La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le jeu, outil pédagogique dans les études médicales ? S. ROHR.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le jeu, outil pédagogique dans les études médicales ? S. ROHR."— Transcription de la présentation:

1 Le jeu, outil pédagogique dans les études médicales ? S. ROHR

2 HISTORIQUE du JEU PLATON parlant des enfants « faites plutot quils sinstruissent en jouant » Antiquité romaine : instruction par « maitres de jeu »

3 HISTORIQUE du JEU(2) Moyen Age : les jeux sont interdits (fin Moyen Age soldats de plomb:stratégie militaire ) Renaissance : DEVELOPPEMENT du JEU : Jésuites( jeu de cartes: « combats de connaisances » Progrés importants des éléves- suspicion de magie

4 HISTORIQUE du JEU (3) XVII siècle : jeu de loie batailles de Louis XIV Jansenistes Pédagogie souriante XVIII siècle: différentes catégories de jeux : moraux, religieux …. apparition marionnettes à lécole

5 HISTORIQUE du JEU (4) XIX siècle : disparition du jeu ludique, gratuit et spontané XX siècle : Jeu- divertissement Jeu éducatif

6 Le jeu chez lenfant et ladulte JEU éducatif = ENFANTS Jeu de hasard= ADULTES DELASSEMENT, DETENTE, TROMPER LENNUI

7 LE JEU outil pédagogique? ( N. de Gramont ) Jeu ludique Jeu éducatif Jeu pédagogique

8 JEU LUDIQUE Notion de plaisir « plaisir est lié aux émotions et au besoin de merveilleux…assouvi dans un élan de gratuité inconditionnelle » Notion de gratuité désirs intrinsèques avec surinvestissement

9 JEU LUDIQUE (II) Notion de créativité Notion darchétypes - le jeu est une composante intrinsèque de la vie - le jeu semble plus ancien que la culture

10 JEU EDUCATIF Notion de régles Notion dapprentissage Stimule esprit de compétition

11 JEU PEDAGOGIQUE Mise à lépreuve des connaissances Notion de performances et de competition

12 UNE IDEE un peu originale ses raisons Le meneur de jeu est un grand enfant passionné par le Trivial Poursuite Contrôle des connaissances dominées par le plaisir, entretenir lémulation, favoriser la relation meneur de jeu joueurs

13 Une idee qui fait doucement son chemin 1997: 1er JEU officiel : 6eme Journée de la REGION EST- Strasbourg … : 99eme Congrés Français de Chirurgie 1998: 2 sessions annuelles du Centre de Chir Viscerale et de Transplantations 2000: Journees de Medecine de Strasbourg 2000: Soirées de Cancéro

14 La recette dun jeu réussi Importance des questions faciles Importance des questions inattendues Répétitions des questions Questions de hasard utiles Gratuité du jeu … mais valorisation Importance du meneur de jeu DETERMINER LA POPULATION CIBLE

15 Les difficultés du jeu médical La perplexité des collègues La jalousie des collègues ( défaut qui peut susciter de nouvelles pistes ) Leffet dusure ( aspect répétitif….)

16 LE JEU à LUNIVERSITE ? Le jeu : part inéluctable et essentielle dans la vie de lhomme Acte utile et très positif

17 Journées de Médecine de Strasbourg Novembre 2004 Questions pour un champion B.GOICHOT,P.DUFOUR,M. KOPP, S.ROHR. Faculté de Médecine STRASBOURG

18 Vous allez jouer et apprendre avec les NOUVEAUX BOITIERS de la FACULTE DE MEDECINE

19 VOUS ÊTES PRETS ??

20 Question 2 Parmi les médicaments suivants, lequel ne peut pas donner une hypercalcémie ? A. Rennie© B. Lasilix © C. Fludex © D. Idéos ©

21 Parmi les médicaments suivants, lequel ne peut pas donner une hypercalcémie ? A. Rennie© cf Alsamed B. Lasilix © C. Fludex © D. Idéos ©

22 Question 3 Quelle était la méthode de traitement chirurgical des hémorroïdes au XIXème siècle ? A.Aucun B. Hémorroïdectomie pédiculaire C.Hémorroïdopexie par fils métalliques D.Dilatation anale à 8 doigts

