La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

D1 : Introduction 1 : Titre Neurobiologie des Comportements Dr Serge Wunsch Facteurs neurobiologiques et psychobiologiques de la sexualité humaine École.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "D1 : Introduction 1 : Titre Neurobiologie des Comportements Dr Serge Wunsch Facteurs neurobiologiques et psychobiologiques de la sexualité humaine École."— Transcription de la présentation:

1 D1 : Introduction 1 : Titre Neurobiologie des Comportements Dr Serge Wunsch Facteurs neurobiologiques et psychobiologiques de la sexualité humaine École Pratique des Hautes Études Laboratoire de Neurobiologie Intégrative et Adaptative Cette présentation PowerPoint en 4 parties est téléchargeable à l'adresse : Elle est accompagnée d'un texte explicatif (avec les commentaires des PowerPoints) téléchargeable à l'adresse : Les explications détaillées et les références scientifiques citées dans la présentation sont disponibles dans l'article : "Neurobiologie de la sexualité humaine" et dans la thèse sur le comportement sexuel. Ces documents sont téléchargeables sur le site : ( ARTICLE : THESE : )

2 D4 : Méthodologie 0 : Plan 2) Mammifères non-primates 7) Sexes & Genres 8) Analyses des modèles 3) Évolution du comportement 4) Développement sexuel Plan : 1) Épistémologie & Méthodologie 5) Attachement - Amour 6) Motivation sexuelle 9) Perspectives cliniques

3 D4 : Méthodologie 0 : Plan Facteurs principaux Circuits innés Orientation motivation Neuro Anat Fonctionnelle Attachement / Amour 4) Développement sexuel Plan : 1) Épistémologie & Méthodologie 5) Attachement - Amour 2) Mammifères non-primates 3) Évolution du comportement 9) Perspectives cliniques 7) Sexes & Genres 8) Analyses des modèles 6) Motivation sexuelle

4 D26 : Modèles : Mammifères 18 : Facteurs acquis 5 Motivation chez mammifères non-primates : Apprentissage grâce Récompense, qui reçoit : informations phéromonales + sensations génitales ( Novejarque & al ; Cibrian & al ) Développement Motivation signaux visuels auditifs etc. mémorisations apprentissages conditionnements abstraction … Appren- tissage motivation abstraite & cognitive informations phéromonales + sensations génitales intégration développement des circuits sexuels RAPPEL nombreuses répétitions situations & signaux sexuels

5 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Mais modifications des circuits au cours évolution Développement Motivation lordose n'est plus fonctionnelle activités sexuelles dissociées des cycles hormonaux 90 % gènes liés phéromones altérés informations phéromonales secondaires développement néocortex prépondérance cognition sensations génitales facteur initial principal motivation sexuelle NOMBREUSES MODIFICATIONS

6 D4 : Méthodologie 0 : Plan Facteurs principaux Circuits innés Orientation motivation Neuro Anat Fonctionnelle Attachement / Amour 4) Développement sexuel Plan : 1) Épistémologie & Méthodologie 5) Attachement - Amour 2) Mammifères non-primates 3) Évolution du comportement 9) Perspectives cliniques 7) Sexes & Genres 8) Analyses des modèles 6) Motivation sexuelle

7 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Présentation synoptique des différents facteurs Développement MOTIVATION Facteurs secondaires Facteurs majeurs Facteur primordial Facteur majeur FAIM FATIGUE etc. Apprentissage INTERACTIONS Importance relative à évaluer plus précisément

8 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Développement MOTIVATION Rôle et importance majeure ou résiduelle des gènes, hormones & phéromones ?

