La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Surpoids et obésité de lenfant et de ladolescent.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Surpoids et obésité de lenfant et de ladolescent."— Transcription de la présentation:

1 Surpoids et obésité de lenfant et de ladolescent

2 QUELQUES CHIFFRES En France, la proportion denfants entre 5 et 12 ans en surpoids ( 97e percentile des références françaises) a progressé de 6 % à la fin des années 70, à 13 % en Depuis les années 2000 les observations montrent une stabilisation de la prévalence du surpoids et de lobésité chez lenfant. En 2006, la prévalence estimée du surpoids incluant lobésité était, selon les références IOTF, de 18 % chez les enfants de 3 à 17 ans, dont 3,5 % présentaient une obésité. Les prévalences du surpoids et de lobésité sont supérieures en France dans les populations défavorisées. La probabilité quun enfant obèse le reste à lâge adulte varie selon les études de 20 à 50 % avant la puberté, à 50 à 70 % après la puberté.

3 DÉFINITION Le surpoids et lobésité sont définis par lOrganisation mondiale de la santé (OMS) comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. LIndice de masse corporelle (IMC), reflet de la corpulence, est couramment utilisé pour estimer ladiposité. IMC = poids (kg) / taille² (m)

4 4 Dépister un enfant à risque dobésité Tracer la courbe dindice de masse corporelle Apprécier le rebond dadiposité Déterminer la gravité dune obésité Rechercher les complications Donner les conseils nutritionnels Orienter La perte de poids nest pas un objectif prioritaire chez lenfant et ladolescent en surpoids ou obèse.

5

6 6 Indice de masse corporelle IMC = poids (kg) / taille² (m) Obésité de degré 1 au-delà du 97 e percentile des courbes de référence françaises Obésité de degré 2 à partir des seuils dIMC de la définition internationale de lobésité Rebond dadiposité 6 ans Rebond dadiposité précoce

7 Quels sont les signes dalerte à repérer sur la courbe de corpulence? La dynamique de la courbe dIMC ascension continue de la courbe depuis la naissance rebond dadiposité précoce (plus il est précoce, plus le risque de devenir obèse est élevé) changement rapide de couloir vers le haut. Ces signes sont associés à un risque plus élevé de développer un surpoids et une obésité. Une obésité très précoce, en particulier avec ascension continue de la courbe dIMC depuis la naissance, doit évoquer et faire rechercher une obésité génétique (monogénique ou syndromique)

8 Facteurs associés au risque de surpoids et dobésité commune de lenfant et de ladolescent Surpoids et obésité parentale notamment de la mère au début de la grossesse Grossesse : prise de poids excessive, tabagisme maternel, diabète maternel quel que soit son type Excès ou défaut de croissance fœtale (macrosomie/hypotrophie) Gain pondéral accéléré dans les 2 premières années de vie dautant plus important que la période de gain pondéral accéléré est longue, Difficultés socioéconomiques des parents et cadre de vie défavorable Manque dactivité physique et sédentarité.Manque de sommeil Attitudes inadaptées de lentourage par rapport à lalimentation (restrictives ou au contraire trop permissives) Facteurs psychopathologiques : dépression chez les filles, hyperphagie boulimique Négligences ou abus physiques ou sexuels dans lenfance ou ladolescence Handicap (moteur ou mental)

9 OBÉSITÉ SECONDAIRES Les obésités dites « secondaires » regroupent: les obésités de cause endocrinienne les obésités syndromiques Les obésités monogéniques (obésité très sévère et très précoce) les obésités iatrogènes

10 Risques à court terme Retentissement somatique Orthopédiques (genu valgum, hanches, rachis, genoux) Respiratoires (effort endurance, apnées du sommeil, asthme) Métaboliques (insulinoresistance, hyperlipidémie, hypertension, diabète 2) Endocriniennes adipogynécomastie, verge enfouie, hirsutisme, troubles des règles, SOPK Cutanées (vergétures, acnée sévère, mycoses …) 10

11 Risques à court terme Retentissement psycho-social Mauvaise estime de soi, troubles anxieux, voire dépressifs, performance scolaire, achats des vêtements Effet discriminatoire : l adolescent obèse est montré du doigt, exclusion des jeux, Handicap pour le sport et les activités physiques Mauvaise insertion puis évolution sociale 11

12 Conséquences à long terme Persistance de lobésité dans 50 à 70% des cas à lâge adulte. Risque de surmortalité de 50 à 80%, surtout cardiovasculaire et néoplasique (diabète de type 2, syndrome métabolique) pathologies respiratoires pathologies ostéo-articulaires (épiphysiolyse) Un jeune adulte obèse a une espérance de vie diminuée de 13 ans 12

13 ORIENTER Patient et sa famille Médecin Traitant Pédiatre, MG de ville Centre de Santé Médecine Scolaire PMI Collectivité locales Kinésithérapeute Diététicienne Psychologue Ass. Sociale Hôpital Centre Expert SSR Hôpital de Jour Éducation thérapeutique

14 FAIRE TOMBER LES IDEES RECUES Faire un bilan … Perdre des kilos Faire un régime Obtenir des résultats rapides - DECULPABILISER - MOTIVER : implication de TOUTE la famille -PLURIDISCIPLINARITÉ - SUIVI prolongé - Thérapeutique quotidienne

15 Programme soutenu par lARS dans le cadre du CLS du Grand Chalon

16 « Bien dans mes baskets et dans mon assiette » Programme spécifique pour les enfants en surpoids et leurs familles Trois groupes de 10 à 12 enfants par tranches dâges : 3 à 6 ans / 7 à 11 ans/ 12 à 16 ans, 1 fois par mois sur une année scolaire Ateliers pratiques collectifs (alimentation/ hygiène de vie, expression, activité physique) Le but est dapprendre à lenfant à se sentir bien, à connaître son corps, prendre plaisir à bouger et acquérir des compétences (goût, santé, cuisine, choix de consommation… ) renforcer lestime de soi, soutenir la famille dans cette démarche.

17 CRITÈRES DINCLUSION ORIENTATION PAR LE MÉDECIN TRAITANT ENFANTS RÉSIDANT SUR LE GRAND CHALON IMC>97° PERCENTILE

18 « Atelier autour de lactivité physique » Sylvie Janod-Simon, éducatrice sportive sport santé Des découvertes, des jeux… Un défi

19 « Atelier expression » Elisabeth Vitton, musicothérapeute

20 « Atelier alimentation en pratique » Marie Astrid Inghilleri et Sigolène Murat, diététiciennes Des jeux, des discussions, de la cuisine, des dégustations Un défi à faire à la maison Des idées pour aller plus loin

21 Implication Charte dengagement Participation financière : 5 euros pour lannée

22 Des outils de suivi du programme Carnet de recueil > à remplir pour la 1 ère séance et en fin de programme Suivi de présence Suivi des défis Enquête de satisfaction

23 Dessins de lécole élémentaire Maurice Cortot


Télécharger ppt "Surpoids et obésité de lenfant et de ladolescent."

Présentations similaires


Annonces Google