La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

DR YAPO YAPO MA / AR ICA. DEFINITION Cest un état de défaillance aigue de la pompe cardiaque, avec un débit aortique nul ou insuffisant pour assure loxygénation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "DR YAPO YAPO MA / AR ICA. DEFINITION Cest un état de défaillance aigue de la pompe cardiaque, avec un débit aortique nul ou insuffisant pour assure loxygénation."— Transcription de la présentation:

1 DR YAPO YAPO MA / AR ICA

2 DEFINITION Cest un état de défaillance aigue de la pompe cardiaque, avec un débit aortique nul ou insuffisant pour assure loxygénation des organes vitaux. préférer le terme darrêt circulatoire à celui darrêt cardiaque qui regroupe en plus de lasystolie : les dysrythmies ventriculaires, les troubles de la conduction et les dissociations électromécaniques.

3 EPIDEMIOLOGIE

4 ÉPIDÉMIOLOGIE cas de mort subite par an en France, soit une incidence de 0.55/1000 habitants. accident grave, dont le pronostic dépend essentiellement de la rapidité de la prise en charge et de la réalisation des gestes de réanimation les chances de survie baissent de 10 % chaque minute en labsence de réanimation, et de 3 à 4 % si une réanimation est entreprise. Le risque de létalité augmente aux âges extrêmes ( 55ans).

5 ÉPIDÉMIOLOGIE ACC extra hospitalier avec risque de mort subite: cas par an en EUROPE à cas en France La cause est cardiaque dans 80 % des cas, La fibrillation ventriculaire : 75 % des cas dACC inopiné.

6 PHYSIOPATHOLOGIE

7 chute TA systolique et une élévation des pressions veineuses Les pressions intra cardiaques ségalisent et une dilatation globale des cavités cardiaques. Le volume sanguin intra thoracique augmente, la compliance pulmonaire diminuent trouble de lhématose et constitution dun œdème pulmonaire une hypoxie puis une anoxie tissulaire et cellulaire Production dacide lactique et de déchets métaboliques acidose métabolique

8 PHYSIOPATHOLOGIE Rétention de CO2 acidose respiratoire Ce dysfonctionnement cellulaire est dabord fonctionnel, réversible, puis en fonction de lorgane et de la durée, il devient lésionnel et irréversible. Lésions cérébrales sinstallent en 3 à 5 mn et conditionnent le pronostic Lésions cardiaques surviennent au bout de 15 à 30 mn Lésions rénales : 15 à 30 mn, lésions glomérulaires, 1h, lésions tubulaires Lésions hépatiques : 1 à 2 h, nécrose hépatocytaire

9 CONSEQUENCES : Anoxie cérébrale dont les centres respiratoires avec gasps; arrêt respiratoire. Troubles neurologiques: convulsion, coma. Décès en 5 à 8 min.

10 DIAGNOSTIC

11 Le diagnostic positif doit être posé le plus rapidement possible et associe les 3 conditions suivantes : Etat de mort apparente, avec patient inconscient, ne réagissant pas à la stimulation Absence de respiration spontanée ou respiration agonique Absence de BDC, de pouls fémoral ou carotidien Cyanose, mydriase.

12 DIAGNOSTIC ECG : tracé plat, FV, absence de QRS Ne pas confondre avec : Collapsus (BDC perçus, respiration présente) Syncope ou un Coma (BDC, respiration, pouls, présents)

13 ECG normal Onde P Complexe QRS Onde T

14 ECG normal Onde P Complexe QRS Onde T

15 Fibrillation ventriculaire Contraction anarchique, palpitation chaotique Inefficace au plan hémodynamique, Réalise un arrêt circulatoire

16 ETIOLOGIES

17 Causes cardiaques : elles représentent 80 % des étiologies syndrome coronarien aigu (IDM) insuffisance cardiaque aiguë ou chronique tamponnade embolie pulmonaire massive troubles du rythme (QT long congénital, syndrome de Brugada, dysplasie arythmogène du ventricule droit …) ou de la conduction (FV, bradycardie ).

18 ETIOLOGIES Causes métaboliques : hypo ou hyperkaliémie ; hypercalcémie acidose sévère; hypoxie,anémie aigue. Causes médicamenteuses ou toxiques: Digitalique, Quinidinique, Anti-arythmiques de classe III, Antidépresseurs tricycliques, Nivaquine, surdosage anesthésique Inotropes négatifs (β-bloquants, inhibiteurs calciques…) Surdosage de médicaments ou de drogues illicites (cocaïne, héroïne…). Etats de choc: septiques, hypovolémiques, hémorragiques, ou anaphylactiques.

19 TRAITEMENT

20 BUT : Assurer loxygénation correcte des tissus Lutter contre les complications MOYENS : comporte 3 volets : 1 organisationnel 2 thérapeutiques (réanimation de base et spécialisée).

21 LA CHAINE DE SURVIE La chaîne de survie Early Call-Early RCPEarly Choc Early réanimation spécialisée

22 ORGANISATIONNEL Alerte précoce des secours : immédiatement appeler de laide, prévenir les secours spécialisés (SAMU, service de réanimation) Positionnement du patient en décubitus dorsal sur un plan dur Mise en marche du cardioscope, oxymètre de pouls, moniteur de CO2, défibrillateur.

