie.

11 Lentrée dans la schizophrénie Vulnérabilité + conso de toxiques Symptomatologie positive: délire, hallucinations, comportement étrange… Symptomatologie négative: apragmatisme, isolement, repli… Dysfonctionnement social ou dans les activités Eliminer une prise de toxique ou pb somatique autre

12 Cas clinique Morgan ne sort plus de sa chambre, il passe son temps à écrire des textes très sombres, il ne va plus en cours car narrive plus à se concentrer, il ne dort plus la nuit, est fatigué et ne veut plus rien faire ni même se laver. Il ne veut quasiment pas vous parler et vous dit simplement « tout le monde va mourir un jour ». Morgan nest pas étrange

13 Suite du cas clinique Vous revoyez Morgan deux semaines plus tard. Ses parents vous disent quil ne va pas mieux Morgan est très méfiant, il vous avoue consommer du cannabis et vous dit « vous savez les gens me regardent bizarre, je crois quils parlent de moi… »

14 dépression Ne pas confondre un dépression chez ladolescent et un trouble psychotique Pourtant les symptomes négatifs de la schizophrénie se rapprochent parfois des signes de depression Parfois le diagnostic est difficile à poser…

15 Cas clinique Louis 15 ans na jamais vraiment réussi à être en lien avec ses camarades, il ne comprend pas les blagues et ne comprend pas vraiment ce quil faut dire ou ne pas dire en société. Lui ce quil aime cest la géographie, il connait par cœur toutes les capitales et toutes les grandes villes de chaque pays, il aime dessiner des cartes du monde. Il se lève tous les matins et commence sa journée par le dessin dun pays.

16 Syndrome dAsperger TED: autisme de « haut niveau » Altération des interactions sociales Caractère restreint répétitif et stéréotypés des comportements, intérêts et activités Intelligence peut être de bon niveau Risque de passage à lacte sexuel, pourquoi?

17 Cas clinique Max a 13 ans, il naime pas lécole et a du mal à tenir en place, il bavarde, oubli toujours ses affaires, narrive jamais a finir ses exercices, coupe la parole, nattend jamais son tour, on dirait quil est monté « sur ressorts ». Les profs sont à bout, il va se faire virer pour mauvais comportement. A la maison cest pareil ses parents ne peuvent plus le supporter

18 TDAH Inattention Hyperactivité impulsivité Lien entre TDAH, addiction et cpt antisociaux

19 Cas clinique Tom 10 ans est à nouveau en colère, il a désobéi, il embête son petit frère et accuse son cousin à sa place. A lécole cest pareil on dirait quil est toujours énervé et fâché avec ses copains. Il lui arrive souvent detre méchant avec les autres et quand on lui fait remarquer il se met à crier

20 TOP Ensemble des comportements négativistes hostiles ou provocateurs persistants pendant au moins 6 mois Attitude plus fréquente que les sujets du même âge

21 Cas clinique Sam 15 ans est bagarreur et fait plein de bêtises : il fugue, fait lécole buissonnière, ment en permanence. Il a déjà commis des vols et coupé la queue du chat de la voisine « cest rigolo un chat sans queue » et a brulé des voitures lors dune manifestation. Visiblement il a des mauvaises fréquentations et consomme de la drogue

22 Trouble des Conduites conduites répétitives et persitantes 3/12mois ou 1/6mois

23 TC Peut etre précédé dun TOP et suivi dun trouble de personnalité antisociale (diagnostic pas avant 18 ans) Peut etre associé à un TDAH Moins bon pronostic si début avant 10 ans Début des comportements délinquants

24 Les violences chez ladolescent Les manifestations de cette violence : Contre lui-même Contre les autres Contre les biens La violence et la délinquance chez les jeunes

25 Le vol chez ladolescent Conduite délinquante la plus fréquente Le vol de véhicule motorisé: Plus fréquent chez les garçons vécu comme un emprunt pour faire une ballade Contexte impulsif, besoin immédiat Vol dans les grandes surfaces Les filles sont largement représentées Vols de lieux habités Chez les garçons Résumé souvent par la «visite» dune cave ou le jeune emporte quelques bouteilles Mais parfois plus grave avec vrais cambriolages

26 Actes hétéro-agressifs chez lado Violence contre les biens Souvent aucun motif apparent à la conduite destructrice Le vandalisme En bande Parfois motivation apparente mais hors de proportion des dégâts occasionnés La gravité et les dégâts ne sont pas forcément bien évalués par lado

