La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pierre Desjardins, psychologue Directeur de la qualité et du développement de la pratique 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pierre Desjardins, psychologue Directeur de la qualité et du développement de la pratique 1."— Transcription de la présentation:

1 Pierre Desjardins, psychologue Directeur de la qualité et du développement de la pratique 1

2 La pratique fondée sur les données probantes vise à promouvoir une pratique efficiente de la psychologie et à améliorer la santé publique par la mise en application des fondements empiriques de lévaluation psychologique, de létude de cas, de la relation thérapeutique et de lintervention. Extrait de lénoncé de politique de lOrdre des psychologues du Québec sur la pratique fondée sur les données probantes en psychologie 2

3 Le contexte: Présence importante de personnes souffrant de maladie mentale Identification de problématiques particulières relativement bien définies et sur lesquelles de nombreux chercheurs se sont penchés(prépondérance des troubles anxieux et des troubles dépressifs) Limite de loffre de services compte tenu des ressources financières et des ressources humaines Importance de protéger le public et de lui assurer les meilleurs services (dans la foulée du PL 21) 3

4 Les décisions cliniques doivent être prises en collaboration avec le patient et en fonction des meilleures données pertinentes sur le plan clinique, tout en considérant les coûts projetés, les avantages probables, ainsi que les ressources et options offertes. Extrait de lénoncé de politique de lOrdre des psychologues du Québec sur la pratique fondée sur les données probantes en psychologie 4

5 Les décisions en matière de traitement ne devraient jamais être prises par une personne sans formation qui ne connaît pas les détails dun cas. Extrait de lénoncé de politique de lOrdre des psychologues du Québec sur la pratique fondée sur les données probantes en psychologie Le rapport Trudeau rapporte que lévaluation initiale rigoureuse constitue une étape-clé de la psychothérapie, ce qui est vrai également pour les services de toutes natures offerts à la clientèle. 5

6 Il importe de ne pas tenir pour acquis que les interventions nayant pas fait lobjet dessais cliniques comparatifs sont inefficaces. Extrait de lénoncé de politique de lOrdre des psychologues du Québec sur la pratique fondée sur les données probantes en psychologie Risques importants : de réduire en nombre loffre de services et daffecter la richesse quapportent différentes approches de mal servir les clients qui présentent des troubles concomitants ou qui ont une problématique se situant sur laxe 2 du DSM. 6

7 Par lOPQ: Cognitivo-comportementaux Existentiels-humanistes Psychodynamiques-analytiques Systémiques-interactionnels Sociaux-communautaires Dans le rapport Trudeau: Cognitivo-comportementaux Humanistes Psychodynamiques Systémiques et théories de la communication 7

8 Cependant, les pratiques largement répandues en psychologie, de même que les innovations développées sur le terrain ou en laboratoire, doivent faire l'objet d'évaluations rigoureuses... Extrait de lénoncé de politique de lOrdre des psychologues du Québec sur la pratique fondée sur les données probantes en psychologie 8

9 La pratique fondée sur les données probantes en psychologie intègre les meilleurs résultats de la recherche disponibles et lexpertise clinique en tenant compte des caractéristiques des patients, de leur culture et de leurs préférences. Extrait de lénoncé de politique de lOrdre des psychologues du Québec sur la pratique fondée sur les données probantes en psychologie 9

10 La participation dun patient actif et informé savère généralement dune importance cruciale pour le succès des services psychologiques Extrait de lénoncé de politique de lOrdre des psychologues du Québec sur la pratique fondée sur les données probantes en psychologie Ladaptation des services à la personnalité, aux problèmes et aux forces spécifiques, de même quau contexte socioculturel et aux préférences dun client bien informé favorise son engagement et, par conséquent, latteinte des objectifs du traitement. 10

11 Font partie intégrante de cette expertise clinique : la reconnaissance de ses propres limites en matière de connaissances et dhabiletés et lattention portée aux heuristiques et aux préjugés - tant cognitifs qu'affectifs susceptibles d'influer sur le jugement clinique. En outre, les psychologues doivent savoir comment leurs propres caractéristiques, valeurs et contexte peuvent interagir avec ceux de leur patient. Extrait de lénoncé de politique de lOrdre des psychologues du Québec sur la pratique fondée sur les données probantes en psychologie Ce qui rend dautant moins pertinent la prescription dun traitement par un tiers 11

12 Le psychologue traitant décide si les conclusions de la recherche sappliquent à un patient en particulier. Dans le cas de certains patients, il faut parfois recourir à des prises de décisions et des interventions que la recherche existante naborde pas directement. Lapplication des données de la recherche à un patient en particulier met toujours en jeu des inférences probabilistes. Par conséquent, la PFDP exige un suivi constant des progrès du patient et un ajustement du traitement lorsque nécessaire. 12

