La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Intervention en Santé - Médecine Philippe PORTET DEAMP – G6 – Intervention en Santé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Intervention en Santé - Médecine Philippe PORTET DEAMP – G6 – Intervention en Santé"— Transcription de la présentation:

1 Intervention en Santé - Médecine Philippe PORTET DEAMP – G6 – Intervention en Santé

2 RETOUR SUR LINTERVENTION PRÉCÉDENTE RAPPEL SUR LA COMPOSITION DU DOCUMENT ÉCRIT DEAMP – G6 – Intervention en Santé

3 LES SIGNES CLINIQUES OBSERVER – FAIRE DES LIENS - TRANSMETTRE DEAMP – G6 – Intervention en Santé

4 LE SYSTÈME DIGESTIF Le système digestif permet, grâce à plusieurs organes, de prendre la nourriture, de la digérer (transformation de la nourriture en énergie et nutriments pour le corps) et dévacuer les éléments non assimilables. On considère 3 parties dans lappareil digestif : les éléments de la cavité buccale, les éléments du tube digestif et enfin, les glandes annexes. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

5 La cavité buccale DEAMP – G6 – Intervention en Santé

6 Le tube digestif DEAMP – G6 – Intervention en Santé

7 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CAVITÉ BUCCALE : Dents douloureuses, abimées, absentes, prothèse dentaire, mauvaise hygiène buccale Importance dune bonne hygiène bucco dentaire : DEAMP – G6 – Intervention en Santé

8 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CAVITÉ BUCCALE : Dents douloureuses, abimées, absentes, prothèse dentaire, mauvaise hygiène buccale Importance dune bonne hygiène bucco dentaire : Conserver le plus longtemps possible le capital dentaire Prévention des caries (infection, abcès, endocardites), de la plaque dentaire, du tartre, et des problèmes de gencives Répercussion au niveau de lalimentation et de létat de santé Esthétique et vie sociale Le coût des soins dentaires DEAMP – G6 – Intervention en Santé

9 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CAVITÉ BUCCALE : Importance dune bonne hygiène bucco dentaire: Actions: DEAMP – G6 – Intervention en Santé

10 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CAVITÉ BUCCALE : Importance dune bonne hygiène bucco dentaire: Actions: - Brossage des dents à chaque repas; - stimuler la personne en expliquant limportance du maintien dune hygiène bucco dentaire. - Changer la brosse à dent dès que nécessaire; nettoyer régulièrement la brosse à dent (bactéries). - Ne pas oublier lintérieur des joues et la langue. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

11 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CAVITÉ BUCCALE : Importance dune bonne hygiène bucco dentaire: Actions: Dans le cas dune prothèse dentaire: DEAMP – G6 – Intervention en Santé

12 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CAVITÉ BUCCALE : Importance dune bonne hygiène bucco dentaire: Actions: Dans le cas dune prothèse dentaire: - La rincer, la brosser et limmerger dans une solution désinfectante, la rincer avant de la remettre en bouche. - Pour les personnes ne pouvant se brosser les dents, nettoyer avec des compresses. La changer à chaque demi maxillaire puis, intérieur des joues plus langue. - Il nest pas obligatoire de la garder tout le temps (gène, blessures, irritations…). Adapter le port de la prothèse en fonction de la situation de la personne … - Soins dentaires: emmener le résident chez le dentiste tous les ans DEAMP – G6 – Intervention en Santé

13 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CAVITÉ BUCCALE : SIGNES CLINIQUES : DEAMP – G6 – Intervention en Santé

14 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CAVITÉ BUCCALE : SIGNES CLINIQUES : douleur, perte dappétit, saignements au moment du brossage ou de la gencive, de gonflement de la joue DEAMP – G6 – Intervention en Santé

15 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CARREFOUR AÉRO-DIGESTIF La fausse route DEAMP – G6 – Intervention en Santé

