La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Otchia Christian Mercredi, le 24 Juillet 2013 1 13.Musique et cinéma en Afrique francophone.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Otchia Christian Mercredi, le 24 Juillet 2013 1 13.Musique et cinéma en Afrique francophone."— Transcription de la présentation:

1 Otchia Christian Mercredi, le 24 Juillet Musique et cinéma en Afrique francophone

2 Le conte africain est un miroir de la société. Il reflète les croyances, les coutumes et traditions dune population. Cest par son biais que la société africaine se reconnaît et garde ses repères. Le griot est la personne qui raconte des histoires. Personnage central dans la société africaine, il a plusieurs rôles : Griot conteur : il enseigne la genèse de son peuple ; il divertit et enseigne en même temps ; il établit une interaction avec son audience. Poète épique : il est rattaché à une grande famille dont il connaît parfaitement la généalogie ; il récite le passé glorieux, épique dun héros, prince ou royaume. Gardien de la mémoire : il remplit la fonction dun clerc et transmet la mémoire collective. Chanteur sacré : il raconte avec des chants sacrés Introduction 2

3 La musique et la danse sont deux éléments indissociables de la percussion africaine. La danse Africaine se définit par des rythmes et des mouvements qui reflètent le quotidien des Pays d'Afrique: naissances, baptêmes, mariages, circoncisions, funérailles,… Le danseur puise son énergie dans le sol pour la transmettre à tout son corps. C'est en quoi la danse traditionnelle africaine est une danse naturelle. Elle apprend à décoloniser son corps, à sentir son propre rythme et nous invite à bouger toutes les parties de notre corps. La dance est spontanée et systématique dès que les tambours jouent. Plus que tout autre type de musique, il s' établit un véritable échange entre la danseuse et le soliste, tantôt le musicien dicte à la danseuse ses pas avec ses frappes, tantôt c'est le soliste qui doit suivre le rythme imposé par les pas de la danseuse. Introduction 3

4 Lespace musical Africains peut être subdivisé en 8 aires: 1.Les Afro-Beat 2.Mandingue 3.Mayola 4.Sahel 5.Rumba 6.Saudade: lusophone 7.Ethio Jazz: Anglo-lusophone 8.Mbaquanza : Anglophone Nous allons nous intéressés au 5 premières aires car elles sont francophones. Les aires musicales des Africains Francophones 4

5 5 Instrument: Tambour dassaille

6 Dérivé de beat (battement), le terme afrobeat a été revendiqué par le chanteur Féla Anikulapo Kuti pour qualifier sa musique, hybride de jazz et de high-life. Cette aire musicale sordonne autour du golfe de Guinée et englobe la forêt équatoriale. Elle comprend le Ghana, le Togo, le Bénin, le Nigeria, le Cameroun, le Gabon et la République Centrafricaine. Elle se caractérise par la luxuriance musicale de centaines dethnies, dont les plus notables sont les Yorubas, les Igbos, les Haoussas, les Peuls (Nigeria), les Ashantis, les Fantis (Ghana), les Douala, les Bétis, les Bamilékés, les Fangs (Cameroun), les Adjas, les Fons, (Bénin) et les Akpossos (Togo). Autant de traditions pour lesquelles le rapport au rythme et à la percussion, relevant pour une large part du sacré, est primordial des adaptations profanes de ces rythmes ayant ouvert la voie aux musiques contemporaines. Les aires musicales des Africains Francophones 6

7 Instrument: Tambour dassaille Appelé " donno " au Ghana, " hausa " au Nigeria, " le tambour qui parle " est omniprésent dans la musique Yoruba du Golfe de Guinée. Jadis il était l'instrument privilégié pour les communications car « se déplaçant plus vite qu'un cheval ". Ce tambour d'aisselle en forme de sablier reproduit avec une grande fidélité le langage tonal africain. Il se joue en général avec une baguette courbe, l'instrument étant tenu sous le bras, l'avant - bras pressant fermement sur des lanières de cuir qui renforcent la tension des peaux. On le retrouve en Afrique de l'Ouest sous le nom de tama. Il est particulièrement présent dans la musique sénégalaise urbaine appelée " Mbalax ". 7

