La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 7. Synthèse de tous les marchés Le modèle OA-DA.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 7. Synthèse de tous les marchés Le modèle OA-DA."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre 7. Synthèse de tous les marchés Le modèle OA-DA

2 Cette nouvelle approche introduit 2 modifications : 1er but : considérer léquilibre simultané sur tous les marchés : B&S, monnaie, travail Loffre agrégée – OA : appréhende léquilibre sur le marché du travail La demande agrégée – DA : appréhende léquilibre sur les marchés des B&S et de la monnaie Ces 2 relations permettent de déterminer le revenu national et le niveau général des prix au cours du temps

3 2ème modification : Lors de lécriture de la Théorie générale (1936) comme de la première version dIS-LM (1937), linflation nétait pas un problème macroéconomique majeur. Le devient après Or IS-LM comporte une hypothèse de prix fixes (CT ; cf. chap 4) En abordant le moyen terme, nous allons introduire la flexibilité des prix, et les anticipations des agents

4 7.1. Loffre agrégée, OA Loffre agrégée rend compte de la relation entre le PIB et le niveau général des prix Elle est dérivée du marché du travail (cf Courbe de Phillips, chap 8) On peut montrer quil existe une relation entre le niveau général des prix et le taux de chômage : le niveau général des prix est une fonction du niveau anticipé des prix et du taux de chômage (ses variations autour du taux naturel) P = P e – ( u – u n )

5 La loi dOkun nous apprend quil existe une relation inverse entre lécart du PIB à son niveau nature et lécart du taux de chômage à son niveau naturel –Arthur Okun : économiste américain qui a mis en évidence la relation statistique entre les variations du chômage et les variations du produit global –Il a mis en évidence les pertes de produit global qui résultent dune hausse du chômage –Cela sécrit (1/ ) ( Y – Y n ) = - ( u – u n )

6 On en déduit la relation entre le niveau général des prix et le PIB : P = P e + (1/ ) ( Y – Y n ) Une augmentation du niveau anticipé des prix entraîne une augmentation du niveau général des prix, « un pour un » : si P double, P e double Pourquoi ? Agents qui anticipent une hausse des prix vont négocier une hausse des salaires : les prix vont bien augmenter P e => W => P Une augmentation du PIB entraîne une augmentation du niveau général des prix Y => N => u => W => P

7 La relation entre le PIB et le niveau général des prix est représentée par la courbe doffre agrégée (OA) Lexpression P = P e + (1/ ) ( Y – Y n ) peut sécrire Y = Y n + ( P – P e ) Ceci nous donne lexpression de la courbe doffre globale, fonction croissante des prix ( > 0) Cette équation indique que le PIB sécarte de son niveau naturel (Y n ) lorsque les prix ne sont pas parfaitement anticipés (écart entre P et P e )

8 Quelques observations… Paramètre : façon dont va répondre le PIB à des modifications non anticipées du niveau général des prix 1/ : pente de la courbe doffre agrégée (Y abscisse, P ordonnée) La courbe est croissante : pour un niveau donné de prix anticipés, toute augmentation du niveau général des prix entraîne une augmentation du PIB

9 Si P > P e, alors => Y > Y n Si P Y < Y n La courbe OA passe par le point A, pour lequel P = P e, et Y = Y n : si le niveau général des prix est égal à son niveau anticipé, le PIB est à son niveau naturel Y P OA A YnYn PePe A YnYn PePe A YnYn PePe A YnYn PePe

10 On distingue la courbe doffre agrégée de court terme et celle de long terme –La courbe OA de CT est déterminée pour un niveau anticipé des prix donné (P e ) –Toute hausse dans les anticipations des prix entraîne un déplacement de la courbe OA vers le haut –La courbe OA de LT est verticale : elle correspond au niveau du PIB naturel Y P OA pour P e YnYn OA LT PePe OA pour P e > P e PePe A A

11 7.2. La demande agrégée, DA Elle rend compte de la relation entre le PIB et le niveau général des prix Elle est dérivée des marchés des B&S et de la monnaie Les 2 équations qui caractérisent léquilibre sur des 2 marchés sont respectivement –IS :Y = C ( Y – T ) + I ( Y, i ) + G Courbe IS décroissante : une de tx di entraîne une de demande et de Rv –LM : M/P = Y L ( i ) Courbe LM croissante : une du PIB entraîne une de la demande de monnaie et une du tx di