13 Importance dévaluer les données de recherche disponibles Dans le but de sassurer de la validité des recherches et des données probantes de même que de leur pertinence N.B.: la compétence « recherche », lune des 7 acquises en cours de formation initiale, réfère notamment à la capacité de lire, comprendre et interpréter les résultats de la recherche de manière à en être un utilisateur éclairé 13

14 Importance dévaluer limpact des interventions Pour aller au-delà des inférences probabilistes Pour contrer les prises de position partiales ou les préjugés personnels Pour ajuster les traitements offerts aux clients, tenant compte de leur évolution, de leur réaction aux services offerts et de la compréhension quils en ont Comme mesure dimputabilité vis-à-vis le mandataire (ex.: le CSSS qui sattend à ce que les services que donnent ses psychologues soient non seulement efficaces mais efficients) 14

15 15

16 3- Le psychologue exerce sa profession dans le respect de la dignité et de la liberté de la personne. Importance de reconnaître que le client est unique Importance de lui laisser un choix, de ne pas faire abstraction de ce quil est ou de ce quil souhaite et demande Importance de ne pas lui imposer quoi que ce soit au nom de la science ou de ses convictions ou croyances 16

17 5- Le psychologue exerce sa profession selon des principes scientifiques et professionnels généralement reconnus et de façon conforme aux règles de lart en psychologie. La pratique professionnelle repose non seulement sur des bases scientifiques, mais aussi sur des bases professionnelles Lesprit scientifique doit prévaloir en pratique comme en recherche Lesprit scientifique se distingue de la méthode scientifique Certaines approches présentent davantage daffinités avec les méthodes scientifiques usuelles ou classiques 17

18 6- Le psychologue tient compte de lensemble des conséquences prévisibles que peuvent avoir sur la société ses recherches et travaux. Quels seront les impacts de ces nombreuses recherches axées autour des TCC, et de la vaste diffusion quon en fait, sur la pratique à venir des psychologues? Sur le membership Sur la diversité des services offerts Sur le développement dapproches novatrices Sur les couvertures dassurance 18

19 7- Le psychologue sacquitte de ses obligations professionnelles avec compétence, intégrité, objectivité et modération. Le psychologue évite toute fausse représentation en ce qui a trait à sa compétence, à lefficacité de ses propres services ou de ceux généralement rendus par les membres de sa profession. Ne travailler quavec des approches que lon maîtrise Avoir les connaissances quil faut pour faire la part des choses Être en mesure de se prononcer sur lefficacité (relative) de ses services Tenir à jour ses compétences compte tenu de lévolution rapide des connaissances 19

20 10- Avant de convenir avec un client de la prestation de services professionnels, le psychologue tient compte de la demande et des attentes du client ainsi que des limites de ses compétences et des moyens dont il dispose. Prise en considération: des normes de pratique et des modes d'intervention appropriés à la réalisation du mandat (référence aux données probantes) de l'expertise spécifique requise, s'il y a lieu de la nature et de létendue des services que le mandataire compte offrir ou que le client-payeur peut soffrir 20

21 Consentement libre et éclairé portant sur: 11,1- le but, la nature, la pertinence et les principales modalités de la prestation des services professionnels, ses avantages et inconvénients ainsi que son alternative, les limites et les responsabilités mutuelles des parties incluant, s'il y a lieu, lentente sur le montant des honoraires et les modalités de paiement ; Présenter ce qui peut être offert compte tenu du cadre de travail et de létat des connaissances et de la recherche, ce qui implique lévaluation préalable des traitements proposés 21

22 (Consentement libre et éclairé) 11,2- le choix de refuser les services professionnels offerts ou de cesser, à tout moment, de recevoir les services professionnels ; 42- Le psychologue reconnaît le droit du client de consulter un autre psychologue, un autre professionnel ou une autre personne compétente. En aucune façon, il ne porte atteinte au libre choix exercé par le client. Compte tenu de cette liberté qua le client, afin den favoriser lexercice et de prévenir tout passage à lacte, prévoir lévaluation récurrente des services rendus, celle-ci impliquant la participation de ce dernier 22

23 23- Le psychologue subordonne son intérêt personnel ou, le cas échéant, celui de son employeur ou de ses collègues de travail à lintérêt de ses clients. 30- Le psychologue ne se sert pas de sa relation professionnelle établie avec un client à des fins personnelles, politiques ou commerciales. 66- Dans lexercice de sa profession, le psychologue voit à préserver son autonomie professionnelle et reconnaît quil nest pas tenu daccomplir une tâche contraire à sa conscience professionnelle ou aux principes régissant lexercice de sa profession… Un employeur (lÉtat, la CSST…) a à cœur lensemble de sa clientèle alors que le psychologue a des clients particuliers et uniques, ce qui peut être à la source de divergence Éviter les affrontements stériles (approches préconisées, modalités disponibles et autres) psychologue/employeur, psychologue contractuel/organisme mandataire Offrir les meilleurs services possibles 23

