La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Lapproche par compétence à luniversité : ses atouts et ses défis en évaluation Louise M. Bélair Département des.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Lapproche par compétence à luniversité : ses atouts et ses défis en évaluation Louise M. Bélair Département des."— Transcription de la présentation:

1 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Lapproche par compétence à luniversité : ses atouts et ses défis en évaluation Louise M. Bélair Département des Sciences de lÉducation Octobre 2007.

2 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Quelques idées Atouts Une approche par compétence Stratégies denseignement-apprentissage De la démarche dévaluation Pour pouvoir expliquer les profils de compétence Défis Penser jugement Juger dans lauthenticité et dans la contextualisation Donner du sens aux notes par le biais des grilles descriptives de niveau de compétence Rendre les bilans pertinents au regard des compétences visées

3 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 approche par compétence Pour permettre le développement de compétences….

4 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Caractéristiques dune compétence Acte qui a une signification Donc qui renforce le sens pour les étudiants Implique automatiquement une tâche Action tant au plan matériel quintellectuel Oblige lagir par létudiant (savoir mobiliser) Situations complexes et contextualisées Transversale ou disciplinaire Ensemble organisé de savoir, savoir-faire et attitudes

5 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Selon Marie-Françoise Legendre La compétence est liée à lactivité du sujet Donc indissociable du contexte Donc indissociable de la personne qui agit Elle est structurée de façon combinatoire et dynamique Ce nest pas une somme de savoirs ou un amalgame de ressources utilisées Mais plutôt la manière dont la personne mobilise ces ressources Elle est singulière Liée à la personne ; unique ; permettant un profil

6 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Selon Marie-Françoise Legendre Elle a une dimension métacognitive Parce que, par définition, il faut réfléchir sur ses actes, prendre position et faire des choix pour démontrer un niveau de compétence La compétence est construite et évolutive Elle se développe graduellement À la fois individuel et sociétal Dans lexercice Impliquant quil faut repérer les niveaux attendus de compétence à la fin dune formation

7 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Du point de vue de son évaluation Elle est inobservable en tant que tel Ce sont plutôt les manifestations, les comportements et les performances qui sont observables. Doù lidée que lon ne peut que prédire la compétence durant un parcours donné et laffirmer en fin de parcours. Elle oblige une approche qualitative Sa dimension interprétative par le jugement rend les démarches quantitatives plutôt caduques Sa dimension évolutive oblige la prise en compte dun profil qui se construit au fil de la formation Elle pose la question de lapproche programme Où les cours sont au service du développement de compétences prédéterminées dans un référentiel Où les résultats à chaque cours ne sont que des prédictions de manifestations postulant un niveau de compétence

8 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Temps 2 Lenseignement, lapprentissage et une situation complexe

9 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Dérives possibles des savoirs Peuvent être dépourvus de toute finalité : Je sais, mais je ne sais pas pourquoi je sais Acquis uniquement en vue dune évaluation

10 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Rétention du contenu après 24 heures… Co-enseignement - réutilisation immédiate - socio-constructiviste: 90% Discussion de groupe - humaniste : 50% Enseignement magistral - transmissif : 5% Démonstration - béhavioriste : 30% Prof. actif élève actif - Élève récepteur Prof. médiateur

11 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Défis inhérents aux demandes sociétales Un regard intégrateur sur la tâche Une pluriréférentialité Une collaboration de tous les instants Un amalgame de savoirs, savoirs-faire et savoirs- être

12 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Pour apprendre «pour vrai» Se mettre en projet Vivre des situations signifiantes Sengager Partager ses trouvailles Porter un regard critique sur ce quon fait. OUI! Faites de ce que je dis!

13 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Une situation complexe à partir dun problème Situation complexe Interdisciplinaire, lien avec les programmes et avec la réalité, authentique, contextualisée. Tâches La situation complexe est divisée en plusieurs tâches qui ensemble, permettent la résolution du problème posé. Chaque tâche peut être évaluée différemment pour voir lévolution de la compétence. Problème La question ouverte, présentée dès le départ,à résoudre par les étudiants accompagnés par lenseignant.

14 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Pédagogie par problèmes La logique de lapprentissage est prioritaire car cest la démarche qui compte Le processus qui a plus dimportance que le produit Implique la construction de la pensée par létudiant Oblige une planification souple Lenseignant doit mettre de coté son statut dautorité et dexpert Contrainte : Oblige un changement de posture autant du coté de létudiant que de lenseignant

15 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Un problème Situation complexe Contextualisée Signifiante Nécessite une production Provoque un déséquilibre cognitif Interdisciplinaire Implique la coopération Donne du sens Ne peut pas se résoudre de manière instantanée

16 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Un bon ou un mauvais problème ? Il est bon si… Question ouverte Réponse non évidente Nécessite plusieurs hypothèses Complexe (oblige la réflexion) Viable en dehors du milieu de lécole Résultat initialement inconnu Il est mauvais si… Simple repérage, simple application Une seule réponse possible et on la connaît Pas de traitement de linformation Pas de contexte Rappel dinformations Trop simple, même si difficile

17 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Approche par compétence Travailler par compétence exige donc : Une situation et des tâches Une complexité Des savoirs au service de la compétence Une forme dauthenticité Un contexte Cela exige aussi : Partir de problèmes ou de projets Rendre les situations signifiantes Évaluer en tenant compte de la diversité et de la différenciation

18 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Un exemple parmi dautres Dossier progressif dans un cours Pour prédire la compétence 5 du référentiel de la formation à lenseignement Chaque section reprend une ou plusieurs composantes de la compétence La section 3 porte sur un problème. Comment monter une situation complexe pour évaluer les compétences des élèves au primaire. Plusieurs tâches / individuel et en équipe On y reviendra avec le processus dévaluation.