23 REPONSE D Question 3 Commentaires : Intervention MILLIGAN MORGAN vs LONGO

24 INTERVENTION DE MILLIGAN ET MORGAN

25 Dissection et ligature séparée des 3 paquets

26 INTERVENTION DE MILLIGAN ET MORGAN Ligature des pédicules

27 INTERVENTION DE MILLIGAN ET MORGAN

28 TECHNIQUE DE LONGO

29

30

31 LONGO vs MILLIGAN MORGAN métaanalyse Sutherland LM et al. Arch Surg.2002 Cheetham MJ (2) Dis Colon Rectum 2003 Court terme : LONGO > MILLIGAN MORGAN douleurs Moyen terme : MILLIGAN MORGAN > LONGO saignement prolapsus « soiling » inconfort [50 % vs 12 % (2) ] symptômes [64 % vs 31 % (2) ]

32 Question 5 Dans une étude randomisée comparant un traitement A et un traitement B, une différence significative avec un p < 0.05 en faveur de A signifie que : A. Le risque de conclure par erreur est inférieur à 5% B. La différence entre les deux bras de traitement nest pas supérieure à 5% C. La précision du test est au maximum de 5% D. La probabilité que B soit en fait plus efficace est au maximum de 5% E. Le résultat est plus significatif que si le p était < 0.01.

33 Question 5 REPONSE A

34 Lhypothèse Ho est quil n y a pas de différence entre les deux traitements. Lhypothèse H1 est quil y a une différence entre les deux traitements.

35

36 Question 7 Tous ces signes portent le nom de Trousseau, sauf un A. le bruit d airain dans le pneumothorax B. la manœuvre mettant en évidence l hyperexcitabilité neuromusculaire dans la tétanie C. la raie méningitique décrivant les troubles vasomoteurs dans le syndrome méningé D. l abolition du réflexe pupillaire dans la syphilis tertiaire E. La révélation d un cancer par une thrombose le plus souvent veineuse

37 Tous ces signes portent le nom de Trousseau, sauf un Réponse D. l abolition du réflexe pupillaire dans la syphilis tertiaire = signe d Argyll Robertson Douglas Moray Cooper Lamb Argyll Robertson,

38 Question 8 Traitement dune fissure anale commissurale postérieure hyperalgique ? A.Un placebo permet une cicatrisation dans moins de 5 % des cas. B.Le meilleur traitement médical utilise des dérivés nitrés. C.La dilatation anale reste le meilleur traitement clinique. D. Le meilleur traitement chirurgical est la sphinctérotomie interne.

39 REPONSE(I): D Question 8 - Placebo : cicatrisation jusquà 35 % (études randomisées depuis 1997) - Meilleur traitement médical : inhibiteur calcique (voie locale) nifédipine ou diltiazem - Dilatation anale doit être abandonnée * cicatrisation aléatoire * risque + élevé dincontinence anale

40 FISSURE ANALE - TRAITEMENT CHIRURGICAL métaanalyse Nelson RL 2004 * sphinctérotomie interne > fissurectomie + lambeau davancement * sphinctérotomie interne fermée ? ouverte ? Place de la toxine botulinique insuffisamment évaluée.

41 QUESTION 9 R.E.E.M. a été créé en Le sigle de cette association signifie : A Réseau Evangélique dEvaluation des Miracles B Réseau Epidémiologique de lErreur Médicamenteuse C Résister Efficacement à lEvaluation Médicale D Réseau dEncouragement à lEffort Musculaire

42 QUESTION 9 Réponse B Prescrire mars 2004 N° 248 p. 226 Ce réseau concourt à une approche pédagogique peu employée en France : lapprentissage par lerreur

43 QUESTION 10 Au XVIIIème siècle, cette théorie dite du « magnétisme animal » postulait que les maladies étaient liées à une mauvaise répartition d un fluide dans l organisme et pouvaient être traitées par application d un aimant. Il s agissait du: A. Debrisme B. Messmerisme C. Raffarinisme D. Cressonisme E. Chabandelmisme

44 Réponse B. Mesmerisme Franz Anton Mesmer ( ): la théorie du magnétisme animal, très en vogue dans les salons parisiens à la fin du XVIIIème siècle fit l objet, à la demande de Louis XVI, d un rapport de l Académie de Médecine qui conclut à l absence d efficacité de la technique: « L imagination sans magnétisme produit des convulsions. Le magnétisme sans imagination ne produit rien »