24 28- Le psychologue ne recourt pas, pour un même client, à des interventions susceptibles daffecter la qualité de ses services professionnels. Dans ce contexte, lévaluation systématique de lefficacité des services rendus est-elle incompatible compte tenu de la nature même de ces services? Démonstration serait faite de leffet positif sur lissue des traitements lorsque lefficacité de ceux-ci est mesurée avec le client. 24

25 38- Le psychologue nétablit un diagnostic psychologique à légard de son client et ne donne des avis et conseils à ce dernier que sil possède linformation professionnelle et scientifique suffisante pour le faire. 39- Le psychologue développe, parfait et tient à jour ses connaissances et habiletés dans le domaine dans lequel il exerce ses activités professionnelles. Nécessité de connaître et de bien évaluer les recherches qui sont en lien avec les clientèles et les problématiques qui sont au cœur de nos pratiques 25

26 41- Le psychologue cherche à établir ou à maintenir avec son client une relation de confiance et de respect mutuels. Une bonne façon dy arriver: lautonomisation (empowerment). Donner la parole au client et procéder avec lui à lévaluation de lefficacité des services. 26

27 44- Le psychologue ne peut inciter quelquun de façon pressante et injustifiée à recourir à ses services professionnels. 45- Le psychologue ne pose ni ne multiplie des actes professionnels sans raison suffisante et sabstient de poser un acte inapproprié ou disproportionné au besoin de son client. La méconnaissance des recherches pourrait-elle faire en sorte quun psychologue incite de façon injustifiée le recours à ses services? Est-il approprié doffrir des services de psychanalyse en première ligne? Ou encore de limiter le traitement dune personne souffrant de dépression majeure à 6 séances TCC offertes en première ligne? 27

28 47- En ce qui concerne lutilisation, ladministration, la correction et linterprétation des tests psychologiques ainsi que la publication de tests et linformation que doivent contenir les manuels et documents sy rattachant, le psychologue respecte les principes scientifiques et professionnels généralement reconnus dans ce domaine de la psychologie. 48- Le psychologue reconnaît les limites inhérentes aux instruments de mesure quil utilise et interprète le matériel psychométrique avec prudence… Éviter limprovisation, le recours au « pif » Sappuyer sur des instruments valides 28

29 59- Le psychologue qui donne publiquement des renseignements sur les procédés et techniques psychologiques indique les restrictions, les limites et les contre-indications qui s'appliquent à l'usage de ces procédés et de ces techniques. 61- Dans toute activité de consultation professionnelle s'adressant au public, le psychologue prend soin de souligner la valeur relative des renseignements ou conseils donnés à cette occasion. Comment faire cela si on na pas fait dans son domaine une lecture critique de la recherche, par exemple? 29

30 60- Le psychologue évite de discréditer sans fondement auprès du public, les méthodes psychologiques usuelles ou nouvelles, différentes de celles quil utilise dans lexercice de sa profession, quand celles-ci satisfont aux principes professionnels et scientifiques généralement reconnus en psychologie. 62- Dans la mesure de ses ressources, de ses qualifications et de son expérience, le psychologue cherche à promouvoir le développement et la crédibilité de la profession. Les risques à discréditer un collègue ou une approche sont détendre ce discrédit sur la discipline de la psychologie, de miner la confiance du public et de créer ainsi une barrière à la consultation 30

31 76- Le psychologue qui participe à la distribution commerciale d'instruments, de volumes ou d'autres produits concernant la psychologie appuie toute affirmation touchant l'opération, les avantages et le rendement de ces produits sur des preuves professionnellement et scientifiquement reconnues en psychologie. 77- Le psychologue est en mesure de justifier les habiletés ou les qualités particulières quil sattribue dans sa publicité, notamment quant à lefficacité ou à létendue de ses services professionnels et de ceux généralement dispensés par les autres membres de sa profession ou quant à son niveau de compétence. Comment se conformer à ces dispositions sans prendre la mesure de la science ni sans prendre la mesure des services quon offre? 31

32 Que signifie scientifique et professionnel? Suis-je un scientifique/professionnel ou un croyant? Lobjectivité existe-t-elle réellement? Le client est-il lotage de mes convictions ou croyances? Le client est-il en mesure de décider des services que je lui offre? Agir en professionnel autonome signifie-t-il faire tout ce que je veux? Un patron, un médecin ou au autre collègue peut-il déterminer à ma place le traitement à appliquer? Y a-t-il des limites à ma créativité? 32

33 Les données probantes: science et dogmatisme, Psychologie Québec, novembre 2005 Les données probantes en psychothérapie: pour qui, pourquoi?, Psychologie Québec, janvier 2007 Psychologie Québec, septembre 2007 (numéro thématique intitulé: Évaluer ses interventions) La psychothérapie: recherche et pratique, Psychologie Québec, mars 2008 La recherche en psychothérapie: des échos du congrès, Psychologie Québec, janvier

34 34


Télécharger ppt "Pierre Desjardins, psychologue Directeur de la qualité et du développement de la pratique 1."

Présentations similaires


Annonces Google