La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES AUTO-ANTICORPS EN PRATIQUE COURANTE Dr. M.Delire Pédiatrie, Immunologie Dr. M.P.Lallemand Biologie Clinique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES AUTO-ANTICORPS EN PRATIQUE COURANTE Dr. M.Delire Pédiatrie, Immunologie Dr. M.P.Lallemand Biologie Clinique."— Transcription de la présentation:

1 LES AUTO-ANTICORPS EN PRATIQUE COURANTE Dr. M.Delire Pédiatrie, Immunologie Dr. M.P.Lallemand Biologie Clinique

2 LES MALADIES AUTO- IMMUNITAIRES: NOTIONS GÉNÉRALES Dr.M.Delire

3 P HYSIOPATHOLOGIE Les maladies auto immunes sont la conséquence dune rupture de la tolérance immune aux antigènes du soi. Les mécanismes de tolérance immune sont: centraux (thymus et moelle osseuse) périphériques

4 MÉCANISMES CENTRAUX DE TOLÉRANCE IMMUNE Les lymphocytes-T auto réactifs sont éliminés au niveau du thymus Les lymphocytes-B auto réactifs sont éliminés avant sortie de la moelle osseuse

5 MÉCANISMES PÉRIPHÉRIQUES DE TOLÉRANCE IMMUNE Les mécanismes centraux de tolérance immune sont incomplets, et un certain nombre de lymphocytes auto réactifs y échappent Ces lymphocytes circulants sont maintenus inactifs par toute une série de mécanismes Les maladies auto immunes peuvent donc avoir une origine centrale (thymus),ou périphérique

6 Les lymphocytes-T sont responsables de la grande majorité des maladies auto immunes, car ils sont nécessaires à la production dauto-anticorps par les lymphocytes-B Les lymphocytes-B sont responsables de la grande majorité des lymphomes et leucémies, car présentant un taux de mutation fois supérieur à celui des autres cellules de lorganisme

7 C AUSES DES MALADIES AUTO IMMUNES Facteurs de prédisposition génétique système HLA, anomalies du système du complément, anomalies du thymus, etc…. Facteurs environnementaux Infections, hormones (oestrogenes, corticostéroïdes) radiations, toxines médicaments, etc…..

8 EXEMPLES DE RELATION ENTRE PHÉNOTYPE HLA ET AUTO IMMUNITÉ HLA DR3 Maladie dAddison HLA DR4 Arthrite rhumatoïde HLA B27 Spondylarthrite ankylosante HLA DQ2 Hypersensibilité au gluten HLA DQ8 Diabète type I Etc…

9 CLASSIFICATION GÉNÉRALE DES MALADIES AUTO IMMUNES 1.Maladies auto immunes systémiques dirigées contre antigènes ubiquitaires (ADN, nucléosome, histone, ANCA, etc.) lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde, syndrome de Goujerot Sjögren, sclérodermie, polymysosite, vascularites

10 CLASSIFICATION GÉNÉRALE DES MALADIES AUTO IMMUNES 2.Maladies auto immunes spécifiques dorganes ou de systèmes (quelques exemples) thyroïdites auto immunes, diabète insulino dépendant (type I), maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, myasthénie grave, syndrome de Guillain Barré, sclérose en plaques, etc., etc., etc,…..

11 E T EN PRATIQUE ???

12 T ECHNIQUES UTILISEES Immunofluorescence Elisa RIA Immunodot

13 IMMUNOFLUORESCENCE SUR CELLULES HEP-2 Sur polynucléaires neutrophiles SUR COUPES DE TISSUS

14 CELLULES HEP-2 Cellules de carcinome laryngé humain Lames avec puits Mise en évidence danticorps dirigés contre le noyau, les nucléoles, les organites (mitochondries, lysosomes), les filaments (actine) Fluorescence au niveau du noyau : homogène, mouchetée, centromérique, granulaire, nucléolaire, dots... Fluorescence cytoplasmique : granulaire, fibres, dense

15 FLUORESCENCE AU NIVEAU DU NOYAU

16 FLUORESCENCE HOMOGÈNE

17 A NTI - CENTROMERE

18 N UCLEOLAIRE HOMOGENE

19 FLUORESCENCE AU NIVEAU DU CYTOPLASME

20 A NTI - MITOCHONDRIES

21 A NTI - ACTINE

22 P OLYNUCLEAIRES NEUTROPHILES (ANCA) P-Anca C-Anca MPO et PR3

23 A NTICORPS ANTI - CYTOPLASME ANCA Dépistage par IF sur polynucléaires neutrophiles C-ANCA et P-ANCA Anti-PR3 (souvent c-Anca) évocateur de la granulomatose de Wegener Anti-MPO (souvent p-Anca) sont retrouvés dans la maladie de Churg et Strauss, la polyangéite microscopique et les glomérulonéphrites nécrosantes pauci-immunes. Ces vascularites auto-immunes sont rares (prévalence < 5/ personnes

24 COUPES DE TISSUS ESTOMAC / REIN ESTOMAC / REIN / FOIE ŒSOPHAGE ……

25 ANTI-ACTINE

26 ANTI-CELLULES GASTRIQUES

27 A NTI - MITOCHONDRIES estomac Muscle lisse rein

28 ELISA - EIA DOSAGE IMMUNO - ENZYMATIQUE SUR MILIEU SOLIDE Utilisation de microplaques ou de « crayons » Automatisation possible Dosage de dsDNA, nucléosomes… MPO, PR3

29 D OT Le dot est un monotest constitué dune membrane sur laquelle sont « coatés » en fines lignes parallèles différents antigènes purifiés et caractérisés biochimiquement. Une tigette synthétique sert de support à la membrane « coatée ». Cette technique permet en une seule incubation du sérum, de tester plusieurs paramètres en fonction du type de dot choisi (panel dantigènes). La lecture du test se fait simplement à loeil nu ou via un scanner.