45 Question 11 La capécitabine est une prodrogue du 5- Fluorouracile qui est administrée par voie orale dans le cancer colorectal à la phase métastatique. Parmi les effets secondaires suivants quel est le plus fréquent : A. Une alopécie B. Une neutropénie < 0.5 x 10 9 /l C. Des nausées et vomissements D. Des diarrhées E. Une polynévrite

46 Question 11 REPONSE D

47 Effets secondaires les plus fréquents *p< DiarrhéeStomatiteSyndromeNauséeVomissement AlopecieFatigue main-pied Patients (%) Xeloda ® (n=297) 5-FU/LV (n=299) * * * SO14796

48 Question 12 Les associations suivantes sont contre- indiquées ou déconseillées sauf une A. Rulid (roxithromycine)-Parlodel B. Tavanic (lévofloxacine)- Tardyféron C. Tahor (atorvastatine)- érythromycine D. Tahor - Tavanic E. Tahor - Sporanox (itraconazole)

49 Les associations suivantes sont contre- indiquées ou déconseillées sauf une A. Rulid (roxithromycine)-Parlodel: par analogie avec autres macrolides, augmentation des concentrations de bromocriptine B. Tavanic (lévofloxacine)-Tardyféron: diminution de l absorption de la lévofloxacine C. Tahor (atorvastatine)- érythromycine: risque majoré de rhabdomyolyse par dimintion du métabolisme hépatique de l atorvastatine (cytochrome P450) E. Tahor - Sporanox (itraconazole): risque majoré de rhabdomyolyse par dimintion du métabolisme hépatique de l atorvastatine (cytochrome P450) Réponse D. Tahor - Tavanic

50 Question 13 On doit dire et écrire: A. Un escarre, un goitre, un symptôme, un syndrome B. Une escarre, un goître, un symptôme, un syndrôme C. Un escarre, un goître, un symptôme, un syndrome D. Une escarre, un goitre, un symptome, un syndrôme E. Une escarre, un goitre, un symptôme, un syndrome

51 On doit dire et écrire: Réponse E. Une escarre, un goitre, un symptôme, un syndrome

52 Question 17 Lextraction dune blatte qui sest introduite dans le canal auditif externe est une opération délicate. Il a été proposé deux techniques : remplissage du canal auditif par de lhuile minérale puis extraction de la bête ou utilisation dun spray à la lidocaïne. Ce grave problème a fait lobjet dune publication scientifique dans : A. Aucun journal B. La Presse Médicale C. Nature D. The New England Journal of Medicine E. Alsamed

53 Question 17 REPONSE D

54 N Engl J Med; 1985, 312( 18) : 1197

55 Question 20 Dans les premières semaines de traitement d une maladie de Basedow par le Néomercazole, quelle surveillance est obligatoire ? A. créatinine B. Transaminases C. Numération formule sanguine D. TSH E. anticorps anti-thyroïdiens

56 Dans les premières semaines de traitement d une maladie de Basedow par le Néomercazole, quelle surveillance est obligatoire ? C. Numération formule sanguine Risque d agranulocytose 0.5 % Surveillance de l efficacité du traitement dans les premières semaines: FT4

57 Question 22 Les actes opératoires de la chirurgie de lobésité ont été principalement réalisés dans trois régions - cherchez lintrus A. Ile de France B. Rhone-Alpes C. PACA (Provence Côte dAzur) D. Alsace

58 Question 22 REPONSE D

59 Question 22 Réponse : ALSACE Absence de corrélation intervention chir. et prévalence de lobésité (p : 0,693). Dautres facteurs sont à rechercher …..

60 Question 24 En prévention primaire, après échec des mesures hygiéno-diététiques chez un homme de 65 ans hypertendu non diabétique sans autre facteur de risque ayant un HDL cholestérol à 0.40 g/l, un traitement par statine doit être débuté si le LDL cholestérol est supérieur à: A g/l B g/l C g/l D g/l E g/l

61 Question 24 REPONSE C

62 Question 25 Au cours du traitement par Chloraminophène dune leucémie lymphoïde chronique de Stade A, à partir de quel chiffre absolu de lymphocytes faut-il interrompre le traitement ? A. 40 x 10 9 /l B. 30 x 10 9 /l C. 20 x 10 9 /l D. 10 x 10 9 /l E. 4 x 10 9 /l

63 Question 25 REPONSE C

64 Classification des LLC Classification de Binet: Stade A: Hyperlymphocytose avec moins de 3 groupes ganglionnaires sans anémie ni thrombopénie (Survie médiane > 10 ans). Stade B: Plus de trois groupes ganglionnnaires (Survie médiane: 5 ans). Stade C: Anémie et/ou thrombopénie associée quelque soit le nombre de groupes ganglionnaires (Survie médiane: 2 ans).