12 Impact dune hausse du niveau général des prix, de P vers P ? Le niveau général des prix intervient dans la courbe LM. Pour M donnée, entraîne une baisse des encaisses réelles M/P => déplacement de LM vers le haut : la baisse des encaisses réelles entraîne une hausse de tx di Il en résulte une baisse du Rv Y Autrement dit, la hausse du niveau général des prix entraîne une baisse du PIB : la relation est négative, la courbe de demande agrégée est décroissante

13 La courbe de demande agrégée Y i LM pour P IS Y A i LM pou P > P A Y i A Y i Y P YY DA P P A A

14 NB : toute variable autre que le prix qui conduit à un déplacement de IS ou de LM aura pour effet de déplacer également la courbe de demande agrégée La courbe de demande agrégée est représentée par la relation Y = Y ( M/P (+), G (+), T (-) ) Le revenu national est –Une fonct° croissante des encaisses réelles –Une fonct° croissante des dépenses publiques –Une fonct° décroissante des impôts (autres facteurs- confiance…- négligés ici pour simplifier) Pour G et T donnés, pour une politique monétaire M donnée, une de P entraîne une des encaisses réelles et donc une du revenu national

15 7.3. Le revenu déquilibre à court et moyen terme Offre et demande agrégée prises simultanément Sont données par les 2 relations suivantes Y = Y n + ( P – P e )OA Y = Y ( M/P, G, T )DA La courbe doffre agrégée de LT est verticale, et correspond au niveau de revenu naturel : tous les points pour lesquels P = P e A CT, il ny a pas de raison Y soit égal à Y n : le revenu déquilibre dépend à la fois de la position de OA de CT (donc de Pe) et de DA (donc de M, G et T).

16 Léquilibre à court et moyen terme A CT, léconomie opère à un niveau supérieur au niveau naturel (Y > Y n ) A LT, le revenu courant retourne à son niveau naturel Y P OA OALT Yn DA Y P A Y P A PePe

17 La dynamique du revenu et du niveau général des prix Jusquici : détermination de léquilibre pour P e donné Mais les anticipations de prix se modifient au cours du temps. Il faut considérer la façon dont les salaires vont sétablir sur le marché du travail Si lannée précédente P a été différent de P e, les agents vont prendre en compte cet écart lorsquils feront les nouvelles anticipations de prix pour lannée en cours = supposer que les agents font des anticipations adaptatives

18 Dans ce cas, agents anticipent que les prix de lannée en cours (P t ) seront identiques à ceux de lannée précédente (P t-1 ) Le niveau général des prix anticipé de lannée en cours est donc :P e = P t-1 Les relations OA et DA sécrivent donc Y t = Y n + (P t – P t-1 )OA Y t = Y ( M/P t, G, T)DA La dynamique qui permet la convergence de Y vers son niveau naturel est représentée sur la figure suivante

19

20 En t, supposons que P e = P t-1 ; Léquilibre sétablit en A (Y t, P t ) ; Y t > Y n ; P t > P e t (ou P t-1 ) A lannée t+1, les agents ajustent leurs anticipations : ayant constaté en (t) un écart entre P et P e, ils vont supposer que P e t+1 va être égal à P t ; cela va conduire à une augmentation des prix de P t à P t+1 : la courbe doffre OA se déplace en OA ; en revanche DA ne bouge pas. Léconomie se déplace donc de A au nouvel équilibre A : le revenu national (Y t+1 > Y t ) converge vers Y n Autrement dit, P > Pe => Y > Yn : Pe => P en t+1; pour M donnée, => M/P => i => demande B&S et de Y en t+1

21 Tant que P est > à P e, Y reste > Y n. Or lajustement du niveau anticipé des prix dune période à lautre entraîne un déplacement de la courbe OA vers le haut : au cours du temps, le Rv national Y converge vers son niveau naturel Après t+1, léquilibre passe progressivement en A : le Rv arrive alors à Y n, et les prix arrivent à P n