8 Les aires musicales des Africains Francophones 8 Instrument: Balafon (a droite), La Kora (a gauche)

9 Laire musicale Mandingue correspond à une zone de savane et de forêt qui englobe la Gambie, la Casamance sénégalaise, la Guinée-Conakry, le Libéria, la Sierra Leone et la Côte dIvoire. Elle est caractérisée par la grande chanson de geste mandingue, apanage séculaire des griots, qui lont fait vivre et lont enrichie, de pair avec la création populaire, dont limaginaire doit beaucoup à lanimisme. Son particularisme tient également à une riche panoplie dinstruments, dont les plus caractéristiques sont la kora, le balafon et un nombre considérable de percussions. Ses musiques modernes les plus représentatives sont le mandingue (Guinée), lagooda (Sierra Leone), le ziglibithy, le polihet, le gnama-gnama, le zagazouglou et le zouglou (Côte dIvoire). Les aires musicales des Africains Francophones 9

10 Instrument: Balafon Le balafon (mot malinké) est un xylophone composé de 17 à 23 lames de bois de différentes tailles et épaisseurs montées sur un châssis comportant trois à quatre gammes diatoniques ascendantes et descendantes. Des calebasses percées de trous disposées en dessous servent de caisses de résonance. Les lames, cuites au four, produisent des sonorités très pures. Chaque balafon est accordé à la langue du musicien. C'est un des instruments emblématiques de la culture mandingue. Le balafon est présent en Afrique sous de nombreuses appellations. Les aires musicales des Africains Francophones 10

11 Instrument: La Kora La kora est une harpe – luth à la sonorité claire et perlée, formée d'une moitié de grande calebasse tendue d'une peau et munie d'un long manche étayé, en général, de 21 cordes. C'est l'un des instruments emblématiques de la musique mandingue. D'une étonnante complexité organologique, c'est l'instrument qui révèle le mieux le caractère modal de la musique africaine. Durant des siècles, propre aux cinq pays du Mandé (Guinée - Conakry, Guinée-Bissau, Gambie, Mali, Sénégal) elle fut, par excellence, l'instrument de louanges et de divertissement des rois et des riches. Les aires musicales des Africains Francophones 11

12 Les aires musicales des Africains Francophones 12 Instrument: Le Vahila

13 Le terme générique Maloya symbolise une aire musicale de locéan Indien qui correspond aux îles Mascareignes et comprend Madagascar, lîle de la Réunion, lîle Maurice, les Comores, les Seychelles et Rodrigues. Cette aire musicale est représentée par des populations venues dIndonésie, de Chine ou dEurope, héritières de lhistoire des traites esclavagistes, ou importées pour le travail dans les plantations. Le métissage musical de cette région est imprégné de références aux cultures originelles : le 6/8 du maloya/sega renvoie à lAfrique, la fameuse cithare valiha de Madagascar est dorigine malaise, laccordéon est européen, la vièle est arabe, etc. Ses musiques modernes les plus représentatives sont le salegy (Madagascar), le sega (île Maurice), la maloya (Réunion), le moutia et le mougue (Seychelles). Les aires musicales des Africains Francophones 13

14 Instrument: Le Vahila Le valiha est l'instrument emblématique de Madagascar. Du sanscrit " vadya " (instrument de musique) c'est une cithare tubulaire en bambou de 18 à 54 cordes. Autrefois, instrument de prédilection des princes Imérinas, elle est toujours utilisée dans les rituels de possession, " trombas ". Son expansion dans des zones sans bambous a amené à la création d'un autre instrument sur caisse appelé marovany (ou valiha vata). Les aires musicales des Africains Francophones 14