9 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Influence Hormones sur Motivation humaine ? – Effets à court terme (neurotransmetteur potentiel d'action) – Effets à long terme (génomique synthèse protéines) – Indirects : Rongeurs : Différenciation circuits (Phéromones) – Directs : Rongeurs : Inhibition du comportement (Lordose) – Conséquences dissociation sur motivation : Disparition inhibition – Rongeurs : Effet sur motivation sexuelle Motivation Hétérosexuelle ou Homosexuelle Hominidés : Lordose n'est plus fonctionnelle 1) Développement dès enfance Effet majeur Culture + Éducation 2) Motivation toute l'année Sexualité peut devenir majeure ( Seredynski 2013 ) – Hominidés : Motivation dissociée hormone Effet résiduel Hominidés : olfaction altérée Effet résiduel Absence d'inhibition ( Stephens 1972 ; Suggs 1966 ; Malinowski 1929 ) ( Ferri 2012 )

10 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Conséquences dissociation sur Motivation 1) Plus d'inhibitions Motivation possible toute l'année 2) Développement motivation possible dès période infantile SEXUALITÉ dissociée REPRODUCTION Activités & motivation dissociées des cycles hormonaux RAPPEL

11 D50 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 3 Dissociation entre hormones et motivation sexuelle Taille du pénis Effets physio- logiques Puberté hominidé = Physiologie = Maturation système reproducteur D65 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 3 Testostérone Âge: 4 ans ( Suggs 1966 Henry 1949, 1974 Malinowski 1929 ) Sexualité prépubère dans sociétés libérales Développement motivation possible dès période infantile corrélation taux testostérone croissance pénis augmentation rapide concentration à puberté ( Schonfeld 1943 ) < 10 ng/dl ( Porquet 1997 ) 1 er pic : 2 à 3 mois après naissance 250 à 300 ng/dl concentration très faible durant 10 premières années

12 circuit inné orientation sexuelle ? si hypo- ou hyper-masculinisation : avec structures D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 – Influence hormone sur motivation hétéro / homo ? Influence Hormones sur Motivation ? – Si problème hormonal "Inversion" circuits phéromonaux "Inversion" de l'orientation sexuelle traitement phéromones inversé activités & motivation homosex. Rongeurs

13 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Influence Hormones sur Motivation ? – Activation cérébrale inversée chez homosexuels Similitude avec études chez rongeurs : inversion structurelle et fonctionnelle (résiduelle) – Hormones & Orientation : Longueur os, Stress maternel Rapport doigts D2:D4, Émissions oto-acoustiques, Volume INAH3 corrélés avec homosexualité ( Balthazart 2010 ) ( Savic 2008 ) Fem hétéro Hom homo provoquée : Phéromone putative Estratétraénol Hom hétéro Fem homo hypo- masculinisation hyper- masculinisation détectée : Épithélium olfactif Preuve hormone influence motivation Mais comment ? activation similaire

14 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Comment se développe la motivation sexuelle, au niveau du système de récompense ? Développement MOTIVATION Facteur primordial

15 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 RAPPEL Activations répétées système récompense Apprentissage motivation érotique basique à stimuler Corps & Zones érogènes

16 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 RAPPEL Motivation érotique basique modulée & complexifiée par hiérarchie de facteurs

17 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Développement Motivation : INTENSITÉ Motivation basique soit intense ou faible en fonction développement Récompense Dépend contexte socioculturel ( Frayser 1994 ) Permissif / Incitatif ( Stephens 1972 ) ( Yates 2004 ) Connexions Récompenses érotiques développées

18 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Développement Motivation : INTENSITÉ ( Messenger ) Récompenses érotiques peu développées Prohibitif / Interdits

19 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Quelle est influence de technologie & contexte culturel sur motivation sexuelle ? Développement MOTIVATION

20 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 – Pilule, hormones synthèses, lubrifiant, médias, vidéos, etc. Influencent comportement & motivation sexuel : – Pilule : sexualité complètement dissociée reproduction Motivation plus inhibée par peur grossesses – Hormones ménopause : prolonger motivation – Médias, vidéos : possibilité diffusion connaissances Possibilités motivation pour de nouvelles activités activités virtuelles – Lubrifiant : facilitation pénétration anus vagin Possibilités motivation pour activités anales Diversité Sexualité : Influence Technologies