22 2 leçons à tirer : A CT, le Rv national peut être différent de son niveau naturel. Des modifications des variables intervenant dans la relat° OA ou DA modifieront le niveau général des prix et le Rv national A M-LT, le RV national tend vers son niveau naturel. Lajustement se réalise à travers les prix : si P > P e, le Rv national diminue. Ce modèle va permettre danalyser 3 types de changements : une politique monétaire expansionniste, un déficit budgétaire et un choc doffre

23 7.4. Les effets dune politique monétaire expansionniste Effets à CT et à MT Politique monétaire expansionniste = augmentation de la masse monétaire de M à M

24 La dynamique dajustement On suppose que léconomie se situe au niveau du PIB naturel (point A) Considérons laccroissement de la masse monétaire : a un impact sur la courbe DA puisque M intervient dans sa spécification Y t = Y ( M/P t, G, T) Pour P donné, une hausse de M entraîne une hausse des encaisses réelles (M/P) qui entraîne une augmentation du revenu national : La courbe DA se déplace donc vers la droite, léquilibre passe de A à A ; Rv national et prix ont augmenté

25 En A, Y t Y n, et P t P e : Les agents vont demander des compensations salariales : doù une nouvelle augmentation des prix – à chaque augmentation de prix, la courbe OA va se déplacer vers le haut Léconomie se déplace donc le long de DA Le processus dajustement sarrête lorsque le Rv national aura atteint son niveau naturel et lorsque le niveau des prix sera parfaitement anticipé A larrivée, léconomie est en A, le Rv est retourné en Yn, mais les prix ont augmenté en Pn

26 Il en découle que si le Rv national est à son niveau initial, les encaisses réelles (M/P) sont également revenues à leur niveau initial laugmentation des prix compense totalement la hausse de la masse monétaire Si M = 10%, alors P = 10%

27 Que se passe-t-il pour IS-LM ? M intervient dans LM : pour un niveau Yt donné, la hausse de M entraîne une baisse de taux di, qui déplace la courbe LM en 2 temps – la hausse de M déplace LM vers le bas (LM) : le nouvel équilibre sétablit en B (où Yt Yn) –Laugmentation de Rv national saccompagne dune augmentation de prix : doù P Pe : cet écart conduit à un ajustement des anticipations de prix : le niveau général des prix courants augmente –Ceci équivaut à une baisse des encaisses réelles : donc LM se déplace vers le haut (de LM à LM) –Léconomie se déplace le long de IS jusquen A, où elle revient à son niveau initial

28

29 Un résultat, la neutralité de la monnaie Ce que lon a appris à travers cette approche –A CT, une expansion monétaire conduit à un accroissement du Rv, une baisse des taux di et une hausse des prix –A MT, du fait de laugmentation de prix, les effets de laugmentation de M (sur Y et i) disparaissent –Autrement dit, à MT, la masse monétaire na aucun effet ni sur les taux dintérêt, ni sur le Rv national Cest ce que les économistes nomment la neutralité de la monnaie –Cela ne signifie pas que la masse monétaire ne peut ou ne doit pas être utilisée comme instrument de politique économique –Cela veut dire que ses effets sont réels à CT (peut aider à sortir dune récession), mais passagers

30 7.5. Une baisse du déficit budgétaire Impact dune politique budgétaire sur IS, OA et DA ? Supposons que –le gouvernement menait une politique budgétaire reposant sur le déficit du budget –Il décide de le supprimer en réduisant G (dépenses publiques), laissant les impôts inchangés –Au départ, léconomie se situait à son niveau naturel au point A Comment va se comporter léconomie ? –La baisse de G va entraîner une baisse de la demande, donc du Rv national, et déplacer DA vers la gauche (DA) –Csq : baisse du Rv (= récession), et du niveau général des prix

31 En A, Y t P t Tant que Yt reste < Yn, la courbe OA va se déplacer vers le bas Léconomie se déplace le long de DA jusquen A (sur OA et OALT) En A, Y = Y n et les prix sont plus faibles quau départ La politique budgétaire restrictive est dite déflationniste Limpact sur Y na été que temporaire Dynamique dajustement