27 Actes hétéro-agressifs chez lado Les conduites destructrices solitaires: Plus rares et plus graves au niveau psychopathologique, le risque est la répétition de ces conduites qui est souvent liée à des systèmes dinteractions familiales hautement perturbés Parfois renvoie à la difficulté de séparation des parents avec leur ado -la conduite pyromaniaque -la crise de violence de lado Les conduites hétéro-agressives à forme excrémentielles Renvoie à une conduite isolée non revendiquée par lado Signe la médiocrité de linvestissement de son environnement et de limage projetée de son corps

28 Actes hétéro agressifs chez les ado Les violences -le meurtre reste rare chez les mineurs même si on constate une augmentation et quil peut être réalisé de plus en plus jeune Il seffectue souvent en bande, la victime est le plus souvent inconnue -coups/blessures/bagarres: souvent entre ado, entre 2 bandes ou sur des plus jeunes

29 Actes hétéro agressifs chez les ado La violence scolaire Les massacres à lécole « school shooting »: bien que très médiatisés, restent exceptionnels et sont le plus souvent réalisés par des adultes après études américaines: 70 fois moins de risque de se faire assassiner à lécole ou sur le chemin de lécole, par rapport aux autres lieux

30 Actes hétéro agressifs chez les ado Les microviolences à lécole plus fréquentes 52.8% des élèves ont déjà subit des injures -incivilités: de la grossièreté des enfants au vandalisme Cest la répétitions de ces cpt qui est grave: renforce le sentiment dimpunité des agresseurs et dimpuissance des victimes Ce qui aboutit à un abandon de lespace publique par la communauté car insécurité -le school bullying= harcèlement entre pairs dans lenceinte scolaire: cpt agressifs et abus de pouvoir répétitifs Victimes svt isolé plus petites et plus faibles Risque: tendances dépressives voire suicidaires

31 Les nouvelles violences Le happy slapping Filmer avec son téléphone portable l'agression physique dune personne et la diffuser.

32 Le cyber harcèlement ou cyber intimidation Le phénomène de cyber-harcèlement est croissant, varie suivant les pays entre 9 et 34% Les ans sont les plus exposés Utilisation les nouvelles technologies dinformation et de communication (TIC) pour nuire, provoquer ou blesser de façon répétée une autre personne. diffusion massive et instantanée à un large public Possibilité danonymat de lauteur (trace numérique) Les contenus diffusés peuvent rester en ligne même si le harcèlement cesse

33 Les cyber agressions Ne sont pas du cyber-harcèlement : - Les blagues en ligne (cyberteasing) - Les disputes en ligne (cyberarguing) - Lenvoi unique dun message ou dune photo nuisible (cyber-attack)

34 Types de cyber harcèlement Direct et indirect Relation triangulaire

35 La violence sexuelle : jeu ou abus? Situation 1 Paul 5 ans a montré à lécole son zizi aux filles qui navaient rien demandé. « Cétait rigolo ». La maîtresse conseille aux parents de consulter au plus vite « lexhibitionnisme ça peut commencer tôt »

36 Situation 1 Fait isolé ou comportement répété? De 2 à 5 ans: les comportements dautostimulation, exhibitionnistes, voyeuristes, de jeux sexuels exploratoires sont fréquents Étude sur 339 personnes adultes: 34% ont montré leurs organes sexuels avant lâge de 13 ans à dautres enfants (Kellogg ND. 2009)

37 Situation 2 Paul 8 ans montre son sexe à lécole, ce nest pas la 1 ère fois quil est repris par la maîtresse sur ce point. Ce matin, Magalie 8 ans vient vous voir en pleurant et vous dit que Paul la forcée à lui « toucher le zizi ». Paul ne nie pas les faits mais vous dit « je croyais que ça lui ferait plaisir, elle avait envie ». Paul vient consulter avec sa mère sur la pression de lécole « on ne va pas en faire tout un plat, mon fils est un gentil garçon »…

38 Situation 2 Comportement sexuel problématique? Oui Incapacité de Paul de cesser ce comportement malgré lintervention à plusieurs reprises de ladulte Justification faussée de son comportement Coercition, force, menace Comportement exhibitionniste à 2-5 ans. Plutôt recherche dintimité à 6-8 ans

