La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Anatomie physiologie du pancréas Fonction exocrine : suc pancréatique Fonction exocrine : suc pancréatique Fonction endocrine : insuline - glucagon Fonction.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Anatomie physiologie du pancréas Fonction exocrine : suc pancréatique Fonction exocrine : suc pancréatique Fonction endocrine : insuline - glucagon Fonction."— Transcription de la présentation:

1 Anatomie physiologie du pancréas Fonction exocrine : suc pancréatique Fonction exocrine : suc pancréatique Fonction endocrine : insuline - glucagon Fonction endocrine : insuline - glucagon

2 Le diabète fait intervenir le pancréas Sécrète 2 hormones : Sécrète 2 hormones : linsuline hormone hypoglycémiante linsuline hormone hypoglycémiante Cest la clef qui permet au sucre de pénétrer dans les cellules Cest la clef qui permet au sucre de pénétrer dans les cellules Le glucagon hormone hyperglycémiant intervient quand lorganisme manque de sucre Le glucagon hormone hyperglycémiant intervient quand lorganisme manque de sucre

3 Il existe 2 types de diabète Diabète de type 1 : insulinodépendant Diabète de type 1 : insulinodépendant 1 diabétique sur 10 1 diabétique sur 10 Diabète de type 2 : Diabète de type 2 : non insulinodépendant non insulinodépendant

4 Quelques chiffres PB de santé publique 194 millions dans le monde 6 fois plus depuis 15 ans 3 Millions en France 2% de la population USA 5% Dont DID En 2025 les chiffres vont doublés

5 Cette explosion est liée Au bouleversement des habitudes alimentaires traditionnelles. La sédentarité Les stress psychiques Complication de lobésité la plus répandue Complications majorée si tabac, HTA cholestérol

6 Le diabète est-il héréditaire ? Prédisposition génétique. Il ny a pas de transmission inéluctable, on transmet seulement une prédisposition si les conditions denvironnement sy prêtent. Diabète de type 1 :DID 10 % de transmission si le père et la mère sont diabétiques. Diabète de type 2: DNID 50% de risque de transmission

7 DID : destruction des cellules qui fabriquent linsuline par des ATC fabriqués par lorganisme déclenché à loccasion dune infection virale par ex DNID : insulinorésistance des cellules à linsuline et baisse de sécrétion de linsuline. Favorisé par lexcès de poids et la sédentarité Tous les obèses ne sont pas diabétiques

8 Le diabète se caractérise par : Quantité trop importante de sucre dans le sang hyperglycémie Quantité trop importante de sucre dans le sang hyperglycémie Valeur normale de la glycémie à jeun : 0,80g/L et 1,10g/L Valeur normale de la glycémie à jeun : 0,80g/L et 1,10g/L Le taux de sucre dépend : des apports alimentaires des apports alimentaires lutilisation du sucre par lorganisme exercice physique lutilisation du sucre par lorganisme exercice physique

9 Définition selon lOMS Hyperglycémie supérieure ou égale à 1,26g/litre le matin à jeun, mesurée au moins à 2 reprises. Hyperglycémie supérieure ou égale à 1,26g/litre le matin à jeun, mesurée au moins à 2 reprises. La mesure de lhémoglobine glyquée (HbA1) La mesure de lhémoglobine glyquée (HbA1) Renseigne sur léquilibre glycémique des 2 mois qui précèdent. Renseigne sur léquilibre glycémique des 2 mois qui précèdent.

10 2 Mécanisme du diabète Le glucose = élément essentiel au fonctionnement de nos organes. élément essentiel au fonctionnement de nos organes. Energie nécessaire : aux muscles, aux globules … Energie nécessaire : aux muscles, aux globules … Cerveau 100 g /jour (4g/ h ) Cerveau 100 g /jour (4g/ h ) Son taux et son utilisation sont régulés par linsuline. Son taux et son utilisation sont régulés par linsuline.