21 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 Recherche de tous les plaisirs Bisexualité générale chez hominidés variations Activités & Valeurs Émergence formes "sexualité" (bi- homo- hétéro-, virile, etc.) Dans ce cadre hédonique général Influences facteurs géo-culturels Contexte Culturel : importance Plaisirs & Bisexualité ? "Sexualité" = Recherche récompenses somatosensorielles ( Neill 2009 Bagemihl 2000 ) Fourth century B.C.E. Scala Art Resource, New York Hominidés : Dynamique neurobiologique basique : Évitement souffrance / Recherche récompenses (plaisirs) (Kalos kagathos: "beau et bon" de l'Antiquité) Induit activités auto-érotiques et surtout bisexuelles

22 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 Sociétés de guerriers (Germains, Grecs, Samouraïs …) – Homosocialité dominante H-F séparés – NB: Pas "homosexualité" (concept 1870) Sexualité organisé autour de "virilité" Important : pénétrer, femme ou homme Arc de Triomphe, Paris. Uffizi Gallery, Florence. – Importance de la guerre, pour : Contrôle territoires & ressources ( LeBlanc 2003 ) Diversité Sexualité : Guerriers & "Virilité" – Femme statut social inférieur – Valorisation : Guerrier, Virilité, force physique, corps masculin – Sexualité bisexuelle, mais contexte favorisait activités homosexuelles ( Neill 2009 )

23 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 – Couple occidental, provient : Amour courtois (chevaleresque), évolution mariage, fidélité, statut de la femme … ( Duby 2009 ) Diversité Sexualité : diversité "Hétérosexualités" 100 % activités homo à adolescence 100 % activités hétéro à adulte – Polyandrie au Tibet Mariage arrangé dès l'enfance – Raison économique : Pas partager la terre entre fratrie – Croyance culturelle : Incorporer la semence Homme Polygynie, Mormons, USA Sambia, Nouvelle-Guinée Rituels homosexuels de virilisation – Après mariage, rituels interdits – Polygamie dominante à 85 % dont 186 monogames, polygynes, 4 polyandres 5 femmes, 46 enfants, 239 p.e. ( Murdock 1967 ) ( Herdt 2009 ) Terribal 15 ans

24 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 ( Gagnon 2009 ) Diversité Sexualité : diversité "Hétérosexualités" – Activités sexuelles surtout hétérosexuelles 90 % se considèrent comme "hétérosexuels" – Valorisation couple hétérosexuel monogame – Valorisation de la famille – Sociologue (Gagnon, Reiss) Scripts, scénarios sexuels & amoureux appris dès l'enfance – Valorisation de certaines formes de sexualité – Forte bi- et homophobie – Normes culturelles transmises par médias Le baiser Auguste Rodin

25 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 C. Lévi-Strauss Tristes tropiques. Nambikwara, Brésil. (Henry 1949,1974; Malinowski 1929; Suggs 1966) ( Bourguignon 1973 ) – Localisées en Amazonie & Océanie – Sociétés peu développées, pas institutions, religions, école, habitat, etc. Petits groupes ( < 100 ) Contraintes minimales C. Lévi-Strauss Tristes tropiques. Nambikwara, Brésil. Diversité Sexualité: Sociétés libérales – Développement dès enfance ( souvent à partir des jeux corporels ) Jeux corporels non-sexuels d'enfants Nambikwara. – Pas continuum : permissif restrictif Libéral moins de règles ( sexualité pré & extra maritale autorisée )

26 Chasteté D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 – Sociétés monothéistes abrahamiques Finalité : Sexualité = Reproduction dominance Hétérosexualité – Sexualité pré & extra maritale interdite Idéal de chasteté ( 1 er millénaire ) Diversité Sexualité : Sociétés restrictives ( Bourguignon 1973 ) – Localisées bassin méditerranéen – Sociétés religieuses remplacent vers V e s. sociétés de guerriers – Emprise sociale au XVIII e - XIX e s. Industrialisation Instruction ( Aries 1973 ) Écoles religieuses : plusieurs générations éduquées dans valeurs judéo-chrétiennes – Apogée : Puritanisme XIX e Libéralisation partielle depuis changements sociaux années 1970

