La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ENVI-F-407 Consommation, ménages et environnement Séance 3 – 19 février 2014 Tom Bauler – Support internet :

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ENVI-F-407 Consommation, ménages et environnement Séance 3 – 19 février 2014 Tom Bauler – Support internet :"— Transcription de la présentation:

1 ENVI-F-407 Consommation, ménages et environnement Séance 3 – 19 février 2014 Tom Bauler – Support internet :

2

3 Stratégies et approches 1. Economie fonctionnelle 2. Modernisation écologique 3. Stratégies intégrées

4 1° Économie fonctionnelle : représentation Jackson (2005 : 91) Principe de base : séparer achat/vente dun bien de lusage/utilisation du bien; i.e. séparer la fonction recherchée par lutilisation dun bien de la nécessité de possession

5 Consommation, Fonctions et Besoins Besoins essentiels (en lignes) vs catégories existentielles (en colonnes), induit une série de « satisfiers » (i.e. les cellules) Adjoindre à la catégorie existentielle « avoir » (i.e. « possession ») une lecture plus complète de la façon de rencontrer des besoins vers la notion de fonction Manfred Max-Neef, 1991

6 Economie fonctionnelle : logique Logique première de léconomie fonctionnelle, i.e. pourquoi le principe de location devrait induire une diminution des impacts sur lenvironnement? Gains sont associés aux cycles de location de lobjet! 1.Producteur reste le propriétaire du bien, et ne fait que louer lobjet; 2.Producteur allonge la durée de vie de lobjet (moins il doit produire dobjets, plus il peut relouer le même objet, plus il gagne); ce qui implique une réduction de production de nouveaux produits; i.e. réduction des matières utilisées + énergies pour production; 3.Producteur intègre les interventions de maintenance et de réparation; 4.Producteur intègre dans ses coûts de fonctionnement la reprise et mise en décharge de lobjet; i.e. incite à minimiser les matières chères à jeter (i.e. souvent les matières dangereuses) ou difficile à recycler; i.e. recyclage est intégrée dans la conceptualisation des objets; i.e. modularisation.

7 Economie fonctionnelle : exemples Michelin : location de pneus pour flottes de camions Rank-Xerox : location de photocopieurs Linge professionnel Cambio Vélib … --> relativement peu dexemples qui sont véritablement documentés; construction de mythes autour des cas décoles; défis de la généralisation Contre-exemples : Interface (moquettes), Electrolux (machines à laver: mise à disposition de machines, paiement par cycle de lavage)

8 Économie fonctionnelle - problèmes Pas nécessairement une motivation environnementale, bien plus souvent une motivation dexplorer de nouveaux marché; i.e. performances environnementales souvent incertaines Risque commercial : les intermédiaires Impact négatif sur la capacité dinnovation des entreprises, car absence dincitation de générer de nouveaux produits pour de nouveaux marchés ? Marchés incertains, i.e. la mauvaise bonne idée (moquette de bureau) Semble plutôt adaptée à des biens/services qui ont une durée de vie réduite; quid des biens dont la durée de vie est demblée longue? Risque juridique pour le producteur : extension de sa responsabilité juridique face au produit/service : quid du pneu de camion qui éclate et crée un accident majeur? Quid dun comportement irresponsable de la part des consommateurs/clients?

9 Économie fonctionnelle - conditions Nécessite que lintroduction induit une baisse de prix du service (p/r à lachat du bien initial, y compris les coûts dutilisation et de décharge) pour le consommateur Nécessite que le service induit une rente pour le constructeur / producteur / loueur, donc une hausse de sa marge (p/r à la simple production + vente) Cycle de maintenance, réparation et interventions doivent être possibles et faciles (réalisables à moindre coûts) Probablement aussi : il semble quun des facteurs-clés soit une diminution réelles des coûts dutilisation et dentretien combinée à une diminution des coûts organisationnels (i.e. dans la prolongation du outsourcing et des sous- traitances) Pour linstant : essentiellement dirigé vers les services professionnels (business to business), notamment à cause de lintégrité de la sphère privée, et de léclatement du marché des particuliers (augmentation des coûts de transaction) Essor futur lié à le reprise du modèle par la grande distribution?

10 Au-delà de léconomie fonctionnelle Substitution entre biens et services ne peut suffire: en termes de CO2, p.ex. on devrait arriver à qch comme 1,7t CO2/cap/an, i.e. 460kg de C/cap/an, et à terme 250kg. Jackson T. (2001 : 10) De ces objectifs « naturalistes », déduction dobjectifs systémiques : Facteur 4 (Wuppertal Institut) Facteur 10 (F. Schmidt-Bleek) Question : comment y arriver? quels mécanismes? Changement entier du « système », ou suffit-il daméliorer? Créativité obligatoire; mais pas impossible? Ou, révolution?

11 2° Modernisation écologique Les marchés et ses fonctions « naturelles » au service de la Nature: signaux-prix allocation des ressources efficience avantages comparatifs destruction créatrice innovations Objectif : augmenter léco-efficience des systèmes de produits via linnovation technologique Plusieurs concepts et approches qui se rejoignent : Modernisation écologique (D); Ecologie industrielle (D/Dk); Ecologie urbaine (F); Natural Capitalism (USA); Politique industrielle écologique (D/EU); Craddle-to- craddle (NL).