11 Problème !!! Quand le pancréas ne produit plus ou pas assez dinsuline ou lorsque linsuline nest plus efficace. Quand le pancréas ne produit plus ou pas assez dinsuline ou lorsque linsuline nest plus efficace. Le taux de sucre sélève et cest un : Le taux de sucre sélève et cest un :DIABETE

12 Le sucre ne rentre plus dans les cellules Son taux augmente dans le sang = Son taux augmente dans le sang = Cest LHYPERGLICEMIE IL FAUT AGIR …. Cest LHYPERGLICEMIE IL FAUT AGIR ….

13 TYPE 1 INSULINO-DEPENDANT diabète maigre, juvénile diabète maigre, juvénile Le pancréas ne produit plus ou presque plus dinsuline. Le pancréas ne produit plus ou presque plus dinsuline. Début brutal Début brutal La mise sous insuline doit être immédiate. La mise sous insuline doit être immédiate. Plusieurs injections /jour et à vie Plusieurs injections /jour et à vie

14 Cause Destruction progressive des cellules B des îlots de LANGERHANS par réaction auto- immune. Destruction progressive des cellules B des îlots de LANGERHANS par réaction auto- immune. Lorsque 80 à 90 % des cellules B sont détruites il ny a plus ou peu dinsuline fabriquée par le pancréas. Lorsque 80 à 90 % des cellules B sont détruites il ny a plus ou peu dinsuline fabriquée par le pancréas. Cette destruction débute 5 à 10 ans avant lapparition du diabète Cette destruction débute 5 à 10 ans avant lapparition du diabète

15 LE GLUCOSE RESTE DANS LE SANG Il nest plus utilisé par les cellules de lorganisme. Il nest plus utilisé par les cellules de lorganisme. Débute chez : Débute chez : le jeune enfant le jeune enfant Jeune adulte avant 40 ans Jeune adulte avant 40 ans

16 SYMPTÔMES HYPERGLYCEMIE HYPERGLYCEMIE POLYURIE POLYURIE GLYCOSURIE GLYCOSURIE POLYDIPSIE POLYDIPSIE POLYPHAGIE POLYPHAGIE PERTE DE POIDS PERTE DE POIDS ACETONURIE ACETONURIE

17 Lhyperglycémie Lorsque la glycémie atteint 1,80g Lorsque la glycémie atteint 1,80g lorganisme cherche à éliminer lorganisme cherche à éliminer lexcès de sucre du sang. lexcès de sucre du sang.

18 Polyurie Lorganisme cherche à éliminer lexcès de sucre du sang Lorganisme cherche à éliminer lexcès de sucre du sang Polyurie : la quantité durine augmente Polyurie : la quantité durine augmente Cette élimination urinaire saccompagne dune élimination importante deau Cette élimination urinaire saccompagne dune élimination importante deau

19 GLYCOSURIE Présence de sucre dans les urines quand la glycémie atteint 1,80g Présence de sucre dans les urines quand la glycémie atteint 1,80g

20 POLYDIPSIE Soif abondante. La perte deau par les urines entraîne une déshydratation de lorganisme Soif abondante. La perte deau par les urines entraîne une déshydratation de lorganisme Le malade a soif et boit abondamment. Le malade a soif et boit abondamment.

21 POLYPHAGIE Augmentation de lappétit. Augmentation de lappétit. Le glucose est très élevé dans le sang, mais les cellules ne le reçoivent pas. Le glucose est très élevé dans le sang, mais les cellules ne le reçoivent pas. Elles réclament de lénergie et lorganisme réagit par une augmentation de lappétit. Elles réclament de lénergie et lorganisme réagit par une augmentation de lappétit.

22 PERTE DE POIDS Malgré laugmentation de lappétit, lorganisme ne peut pas utiliser les glucides. Malgré laugmentation de lappétit, lorganisme ne peut pas utiliser les glucides. Il y a amaigrissement et fatigue. Il y a amaigrissement et fatigue.