15 Les aires musicales des Africains Francophones 15 Instrument: Le Djembé

16 Laire Sahel correspond à une bande géographique située au sud du Sahara, qui englobe la Mauritanie, le Sénégal, le Mali, le Burkina, le Niger, le Tchad et le Soudan. Elle est déterminée par des influences arabes et berbères sur des populations souvent nomades, au sein desquelles la caste des griots a perpétué la tradition de la poésie et de lamour courtois. La nature des matériaux disponibles la végétation étant essentiellement constituée darbustes épineux a suscité la fabrication dinstruments légers : beaucoup de cordophones, comme les vièles monocordes et toutes sortes de luths (oud des Touaregs ou ngoni des Mambaras) ainsi quune grande variété de tambours. Ses musiques modernes les plus représentatives sont le didadi, le wassoulou, le sigui (Mali), le mbalax, le yela (Sénégal), le merdoum (Soudan), le warba (Burkina). Les aires musicales des Africains Francophones 16

17 Instrument: Le Djembé Le djembé, grand tambour à calice est taillé dans une unique pièce de bois et tendu d'une peau de chèvre, vient de Guinée. Il est également très répandu au Sénégal et en Côte - d'Ivoire. Dans la tradition ouest- africaine certains rythmes correspondent à des lettres. En les jouant l'une après l'autre, il est possible de faire des phrases. Ainsi, un percussionniste peut appeler un danseur en frappant son nom. Souvent des sonnailles métalliques agrémentées d'anneaux sont rajoutées à l'instrument afin d'obtenir un effet de bourdonnement et mettre en valeur le son percussif. Les aires musicales des Africains Francophones 17

18 Les aires musicales des Africains Francophones 18 Instrument: La Sanza

19 La Rumba congolaise est une musique dopée aux rythmes régionaux, à la batterie et aux guitares, elle prend aujourdhui le nom de soukouss devenue lexpression de la musique moderne congolaise. Cette aire épouse la vaste cuvette congolaise, qui englobe le Congo, la République démocratique du Congo, la Zambie, la Tanzanie et le Kenya. Elle est déterminée par la culture bantoue, dont les traits distinctifs sont le traitement naturel de la voix, la prédominance des structures pentatoniques, limportance densembles instrumentaux utilisant les tambours, les trompes, les flûtes et les xylophones. Ses musiques modernes les plus représentatives sont le kalindula (Tanzanie), la rumba, le soukouss, le kwassa-kwassa, le madiaba, le mutuashi, le ndombolo, le benga, le ngoma, lomibuto (Kenya). Les aires musicales des Africains Francophones 19

20 Instrument: La Sanza. La sanza est un petit résonateur de bois munis de lames métalliques ou languettes en bois jouées avec les pouces. Ce " piano à pouces " est connu sous des dizaines dappellations en Afrique (kalimba, kilembé, kissanjé, likembé, lukémé, etc). Il existe des sanzas de toutes formes, dimensions, matériaux, mais celles en bois sont les plus riches en harmoniques. Dans certains pays, comme le Zimbabwe, où elle est appelée mbira, l'instrument est le véhicule de rituels sacrés. Les aires musicales des Africains Francophones 20

21 Dans les sociétés traditionnelles africaines, les événements sont considérés comme étant l'affaire de tous, même s'ils affectent plus particulièrement tel individu ou telle famille. Ainsi il existe divers procédés qui consistent, pour un individu à extérioriser ce qu'il ressent, la communication et l'expression sont extrêmement liées. Il en résulte une codification des moyens d'expression. Ces comportements sont codifiés par des règles qui sont intégrées depuis l'enfance. Les moyens possibles sont la musique, les cris, les paroles, les danses, auxquels s'ajoutent souvent les moyens plastiques par la présence des masques et d'accessoires divers. Les caractéristiques des danses en Afrique francophone 21

22 Les danses en Afrique sont multiples et diverses correspondant à la diversité et la multiplicité des Régions, ethnies et Pays d'Afrique. Elles sont la manifestation de l'âme, elles peuvent rendre compte de toutes les situations personnelles ou collectives, elles permettent d'interpréter des figures vivantes, défuntes, animales ou totémiques. Elles s'efforcent d'offrir à l'homme, la grande réconciliation de la tête et du corps, de la pensée et de l'instinct, par la libération du geste et l'abandon au rythme. Les danses en Afrique sont un mode de vie. A chaque moment elles sont utilisées pour raconter, communiquer ou plus simplement pour vivre, elles sont une composante majeure de la vie sociale. Elles font donc partie de la vie quotidienne du village, elles sont complètement intégrées aux activités. Les caractéristiques des danses en Afrique francophone 22