12 Modernisation écologique - principes Utiliser les dynamiques capitalistes et industrielles usuelles, et spécifiquement la capacité des acteurs économiques à créer de réelles dynamiques basées sur linnovation technologique. dans des marchés dits « saturés », le différentiation se fait sur lavantage en matière dinnovation Système industriel basé sur la concurrence et les avantages comparatifs génère des forces mobilisatrices très importantes, qui se laissent orientées vers une prise en compte frontale de la donnée « performance environnementale ». Principale dynamique recherchée : « Win-Win », gagner des parts de marché avec des produits/services positifs pour lenvironnement (voir aussi : « Win- Win-Win », « double / triple dividend »). En effet : le potentiel dinnovation est énorme et largement inexploité, et en vue des risques environnementaux actuels et futurs, minimiser limpact environnemental commence à faire sens (signaux prix & marketing).

13 Modernisation écologique - problèmes « Effets rebonds » de plusieurs natures, i.e. ce quon gagne en efficience sur un produit/service/système est rongé par la croissance économique, et la multiplication des biens/services/systèmes. On obtient facilement des gains relatifs, mais pas absolus (problème pour le CC, mais pas nécessairement pour les autres problématiques environnementales). « Win-Win » est un mythe, tout comme lest lissue positive de la « destruction créatrice ». Or, les perdants sont souvent des acteurs à forte influence. Conséquence : nécessite la mise en place de mécanismes de gouvernance de linnovation plus ou moins complexes (voir + loin: Transition Management). Solution incrémentale (même si résultats étonnants). Or, on peut douter du succès de solutions qui ne sont pas orientées vers un changement structurel de certaines relations entre production/produits et consommation/consommateur. Ou, espérer que le moment de « révolution » soit une occasion pour « corriger » autres conséquences négatives.

14 Pour rappel, première tentative dintégration : Impact = Consommateurs x Consommations x Technologies (Uiterkamp) Objectif global : Max(S), où S = WB / EF, i.e. « augmenter le degré de soutenabilité (S) » = « maximiser le bien-être (WB) » en « minimisant limpact environnemental (EF) » (voir aussi : Mick Common) Max(WB), où WB = Q * L, i.e. bien-être (WB) équivaut à maximiser le produit « satisfaction/qualité de vie (Q) » par « espérance de vie (L) », i.e. une vie longue et satisfaisante. S = une vie longue et satisfaisante avec peu dimpact sur les ressources naturelle ( méthodologiquement: « décomposition en facteurs de Kaya ») 3° Stratégies intégrées

15 3° Stratégies intégrées … Introduction dun facteur pour la consommation de biens&services = C (EN:« commodities »): nouveaux ratios : S = (WB / C) * (C / EF), i.e. soutenabilité revient à augmenter le bien-être par unité consommée = (WB / C) en diminuant limpact environnemental par unité consommée (= C / EF) Bien-être par unité consommée --> référence directe aux notions de différents niveaux/formes de besoins élémentaires, symboliques… que remplis les actes de consommation (voir Maslow, Max-Neef), donc aux fonctions que lon cherche à remplir avec les actes de consommation, au services que nous rendent les actes de consommations = Se : nouveaux ratios : S = (WB / Se) * (Se / C) * (C / EF), i.e. soutenabilité revient à augmenter le bien-être par service/fonction en augmentant les services rendus par commodité en diminuant limpact environnemental pour chaque commodité

16 Vers lintégration de 3 stratégies S = (WB / Se) * (Se / C) * (C / EF), se décompose en 3 stratégies dactions: augmenter WB / Se : maîtriser la demande par rapport au bien-être, i.e. décroître les demandes tout en gardant/augmentant le bien-être tiré de la satisfaction de nos demandes, i.e. découpler qualité de vie et demandes (matérielles) ou : recoupler qualité de vie et services offerts par actes de consommation augmenter Se / C : maîtriser la consommation par rapport aux demandes, i.e. découpler nos demandes de la consommation, i.e. augmenter les services rendus par commodités; i.e. varier les services… augmenter C / EF : maîtriser les impacts environnementaux par rapport à la consommation, i.e. découpler impacts environnementaux de la consommation --> C / EF = dématérialisation, décarbonisation, éco-efficience, Facteur 4… --> Se / C = décommodification de la satisfaction des besoins, démarchandisation, relocalisation, resocialisation --> WB / Se = dématérialisation de la satisfaction des besoins, i.e. dématérialisation culturelle, i.e. suffisance, simplicité volontaire….

17 Vers lintégration de 3 stratégies S = (WB / Se) * (Se / C) * (C / EF), ou encore en dautres termes… WB/Se : productivité de la demande à satisfaire le bien-être Se/C : productivité de la consommation à satisfaire des demandes C/EF : productivité de lutilisation de ressources pour la consommation dans les termes de Max-Neef : substituer « être », « faire », « interagir » à « avoir »

18 Vers lintégration de 3 stratégies : lexercice Pour le domaine de la consommation alimentaire au niveau des ménages Imaginons le contenu de ces 3 stratégies defficience environnementale, de décommodification et de dématérialisation EEDCDMActeurs?Impacts enviro. évités ? Limites dapplicabilités? produce obtain prepare eat dispose


Télécharger ppt "ENVI-F-407 Consommation, ménages et environnement Séance 3 – 19 février 2014 Tom Bauler – Support internet :"

Présentations similaires


Annonces Google