16 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CARREFOUR AÉRO-DIGESTIF La fausse route : passage dans les voies respiratoire (la trachée) au lieu de prendre la voie digestive (œsophage) de tout ou partie du bol alimentaire. Si la quantité daliments est peu importante, le réflexe de toux est suffisant pour faire expulser le corps étranger de la trachée. Parfois la fausse route peut avoir des conséquences dramatiques: un gros morceau daliment peut obstruer complètement la trachée. Le sujet sétouffe. A lorigine des fausses routes, on trouve souvent des troubles sensori-moteurs. Elles peuvent être responsables de pathologies respiratoires, ORL, dun manque dapport doxygène au niveau du cerveau (troubles neurologiques) ou à l extrême, du décès de la personne. Attention : la fausse route nest pas toujours spectaculaire. Il existe également des fausses routes « à bas bruit » qui viennent petit à petit remplir les poumons de détritus divers venant de la bouche : médicaments, aliments, liquides… DEAMP – G6 – Intervention en Santé

17 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CARREFOUR AÉRO-DIGESTIF: LA FAUSSE ROUTE SIGNES CLINIQUES: DEAMP – G6 – Intervention en Santé

18 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CARREFOUR AÉRO-DIGESTIF SIGNES CLINIQUES: toux, raclement de gorge, râles laryngés et / ou broncho-pulmonaire, agitation, visage rouge puis pâleur et cyanose, sueurs, regard affolé, hyper salivation….. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

19 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CARREFOUR AÉRO-DIGESTIF : Fausse route Prévention et conduite à tenir(1) : LE MEILEUR MOYEN DE LUTTER CONTRE LES FAUSSES ROUTES RESTE LA PREVENTION - le repas doit rester un moment de relation, de convivialité, de plaisir, de détente (prendre le temps, ambiance calme, sans passage impromptus de visiteurs, limiter les déplacements, éviter absolument de donner à manger à plusieurs personnes en même temps…). - sorganiser pour donner à la personne le temps nécessaire pour lui permettre davaler en toute sécurité - Veiller à ce que la bouche soit bien vide avant de réintroduire une nouvelle cuillérée ; veiller au reflexe de déglutition - Éviter de provoquer des tensions musculaires, de lanxiété, du stress, autant de facteurs favorables à un mauvais fonctionnement de la déglutition DEAMP – G6 – Intervention en Santé

20 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CARREFOUR AÉRO-DIGESTIF : Fausse route Prévention et conduite à tenir(2) : - adapter la nourriture aux difficultés de mastication ou de digestion de la personne (mixé, haché, …). - faire attention à la posture de la tête (éviter l hyper extension), position assise (ou demi assise), bien installer la personne et bien sinstaller soi- même. - Déconseiller les textures fibreuses adhésives comme les légumes filamenteux, ou textures granulées riz, couscous, Biscottes… -Utiliser des petites cuillères pour diminuer la quantité daliment à ingérer par bouchée - Conseiller à la personne de ne pas parler lorsquelle a la bouche pleine daliments ou de liquides -Vérifier que les prothèses dentaires sont bien en place - lAMP ne doit pas être seul dans les moments de repas. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

21 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CARREFOUR AÉRO-DIGESTIF : Fausse route Prévention et conduite à tenir(2) : En cas de fausse route : NE PAS PANIQUER -Pencher la personne en avant et appliquer 5 tapes dans le dos entre les 2 omoplates -MANŒUVRE DHEIMLICH et alerter SAMU si besoin DEAMP – G6 – Intervention en Santé

22 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE CARREFOUR AÉRO-DIGESTIF : Autres troubles - Les troubles de la déglutition - Linhalation DEAMP – G6 – Intervention en Santé

23 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE TUBE DIGESTIF : TROUBLES PRINCIPAUX DEAMP – G6 – Intervention en Santé

24 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE TUBE DIGESTIF : TROUBLES PRINCIPAUX Constipation Diarrhées Troubles nutritionnels DEAMP – G6 – Intervention en Santé

25 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE TUBE DIGESTIF Constipation : émission peu fréquente de selles anormalement dures et difficiles à évacuer. Signes associés : douleur abdominales, sensation de lourdeur, présence dhémorroïdes…. Causes : DEAMP – G6 – Intervention en Santé