19 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre Défis- Juger dans lauthenticité et dans la contextualisation

20 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Le processus de lévaluation Intention Mesure Jugement Décision MEQ, 1975; Cardinet, 1977

21 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Le processus de lévaluation Intention Mesure Jugement Décision

22 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Le processus de lévaluation Intention Mesure Jugement Décision

23 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Juger de la compétence Estimer la valeur; porter une appréciation (Petit Larousse) Donner un avis sur la progression ou sur létat de réalisation dun apprentissage (Dictionnaire de léducation, 1993) Le jugement consiste à faire une analyse et une synthèse des données recueillies sur les apprentissages de lélève. (MELS, 2006).

24 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Juger des compétences exige une situation complexe Dintégration (compétences et S, SF, SE) Nouvelle (pas de la redite ou du reconstitué) Qui débouche sur une production Dont létudiant est acteur En adéquation avec les compétences Niveau adapté Significatif pour létudiant Consignes claires Valorisante pour létudiant

25 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Pour pouvoir expliquer les profils de compétence Comprendre que la compétence se développe et ne se maîtrise pas Prendre conscience que létudiant aura un niveau de compétence en fonction dun contexte précis Il faut alors : Savoir tirer profit des traces

26 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre Pour à la fois sassurer de lacquisition et de la mobilisation des ressources Une compétence permet de maîtriser des situations dapprentissage et dévaluation de même structure. Elle présuppose diverses ressources : savoirs, rapport au savoir, capacités (ou habiletés), attitudes, valeurs, identité, posture. Mais laccumulation de ces ressources ne permet le passage à la compétence que si le sujet est capable de les mobiliser ensemble, en temps réel et en contexte daction (urgence, incertitude, stress, risques, contrôle), doù le passage par la performance. La compétence a donc une double face : un ensemble de ressources et la capacité de sen servir en situation. (Perrenoud, 2006)

27 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre Pour voir la progression Piloter la progression oblige non seulement à observer certains changements, mais également à favoriser le cumul de traces pour rendre compte de ces changements de manière éthique et critique. Le dossier progressif (ou porfolio) permet dabord à lélève de cumuler ces traces de manière organisée et réfléchie. Il permet ensuite à lenseignant daider lélève à se constituer un profil de ses difficultés et de ses forces. Il permet de revoir la trajectoire lorsque le bilan sannonce. La mise en place de lévaluation dans des situations dapprentissage et dévaluation savère un atout aussi important. Il faut par contre voir à ce que cette situation soit suffisamment complexe pour créer des obstacles à franchir dans lapprentissage Cette situation permet alors à létudiant de prendre position, de prendre la parole et darticuler sa pensée - à lenseignant de le guider de sorte que cela permette de développer les compétences prescrites dans les programmes. (Bélair, 2007)

28 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre Pour voir létat de développement de la compétence Au delà du pilotage de la progression Pour éventuellement rendre compte en terme de bilan Afin que les étudiants puissent être au courant de létat du développement de leurs diverses compétences Il faut planifier les moments synthèses Obligatoirement gérés par le jugement professionnel de lenseignant.

29 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Évaluer et juger une compétence Implique de prendre en compte les savoirs Oblige une situation complexe Peut se faire par le biais de plusieurs moments dévaluation Peut se faire à laide de plusieurs outils dévaluation On doit alors organiser son évaluation, la GÉRER au même moment que sa planification Ensuite on doit décider quels outils et dans quels contextes on va les utiliser…

30 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Des niveaux de réussite Intègre des savoirs Sapproprie des savoirs Hésite face aux savoirs Éprouve des difficultés Est en état de problème Létudiant accomplit la tâche de façon satisfaisante Létudiant accomplit la tâche de façon insatisfaisante Source : MEQ 1979 ; Bélair, 1985 ; MELS, 2006 !