39 Situation 3 Tom (13 ans) et Léa (11 ans) ont été surpris nus en train de sembrasser dans une chambre de la colo Embarrassés, Léa accuse Tom de lavoir forcée et Tom proteste en disant que cest Léa qui la dragué. Tous les deux jurent que cest la 1 ère fois que ça arrive

40 Situation 3 Abus ou jeu? Le doute persistera Le comportement est il habituel par rapport à lâge des enfants? Quelles étaient les intentions réelles? Développement psycho-sexuel différent entre les 2 enfants? Attrait pour lautre sexe, baiser, petit copain ou copine: normal Véritable relation sexuelle: « anormale »

41 Jeu ou abus les questions à se poser 1-le comportement correspond t-il au développement psychosexuel de lenfant? 2-existe t-il une différence dâge entre les 2 enfants (> à 3ans) ? 3-les actes sont ils fréquents, non diminués par lintervention dun adulte? 4-y a-t-il eu présence de coercition, force, menace, chantage?

42 Les connaissances pré-requises Le développement psychosexuel -0 à 2 ans: exploration du corps y compris des organes génitaux, autostimulation, érection/excitation possibles. -2 à 5 ans: autostimulation, exhibitionnisme, voyeurisme, jeux exploratoires avec les pairs. -6 à 8 ans: besoin dintimité, recherche plus la compagnie du même sexe, comparaison des corps. -9 à 12 ans: attrait pour le sexe opposé (en général pas au delà de caresses et de baisers), masturbation plaisir.

43 La violence sexuelle Le viol: nont pas toujours conscience davoir commis un viol « elle a pas dit non » mais elle na pas dit oui non plus… Le GHB (ac gamma hydroxybutyrique) drogue du viol. Lalcool et les autres drogues Le phénomène des tournantes « la médiatisation dun stéréotype » importance de la bande et de lappartenance à un groupe Les agressions sexuelles

44 Le jeune agresseur sexuel Dans 1/3 des cas a été victime Les intérêts sexuels déviants? Préoccupation pour la sexualité Autres conduites déviantes? Retard mental/maladies psychiatriques (SCZ) Compétences psychosociales défaillantes

45 La récidive chez les AAVS Méta-analyse sur la récidive de AAAS sur 5 ans (Caldwell 2009): Récidive générale: 43 % Récidive sexuelle: 7 % Autres études En moyenne 50% de récidive générale et 10 % de récidive sexuelle

46 Stratégies de PEC : prévention Actions communautaires (actions visant à modifier le milieu dans lequel les jeunes évoluent) : renforcer le périscolaire, activités parascolaires… Approche sociétale: changer le milieu socio-culturel pour faire reculer la violence : lutter contre la pauvreté, lutter contre la violence banalisée dans la société, campagne pour encourager les cpt + Approche individuelle de prévention de la violence chez les jeunes: dès le plus jeune age, informations, activités…

47 Après lacte de violence L abord du jeune violent : –Le s é parer ponctuellement de son contexte –Tenter d entrer en relation –Prendre du temps et se rendre disponible –Percevoir si un lien est possible –Rechercher une pathologie psy si elle existe et la traiter –Traitement anti-impulsif –Reprendre «à distance » ce qui s est pass é +++ –Comprendre le lien entre acte de violence et souffrance de l auteur: responsabiliser le jeune face à ses actes

48 Conclusion Période dadolescence période de transition délicate Lagir est le mode dexpression privilégié Certains troubles psy qui débutent pendant lenfance et ladolescence peuvent entrainer des cpt violents Tous les cpt sexuels chez les mineurs ne sont pas de la violence sexuelle

49 bibliographie « Adolescence et psychopathologie » Masson « Enfance et psychopathologie » Masson Confrontation psychiatrique violence N°47 sanofi adventis « Clinique du passage à lacte chez lenfant et ladolescent » Pr Duverger 2007 Rapport de lOMS sur la violence et la santé 2002 Rapport de lINSERM 2005 « les troubles des conduites chez lenfant et ladolescent » « le passage à lacte » Millaud « Psychopathologie de la délinquance » de Born Travaux préparatoire à lélaboration du plan violence et santé: « commission périnatalité enfants et adolescents » mars 2005 INSEE: « statistique de la délinquance », « part des mineurs dans la criminalité et la délinquance »


Télécharger ppt "Violence et délinquance chez lenfant et ladolescent BAIS Céline Psychiatre CRIAVS."

Présentations similaires


Annonces Google