26 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE TUBE DIGESTIF Constipation : Causes : - hydratation insuffisante, - alimentation pauvre en fibres, - manque dactivité physique, - alitement prolongé, - prise de certains médicaments (opiacés…), - vieillissement, - certaines maladies neurologiques … Complications de la constipation: le fécalome = « selles pierreuses », fausses diarrhée, douleurs abdominales, nausées et vomissements, troubles urinaires (incontinence ou rétention aiguë durine), présence dhémorroïdes … DEAMP – G6 – Intervention en Santé

27 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE TUBE DIGESTIF Constipation : Prévention : agir sur la cause DEAMP – G6 – Intervention en Santé

28 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE TUBE DIGESTIF Constipation : Prévention: agir sur la cause - apport en eau suffisant - Mobilité ou activité physique - repas équilibrés : alimentation riche en fibres qui ont pour propriété daugmenter le volume des selles et de stimuler le côlon - surveillance du transit (aspect consistance des selles)…Aller à la selle régulièrement à la même heure afin de restaurer le réflexe exonérateur; - surveillance labdomen (il doit être souple), - traitement laxatif prescrit par le médecin - Transmettre les informations au service médical DEAMP – G6 – Intervention en Santé

29 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE TUBE DIGESTIF: Diarrhées : augmentation de la fréquence des selles (pouvant aller de 6 à 8 par jour) associée à une modification de leur consistance, passe de selles molles à liquides. Causes : infections, mauvaise digestion, intolérance alimentaire, pathologies digestives chroniques, prise dun traitement (ATB), état de stress…. La diarrhée provoque une perte deau pouvant entraîner une déshydratation. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

30 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE TUBE DIGESTIF Diarrhées Rôle de lAMP: DEAMP – G6 – Intervention en Santé

31 RISQUES ET RÔLE DE LAMP POUR UNE PERSONNE EN PERTE DAUTONOMIE PARTIELLE OU TOTALE TUBE DIGESTIF Diarrhées Rôle de lAMP: - Recherche dautres symptômes associés, contrôler la température, noter la fréquence des selles par jour, laspect, leur couleur, leur odeur…, - En collaboration avec lensemble de léquipe et sous supervision médicale modifier lalimentation de la personne en supprimant le lait et ses dérivés, fruits, légumes verts, les sauces, pendant 24 à 48 H. Éviter que la personne se déshydrate (apport hydrique 2 L / 24 H). Donner plutôt à manger du riz, pommes de terre, pâtes, semoules, potage épais, des carottes, poissons, viande sans sauce… - Hygiène corporelle : en cas d incontinente ou de demande du résidant, toilette pour éviter lirritation de la peau (mettre des gants), voir avec le service médical si besoin de soin (rougeur, plaie…). Avertir le service médical. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

32 ALIMENTATION ET TROUBLES NUTRITIONNELS DEAMP – G6 – Intervention en Santé

33 ALIMENTATION ET TROUBLES NUTRITIONNELS Lalimentation est un besoin physiologique régit par la sensation de faim. Lalimentation quotidienne doit être variée, équilibrée, adaptée aux besoins et aux goûts de la personne. Certains aliments doivent être apportés de façon journalière, car il ny a pas de réserves dans lorganisme. Toute restriction prolongée entraine des risques de carences et peut avoir des conséquences sur le fonctionnement de lorganisme. Besoins énergétiques dune personne adulte : entre 1800 kcal et 2500 kcals suivant lactivité. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

34 Prévention et conduite à tenir par rapport à lalimentation des personnes accompagnées : (1) - Veiller à la notion de convivialité - Veiller au bon équilibre alimentaire - Tenir compte des gouts et des envies alimentaires de la personne - Les aliments doivent être présentés de façon à flatter le goût (éviter le fade), sur une assiette ou un plat agréable à contempler et sous une forme adaptée à la mastication et aux troubles de la déglutition de la personne - Prévoir une durée suffisante pour les repas DEAMP – G6 – Intervention en Santé