27 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Nudité : Continuum de nudité à habillement intégral ( Wagley 1977 ) exemples Diversités valeurs sexuelles ( Ford & Beach 1965 ; Werner ) Sang menstruel altère virilité homme (quasi universel) Zones sexuelles : Seins pas considérés comme "sexuel" Tapirapé (Brésil) : uniquement cacher le gland Diversité des pratiques sexuelles très grande diversité des valeurs sexuelles XX e s. Pas parler aux enfants XIX e s. Pas parler aux femmes Beauté valorisée (Fulani) Laideur préférée (Cagaba) (Universel) Valorisation échange femmes & filles pour mariages Créer liens sociaux ( Lévy-Strauss 1949 )

28 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 Diversité Sexualité : Problème – Problème de variabilité des concepts, dans espace & temps : Variations culturelles : concept "fidélité" n'existe pas ! polygamie ou animaux, considérés comme "normal" ( Ford & Beach 1965 ) Variations temporelles, en Occident, des valeurs, croyances, représentations : "sodomites", "homosexualité", "masturbation" Problème sociétal : validité de la "normalité" de la "sexualité" ? (validité biologique de l'hétérosexualité, si phéromones altérées ?) – Problème validité : concepts "validés" par Science ou Culture ? – Problème subjectivité : graduellement, d'enfance à âge adulte Modifications récentes des représentations de l' "homosexualité" Dues à Science ou aux facteurs sociaux des années 70 ? Remarques importantes : Valeurs, concepts et affects "sexuels" deviennent "évidents" et "normaux" Les seins, c'est "sexuel" ! C'est évident !!!

29 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Comment processus cognitifs influencent motivation en fonction diversité culturelle ? Développement MOTIVATION

30 D90 : Psychobiologie : Cognition 1 à la naissance, l'être humain ne sait RIEN. Comportements, connaissances, règles, valeurs, concepts, "Culture" … sont APPRIS – Réseau neurones "vides" : pas instincts, connaissances – Capacité innée de mémorisation, de catégorisation … – Mais pour connaissances TOUT est à apprendre – Cognition Néocortex = réseau de milliards de neurones Capacité innée de traitement de l'information d' élaboration de normes, croyances, valeurs … Capacité innée d' apprentissages Cortex, Cognition & Culture

31 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 – Comment se réalise l'apprentissage : croyances valeurs & représentations culturelles ? Apprentissages non associatifs (habituation, sensibilisation …) Conditionnements classiques et opérants Apprentissages cognitifs (latent, insight …) Apprentissages sociaux … – Processus généraux de l'apprentissage ( pas de processus spécifique à la "sexualité" ) – Conditionnements émotionnels Cortex, Cognition & Culture ( Godefroid 2008 ) ( Georgiadis 2012 )

32 D94 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 18 Neurobiologie : Processus cognitifs qui permettent apprentissages Cerveau Moelle épinière Aires néocorticales associatives polymodales Cortex préfrontal Cortex, Cognition & Culture – Influences inconscientes des représentations culturelles ( McCabe & al 2008 ) ( Custers & Aarts 2010 ) ( Lebreton & al 2012 ) Processus cognitifs identifiés (imagerie cérébrale) : – Modulation de l'activité du système de récompense par des représentations cognitives – Mimétisme social (neurones miroirs ?)

33 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 – Goût aliments & Marque – Goût aliments & Description – Goût boissons & Marque ( Robinson 2007 ) ( Grabenhorst 2008 ) – Enfants 3 à 6 ans préfèrent aliments + boissons marqués McDo – Effet augmenté pour enfants exposés à publicité & mangent à McDo Activation striatum ventral Glutamate mono- sodique ( Kuhn 2013 ) – Évaluation influence sens des mots sur système de récompense Goût riche et délicieux – Cola marqué Coca Cola ou Pepsi Meilleur & Active davantage striatum Expériences avec aliments identiques mieux comprendre influences cognitives

34 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 – Goût vin & Prix ( Plassmann & al 2008 ) 3 vins, évalués sans prix 3 vins, évalués avec prix Corrélation Prix - Plaisir Plus c'est cher, plus de Plaisir Plus activité Cortex préfrontal Cognition module activité système de récompense Expériences avec aliments - Extrapolable sexualité ? Valorisation sociale augmente récompenses / plaisir pas de différences