23 LA COMBUSTION DES GRAISSES Toujours en recherche dénergie, lorganisme transforme les lipides en glucose. Toujours en recherche dénergie, lorganisme transforme les lipides en glucose. production dun déchet = lACETONE production dun déchet = lACETONE odeur pomme reinette de lhaleine, de la sueur et des urines odeur pomme reinette de lhaleine, de la sueur et des urines

24 LACETONURIE Présence dacétone dans les urines Présence dacétone dans les urines En labsence de traitement la présence dacétone engendre lacidification de lorganisme. En labsence de traitement la présence dacétone engendre lacidification de lorganisme. Entraînant un coma acido-cétosique. Entraînant un coma acido-cétosique.

25 LES COMPLICATIONS Le diabète expose a des complications graves. Le diabète expose a des complications graves. Lobjectif du traitement est de prévenir ces complications en maintenant léquilibre de la glycémie. Lobjectif du traitement est de prévenir ces complications en maintenant léquilibre de la glycémie. Equilibre qui dépend du traitement par linsuline et par lalimentation équilibrée Equilibre qui dépend du traitement par linsuline et par lalimentation équilibrée

26 Complications aigües Hypoglycémie Hypoglycémie Le plus souvent rencontrée chez les diabétiques insulino dépendants Le plus souvent rencontrée chez les diabétiques insulino dépendants Chute rapide du taux de sucre dans le sang Chute rapide du taux de sucre dans le sang Lhyperglycémie Lhyperglycémie

27 Malaise hypoglycémique Une erreur de dosage dinsuline Une erreur de dosage dinsuline Apport insuffisant de glucose Apport insuffisant de glucose Efforts physiques non compensés. Efforts physiques non compensés.

28 Lhyperglycémie Erreur de dosage dinsuline Erreur de dosage dinsuline Alimentation trop riche en glucose Alimentation trop riche en glucose Infection Infection Arrête de linsuline Arrête de linsuline

29 Quels sont les signes du malaise qui précèdent le coma ? Hypoglycémie hyperglycémie Début brutal, rapide Début brutal, rapide à distance des repas : fin de matinée ou daprès midi à distance des repas : fin de matinée ou daprès midi Comportement agité, agressivité tremblements,raideur,contracté. Sensation de faim avec douleurs épigastriques Sensation de faim avec douleurs épigastriques Progressif Progressif Calme, hypotonique, flasque, somnolent, Calme, hypotonique, flasque, somnolent, Dyspnéique Dyspnéique Polyurie soif Polyurie soif

30 Hypoglycémie hyperglycémie Pas de vomissement Pas de vomissement Teint pâle, sueurs Teint pâle, sueurs Lhaleine est sans odeur Lhaleine est sans odeur Vomissement Vomissement Teint rosé, sècheresse de la peau et de la langue. Teint rosé, sècheresse de la peau et de la langue. Odeur pomme reinette de lhaleine et des urines Odeur pomme reinette de lhaleine et des urines

31 Les urines : absence de sucre et dacétone. Les urines : absence de sucre et dacétone. Présence de sucre et dacétone dans les urines Présence de sucre et dacétone dans les urines

32 Conduite à tenir Prévenir IDE ou médecin qui fera une glycémie capillaire Prévenir IDE ou médecin qui fera une glycémie capillaire Si hypoglycémie : Si hypoglycémie : Évaluer la capacité à déglutir Évaluer la capacité à déglutir Donner sucre ou jus de fruits (protocole ) Donner sucre ou jus de fruits (protocole ) Avancer le repas Avancer le repas Mettre la personne en sécurité, assise ou allongée. Mettre la personne en sécurité, assise ou allongée.

33 Si inconsciente mettre la personne en PLS Si inconsciente mettre la personne en PLS Appeler médecin ou IDE Appeler médecin ou IDE Education famille et patient Education famille et patient Généralement le patient récupère assez rapidement, mais peut évoluer vers le coma ou décès. Généralement le patient récupère assez rapidement, mais peut évoluer vers le coma ou décès.