35 Prévention et conduite à tenir par rapport à lalimentation des personnes accompagnées (2) - Maintenir les plats au chaud ou les réchauffer si besoin - Il existe plusieurs types de régimes alimentaires ; faire prendre conscience à la personne lintérêt du régime prescrit et de lui apporter laide nécessaire pour le respecter. Ne rien imposer. - Possibilité en cas de besoin de fractionner les repas avec des collations - Si lappétit est diminué, possibilité après avis médical de donner des compléments nutritionnels DEAMP – G6 – Intervention en Santé

36 DÉNUTRITION : Les besoins nutritionnels restent les mêmes durant toute la vie. Seuls se modifient les besoins énergétiques, directement liés à lactivité. Certaines incapacités empêchent la personne de pourvoir seul à ses besoins alimentaires : - Paralysies, troubles visuels important, démence - Moyens financiers - La solitude - La perte du capital dentaire - La perte du goût et de lodorat DEAMP – G6 – Intervention en Santé

37 Prévenir la dénutrition : - Être vigilant sur lévaluation de létat nutritionnel de la personne accompagnée - Recueil dinformations sur les apports journaliers de la personne (qua telle mangé?…) -Le poids de la personne -Laspect physique (pli cutanée, épaisseur de la peau….) ALERTER EQUIPE MEDICALE EN CAS DE BESOIN DEAMP – G6 – Intervention en Santé

38 H YDRATATION ET BESOINS EN EAU Le corps a besoin de 1,5 à 2 litres deau par jour pour le bon fonctionnement de lorganisme. Les besoins en eau seront augmentés en cas de pertes Causes de pertes hydriques : DEAMP – G6 – Intervention en Santé

39 H YDRATATION ET BESOINS EN EAU Le corps a besoin de 1,5 à 2 litres deau par jour pour le bon fonctionnement de lorganisme. Les besoins en eau seront augmentés en cas de pertes Causes des pertes hydriques : - Diarrhée - Vomissements - Fièvre - Transpiration / forte chaleur / environnement surchauffé - hyper salivation / troubles de la déglutition (pouvant limiter les apports hydriques) - Activité physique importante (hyper contractures…) - Prise de traitements (diurétiques, tranquillisants, neuroleptiques) - La peur de se souiller (diminution de lapport hydrique pour ne pas uriner) - troubles de la conscience - Le principal risque dune hydratation insuffisante est la déshydratation DEAMP – G6 – Intervention en Santé

40 Signes cliniques de la déshydratation : DEAMP – G6 – Intervention en Santé

41 Signes cliniques de la déshydratation : - présence dun pli cutané, - sécheresse de la peau et des muqueuses, - sécheresse buccale, - baisse de la quantité durine, - troubles du comportement: agitation, - somnolence, - fièvre, - dyspnée, - perte de poids, - troubles du transit : constipation…. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

42 Rôle de lAMP: Repérer les risques de déshydratation DEAMP – G6 – Intervention en Santé

43 Rôle de lAMP: Repérer les risques de déshydratation - personnes qui ont perdu la sensation de soif (personne âgées), lenvie de boire - les personnes qui ne peuvent pas demander quon les fasse boire - proposer à boire sans attendre la demande; - réaliser une grille dhydratation. - incontinence urinaire ou difficulté à se retenir (institution), « on ne boit pas par peur de faire pipi »… - surveiller lapparition de signes cliniques pouvant faire craindre une déshydratation. - Vérifier que la personne est toujours de leau à portée de main - proposer des boissons en cours de journée (eaux minérales, thé….); - proposer un matériel adapté permettant à la personne de boire seul (verre à pied, paille…). - Pour les personnes ayant des troubles de la déglutition, on peut utiliser de leau gélifiée. -Informer léquipe médicale. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

44 HYGIÈNE ALIMENTAIRE : - Lavage des mains - Lavage des aliments - Eviter le contact des aliments avec les animaux. - Conserver les aliments au réfrigérateur Ne pas recongeler des aliments déjà congelé - Pour les aliments en conserve vérifier la date de péremption et létat de la boite DEAMP – G6 – Intervention en Santé