35 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 – Expérience stimulations corporelles, non sexuelles Influence cognitive sur système récompense ( McCabe & al 2008 ) "Crème" / "Baume hydratant" Contact corporel / Vision – Produit appliqué sur bras : – Par contact ou vision seule, "Baume hydratant" : – est déclaré plus plaisant – active davantage striatum Valorisation sociale augmente récompenses / plaisir Probablement phénomène général

36 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 Induit grande diversité des pratiques et surtout des croyances et valeurs culturelles – Pratiques et valeurs culturelles Acquises par tous les types d'apprentissages (associatifs, cognitifs, sociaux …) – Socialement valorisé traitement Cortex préfrontal Modulation Récompense Influence apprentissages – Influence de nombreux facteurs géoculturels : matrilocalité, statut femme, rituel initiatique religion, règles pré & extra maritales, homosocialité contraintes sociétales, climat, abondance ressources, etc. Conclusion Cognition & Culture : – Apprentissages scénarios culturels, affectifs & sexuels Social : Neuro :

37 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Rôle et importance des émotions sur motivation sexuelle ? Développement MOTIVATION

38 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 – Association avec émotions Facteur majeur développement motivation sexuelle Développement motivation : Émotions – Association avec émotions positives (joie, tendresse …) Renforcement intensité motivation – Association avec émotions négatives (douleur, honte …) Diminue & altère motivation « La sexualité pour moi est un mélange très dense de toutes ces émotions négatives que j'ai pu avoir : culpabilité, douleur, impression de ne pas être désirable, humiliation. Je n'arrive pas à me libérer de tout ça pour vivre pleinement ma sexualité actuelle. Des gestes, des paroles me rappellent souvent des moments mal vécus et me bloquent » (Cas 209). ( Brenot 2012 ) Cas clinique typique :

39 D86 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 16 Extrait vidéo : Comprendre l' importance des conditionnements émotionnels sur la sexualité – Masturbation est taboue – Dramatisation – Dangers : Maladie, mort – Émotions négatives intenses Conditionnement émotionnel aversif aversif Masturbation Conditionnements Modification motivation

40 Vidéo : Conditionnement émotionnel aversif D87 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 16 Même dynamique pour induire aversion : sodomie, homosexualité, échangisme, adultère, baiser … voire sexualité

41 Vidéo : Conditionnement émotionnel collectif D87 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 16 – Extrait du documentaire "Jesus Camp", Évangéliques – Chrétiens fondamentalistes 80 à 100 M aux USA (> 1/4) – "Éducation" religieuse et morale des enfants Notez intensité émotions – Seule la sexualité procréative est acceptée – Pratiques non majoritaires mais groupes très actifs Conditionnements émotionnels Effets majeurs ( Suggs 1966 ) ados Marquisiens Sexualité quotidienne Femme Homme Ados ayant rapports sexuels 80 % à 90 % ? ados évangéliques 60 % ados US sont vierges ( CDC 2010 )

42 D68 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 6 – Contrôle social sexualité Souvent réalisé par conditionnement émotionnel aversif – Douleur physique ou souffrance morale des sanctions – Réactions émotionnelles négatives de entourage : colère, mépris, dégoût, etc. – Peur : maladie, agression, sanction, rejet, échec, magie – Mais : Association conditionnements aversifs avec motivation sexuelle Troubles Conditionnements émotionnels – Induction dégoût : organes génitaux, fluides corporels – Absence de connaissances & Socialisation sexuelle Incapacité d'autonomie, jugement, responsabilisation dans situations sexuelles

43 D4 : Méthodologie 0 : Plan Facteurs principaux Circuits innés Orientation motivation Neuro Anat Fonctionnelle Attachement / Amour 4) Développement sexuel Plan : 1) Épistémologie & Méthodologie 5) Attachement - Amour 2) Mammifères non-primates 3) Évolution du comportement 9) Perspectives cliniques 7) Sexes & Genres 8) Analyses des modèles 6) Motivation sexuelle Effets sur motivation ?