34 Hyperglycémie : Hyperglycémie : Prévenir IDE médecin Prévenir IDE médecin Glycémie Glycémie Acétonurie Acétonurie Glycosurie Glycosurie Évolution favorable après traitement mais peut évoluer vers le coma et décès Évolution favorable après traitement mais peut évoluer vers le coma et décès

35 LES COMPLICATIONS CHRONIQUES VASCULAIRES VASCULAIRES NEUROLOGIQUES NEUROLOGIQUES CUTANEE CUTANEE

36 Vasculaires atteintes des petits vaisseaux = microangiopathie atteintes des petits vaisseaux = microangiopathie Rétine = risque de cécité Rétine = risque de cécité Rein = insuffisance rénale. Rein = insuffisance rénale.

37 Rétinopathie formation de nvx vx susceptibles de se rompre provoquant des saignements au nv du corps vitré et = perte de lacuité visuelle pouvant aller jusquà la cécité

38 Première cause de cécité avant 50 ans Première cause de cécité avant 50 ans Évolue sans que le patient sen aperçoive. La baisse de lacuité visuelle apparait tardivement ( maladie très avancée ). Évolue sans que le patient sen aperçoive. La baisse de lacuité visuelle apparait tardivement ( maladie très avancée ). Consultation ophtalmologique tous les 6 mois. Consultation ophtalmologique tous les 6 mois.

39 Néphropathie diabétique. Néphropathie diabétique. 13 % des diabétiques sont dialysés 13 % des diabétiques sont dialysés Les reins ne peuvent plus éliminer les déchets : IR _ dialyse Les reins ne peuvent plus éliminer les déchets : IR _ dialyse

40 Atteinte des gros vaisseaux = macroangiopathie -artériosclérose Atteinte des gros vaisseaux = macroangiopathie -artériosclérose Cœur = risque dinfarctus Cœur = risque dinfarctus HTA HTA Artère du cerveau = risque AVC Artère du cerveau = risque AVC Membres inférieurs =risque dartérite Membres inférieurs =risque dartérite

41 La mortalité par artériosclérose est x 2 La mortalité par artériosclérose est x 2 Risque majoré si tabagisme et sédentarité. Risque majoré si tabagisme et sédentarité.

42 Complications neurologiques Neuropathie du diabétique Neuropathie du diabétique Atteintes diverses, symptômes variables Atteintes diverses, symptômes variables Touchent en particulier les membres inférieurs : baisse de la sensibilité analgésie Touchent en particulier les membres inférieurs : baisse de la sensibilité analgésie Baisse de la force musculaire, amyotrophie fourmillements Baisse de la force musculaire, amyotrophie fourmillements

43 Neuropathie avec un risque particulier au niveau du pied Atteinte de la sensibilité avec un risque particulier au niveau du pied car perte de la capacité protectrice à ressentir la douleur

44 Risque au niveau des pieds Blessure infection Mal perforant Ulcère 10% des diabétiques subissent une amputation. 300O à 5000 amputations réalisées /an

45 La perte de la sensibilité et le défaut dirrigation cutanée favorise les crevasses. La perte de la sensibilité et le défaut dirrigation cutanée favorise les crevasses. La baisse de la transpiration favorise la pénétration des bactéries et le risque infectieux. La baisse de la transpiration favorise la pénétration des bactéries et le risque infectieux.

46 Plaie du pied artériopathie la mauvaise irrigation peut aller jusquà la gangrène

47 Mal perforant conséquence dune hyperpression localisée dautant plus redoutable quindolore.

48 Complications Cutanées avec risque dinfection La personne diabétique est plus fragile aux infections La personne diabétique est plus fragile aux infections Linfection va déséquilibrée le diabète et un diabète mal équilibré aggrave linfection. Linfection va déséquilibrée le diabète et un diabète mal équilibré aggrave linfection. Infection urinaires : peut passer inaperçue. On ne voit que le déséquilibre du diabète et on ne sait pas pourquoi. Faire boire ++++Important de réaliser des ECBU systématiques Infection urinaires : peut passer inaperçue. On ne voit que le déséquilibre du diabète et on ne sait pas pourquoi. Faire boire ++++Important de réaliser des ECBU systématiques