45 SURCHARGE PONDÉRALE ET OBÉSITÉ Lobésité est généralement définie comme une accumulation excessive ou anormale de graisse dans le tissu adipeux. La surcharge pondérale sévère ou lobésité constituent un facteur de risque pour le développement de plusieurs maladies chroniques: maladies cardio-vasculaires, respiratoires (gène respiratoire), diabète de type II, hypertension, souffrance articulaire, voire mortalité précoce. Lobésité nest pas toujours simplement le résultat dun excès alimentaire ou dun manque dactivité physique. Les facteurs biologiques (les hormones, la génétique), le stress, les médicaments et le vieillissement jouent aussi un rôle. Cependant, la diététique et lactivité physique pèsent fortement sur la balance énergétique et ils sont aussi les principaux facteurs modifiables. Le succès du traitement de lobésité repose sur la participation active et motivée de la personne. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

46 Rôle de lAMP : donner de linformation DEAMP – G6 – Intervention en Santé

47 Rôle de lAMP : donner de linformation -Ne pas sauter de repas -Suivre un régime ne signifie pas pour autant privation: parler daliments conseillés plutôt que daliments interdits -conseiller une alimentation diversifiée et équilibrée avec une notion de plaisir -Notion dhérédité -Manger assis, à table, dans le calme -Éviter le grignotage -Éviter la consommation excessive de graisses et de sucres -Essayer de contrôler les quantités mises dans lassiette -Éviter de se resservir -Assiette individuelle -Pratiquer quand cest possible une activité physique….. -Orienter la personne vers un médecin spécialiste ou une diététicienne DEAMP – G6 – Intervention en Santé

48 Rôle de lAMP : donner de linformation -Ne pas sauter de repas -Suivre un régime ne signifie pas pour autant privation: parler daliments conseillés plutôt que daliments interdits -conseiller une alimentation diversifiée et équilibrée avec une notion de plaisir -Notion dhérédité -Manger assis, à table, dans le calme -Éviter le grignotage -Éviter la consommation excessive de graisses et de sucres -Essayer de contrôler les quantités mises dans lassiette -Éviter de se resservir -Assiette individuelle -Pratiquer quand cest possible une activité physique….. -Orienter la personne vers un médecin spécialiste ou une diététicienne ACCOMPAGNEMENT : le suivi dun régime quel qu'il soit peut être difficile à vivre par la personne, il faudra faire preuve découte, dencouragement, éviter les paroles pouvant être interprétées comme un jugement ou une réprimande… La personne doit être VOLONTAIRE DEAMP – G6 – Intervention en Santé

49 A NOREXIE ET BOULIMIE Il arrive à tout le monde de faire des excès alimentaires par gourmandise ou de calmer son stress en grignotant des sucreries de façon impulsive et passagère. Mais, parfois, le comportement alimentaire se dérègle de façon anormale et devient dangereux pour la santé. Les deux aspects de ces troubles pathologiques du comportement alimentaire sont lanorexie mentale et la boulimie DEAMP – G6 – Intervention en Santé

50 ANOREXIE ET BOULIMIE Lanorexie mentale : Cest une grève de lappétit motivée par lobsession dêtre toujours plus mince. Elle débute presque toujours à ladolescence et touche les filles dans 9 cas sur 10. Ce désir de maigrir à tout prix et de plus en plus, repose sur une perception du corps totalement imaginaire, sans aucun rapport avec la réelle corpulence de la jeune fille. La restriction alimentaire très stricte est souvent dissimulée à lentourage afin de faire illusion le plus longtemps possible. Ladolescente prend parfois, en plus, des laxatifs et se force à vomir lorsquelle a consenti à manger. Cest une maladie grave et difficile à traiter, qui peut se terminer par la mort par dénutrition dans les cas graves. A force de ne rien manger, les mécanismes de faim et de satiété sont altérés ; lamaigrissement devient pathologique et saccompagne de carences nutritionnelles. Dans les cas graves il faut recourir à lhospitalisation pour re-nutrition par gavage. Lisolement avec séparation du milieu familial est parfois nécessaire. Il peut être très difficile de faire retrouver lappétit à lanorexique, et, dans seulement la moitié des cas danorexies graves, les contrats de poids réussissent. Les rechutes sont nombreuses et la maladie devient chronique. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