44 D76 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 8 Motivation sexuelle : Attachement / Amour Mammifères sociaux : attachement oriente motivation sexuelle vers partenaire de copulation Humains : Amour augmente motivation, parfois intensément, car active composante motivationnelle des récompenses ( Cacioppo & al 2012 )

45 D4 : Méthodologie 0 : Plan Facteurs principaux Circuits innés Orientation motivation Neuro Anat Fonctionnelle Attachement / Amour 4) Développement sexuel Plan : 1) Épistémologie & Méthodologie 5) Attachement - Amour 2) Mammifères non-primates 3) Évolution du comportement 9) Perspectives cliniques 7) Sexes & Genres 8) Analyses des modèles 6) Motivation sexuelle

46 D76 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 8 Orientation de la motivation sexuelle ? Question controversée : Problème : – Gènes olfactifs altérés – Phéromones deviennent secondaires – Importance des apprentissages – Existe encore motivation hétérosexuelle, innée ? – ou existe plutôt préférences sexuelles, apprises ? (et motivation hétérosexuelle résiduelle n'est plus qu'un des facteurs des préférences sexuelles) Étude d'une motivation sexuelle sans rapport avec reproduction homo- et hétérosexualité : la motivation inter-espèce

47 D2 : Introduction 2 : Généralité Sexualité inter-espèces NB: n'est pas "éloge zoophilie" Comprendre sexualité – Existent chez animaux (surtout primates) entre Homo sapiens et Néandertal et humains (différentes sociétés et époques) – Considérées comme "normales" dans certaines sociétés ( Ford & Beach 1965 ) – Intérêt scientifique : aucun rapport avec reproduction ( Green & al 2010 )

48 D2 : Introduction 2 : Généralité Sexualité inter-espèces – Que pourrait-on apprendre de ce comportement "biologiquement normal", mais très particulier ? – S'il existe un comportement tellement "contre-nature" Raisons biologiques particulières ? – Mammifères : reconnaissance du congénère pas innée Apprise au cours du développement ( Kendrick & al )

49 D2 : Introduction 2 : Généralité Enquêtes scientifiques chez lhumain – Miletsky H. Understanding bestiality and zoophilia. East-West Publishing, 2002 – Williams C.J., Weinberg M.S. Zoophilia in men: a study of sexual interest in animals. Archives of Sexual Behavior, 32(6): , 2003 – Kinsey A.C. En fonction de ces données, que peut-on conclure ?

50 D2 : Introduction 2 : Généralité Activités inter-espèces : 1) Raisons des activités inter-espèces ? 2) Âge début ? Implications ? – Plaisir intense : 44 % ( Williams & Weinberg 2003 ) "C'était extraordinaire / Un choc pour les sens / De l'opium Le meilleur plaisir que j'ai jamais eu" – Affection : 26 % Tendresse / Affection similaire à l'amour d'un être humain exprimer de l'amour / Amour inconditionnel – 50 % entre 11 et 14 ans ( Williams & Weinberg 2003 ) – Âge expérimentations sexuelles / Faibles inhibitions sociales Rejet des normes / Influence des pairs Passage à l'acte

51 D2 : Introduction 2 : Généralité Activités inter-espèces : 3) Animaux préférés ? Raison ? Chiens : Affection démonstrative, docilité, disponibilité, taille adaptée douceur fourrure, sexuellement actif 4) Similitudes entre sexualité humaine et avec animaux : – Activités similaires : orogénitales, coït, masturbation Stimulation des zones érogènes – Importance du plaisir et de l'affection Comportement érotique & Attachement – Besoin : d'empathie, d'attention, de compréhension d'être aimé Activation réflexes copulatoires

52 D2 : Introduction 2 : Généralité Activités inter-espèces : 5) Inconvénients Avantages ? Amour inconditionnel Disponibilité quasi totale Douceur fourrure Absence dispute Absence moquerie Davantage de confiance Absence de jugement Affection démonstrative Manque de romantisme Manque de support mutuel Absence d'échange intellectuel Manque le facteur cognitif / intellectuel Le facteur affectif est supérieur compensation PLAISIR Absence d' AGRESSION Sexualité humaine