23 REANIMATION DE BASE comporte 3 phases successives appelées A B C : A = AIRWAY : libérer les voies aériennes Hyper extension de la tete, subluxation de la mandibule Ablation de corps étrangers, aspiration des secrétions bucopharyngées Pose dune canule de GUEDEL, intubation trachéale.

24 Early: Réanimation cardio-pulmonaire A: Air way: -Environnement -Extension cervical -Subluxation mandibule

25 B = BREATHING : rétablir une ventilation alvéolaire efficace Bouche à bouche : insufflation rapide (1sec) avec un volume courant limité Ventilation manuelle avec un ballon type AMBU, 30 insufflations par mn sous O2 pur Ventilation artificielle ( FR à 12 cycles/mn, VT à 10 ml/kg) après intubation trachéale, trachéotomie, masque laryngé.

26 la réanimation cardio pulmonaire de base (RCP). Ventilation

27

28

29

30

31

32 C = CIRCULATION : rétablir une perfusion tissulaire efficace par le MASSAGE CARDIAQUE EXTERNE Technique Le massage cardiaque externe est effectué en apposant le talon des 2 mains lune sur lautre sur le centre du thorax de la victime. Les doigts croisés et relevés en crochet. Les compressions thoraciques sont verticales, les bras tendus, avec le poids du corps. Elles assurent une dépression sternale de 4 à 5 cm à une fréquence de / minute.

33 Early RCP C: circulation: massage cardiaque externe Position sauveteur Point de pression Fréquence: 100/min Rythme: 15 à 30 MCE /2 insufflations

34 Particularités : Chez lenfant, le massage est réalisé avec le talon dune seule main au niveau de lextrémité inferieur du thorax. La dépression doit être denviron le tiers de la hauteur du thorax. La fréquence reste de 100 / minute. Chez le nourrisson, compression avec lindex et le médius au niveau du sternum, les 2 doigts sur la ligne bimamélonnaire à une fréquence > 100 compressions/mn Chez le nouveau né : compression avec les mains empaumant le thorax et les pouces croisés au niveau du 1/3 inférieur du sternum. Fréquence > 120 compressions par mn.

35 Critères defficacité : Compression active / décompression passive = 1 Rapport de 30 compressions pour 2 insufflations, chaque insufflation limitée à 1 seconde. Perception du pouls fémoral et carotidien au moment des compressions Recoloration des téguments Régression de la mydriase

36 RÉANIMATION SPÉCIALISÉE Défibrillation précoce Expansion volémique : macromolécules, sang, plasma Traitement médicamenteux : Vasopressine : 40 UI en premiere intention Adrenaline : 1 à 5 mg en bolus initial puis relais avec 0,01 à 0,1 mg /kg Atropine : 1mg renouvelable en cas de bradycardie extreme Isuplel : 2 à 10 mg /mn en cas de bradycardie instable (BAV) Calcium : 2 à 4 mg /kg (hyperkaliemie, hypocalcemie) Magnesium : 1 à 2 g (torsade de pointe) Lidocaine : 1 mg /kg en bolus puis 2 mg/kg en continue Amiodarone : 300 mg en IV si FV réfractaire ou récidivante puis 150 mg en cas dechec. Alcalinisation : correction du pH cérébral et myocardique: Bicarbonate de sodium ( 1 mmol /kg si pH < 7 ou BE < -10)

37 Le D HEART START HS1 M5 066 SA

38

39

40 INDICATIONS

41 Le cœur repart Durée < 1mn : pas de vassopreurs, pas dalcalinisation PA reste basse : vasopresseurs, alcaliniser, remplissage Bradycardie extreme : Atropine, Isuprel, sonde endocavitaire de stimulation Tachycardie : choc electrique, Lidocaine, sonde endocavitaire de stimulation Sujet comateux : ventilation assistée, protection cerebrale

42 INDICATIONS Fibrillation MCE, choc electrique, vasopresseurs, Lidocaine, Amiodarone Dissociation electromécanique MCE, ventilation, alcalinisation, vasopresseurs Tracé plat MCE, alcaliniser, vasopresseurs Arret de la réanimation au bout de 30 à 60 mn en tenant compte de lage, de la pathologie, des antécedents, de lhypothermie, de la durée de larret avant le début de la réanimation, de lefficacité du MCE.

43 INDICATIONS CE QUIL NE FAUT PAS FAIRE : MCE sans ventilation et vis versa Réanimation en solitaire MCE avec épanchement péricardique : évacuation préalable de lépanchement.

44

45 CONCLUSION Ce quil faut savoir : Connaître les gestes de bases de la réanimation cardio- pulmonaire Maitriser la prise en charge médicale de larrêt cardio- pulmonaire Reconnaître les étiologies et leur traitement.


Télécharger ppt "DR YAPO YAPO MA / AR ICA. DEFINITION Cest un état de défaillance aigue de la pompe cardiaque, avec un débit aortique nul ou insuffisant pour assure loxygénation."

Présentations similaires


Annonces Google