51 ANOREXIE ET BOULIMIE La boulimie : perte de contrôle du comportement alimentaire avec une pulsion irrésistible à manger. Comme lanorexie, elle touche les filles, surtout, à ladolescence. Les crises de boulimie durent une heure ou deux pendant lesquelles ladolescente mange à toute vitesse nimporte quoi, nimporte comment et sans aucun plaisir, en se cachant des autres. Elle vide le frigidaire en se bourrant des aliments les plus caloriques, puis est prise de douleurs au ventre et vomit. Les boulimiques arrivent donc à maintenir un poids normal car elles ne gardent pas les aliments. Elles prennent parfois des laxatifs. Il faut donc les distinguer des personnes qui mangent trop (hyperphagiques) et deviennent obèses. Les crises de boulimie sont plus ou moins aiguës. Elles alternent parfois avec des périodes de restriction alimentaire intense et sont alors une sorte de compensation en rapport avec des régimes trop stricts. La boulimie est ainsi souvent une conséquence des contraintes sociales et culturelles qui érigent en modèle des régimes impossibles à tenir pour les jeunes femmes. La boulimie a des causes dordre psychologique : elle est liée à de troubles du désir, parfois à une dépression. Certains la considèrent comme une dépendance, comparable à lalcoolisme ou la toxicomanie. Les boulimiques sont conscientes de leur problème et ont souvent recours à une aide psychologique. Le traitement repose sur la psychothérapie, avec parfois des antidépresseurs. Le pronostic de guérison de la boulimie est en général bon, mais les rechutes sont fréquentes. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

52 LALCOOL Lalcool est une substance psycho active à lorigine dune dépendance mais également une substance toxique induisant des effets néfastes sur la santé. Les conséquences ou les problèmes de santé induits par lalcool sont : - physiques : ralentissement des réflexes, troubles de léquilibre, troubles digestifs comme gastrite, reflux gastro-œsophagien, nausées, vomissements, troubles pondéraux … - psychologiques : violence euphorie, tristesse, altération de la communication, troubles du comportement, mauvaise appréciation des situations… - sociales : perte du travail, marginalisation, divorce, accidents, handicap, décès…. - biologiques : pathologies cardiovasculaires, pathologies du système nerveux, pathologies hépatiques, pathologies pancréatiques, cancers des voies aéro digestives supérieures. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

53 LALCOOL Lalcoolisme en France est responsable dun nombre important de décès. Le coût financier est également considérable Le sevrage peut être effectué lors dune hospitalisation (services spécialisés) ou en tout cas suivi par un médecin addictologue, afin de mettre en place des actions adaptées et une structure spécialisée autour de la personne afin de laider au mieux. Si le sevrage est trop brutal, il peut survenir un delirium tremens (état de manque grave), avec hallucinations et tremblements, pouvant conduire au décès. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

54

55 Le système urinaire : Tout trouble dans le fonctionnement des reins entraîne de grave perturbations de lorganisme. Les risques: - Les infections urinaires - Lincontinence DEAMP – G6 – Intervention en Santé

56 Le système urinaire Les risques: Les infections urinaires Signes de linfection urinaire -brûlure à la miction -envie fréquente duriner - fièvre - urines troubles - urines malodorantes - présence de sang dans les urines - douleurs au ventre Les infections urinaires sont favorisées par: la constipation, les sondages vésicaux, tout obstacle à lécoulement de lurine (grossesse, prostate qui augmente de volume…), la position allongée ou assise, les problèmes dhygiène, et le manque dapport hydrique. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