65 Traitement de la LLC Il est impératif dans les stades B et C: Mini-CHOP, Chloraminophène +/-corticoïdes, Fludarabine +/- Endoxan selon l âge, l état général, la phase évolutive. Dans le Stade A: surveillance et on entreprend une chimiothérapie de type chloraminophène dès que le chiffre de lymphocytes est supérieur à 50 à 100 x 10 9 /l (cest discuté). On arrête le traitement dès que la lymphocytose devient < à 20 x 10 9 /l.

66 Question 26 Gestion pré-opératoire du risque infecteux Conférence de Consensus Société Française dHygiène 5 Mars réponse exacte A. La non dépilation de la zone opératoire a le taux dinfection de site opératoire le plus faible. B. Après détersion, il est recommandé un anti- septique non alcoolique. C. Il est recommandé de dépister systématiquement les professionnels de santé pour les risques VIH et VHC.

67 Question 26 REPONSE A

68 REPONSES question 26 (I) Antiseptique alcoolique (preuve B 3 recommandé de faire ) Privilégier la non-dépilation (preuve B1 : (essai randomisé de qualité) si dépilation : tonte ou dépilation chimique pas de rasage mécanique la veille de lop.

69 Réponses (II) Pas recommandé de dépister systématiquement les professionnels de santé risques VIH et VHC RAPPEL: la vaccination hépatite B est obligatoire

70 Question 28 D après la revue Prescrire (sept 2004), chez un patient hypertendu non diabétique, quelle classe médicamenteuse est préconisée en première intention ? A. inhibiteurs de l enzyme de conversion B. béta-bloquants C. inhibiteurs calciques D. Inhibiteurs des récepteurs de l angiotensine (sartans) E. diurétiques

71 D après la revue Prescrire (sept 2004), chez un patient hypertendu non diabétique, quelle classe médicamenteuse est préconisée en première intention ? Réponse E: »l ensemble des données maintenant disponibles convergent pour utiliser en première intention la chlortalidone ou à défaut l hydrochlorothiazide à faible dose » Arguments: rapport bénéfice/risque établi sur des critères de morbidité et de mortalité cardio-vasculaire très long recul d utilisation coût très faible pour une pathologie très fréquente

72 Question 30 Quel roi de France a été opéré dune fistule anale ? A. Louis XI B. Louis XIII C. Louis XIV D. Louix XV

73 REPONSE 30 : C Louis XIV Opération : la « grande opération » ou la Royale mise à plat du trajet fistuleux Chirurgien : FELIX Le roi Louis XIV est mort d une artérite des membres inférieurs (stade IV) après traitement par du lait dânesse.

74 Cest fini on ne joue plus

75 VARIANTES étudiants hospitaliers POKER MEDICAL

76 VARIANTES congrés chir est

77 QUESTIONS pour les SENIORS REVISIONS

78

79

80

81 VOUS ÊTES PRETS ??

82 10 mai 1871 Annexion de lAlsace et une partie de la Lorraine Quelle ville accueilla la Faculté de Médecine de Strasbourg ?

83 Réponse : Nancy Lyon souhaitait le transfert de Strasbourg. Montpellier préconisait la suppression de la Faculté de Strasbourg.

84 Qui a dit ? « Ce qui est agréable avec la maladie dAlzheimer, c est quon fait chaque jour de nouvelles connaissances » Indice : Il est américain. Ce nest pas le Président Bush père.

85 Réponse : Ronald Reagan

86 Radiochimiothérapie post-opératoire après gastrectomie pour cancer de lestomac. Etude contrôlée. Mc Donald et al. N.Eng.J.Med.2001, 345 ; malades Chirurgie vs chirurgie + Rx chimio. Bénéfice chirurgie + Rx chimio.