49 Infections ORL : dents consultation 2 fois par an Infections ORL : dents consultation 2 fois par an La présence de sucre dans les tissus fragilise la peau et augmente lapparition des escarres Plaies lentes à guérir /infection /suppuration Prurit /urticaire /eczéma aux parties génitales, plis de laine. Furoncle, mycose Hygiène rigoureuse de la peau

50 LE TRAITEMENT INSULINE INSULINE ALIMENTATION ALIMENTATION Hygiène de vie Hygiène de vie EDUCATION DE LA PERSONNE EDUCATION DE LA PERSONNE

51 linsuline Injection dinsuline plusieurs fois par jour précédé par le contrôle de la glycémie. Injection dinsuline plusieurs fois par jour précédé par le contrôle de la glycémie. Seul le médecin décide dun changement éventuel Seul le médecin décide dun changement éventuel

52 Lalimentation Avant une activité : pas de modification sauf si exercice intense Avant une activité : pas de modification sauf si exercice intense Pendant lactivité : prévoir une collation et penser à shydrater Pendant lactivité : prévoir une collation et penser à shydrater Après lactivité : penser à shydrater et repas suivant équilibre Après lactivité : penser à shydrater et repas suivant équilibre

53 Lhygiène de vie 30 minutes de marche par jour 30 minutes de marche par jour Marcher lors des trajets pour se rendre au travail Marcher lors des trajets pour se rendre au travail Utiliser lescalier plutôt que lascenseur Utiliser lescalier plutôt que lascenseur Eviter de rester assis pendant de longues périodes Eviter de rester assis pendant de longues périodes Passer du temps dans le jardin Passer du temps dans le jardin..

54 Intérêts de lactivité physique Diminue le niveau de glycémie Diminue le niveau de glycémie Contrôle le poids Contrôle le poids Diminue la pression artérielle Diminue la pression artérielle Lutte contre lartériosclérose Lutte contre lartériosclérose

55 Quelle activité physique ? Progressive et prolongée Progressive et prolongée Eviter efforts violents et courts Eviter efforts violents et courts Sport de contact déconseillé Sport de contact déconseillé Examen médical avant de débuter Examen médical avant de débuter Conseillée en phase post-prandiale 2 à 3 heures après le repas. Conseillée en phase post-prandiale 2 à 3 heures après le repas.

56 Le diabète de type 2 ou diabète non insulinodépendant Survient après 40 ans Survient après 40 ans Une augmentation inquiétante de son incidence chez lenfant est aujourdhui observée Une augmentation inquiétante de son incidence chez lenfant est aujourdhui observée 1/10 de plus de 70 ans est atteinte 1/10 de plus de 70 ans est atteinte

57 CAUSES Alimentation trop abondante et trop riche en graisse et en sucre Alimentation trop abondante et trop riche en graisse et en sucre Obésité Obésité Sédentarité Sédentarité Le stress psychique mal reconnu et mal géré Le stress psychique mal reconnu et mal géré

58 2 Caractéristiques du diabète de type 2 1 Insulinorésistance au niveau des cellules. Linsuline est normalement sécrétée mais le glucose pénètre difficilement dans la cellule

59 Linsulinorésistance est favorisée par Linsulinorésistance est favorisée par Lexcès de poids Lexcès de poids Le manque dactivité physique. Le manque dactivité physique. La glycémie augmente puisque linsuline nest plus efficace La glycémie augmente puisque linsuline nest plus efficace

60 2 Le manque dinsuline 2 Le manque dinsuline Dans un premier temps le pancréas compense en fabriquant + dinsuline pour compenser son manque defficacité. Dans un premier temps le pancréas compense en fabriquant + dinsuline pour compenser son manque defficacité. La glycémie reste quand même élevée La glycémie reste quand même élevée