57 Le système urinaire prévention : -Porter une attention à lhygiène (toilette, protections..) -Faire boire la personne en quantité suffisante -Surveillance de lapparition des signes -Surveillance des selles et mise en place prévention contre la constipation -Ne pas se retenir, mettre à disposition matériel adapté (bassin, pistolet…) /Installation régulière aux wc -Rendre accessible les wc (adaptation de lenvironnement…) DEAMP – G6 – Intervention en Santé

58 Le système urinaire LECBU (examen cytobactériologique des urines) est lexamen de référence qui permet lanalyse de lurine et lantibiogramme éventuel Les principales anomalies de la miction : acte volontaire, réalisé sans effort. - Anurie : Absence durine (présence de rétention durine avec globe vésical : grosseur au niveau du pubis) - Oligurie : Urines peu abondantes (augmenter la boisson) - Polyurie : Augmentation de la diurèse de façon conséquente (diabète) - dysurie : Difficulté à uriner (miction nocturne fréquente et difficile ) (infections urinaires ou prostate) - Brûlures à la miction : infections urinaires - Aspect anormal des urines : troubles (infection) - Hématurie : présence de sang dans les urines DEAMP – G6 – Intervention en Santé

59 Le système urinaire Lincontinence : résulte soit d'un dysfonctionnement musculaire (lésion du sphincter et/ou des autres muscles du périnée), soit d'une anomalie neurologique affectant le sphincter et/ou la vessie. Elle peut être temporaire ou définitive. Elle entraîne un problème social et hygiénique avec impact psychologique considérable (port de protection, mauvaise odeur, impact sur la vêture vécu par la personne comme une humiliation et une atteinte de limage et estime de soi même…). Face à des fuites urinaires ou fécale occasionnelles, tout doit être tenté pour éviter que cette incontinence de «circonstance » ou temporaire ne deviennent définitive. Tous les membres de léquipe doivent participer à la mise en place dun programme de soins. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

60 Le système urinaire Prévention des risques dincontinence : (1) DEAMP – G6 – Intervention en Santé

61 Le système urinaire Prévention des risques dincontinence : (1) - solliciter la personne pour quelle participe à sa rééducation aide pour quelle puisse contrôler son élimination - Proposer à la personne denlever sa protection et de linstaller confortablement sur le wc, plus particulièrement au réveil, avant et après les repas, et au coucher. - Prévoir un bassin, un urinal ou une chaise percée si difficulté de déplacement ou alitée. - Essayer au mieux de répondre aux demandes des personnes, ne pas les faire attendre. - Vérifier que laccès aux toilettes soit dégagé et quil ny ait pas dobstacles sur le parcours des toilettes (tabouret, chaise, tablettes, porte difficile à ouvrir…..). - Surveiller les quantités deau absorbées (expliquer à la personne limportance de lhydratation : éviter de boire diminue la diurèse et donc lenvie duriner, mais augmente le risque dinfection urinaire, facteur générateur dincontinence urinaire). - laisser le temps suffisant pour essayer duriner ou de déféquer. DEAMP – G6 – Intervention en Santé

62 Le système urinaire Prévention des risques dincontinence : (2) - Ne pas mettre systématiquement de protection => une incontinence iatrogène. - Vérifier la prise dun traitement pouvant agir sur la miction - Utiliser les grilles mictionnelles: repérer les horaires délimination de la personne et lui proposer le bassin ou les toilettes. - En cas de fuites, changer les vêtements ou la literie le plus vite possible. - Procéder à une toilette intime en cas dincontinence et lors de change de protection et vérifier lintégrité de létat cutanée. - Favoriser le port de vêtements adaptés et faciles à enlever - En cas de port de protections temporaires, les adapter aux types de fuites: protections anatomiques, changes complets….. - Proscrire tout reproche, paroles blessantes et désobligeantes - Stimuler la personne, lencourager, lui donner confiance, dédramatiser la situation et respecter ses choix. DEAMP – G6 – Intervention en Santé


Télécharger ppt "Intervention en Santé - Médecine Philippe PORTET DEAMP – G6 – Intervention en Santé"

Présentations similaires


Annonces Google