La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La construction dune première culture littéraire en maternelle Castelnau 30 janvier 2008 Y. Soulé, IUFM/ Montpellier II -LIRDEF.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La construction dune première culture littéraire en maternelle Castelnau 30 janvier 2008 Y. Soulé, IUFM/ Montpellier II -LIRDEF."— Transcription de la présentation:

1 La construction dune première culture littéraire en maternelle Castelnau 30 janvier 2008 Y. Soulé, IUFM/ Montpellier II -LIRDEF

2 Les promesses tenues dun enseignement menacé Introduction

3 5 ans déjà… La littérature dans les instructions officielles Formation initiale et continue Dominante « Littérature de jeunesse » Avancées des équipes de recherche Nouvelles ressources bibliographiques Un document « bilan » : « Le langage à lécole maternelle » La liste cycle 2

4

5

6 …et cependant Peut-on parler de lecture littéraire en maternelle ? Lit-on autrement dans les classes de maternelle ? Quest-ce que la lecture littéraire de la PS à la GS ?

7 « la littérature est à la fois une culture à investir, un texte à interpréter et un support de projections psycho-affectives, elle est un phénomène pluridimensionnel qui requiert une approche diversifiée. » Jean-Louis Dufays, Louis Gemenne, Le Français aujourdhui, n°

8 Plan de lintervention I.Un rapport dactivités contrasté II.Des approches multiples à articuler III.Des gestes professionnels à préciser

9 I. Un rapport dactivités contrasté 1.Des promesses 2.Des acquis 3.Des obstacles 4.Des pressions 5.Des dérives

10 1. Les promesses La construction dune première culture littéraire Le plaisir de lire ensemble et de partager les lectures Compréhension et interprétation la lecture littéraire un atout pour la maîtrise du langage et de la langue

11 2. Les acquis a.Promouvoir des modalités de lecture diversifiées b.Autoriser de véritables postures de lecteur c.Rendre compte des possibles du texte d.Parier sur les possibles des élèves

12 3. Les obstacles a.Une formation insuffisante b.Des résistances c.Des savoirs et des compétences mal identifiés d.Une évaluation « incertaine »

13 a.Des tensions non résolues : Littérature et lecture (code) Littérature et langue (lexique et syntaxe) culture littéraire et/ou acculturation scolaire b.Des compétences expertes prématurées ? c. Enseignement incident, enseignement programmé ? d. L« objet » littérature : un point toujours aveugle ? 4. Les pressions

14 5. Les dérives Le choix des ouvrages Les émissions dhypothèses Le tout réseau Vous avez dit débat philosophique !? Quils parlent, il en restera toujours quelque chose !

15 II. Des approches multiples à articuler autour de quatre pôles didactiques de référence

16 Acculturation Compréhension de texte Production langagière (Ecrit) Code CP Réf. Roland Goigoux 50% 20% 10% 20%

17 Culture Compréhension de texte Production langagière (Oral/Ecrit) Code GS 40% 10%

18 Culture / Vivre ensemble Compréhension de texte Production langagière (Oral) Code PS 40% 10%

19 1.socialisation 2.transmission patrimoniale 3.approche identitaire / fusionnelle 4.développement cognitif 5.entrée dans lécrit 6.éducation esthétique Quelles sont ces approches ?

20 1.socialisation

21

22 2. transmission patrimoniale Lhéritage

23 Réécriture et intertextualité

24

25

26 3. approche identitaire /fusionnelle

27

28

29

30 4.développement cognitif

31 5.entrée dans lécrit mise en mots et de mise en sens

32

33

34

35

36 Travail sur les univers de référence

37

38 6.éducation esthétique

39

40

41 III. Des gestes professionnels à préciser 1.Définition de la notion 2.Les logiques profondes 3.Cinq grandes préoccupations 4.Les nécessités dun ajustement permanent 5.Un observatoire des productions langagières

42 1. Définition de la notion Gestes professionnels : « lensemble des actes, paroles, décisions, réflexions et jugements qui organisent le déroulement dune séance denseignement »

43 Deux grands types de gestes… Gestes professionnels « invariants » Transversaux Ritualisés Routinisés Gestes professionnels « spécifiques » Relatifs à un enjeu didactique précis Incidents, dictés par le cours daction … conditionnés par des logiques profondes

44 2. Les logiques profondes Expériences Contextes dapprentissage et de formation Contexte identitaire (socioculturel, affectif, émotionnel) Croyances et représentations Valeurs Prescriptions, auto-prescriptions Ces logiques profondes déterminent un rapport singulier aux savoirs enseignés et au métier

45 3. Cinq grandes préoccupations Latmosphère Le pilotage de lespace et du temps Le tissage Létayage Les contenus dapprentissage

46 La lecture à haute voix La mise en réseaux Le jeu dramatique / la théâtralisation Lire en maternelle cest créer, jouer, vivre les livres La cahier de littérature Les « cercles » de lecture Les débats à « visée littéraire et /ou philosophique » Atmosphère Promouvoir d « autres » modes de lecture, de réception, de réflexion

47

48 Fonder la rencontre avec les textes et la présence du texte Le livre dans la classe Lire ailleurs que dans la classe et dans les créneaux horaires attendus Lalbum : un support privilégié Lalbum sans texte : une médiation décisive Lalbum comme artefact langagier et linguistique Projets de lecture Pilotage

49 Favoriser des procédures de rémanence qui garantissent le sens des apprentissages Les 6 fonctions de létayage selon Bruner –Enrôlement –Simplification de la tâche –Maintien de lobjectif –Signalisation des caractéristiques déterminantes –Contrôle de la frustration –Démonstration Les conduites dexploration et de questionnement Linteraction des domaines dactivités Etayage

50 Favoriser le(s) retour(s) au texte Tissage externe et interne La conservation des faits de langue des textes La mémorisation La mise en réseau Tissage

51

52

53 Voir la langue des textes Activités de langue induites par le texte et lacte de lecture induites par le questionnement déduites de la lecture du texte déduites du questionnement construites, co-construites, discutées Contenus dapprentissage

54 4. Les nécessités dun ajustement permanent La lecture littéraire à partir de la petite section : Considérer le texte comme une situation-problème demandant que soient mobilisés tous les gestes susceptibles daider à sa résolution et à la confrontation des procédures.

55 5. Un observatoire des productions langagières Si le langage est la fenêtre dobservation de lactivité des élèves, il lest aussi de celle de lenseignant. La plupart des gestes ont donc une dimension langagière, caractéristique de notre métier

56 Un nouveau paradigme de « préparation » : la disponibilité La lecture : entre « orientation culturelle » et « épaississement » des procédures Les fonctions de la parole du maître Vers les « gestes détude » des élèves Conclusion

57 « développer une relation vivante avec les œuvres » A. Boissinot, Le Débat, Mai-août 2000, n°110.


Télécharger ppt "La construction dune première culture littéraire en maternelle Castelnau 30 janvier 2008 Y. Soulé, IUFM/ Montpellier II -LIRDEF."

Présentations similaires


Annonces Google