87 Remarques : Chirurgie 10 % curage D2 55 % curage D0 Groupe Radio-chimiothérapie 36 %pas de traitement complet.

88 Quelle chimiothérapie était employée en post-opératoire ?

89 Réponse : Radiothérapie 45 Gy Chimio = 5 FU - acide folinique.

90 QUESTION On dit: A. un urticaire, une fébricule, une halitose B. une urticaire, un fébricule, une halitose C. une urticaire, une fébricule, une halitose D. un urticaire, un fébricule, une halitose E. un urticaire, une fébricule, un halitose

91 REPONSE C. une urticaire, une fébricule, une halitose

92 Qui a dit: « Médecins et radiologues sont les cliniciens qualifiés des ulcères gastro- duodénaux. Les chirurgiens, une fois sur deux, à peu près, en doivent être les thérapeutes » a. J. Kopferscmitt b. B. Kouchner c. R. Zaraï d. H. Mondor e. A. Pare

93 Réponse d: H. Mondor in « Quelques vérités premières en chirurgie abdominale » (1938) Rika Zaraï: « Je ne peux pas commencer la journée sans me tremper le derrière dans l'eau »

94 Votre diagnostic ?

95 REPONSE Volvulus du caecum

96 Survie intensive après résection à visée curative des cancers colo-rectaux. Méta-analyse BMJ 2002 : 324 ; Réduction de la mortalité de 9 à 13 %. Quel(s) examen(s) complémentaire(s) utile(s) pour le suivi intensif ? (coloscopie exclue) ?

97 Réponse : - Echographie tous les 6 mois - Scanner : 1 fois/an - Dosage ACE : pas de différence.

98 Quel malade illustre a été soigné à Metz en 1744 par lélixir du sieur Moncheuvaux, chiurgien major ? Indice : élixir à base de safran ambre gris gingembre feuille dor

99 Réponse : Louis XV qui se rendait avec larmée des Flandres vers lAlsace menacée.

100 Quel homme politique institua à partir de lassurance maladie - lassurance accident - lassurance invalidité vieillesse dans une partie de la France ?

101 Réponse : BISMARK Code impérial 19 Juillet 1911 avec gratuité des soins gratuité hospitalisation indemnité journalière indemnité femmes en couche capital décès (indemnités femmes en couche versées aux assurés et non aux femmes).

102 ACCROCHEZ VOUS Toujours plus difficile

103 Votre diagnostic ? Indice URGENCE, opérer ou ne pas opérer ?

104 Thrombose de la VMS

105 Recommandations standardisées de la prise en charge des appendicites. Am.J.Surg ; 183 : Durée minimum antibiothérapie en présence perforation appendiculaire ?

106 Réponse : 7 jours minimum Antibiotiques : Gentamycine Metronidazole Cefotetan.

107 Qui a dit ? « Cest toujours la faute de celui qui meurt ….. Et jamais on nen voit se plaindre du médecin qui la tué » Indice : auteur littéraire classique.

108 Réponse : Molière dans « le médecin malgré lui » acte II scène 2.

109 Qui a dit: « On me dira, comme on fait sans cesse, que les fautes sont du médecin, mais que la médecine en elle même est infaillible; à la bonne heure; mais qu elle vienne donc sans le médecin » ? A. Jean Jacques Rousseau B. Bernard Kouchner C. Blaise Pascal D. Philippe Bouvard E. Molière

110 Réponse A A. Jean Jacques Rousseau B. Bernard Kouchner C. Blaise Pascal D. Philippe Bouvard E. Molière

111 Le roi Stanislas avait demandé par testament quune somme soit allouée à des chirurgiens habiles en nombre suffisant pour lopération de la taille. Quelle maladie lopération de la taille traite-t-elle ?

112 Réponse : maladie de la pierre très fréquente en Lorraine (calculs oxalate de chaux - terrain calcaire). classe laborieuse.

113 La cholécystectomie laparoscopique après sphinctéro. endoscopique pour lithiase de la VBP. Essai contrôlé patients Lancet 2002 ; 360 : Taux de cholécystectomies secondaires nécessaires ? (à 10 % près)

114 Réponse : 37 % cholécystectomies secondaires

115 Axiome chinois compléter Un bon médecin est celui qui guérit au moins huit malades sur dix car ? malades sur dix guérissent spontanément. Indice : logique chinoise.