61 Avec le temps le pancréas se fatigue Avec le temps le pancréas se fatigue La production dinsuline diminue. Ce qui aggrave le pb initial La production dinsuline diminue. Ce qui aggrave le pb initial Un traitement par insuline peut alors être nécessaire Un traitement par insuline peut alors être nécessaire Diabète insulinonécessitant Diabète insulinonécessitant

62 LES SYMPTÔMES DU DIABETE DE TYPE 2 Augmentation de la glycémie silencieuse lhyperglycémie peut évoluer plusieurs années sans symptôme apparent, évolution silencieuse. Augmentation de la glycémie silencieuse lhyperglycémie peut évoluer plusieurs années sans symptôme apparent, évolution silencieuse. Découverte à loccasion dun bilan sanguin ou dun dépistage systématique Découverte à loccasion dun bilan sanguin ou dun dépistage systématique

63 Il ny a jamais de petit diabète. Les complications chroniques sont graves Une glycémie équilibrée permet de les prévenir

64 Complications chroniques Les mêmes risques que pour le diabète de type 1 majorés par le fait que lhyperglycémie évolue à bas bruits Les mêmes risques que pour le diabète de type 1 majorés par le fait que lhyperglycémie évolue à bas bruits

65 LE TRAITEMENT Obtenir une glycémie la + proche de la normale Alimentaire Alimentaire lactivité physique lactivité physique La perte de poids La perte de poids Médicaments hypoglycémiants oraux Médicaments hypoglycémiants oraux Pour une qualité et espérance de vie quasi normales

66 ROLE DE LAIDE- SOIGNANT Laide-soignant travaille en Laide-soignant travaille en collaboration avec linfirmier et a un collaboration avec linfirmier et a un rôle essentiellement dobservation et rôle essentiellement dobservation et de transmission. de transmission.

67 IL /elle doit surveiller lhygiène alimentaire IL /elle doit surveiller lhygiène alimentaire Lhygiène corporelle.Observation et dépistage des lésions cutanées. Lhygiène corporelle.Observation et dépistage des lésions cutanées. Les signes précédents le malaise hypoglycémique et hyper glycémique Les signes précédents le malaise hypoglycémique et hyper glycémique La glycosurie et lacétonurie par bandelettes urinaires La glycosurie et lacétonurie par bandelettes urinaires

68 Laide-soignant participe à léducation du patient diabétique Laide-soignant participe à léducation du patient diabétique

69 Hygiène de vie et diététique Les 4 recommandations mondiales sont les suivantes. Les 4 recommandations mondiales sont les suivantes. Maintenir un statut pondéral correct Maintenir un statut pondéral correct Si surpoids associer un régime hypocalorique Si surpoids associer un régime hypocalorique Manger des glucides avec un index glycémique faible ( fruits et légumes, pain, pâtes farineux ) Manger des glucides avec un index glycémique faible ( fruits et légumes, pain, pâtes farineux )

70 Limiter les apports en lipides saturés. Limiter les apports en lipides saturés. Préserver la qualité de vie. Préserver la qualité de vie. Ne pas sauter de repas Ne pas sauter de repas Éviter les grignotages entre les repas Éviter les grignotages entre les repas

71 Avant le repas Veiller à ce que le contrôle de la glycémie suivi de linjection dinsuline soient faits Veiller à ce que le contrôle de la glycémie suivi de linjection dinsuline soient faits Le traitement per-os doit être pris avant le repas Le traitement per-os doit être pris avant le repas Que le plateau soit correctement équilibré Que le plateau soit correctement équilibré

72 Après le repas Veillez à ce que le patient ait pris tout son repas surtout les hydrates de carbones = glucides Veillez à ce que le patient ait pris tout son repas surtout les hydrates de carbones = glucides Transmettre : Transmettre : ce qui a été consommé ce qui a été consommé Tout excès ou refus de nourriture Tout excès de boisson

73 La diététique : éduquer la personne vers une alimentation équilibrée 3 repas équilibrés / heures fixes 3 repas équilibrés / heures fixes Éviter grignotage entre les repas Éviter grignotage entre les repas Diminuer lapport en graisse dorigine animale surtout. Diminuer lapport en graisse dorigine animale surtout.