53 D2 : Introduction 2 : Généralité Conclusion : quelles informations ? La dynamique de la sexualité apparaît similaire quel que soit l' "objet" sexuel mais d' intellect, et surtout de la recherche d' émotions positives (plaisir, tendresse, complicité, amour inconditionnel …) REPRODUCTION INSTINCT PLAISIR / ÉMOTIONS APPRENTISSAGES la sexualité humaine ne dépendrait quasiment plus ni des gonades, ni du genre … ni même de l'espèce Disparition instinct reproduction : càd comportement programmé (cf lordose) Absence reconnaissance congénère + Hormones (dissociation) + Phéromones (altération gènes) + Réflexes (disparition lordose) transition

54 D10 : Psychobiologie : Physiologie 1 Futurologie – Japonais pionniers : Robots humanoïdes pour robothérapie Aides et Soins aux personnes très âgées – David Levy, expert en I.A. Synthèse entre Robotique + I.A. + Psychologie sexuelle Robots sexuels – Objectif : développement d'un humanoïde, compagnon affectif & sexuel "idéal"

55 D2 : Introduction 2 : Généralité – Inconvénients Avantages ? Amour inconditionnel Disponibilité quasi totale Douceur fourrure Absence dispute Absence moquerie Plus de confiance Absence de jugement Affection démonstrative Manque de romantisme Manque de support mutuel Absence d'échange intellectuel Humain aime animal Anthropomorphisme donc Humain pourrait probablement aimer humanoïde "parfait" Futurologie : Robots sexuels Anatomies sexuelles hyperréalistes

56 D10 : Psychobiologie : Physiologie 1 Artificial Intelligence Doll Pas de maladies Pas d' IST, SIDA Sexuellement expert Toutes les connaissances Pas de jugements négatifs Pas de moquerie Tous les fantasmes réalisables Drôle, enjoué, espiègle … Sensuel et affectionné Pas de violence Tendre et romantique Imaginez :

57 D10 : Psychobiologie : Physiologie 1 Plus humain qu'un humain Le meilleur des mondes … Un amour inconditionnel Artificial Intelligence Doll Toujours présentToujours disponibleToujours attentif Toujours reconnaissant Pour éviter la monotonie, et susciter la passion : Parfaitement imparfait

58 D10 : Psychobiologie : Physiologie 1 Capacités actuelles robotisation & I.A. : – Chat NeCoRo conçu en 2004 avec I.A. – Enfants < 5 ans réactions similaires à animal réel ( Libin & Libin 2004 ) ( Kahn & al 2012 ) – Actuellement : I.A. peut "leurrer" enfants < 10 ans "Affection" pour humanoïde – Reproduction émotions faciales en cours D'ici 50 à 100 ans, humanoïde avec intelligence émotionnelle pourra-t-il induire motivation sexuelle chez humain ?

59 D52 : Modèles : Homme 10 : Renforcement 2 Synthèse : Intégration des différents facteurs Développement MOTIVATION

60 D78 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 8 Continuum : Préférence - Aversion Système de "récompense" (appétitif) Système de "punition" (aversif) ( Miletsky 2002 ; Yates 2004 ) Récompenses érotiques intenses / prolongés favorisent préférences : – Vécus érotiques à plusieurs Préférence sexualité de groupe – Activité "extatique" Préférence exclusive – Etc. Conditionnements aversifs Aversions sexuelles – Peur IST Aversion sexualité – Dégoût matière fécale Aversion activités anales – Rapports douloureux Vaginisme – Etc. Généralisation Continuum : Préférence - Aversion

61 D76 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 8 (effets sur la personne) Facteurs Biologiques Contexte Culturel Dévalorisation culturelle du baiser Dynamique psychosociale spécifique (réactions du groupe) Valorisation culturelle du baiser - Moqueries - Interdits - Sanctions - … - Conditionnements aversifs Honte, Dégoût pour le baiser absence Désir pour le baiser - Affichage public - Connaissance - Valorisation sociale - Imitation - Embrasser active récompense Préférence sexuelle pour le baiser Désir pour le baiser Dynamique basique Mimétisme social, Influences représentations culturelles ( Lebreton 2012 Custers 2010 ) détermine apprentissage normes culturelles