23 Les danses traditionnelles ont la spécificité d'englober tout l'univers. Elles expriment la liaison entre le quotidien et le surnaturel. On peut distinguer deux aspects de la danse africaine: laspect profane et laspect sacré. 1. L Aspect Profane Il s'agit de danses populaires, de réjouissances accessibles à tous. Elles ont dans ce cas une véritable fonction sociale et conviviale, de distraction, d'amusement, de défoulement, de divertissement. Elles se prêtent à l'improvisation, à une grande liberté d'expression. Elles se révèlent comme le carrefour des contacts, des relations, des échanges et du dialogue. Elles se déroulent généralement en plein jour, du matin à la tombée de la nuit. Elles sont par nature très diverses. Chaque geste, chaque mouvement a un sens. Les aspects des danses en Afrique francophone 23

24 2. L Aspect Sacré Il s'agit de danses rituelles accessibles aux seuls initiés. Elles ont alors davantage une fonction d'initiation, d'apprentissage de la vie ou d'un culte spécifique. Elles ont comme but d'amener le ou les danseurs à communier avec Dieu par l'harmonisation de son corps et de son esprit. Elles prennent souvent la forme de transes. La musique entraine des effets dans l'état du danseur au niveau psychologique aussi bien que physiologique. Elles se produisent à des époques déterminées, elles sont fixées par le calendrier rituel, elles se déroulent dans un lieu précis, à une place réservée pour les cérémonies. Bien entendu les deux aspects ne sont pas figés et sont toujours intimement liés à une symbolique, à une forte identité culturelle, à un contexte ethnographique. Leurs fonctions respectives s'entrecroisent. Des ponts existent entre les deux. Les aspects des danses en Afrique francophone 24

25 A.Catégories des danses 1.Les danses lentes Dans cette première catégorie, le danseur s'intériorise. Il se meut sur la piste en faisant appel à tout se que la danse comporte de caressant, d'aimable, d'onduleux, de beau, de gracieux, d'harmonieux et de spirituel à la fois. On a l'impression qu'une force, intérieure jaillissant du centre du coeur de l'acteur, s'empare de ses membres, de son torse et de sa tête. La plupart du temps, ces danses sont exécutées les yeux fermés et les danseurs sont des anciens. Les noms de certaines danses sont révélatrices et symboliques: Zézégou (Caméléon), Coula (Tortue), Sonboua (Escargot)... Les pratiques des danses en Afrique francophone 25

26 A.Catégories des danses 2. Les danses basées sur le mouvement d'ensemble Elles ont toujours existées en Afrique. Elles sont totalement différentes des danses de foule où chaque personne danse pour soi. L'exécution des figures nécessite de la part des danseurs une attention, une concentration et une mémoire fidèle. La présentation en public exige beaucoup de répétitions. Ces danses demandent beaucoup d'espace. Mais depuis les Indépendances, ces danses se sont souvent mis au service du politique créant ainsi un certain conditionnement. Les pratiques des danses en Afrique francophone 26

27 A.Catégories des danses 3. Les danses rapides Ce sont les plus nombreuses en Afrique. Elle exige de la résistance, du souffle et beaucoup de souplesse; c'est une véritable mise en condition physique. Ces danses rapides sont très intéressantes sur le plan de l'improvisation. Elles développent le sens du rythme et favorisent la coordination des mouvements. Le jeu de jambes est très impressionnant. Dans cette catégorie de danse, la danseur se révèle par la vélocité, l'originalité et la complexité de ses pas. 4. Les danses acrobatiques Danse des Echasses... Cette discipline artistique demande de la part des exécutants de bons réflexes, de la précision dans les gestes, une maîtrise intérieure, un certain "goût du risque". Les pratiques des danses en Afrique francophone 27