31 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Et des niveaux de compétence? A. Marquée B. Assurée C. Acceptable / «seuil de réussite» D. Peu développée (note de passage de luni) E. Très peu développée

32 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Un exemple - pour les verbes…

33 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Extrait-compétence 5 (cours) composanteNiveau 1Niveau 2Niveau 3Niveau 4 Construire des outils Loutil est correctement nommé, mais on cherche les liens entre la clé de correction et loutil Loutil respecte les règles de correction, mais les liens sont plutôt implicites avec les composantes Loutil est adéquat en fonction des compétences et des composantes. La clé de correction est logique. On utilise loutil tel quel. La clé de correction est accompagnée dun guide pour lélève. Liens évidents Porter un jugement avec une grille de niveaux Les énoncés prennent appui sur les éléments difficilement observables Les énoncés sont observables mais la distinction manque de force entre les niveaux Énoncés observables et distinction nette entre les niveaux Grille pouvant être exportée dans des situations similaires tellement elle est limpide.

34 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Exemple en stage Indicateurs de développement de compétence Profil dune composante de la compétence #5

35 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Juger nest pas noter Évaluer nest pas noter… Noter signifie simplement de mettre une note sur un produit. En %, en lettre, en chiffre ou selon des niveaux de compétence On peut évaluer sans noter Lors de régulations, pour comprendre Vise la description et le commentaire Mais on ne peut pas noter sans évaluer Même si cest ce que lon fait souvent !

36 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Avec les chiffres Dabord juger Pour ensuite interpréter lensemble Pour finalement donner le résultat en % Établir un niveau de développement pour chaque compétence Établir le niveau de la discipline (si nécessaire) Donner le % correspondant au niveau trouvé / le logiciel le fait pour nous.

37 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Extrait (pour évaluer) composanteNiveau 1Niveau 2Niveau 3Niveau 4 Construire des outils (niveau 2 vers 3) Loutil est correctement nommé, mais on cherche les liens entre la clé de correction et loutil Loutil respecte les règles de construction, mais les liens sont plutôt implicites avec les composantes Loutil est adéquat en fonction des compétences et des composantes. La clé de correction est logique. On utilise loutil tel quel. La clé de correction est accompagnée dun guide pour lélève. Liens évidents Porter un jugement avec une grille de niveaux (niveau 1) Les énoncés prennent appui sur les éléments difficilement observables Les énoncés sont observables mais la distinction manque de force entre les niveaux Énoncés observables et distinction nette entre les niveaux Grille pouvant être exportée dans des situations similaires tellement elle est limpide.

38 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Grandes lignes pour la notation finale Il sagit de juger de la qualité dun dossier en fonction : Du mode de chaque section De lensemble des composantes de la compétence Sans oublier les pondérations exigées par lUQTR Le dossier progressif du cours DME comprend : Section 1: prendre des informations …(20%) Section 2 : acquisition de ressources en vue de développer les composantes : élaborer des outils, réguler. (20%) Section 3 : élaborer des outils (40%) Section 4 : réguler et communiquer (20%)

39 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Exemple de «calcul» Supposons un étudiant qui obtient le profil suivant : Section 1 : niveau 2 (20%) Section 2: niveau 2 vers 3 (20%-acquisition) Section 3: niveau 3 vers 2 (40%) Section 4: niveau 3 (20 %) Quelle note globale lui donneriez-vous?

40 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Exemple de «calcul» Supposons un étudiant qui obtient le profil suivant : Section 1 : niveau 2 (20%) Section 2: niveau 2 vers 3 (20%-acquisition) Section 3: niveau 3 vers 2 (40%) Section 4: niveau 3 (20%) Quelle note globale lui donneriez-vous? Mon jugement global irait vers un niveau 3 vers 2, soit B- car la section 3 est majeure, que la section 2 ne relève que de lacquisition au service des autres sections et que la section 1 a dû être remise en mi- session.

41 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Apports de cette démarche Pour le professeur Rapidité dans les calculs et les pondérations (il ny a plus de chiffres, que des jugements à partir des niveaux) Diminution des demandes de révision de notes ou de demandes pour «monter» la note de 89 à 90% puisque les descriptions de chaque niveau sont exclusives à ce niveau Sentiment de satisfaction face au fait que létudiant a «la note quil mérite»

42 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Apports de cette démarche Pour les étudiants En formation à lenseignement : Apprentissage in-situ de la démarche favorisant une meilleure compréhension et accentuant une possibilité de transfert en salle de classe Nombreux témoignages non sollicités détudiants revenant de stages et indiquant ladéquation de cette démarche à luniversité pour mieux se lapproprier une fois en action. À luniversité en général : Meilleure compréhension des exigences globales de leur professeur Accent sur les spécificités au service dune compréhension holistique

43 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Ce qui se dessine… Effets de lapplication de cette démarche au sein de plusieurs cours dun même programme Réflexions et expérimentations de ce type déchelle au sein de programmes universitaires non professionalisants Être toujours à la recherche de solutions où le jugement professionnel est pris en compte, dans un contexte où le temps de correction est parfois fort limité.

44 Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Pour une prochaine fois…? Les outils dévaluation pour prédire le niveau de compétence Essais doutils de consignation Tentatives déchelles de niveaux de compétences Approche programme / pour quelles compétences?


Télécharger ppt "Louise Bélair, Ph.D. UQTR 31 octobre 2007 Lapproche par compétence à luniversité : ses atouts et ses défis en évaluation Louise M. Bélair Département des."

Présentations similaires


Annonces Google