30 F EUILLE LECTURE SCANNER DOT HEPATIQUE

31 UTILITÉ DES AUTOANTICORPS EN MEDECINE GENERALE

32 Un casse- tête pour le médecin ? ???

33 A UTO - ANTICORPS NON SPECIFIQUES D ORGANE - ANA Prévalence des ANA LED induit100 % Sclérodermie systémique85-98 % Polymyosite40-78 % S. De Gougerot Sjögren50-95 % Arthrite rhumatoïde20-40 % Arthrite psoriasique15 % Myasthénie grave40-60 % Sujet sain > 60 ans5-30 % Hiemanta M. et al. Am Med 1996; 23:283-91

34 A NTICORPS ANTI - MITOCHONDRIES Retrouvés dans 95 % des Cirrhoses biliaires primitives CBP : femmes de 30 à 70 ans, prurit, asthénie et ictère. Lésions histologiques (nécrose des canalicules biliaires avec réaction inflammatoire) AMA pour le DD des pathologies hépatiques cholostatiques.

35 L A CIRRHOSE BILIAIRE PRIMITIVE CBP Prurit (peut apparaître pour la première fois au cours dune grossesse). Un prurit isolé est fréquemment lunique symptôme inaugural !!! Fatigue Signes de cholestase (ictère, hyperbilirubinémie, élévation des PAL…) Incidence CBP 10 cas/ personnes Prédominance féminine nette 90 à 95 % des malades sont des femmes entre 30 et 60 ans

36 CPB ET SEROLOGIE Anticorps anti-mitochondries (anti-M2) : retrouvés pratiquement dans tous les cas Dautres anticorps peuvent aussi être retrouvés (mais toujours en association avec les anti- mitochondries type M2) - anti-centromères (association avec S. de Crest dans 10 à 20%) - anti-SSA/SSB (association avec S. de Gougerot Sjögren)

37 A NTICORPS ANTI - MUSCLES LISSES ET LKM Unique moyen pour le diagnostic dune hépatite chronique auto-immune de type I (anti-actine) ou de type II (anti-LKM) Traitement de choix HCA : corticothérapie Interferon α contre-indiqué avant de traiter par IFN α pour une suspicion dhépatite C, il faut rechercher la présence des Ac-muscles lisses (spécificité actine !) et Ac-LKM pour écarter le diagnostic dHCA

38 C HOLANGITE SCLEROSANTE PRIMITIVE ANCA dans 60 à 70% des cas mais PR3 et MPO négatifs Diagnostic différentiel des hépatites chroniques avec cholostase: anti-actine : hépatite auto immune type I anti-LKM : hépatite auto immune type II anti-mitochondrie : cirrhose biliaire primitive ANCA : cholangite sclérosante primitive

39 Q UELLE STRATEGIE ???

40 MALADIES AUTO - IMMUNES Indications recherche auto-anticorps Arthrite Raynaud Rash cutané Vasculite Fièvre dorigine indéterminée Sécheresse buccale ou oculaire Faiblesse musculaire proximale Hématurie, protéinurie Cytopénies Thromboses à répétition

41 I MPORTANCE DES DONNEES CLINIQUES La recherche des auto-anticorps ne doit pas figurer dans un bilan de base Signes cliniques suspects demande auto- anticorps ciblée (restriction INAMI) Le protocole du laboratoire doit être explicite Le titrage dun anticorps anti-nucléaires, la description de la fluorescence observée, la caractérisation éventuelle des antigènes reconnus sont incontournables, les performances du test doivent être documentés Tout anticorps détecté MAI

42 L ES LIMITES La quantification des anticorps peut être imprécise Variabilité importante selon les techniques Ne pas confondre spécificité et valeur prédictive positive Toujours intégrer les résultats de laboratoire au dossier clinique

43 Calibri (Corps) E N RESUME …. MALADIES SYSTEMIQUESAUTO-ANTICORPS SPECIFIQUES CONNECTIVITES Lupus érythémateux disséminéNucléosomes, dsDNA, Sm, PCNA Lupus cutané subaiguSSA Maladie de SjögrenSSA/SSB SclérodermiesCentromère, nucléolaire, Scl70 Syndrome de SharpRNP DermatomyositeMi-2 PolymyositeJo1, PL12, PL7, SRP Polymyosite/sclérodermiePM-Scl, Ku

44 VASCULARITES Maladie de Wegenerc-Anca, PR3 Microangiopathie Glomérulonéphrite microangiopathique p-Anca, MPO Syndrome de Churg- Strauss c-Anca, MPO MALADIES DU FOIE Hépatite auto-immune type I Actine, SLA Hépatite auto-immune type II LKM1 Cirrhose biliaire primitive Mitochondries M2

45 M ERCI POUR VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "LES AUTO-ANTICORPS EN PRATIQUE COURANTE Dr. M.Delire Pédiatrie, Immunologie Dr. M.P.Lallemand Biologie Clinique."

Présentations similaires


Annonces Google