28 B. Le CERCLE Les danses en Afrique, composantes majeures de la culture africaine, reposent sur le cercle, symbole de vie à la fois spirituelle et temporelle. L'arc de cercle ou le cercle est la disposition spontanée que prennent les danseurs sur la place du village ou les spectateurs autour du ou des danseurs. Le cercle est la plus ancienne figuration de la danse en groupe. Dans les danses en cercle, il y a toujours abstraction de l'identité personnelle au profit de celle du groupe. Pour les Africains, les danses en cercle sont un moyen d'élever les vibrations afin de se mettre au rythme de la nature. Les pratiques des danses en Afrique francophone 28

29 C. Danse et mimes Danser, c'est mimer? C'est s'exprimer ou reproduire par des gestes, des jeux de physionomie, sans la parole? Est-ce une simple transposition des scènes de travail ou de chasse? Les joies, les peines, les déclarations d'amour, les condoléances se dansent. C'est justement parque la personne ne sait comment exprimer ce qu'elle ressent qu'elle danse. En Occident on veut souvent donner un sens à ce qui est dansé et la composition l'emporte souvent sur l'impulsion. Danse de la pluie, du sorcier. La danse c'est de l'expression, c'est productif. Cela ne veut pas dire que la danse n'est pas structurée Les pratiques des danses en Afrique francophone 29

30 D. Danse et structure La danse africaine est un apprentissage de pas précis, classés, codifiés où il est nécessaire d'avoir des explications et des répétitions pour bien maîtriser ces pas. En Afrique, chaque danse comporte un pas de base. Ce pas constitue le soubassement sur lequel le danseur se construit. C'est à l'intérieur des temps qu'exige ce tremplin que l'artiste improvise. C'est la maîtrise du pas de base qui devient source d'inspiration et qui lui permet de créer de nouvelles figures. Le pas de base demeure, l'improvisation est spontanée, elle est sujette d'autant plus à l'état d'âme du danseur. Ce n'est donc pas bouger dans tous les sens. L'improvisation a une part importante dans la danse mais la répétition également. Les pratiques des danses en Afrique francophone 30

31 D. Répétition et Improvisation Les danses en Afrique reposent sur la répétition. La répétition du geste appris selon la tradition, c'est à dire non une simple imitation du maître, non une copie, mais une connaissance parfaite du geste, par un apprentissage, un perfectionnement, une maîtrise, qui laisse le ou les danseurs libres à l'intérieur de leurs techniques, d'improviser et de répondre par des gestes admis à l'appel du cosmos selon leurs inspirations. Le danseur traditionnel africain est en perpétuel dialogue avec le cosmos et comme tout langage il respecte les "mots ", mais improvise, crée sa "phrase ". La répétition est une des règles fondamentales, elle est une loi universelle. La nature se répète, du moins les phénomènes naturels se répètent, l'éternel recommencement des saisons reste l'exemple le plus instructif. La nuit et le jour obéissent à la même règle. Les pratiques des danses en Afrique francophone 31

32 D. Répétition et Improvisation Limprovisation, cest une liberté créatrice, c'est l'image d'une pensée qui cherche, qui progresse et qui peu à peu, se précise. L'improvisation développe le sens du rythme, conduit le danseur à un meilleur équilibre entre le physique et l'intellect et réveille chez lui un esprit d'initiative et d'invention. En effet, la présence de plusieurs danseurs ou danseuses au cours de fêtes, provoque une émulation qui favorise beaucoup l'improvisation. Improviser c'est: sortir de la servitude des pas de base faire preuve d'indépendance dans ces actes et pensées. prendre des risques, des initiatives; montre qu'on est courageux, et qu'on a une forte personnalité remettre en question les idées reçues prendre part à la création Les pratiques des danses en Afrique francophone 32


Télécharger ppt "Otchia Christian Mercredi, le 24 Juillet 2013 1 13.Musique et cinéma en Afrique francophone."

Présentations similaires


Annonces Google