74 Les graisses animales saturées favorisent lathérosclérose et linsulinorésistance Favoriser les huiles végétales : olive et colza Limiter lalcool Eviter plats en sauce et charcuterie.

75 ¼ de litre de vin par jour peut être toléré. ¼ de litre de vin par jour peut être toléré. Attention au sel, pas plus de 6 g par jour Attention au sel, pas plus de 6 g par jour

76 Ne pas sauter de repas Collation 10h et 22h pour éviter les hypoglycémies de 11h30 et de la nuit. Collation 10h et 22h pour éviter les hypoglycémies de 11h30 et de la nuit.

77 Le plateau comporte Crudités ou potage Crudités ou potage Viande, poisson,œuf ou jambon Viande, poisson,œuf ou jambon Moitié féculents /moitié légumes verts Moitié féculents /moitié légumes verts Un produit laitier Un produit laitier Un fruit ou compote sans sucre Un fruit ou compote sans sucre Des édulcorants de synthèse peuvent être prescrits Des édulcorants de synthèse peuvent être prescrits

78 Limiter ou éviter les sucres rapides suivants Sucre en morceaux, Sucre en morceaux, Sucreries pâtisserie, laitages sucrés, pain dépices Sucreries pâtisserie, laitages sucrés, pain dépices Fruits secs : abricots, dattes, pruneaux, fruits aux sirop. Fruits secs : abricots, dattes, pruneaux, fruits aux sirop. Boissons sucrées : soda, boissons très alcoolisées et ou très sucrées. Boissons sucrées : soda, boissons très alcoolisées et ou très sucrées. Apéritifs, liqueurs Apéritifs, liqueurs

79 CONSOMMATION LIBRE Viande, poissons, œufs, jambon yaourt sans sucre, fromage. Viande, poissons, œufs, jambon yaourt sans sucre, fromage. Légumes verts : asperges, haricots verts, salade, navets, choux fleur, choux rouge, concombres, potiron, poireaux, courgettes, tomates, poivrons. Légumes verts : asperges, haricots verts, salade, navets, choux fleur, choux rouge, concombres, potiron, poireaux, courgettes, tomates, poivrons.

80 Glucides à consommer modérément Les proportions suivantes correspondent à 30 g de glucides

81 Féculents proportions légumes Pommes de terre bouillies Pommes de terre bouillies Pomme de terre en purée Pomme de terre en purée Frites Frites Riz Riz Pâtes Pâtes 150g soit 2 Pommes de terre 150g soit 2 Pommes de terre 180g 5 à 6 CAS 180g 5 à 6 CAS 80g 80g 150g soit 5 à 6 CAS 150g soit 5 à 6 CAS 180g soit 6 CAS 180g soit 6 CAS

82 Haricots secs, pois cassés Haricots secs, pois cassés Lentilles Lentilles Fonds dartichauts Fonds dartichauts Petits pois frais Petits pois frais Salsifis Salsifis 160g 5 à 6 CAS 160g 5 à 6 CAS 180g soit 6 CAS 180g soit 6 CAS 200g 200g 240g soit 8 CAS 240g soit 8 CAS 250g soit 7 à 8 CAS 250g soit 7 à 8 CAS

83 Carottes, betteraves Carottes, betteraves Le pain Le pain 300g soit 10 CAS 300g soit 10 CAS 60g soit 2 tranches 60g soit 2 tranches

84 Les fruits contiennent en moyenne 10% de sucre soit 10g pour Une pomme de 100g Une pomme de 100g Poire 15% Poire 15% Pamplemousse Pamplemousse Orange Orange Pêche Pêche 4CAS de groseilles, framboises 4CAS de groseilles, framboises 15 grains de raisins soit 50g 15 grains de raisins soit 50g ½ banane 20% ½ banane 20%

85 Surveillance des urines Signaler : Signaler : Une polyurie Une polyurie Une odeur cétonique pomme reinette urine et haleine. Une odeur cétonique pomme reinette urine et haleine.