116 Réponse : 7

117 Autre variante jeu fait par les internes ……

118 Jeux intervilles - chirurgie Nancy, 25 septembre 2004 Centre Hospitalier Universitaire de Dijon Service de Chirurgie Digestive, Thoracique et Cancérologique (Pr. Favre) C.H.U. Dijon

119 Définissez le reflex rectoanal inhibiteur. Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

120 Reflex rectoanal inhibiteur Contraction du sphincter externe en réponse au remplissage du rectum. Il est absent dans la maladie de Hirschprung. Centre Hospitalier Universitaire de Dijon Gordon PH, Nivatvongs S. Principles and practice of surgery for the colon, rectum and anus. Quality Medical Publ. St. Louis, 1992.

121 Quelle structure anatomique est responsable: -de la pression de repos au niveau du canal anal? -de la pression maximale? Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

122 Quelle structure anatomique est responsable: -de la pression de repos au niveau du canal anal? Le sphincter interne -de la pression maximale? Le sphincter externe Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

123 Pour quelle raison, le nom de Billroth est-il connu par les musicologues? Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

124 Th. Billroth ( ) Il était lami intime, le confident, et même le conseiller musical de Johannes Brahms ( ). Il était Chef dorchestre invité de lOrchestre Symphonique de Zürich. Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

125 Lequel de ces « ulcereux » célèbres est mort dune hémorragie digestive? Napoléon Valentino Mozart Voltaire Rossini Mussolini Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

126 François-Marie Arouet: Voltaire ( ) Les autorités religieuses refusant quil soit enterré en lieu sacré, son neveu labbé Mignot lui mit sa robe de chambre et son bonnet de nuit, lassit dans sa voiture à chevaux « comme sil était vivant » et lemmena dans son abbaye pour ly enterrer. Avec la Révolution, ses restes furent transférés au Panthéon à Paris avec tous les honneurs.

127 Est-il vrai que la sphincterotomie « fermée » donne plus dincontinence et de récidives que la sphincterotomie ouverte? Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

128 NON Les échecs et les complications (incontinence, récidive) sont les mêmes pour la sphincterotomie ouverte ou fermée. La sphincterotomie latérale interne (ouverte ou fermée) est la technique de référence pour le traitement dune fissure anale. Centre Hospitalier Universitaire de Dijon Nelson RL. Meta-analysis of operative techniques for fissure-in-ano. Dis Colon Rectum 1999; 42:

129 Quel est le nombre minimal de points hémostatiques nécessaire pour obtenir lhémostase dun ulcère qui érode lartère gastroduodénale? Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

130 Berne CJ, Rosoff L. Peptic ulcer perforation of the gastroduodenal artery complex: clinical features and operative control. Ann Surg 1969; 169: Rebleeding is caused by failure to recognize that the arterial perforation is frequently located opposite a T juncture of the perforated artery and a major bifurcative branch or an anastomotic artery. Foster JH. Pyloroplasty, vagotomy and suture ligation for bleeding duodenal ulcer. In: Mastery of Surgery, 3rd edition. Nyhus LM, Baker RJ, Fischer JE (eds.). pp Little, Brown & Co., It is better to risk injury to the common bile duct than to allow recurrent hemorrhage. Centre Hospitalier Universitaire de Dijon 3

131 Comment fait un Chef de Service pour imprimer une page Word, en labsence de sa sécrétaire? Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

132 Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

133 Quelle est le bénéfice de la chimiothérapie systémique conventionnelle chez les patients porteurs d un G.I.S.T. métastatique ou irrésécable? Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

134 Aucun. Moins de 5% de réponses à la chimiothérapie Pidhorecky I, Cheney RT, Kraybill WG, Gibbs JF. Gastrointestinal stromal tumors: current diagnosis, biologic behavior, and management. Ann Surg Oncol 2000; 7: Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

135 Quelle relation existe t-il entre la Leucémie Myeloide Chronique et les G.I.S.T.? Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

136 Limatinib Lactivation de tyrosin-kinase est commune à la LMC (bcr/abl) et aux GIST (c-kit). Limatinib est un inhibiteur sélectif de cette fonction enzymatique. Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

137 Que mangent les chirurgiens de mer? Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

138 Centre Hospitalier Universitaire de Dijon

139

140 MERCI POUR VOTRE ATTENTION !!!


Télécharger ppt "Le jeu, outil pédagogique dans les études médicales ? S. ROHR."

Présentations similaires


Annonces Google