32 Que se passe-t-il pour IS-LM ? Léconomie se situe initialement en A (intersection IS et LM) La baisse de G entraîne une baisse de la demande et du RV, donc IS se déplace vers la gauche (IS) : léco arrive en B (Y et i + faibles) Si raisonnement à prix fixes, terminé Mais la baisse de Y saccompagne dune baisse de prix (M/P ). Doù baisse du taux di, et LM se déplace vers le bas Ceci va continuer jusquà ce que Y ait rejoint Yn Donc léco arrive en A (sur LM)

33

34 Léconomie est retournée à son niveau naturel, avec des prix et des taux di plus faibles Mais la composition du Rv est différente Léquation est Y n = C ( Y n – T ) + I ( Y n, i) + G –Yn et T nayant pas changé, la consommation non plus –G ayant augmenté, il faut que linvestissement augmente Autrement dit, à MT, une réduction du déficit budgétaire conduit à une baisse des taux dintérêt et à une hausse de linvestissement

35 Déficit budgétaire, revenu et investissement Ce que nous avons appris : A CT, une baisse du déficit budgétaire (sans po monétaire pour compenser) conduit à une baisse du Rv (récession) – peut entraîner une baisse de I A MT, le Rv revient à Yn avec i plus faible, ce qui entraîne une hausse de I A plus LT, la hausse de linvestissement peut avoir pour conséquence daccroître le Rv (I, Y et N)

36 7.6. Effets dun choc doffre – hausse du prix du pétrole Années 70, pays de lOPEP ont décidé de réduire leur offre de pétrole brut Doù hausse des prix du pétrole, en 2 vagues successives, entre 73 et 75, puis entre 79 et 81 Où ce prix intervient-il ? Matière première entrant dans la composition de nombreux biens, plus énergie : conduit à une hausse des coûts de production des entreprises, et hausse de leurs prix Doù une hausse du niveau général des prix

37 Supposons quavant le choc léconomie se situe à son niveau naturel Y n, pour un niveau général des prix Pt = Pt-1 (point A) Suite au choc, le niveau général des prix augmente, et les entreprises sont contraintes sur loffre (moins de pétrole) Le Rv national diminue (vers Yn : OA se déplace vers la gauche (OA) : elle passe par le point B (correspond à P e t = P t-1 ) Y P DA OA OALT A Yn Pt-1

38 A CT, léco se déplace donc vers A : la demande et le Rv ont baissé Mais NB : cette fois, il ny a pas déflation, parce que les prix ont augmenté A M/LT, le Rv a diminué (en A) mais moins que le Rv naturel (en B) : les prix courants sont toujours supérieurs aux prix anticipés Ceci conduit à un accroissement supplémentaire des prix, déplacement de OA jusquà OA (en A)

39 La demande agrégée est-elle affectée ? Oui La hausse du prix du pétrole et la baisse de Rv national les incite à annuler des investissements Dautres entreprises pourront modifier leurs choix dinvestissements (matériels plus économes en énergie…) Par ailleurs, la hausse du prix du pétrole modifie la répartition du Rv des agents éco qui consomment le pétrole vers ceux qui qui le produisent ou le vendent Autrement dit, certains effets déplacent DA vers la droite, dautre vers la gauche… Pour simplifier, nous supposons quau total leffet est neutre sur DA

40 Dans les faits, les conséquences du choc pétrolier ont bien été conformes Entre 1973 et 1975, prix du pétrole + 77,3% Résultat : combinaison de récession et de hausse des prix Dans la plupart des pays occidentaux, la croissance du PIB a été nulle ou négative, accompagnée dinflation La combinaison de stagnation économique et dinflation a été qualifiée de stagflation, une véritable surprise pour les économistes dalors

41 Conclusion : court terme versus moyen terme Une modification dans la politique économique peut avoir des effets différents à CT et à MT Cette différence entre les effets à CT et MT dune politique ou dun évènement est une source majeure de désaccord entre économistes Il faut retenir que les économies sont constamment touchées par des chocs économiques qui affectent la demande agrégée, loffre agrégée ou les deux Les effets dynamiques sur le Rv et ses composants touchent donc C, I, la confiance, la productivité, etc…


Télécharger ppt "Chapitre 7. Synthèse de tous les marchés Le modèle OA-DA."

Présentations similaires


Annonces Google