La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La colonisation de la Nouvelle-France. Introduction Au début de la colonisation de la Nouvelle-France, le monopole de la fourrure fut donné à la compagnie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La colonisation de la Nouvelle-France. Introduction Au début de la colonisation de la Nouvelle-France, le monopole de la fourrure fut donné à la compagnie."— Transcription de la présentation:

1 La colonisation de la Nouvelle-France

2 Introduction Au début de la colonisation de la Nouvelle-France, le monopole de la fourrure fut donné à la compagnie Les cent-associés. Cette compagnie fit de la colonie une colonie-comptoir. Ayant le monopole du marché du commerce des fourrures, elle entraînera le mercantilisme et affectera plusieurs aspects sociaux de la colonie.

3 Les compagnies à monopole Les compagnies à monopole avaient pour but de faire le commerce des fourrures tout en faisant rouler léconomie de la colonie. Il y avait plusieurs avantages à avoir le monopole. Ce dernier a pour définition ; être le seul à contrôlé le marché, qui est dans ce cas, celui des fourrures. Par exemple, puisque aucune concurrence nentrait en jeu, la compagnie pouvait augmenter les prix comme bon lui semblait. Elle faisait alors beaucoup dargent! Elle avait par contre lobligation de loger et nourrir les colons ainsi que dentretenir toutes les choses nécessaires à leur subsistance. Ces hommes, pour la plupart, étaient traiteurs de métier. Il y avait très peu de femmes et de gens instruis qui sinstallaient en Nouvelle-France puisquil ny avait rien dautre que le marché de la fourrure. Il ny avait presque aucun service et emplois disponibles. Plusieurs hommes se sont mis à la course des forêts sans permission pour faire des profits. La compagnie ne respectait pas ces obligations. Évelyne Collin-Lévesque

4 Le commerce des fourrures Être coureur des bois au 17 eme siècle était reconnu comme un métier illégal. Malgré cela, plusieurs Canadiens français le pratiquaient sans permissions puisquils pouvaient amasser beaucoup plus dargent. Les fourrures étaient très dispendieuses à lépoque. On trouvait toujours un acheteur pour ces étoffes, surtout pour le castor car ils servaient à fabriquer les chapeau à la mode de lépoque. Les coureurs des bois achetaient des fourrures aux amérindiens. La vente se faisait sous forme de troc. Les produits les plus échangés étaient des fusils, des manteaux, des chemises, des couvertures, des chaudières, des couteaux, des haches, des pointes de flèche, de leau de vie, des minuscules bouts de verres de différentes couleurs, des miroirs et des peignes. Le coureur des bois dépensait beaucoup dénergie. Son menu se comportait principalement de biscuit, de lard salé et de maïs. Il peut aussi se nourrir de bêtes tuées en route. Pendant tout le régime français, la fourrure restera la principale marchandise du commerce. Sophie Desrochers

5 Le mercantilisme a pour principale but denrichir la métropole. Il a un autre nom; le colbertisme, en lhonneur de Colbert un ministre français. Les pays qui adoptent ce principe font appelle aux ressources naturelles pour augmenter leur richesse en or et en argent. Ils favorisent la politique protectionniste envers ses colonies. Le seule rôle de la colonie dans une économie mercantiliste est de fournir les matières premières à sa métropole. Le seul moyen de défaire le mercantilisme est le commerce triangulaire: Le mercantilisme Marie-France Léger

6 Les aspects sociaux Le régime seigneurial Le mode de peuplement sélectionné pour favoriser la colonisation de la Nouvelle- France se nomme le régime seigneurial. Cest un mode de division et doccupation des terrains. On les divisaient en rectangles de grandes superficies de manière à suivre le fleuve Saint-Laurent. Ils appartenaient à un seigneur. Celui-ci jouait le rôle dun entrepreneur. Il pouvait évidemment se garder quelques terres sur sa seigneurie, mais il était obligé de diviser le restant quil allouait ensuite à des colons. Ceux-ci devenaient alors censitaires. En échange, ils devaient payer des cens; impôt qui était versées au seigneur. Plusieurs tâches leur étaient imposées, dont le défrichement des terres et lagriculture. La principale corvée des seigneurs était de concéder ces portions de terres aussi appelées lots. Le régime seigneurial fut aboli en Les colons devaient maintenant achetés leurs terres. Quant aux seigneurs, ils devinrent propriétaires des lots de terres quils navaient pas concédées.

7 Régime seigneurial:

8 Le clergé La religion en Nouvelle-France se basait en autre sur les missionnaires, habituellement Jésuites. Ils allaient dans les villages Hurons et Iroquois, pour apprendre le langage amérindien, afin de leur transmettre les valeurs religieuses et sociales. Les maladies, les guerres et les différences culturelles nuisaient aux missionnaires. Certains étaient même mis a mort ! Leur présence servait à la cause de la France. Les sœurs Ursulines, elles, prenaient en charge léducation des jeunes filles. Les religieuses soccupaient également dœuvre de charité dans les hôpitaux. La nomination dun évêque était faite par le Roi et son rôle politique était dassisté aux délibérations du conseil ainsi que de servir le Roi.

9 Le gouvernement royal Ce mode de gouvernement fut établi jusquen Dans ce gouvernement, toutes les décisions proviennent du Roi et de son unique volonté. Ensuite vient le gouverneur général. Il à pour rôle de soccuper des affaires intérieurs de la colonie. Lintendant, quant à lui, est le deuxième personnage classé dans la hiérarchie dune colonie. Il administre le budget et soccupe de léconomique. Le conseil souverain dans ce type de gouvernement. Il est constitué du gouverneur, de lintendant, de lévêque et autres membres, qui ont des pouvoirs administratifs. Donc, ils agissent sur la cour de justice. La population navait pas le droit délire des représentants.

10 Conclusion En résumé, le commerce des fourrures fait bien de la colonie de la Nouvelle-France une colonie-comptoirs car sont but premier est de fournir les matières premières à la métropole. En effet, celle-ci utilisait le mercantilisme comme politique et cela a entraîné plusieurs problèmes sociaux.

11 Plan Introduction Compagnies à monopole -définition et avantages -Obligation des compagnies à monopole -Métier Commerce des fourrures -caractéristique du métier -traite des fourrures -Utilisation de la fourrure Mercantilisme -Objectif -Son rôle et but -Emploi et vente Aspects sociaux de la colonie -gouvernement royal -Clergé -Régime seigneurial conclusion

12 Bibliographie Nouvelle histoire du Québec et du Canada.. Consulté le 24 mars P Dossier 2 ( # 7 à 11, 12 à 16 ) 4 ( # ) 5 ( #11) La traite des fourrures. (sans date ) Site consulté le 20 mars Site web:


Télécharger ppt "La colonisation de la Nouvelle-France. Introduction Au début de la colonisation de la Nouvelle-France, le monopole de la fourrure fut donné à la compagnie."

Présentations similaires


Annonces Google