62 D77 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 8 (effets sur la personne) Facteurs Biologiques Contexte Culturel Homophobie Dynamique psychosociale spécifique (réactions du groupe) Valorisation hétérosexualité - Réactions dégoût - Moqueries / Insultes - Agressions - … - Conditionnements aversifs Dégoût, honte pour homosexualité absence Désir homosexuel - Publicité, Connaissance Valorisation sociale - Imitation - Apprentissage scripts hétéro Vécus hétéros - Activation système récompense Apprentissage préférences hétérosexuelles Désir hétérosexuel Dynamique basique ( Savin 2010 ) ( Lebreton 2012 Custers 2010 ) apprentissage normes culturelles

63 D79 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 8 Exemples de préférences érotiques dans l'Histoire et les Cultures : Miss Univers Ephèbe grec (Amour céleste)

64 D80 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 8 Importance des conditionnements culturels dans formation Préférences-Aversions érotiques Sociétés traditionnelles Modifications corporelles esthétiques : - Déformations - Scarifications - Tatouages … So (Ouganda). Erotique = Fente labiale + écoulement salive + jus de tabac

65 Fille masculinisée D102 : Modèles : Homme 23 : Clinique 2 Complexe Simple Récompense Conditionnement Zones érogènes ACQUIS Recherche plaisir Conditionnements émotionnels APPRENTISSAGE "SEXUALITÉ" Conformité Croyances Physiologie CONTEXTE CULTUREL Valeurs, normes croyances, scripts Préférences sexuelles : Synthèse effets Émotions Cognition Phéromones INNÉ Hormones (indirect) Préférences sexuelles ( Savic & al ) faible probabilité stimulations homosexuelles masculinisation des comportements probabilité identification Opposition Identification "Butch" probabilité d'activités homosexuelles Culture homosexuelle Préférences homosexuelles

66 Préférences animaux D103 : Modèles : Homme 23 : Clinique 2 Complexe Simple Récompense Conformité Physiologie CONTEXTE CULTUREL effets Émotions Cognition Phéromones ? Hormones (indirect) Préférences sexuelles Zones érogènes APPRENTISSAGE "SEXUALITÉ" Recherche plaisir INNÉ Conditionnement ( 2003 Williams & Weinberg 1948 Kinsey ) ACQUIS Conditionnements émotionnels Croyances Préférences sexuelles : Analyse Expérimentation Plaisir "extatique" Préférences animaux Troubles : honte, culpabilité, dégoût, tendance suicidaire … Observation d'activités avec animaux – Nombreux contextes – Nombreux scénarios – Nombreux facteurs Possibilités illimitées Vécu sexuel singulier Préférences singulières Valeurs, normes croyances, scripts

67 D4 : Méthodologie 0 : Plan Facteurs principaux Circuits innés Orientation motivation Neuro Anat Fonctionnelle Attachement / Amour 4) Développement sexuel Plan : 1) Épistémologie & Méthodologie 5) Attachement - Amour 2) Mammifères non-primates 3) Évolution du comportement 9) Perspectives cliniques 7) Sexes & Genres 8) Analyses des modèles 6) Motivation sexuelle

68 D94 : Modèles : Homme 20 : Développement & Dynamique 18 Traitements cognitifs de l'information sexuelle – Évaluation du caractère (non) "sexuel" des stimuli – Focalisation Attention sur stimuli "sexuels" – Imagerie motrice sexuelle ( fantasmes sexuels ) – Sensations intéroceptives génitales Inné Acquis, après apprentissage de motivation érotique : Cortex OrbitoFrontal ( Stoleru & Fonteille 2010 ) Insula Inférieur Aire Prémotrice Lobule Pariétal Supérieur ( AD Craig 2003 ) Zones cognitives spécialisées ( Kranz 2006 ) Motivation augmentée


Télécharger ppt "D1 : Introduction 1 : Titre Neurobiologie des Comportements Dr Serge Wunsch Facteurs neurobiologiques et psychobiologiques de la sexualité humaine École."

Présentations similaires


Annonces Google