86 Surveillance de lhygiène corporelle Hygiène et soins bucco – dentaire minutieux. Hygiène et soins bucco – dentaire minutieux. Hygiène de la peau : séchage minutieux Hygiène de la peau : séchage minutieux Signaler : moindre blessure, irritation mycose, prurit. Signaler : moindre blessure, irritation mycose, prurit. Redoubler de vigilance pour prévenir les escarres Redoubler de vigilance pour prévenir les escarres Toute plaie même minime risque de se surinfecter signaler rapidement à lIDE Toute plaie même minime risque de se surinfecter signaler rapidement à lIDE

87 Le rôle de lAS est très important Grâce à une bonne hygiène corporelle une majorité des complications pourraient être éviter Grâce à une bonne hygiène corporelle une majorité des complications pourraient être éviter La toilette est le moment privilégié pour faire le bilan de létat cutané La toilette est le moment privilégié pour faire le bilan de létat cutané

88 Linge de corps en coton changé chaque jour afin déviter transpiration et irritation. Linge de corps en coton changé chaque jour afin déviter transpiration et irritation. Pas dalcool sur la peau. Pas dalcool sur la peau. La vaccination antitétanique doit être à jour La vaccination antitétanique doit être à jour

89 Hygiène des pieds Chaque jour lavage simple mais soigneux des pieds. Chaque jour lavage simple mais soigneux des pieds. Eau tiède à 36, 37 ° Eau tiède à 36, 37 ° Savon neutre Savon neutre Pas de brosse, de lime en métal ou de produit agressif. Pas de brosse, de lime en métal ou de produit agressif. Durée 5 minutes Durée 5 minutes

90 Bien rincer, bien sécher. Bien rincer, bien sécher. Vérification quotidienne de la peau Vérification quotidienne de la peau Blessure, mycose Blessure, mycose hyperkératose corne qui apparait sur une zone de frottement ou dappui. hyperkératose corne qui apparait sur une zone de frottement ou dappui. La personne na pas conscience de cette corne ( hypoesthésie ) La personne na pas conscience de cette corne ( hypoesthésie )

91 Hydratation quotidienne des pieds pour éviter la formation trop rapide de corne sous le pied. Hydratation quotidienne des pieds pour éviter la formation trop rapide de corne sous le pied. Cela loblige à toucher ses pieds tous les jours, a sentir si la corne sépaissie ou si plaie. Cela loblige à toucher ses pieds tous les jours, a sentir si la corne sépaissie ou si plaie.

92 Coupe des ongles : attention risque de se blesser surtout si manque de souplesse et diminution de lacuité visuelle. Coupe des ongles : attention risque de se blesser surtout si manque de souplesse et diminution de lacuité visuelle. Ne couper les ongles que sur avis de linfirmière.Paire de ciseaux à bouts rounds et couper au carré Ne couper les ongles que sur avis de linfirmière.Paire de ciseaux à bouts rounds et couper au carré

93 Choix des chaussures Peuvent être la cause de blessure. Peuvent être la cause de blessure. Chaussures larges, souples, fermées pour éviter lentrée de corps étrangers Chaussures larges, souples, fermées pour éviter lentrée de corps étrangers Passer la main à lintérieur : coutures potentiellement blessantes Passer la main à lintérieur : coutures potentiellement blessantes

94 Parfois nécessité de chaussures orthopédiques ou de semelles. Parfois nécessité de chaussures orthopédiques ou de semelles. Des orteils en griffes prennent beaucoup de place. Des orteils en griffes prennent beaucoup de place. Essayer les chaussures en fin de journée. Essayer les chaussures en fin de journée.

95 De préférence en cuir. Semelles pas trop épaisses pour sentir le sol. Eviter le port de bottes qui favorisent la macération.


Télécharger ppt "Anatomie physiologie du pancréas Fonction exocrine : suc pancréatique Fonction exocrine : suc pancréatique Fonction endocrine : insuline - glucagon Fonction."

Présentations similaires


Annonces Google