La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les maladies apicales ou périapicales

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les maladies apicales ou périapicales"— Transcription de la présentation:

1 Les maladies apicales ou périapicales

2 Maladies apicales ou périapicales
Dans l’inflammation pulpaire, l’étape ultime est la nécrose complète de la pulpe. Le processus infectieux ne peut par la suite que s’étendre vers la région périapicale. Selon l’intensité de l’agresseur et les réactions de défenses du sujet, différentes lésions peuvent se développer: granulome, kyste, abcès périapical, ostéite,…

3 Quand on parle d’inflammation apicale:
L’inflammation siège autour de l’apex. La cause vient du canal radiculaire Propagation par le canal dentaire périapical, les canaux accessoires latéraux ou interradiculaires.

4 Localisation: périapicale
Autour de l’apex Obturation du canal qui crée une irritation à l’apex

5 Localisation: latéro-radiculaire
Parodontite: (inflammation du parodonte) latéro-radiculaire

6 Localisation: interradiculaire
Pivot radiculaire pouvant causer parodontite interradiculaire

7 Parodontites apicales aiguës
A. Parodontite périapicale simple ou séreuse ( suite à une pulpite simple ou séreuse) B. Abcès alvéolaire aigu ou parodontite périapicale aigue purulente

8 Parodontite simple ou séreuse: Inflammation exsudative correspondant à une inflammation débutante de courte durée Symptômes Sensations de dent longue parce que l’infiltrat ou l’exsudat inflammatoire ne sort pas. Douleur à la percussion Extrusion légère de la dent Épaississement du ligament à la radiographie La lésion n’est pas nécessai- rement décelable à la radio. Pas toujours d’image radioclaire.

9 Abcès alvéolaire aigu ou parodontite périapicale aigue purulente
L’inflammation est purulente le long du ligament parodontal. Il y a du pus au niveau du péri apex. L’épaississement du parodonte est visible au niveau de la racine distale de cette molaire et une zone radioclaire périapicale. Douleur aiguë

10 Abcès alvéolaire aigu Signes et symptômes:
Dent sensible, douleur à la percussion Rougeur, chaleur, tuméfaction Légère extrusion de la dent dans l’alvéole Lymphadénopathie, fièvre C’est le stade le plus douloureux! L’abcès alvéolaire aigu se transforme en se fistulisant (chronique) ou en se propageant par continuité en donnant une cellulite par exemple.

11 L’abcès alvéolaire aigu se chronicise avec l’apparition d’une fistule faisant suite à la parodontite périapicale aigue purulente (abcès alvéolaire aigu)

12 En résumé Parodontite périapicale aigue simple ou séreuse
Parodontite aigue purulent ou abcès alvéolaire aigue: abcès primaire Abcédation et fistulisation: L’abcès alvéolaire périapical se chronicise.

13 Inflammations chroniques
Granulome Kyste

14 Le Granulome: L’abcès alvéolaire aigu et la parodontite périapicale simple ou séreuse peuvent se transformer en granulome Masse molle sessile ou pédiculée de tissu de granulation. Bourgeon charnu de taille variable et de couleur rougeâtre ou jaunâtre. C’est une lésion inflammatoire de défense qui survient suite à un nécrose de liquéfaction. Il s’agit d’une réponse inflammatoire de défense des tissus périapicaux, dans laquelle la composante proliférative (tissu de granulation) l’emporte sur la composante exsudative (abcès). Dent généralement asymptomatique. Ne répond pas au test thermique et faiblement sensible à la percussion due à l’hyperémie et l’œdème inflammatoire à l’apex.

15 Granulome À l’intérieur: À l’extérieur:
réseau vasculaire trame fibreuses cellules inflammatoires cristaux de cholestérol macrophages fibres nerveuses cellules épithéliales À l’extérieur: Autour , il y a du tissus fibreux dense et riche en collagène. En l’absence de traitement, il grossit tranquillement au dépens de l’os alvéolaire qui se résorbe

16 Granulome

17 Granulomes Causes: Séquelles d’un abcès alvéolaire aigu
Irritation chronique par les matières nécrotiques dans le canal Irritation chronique chimique (corps étrangers) entretenue par les obturations endodontiques avec dépassement ( gutta perca qui dépasse à l’apex)

18 Granulome typique à contour bien marqué sur cette prémolaire cliniquement asymptomatique.

19 Granulome avec abcès ou abcès alvéolaire chronique
Abcès chronique à l’intérieur d’un granulome, encapsulé Basse virulence

20 Granulome suppuré Poussée aigue d’une atteinte chronique
Haute virulence

21 Granulomes latéraux A. Granulome latéral dû à l’émergence d’un canal latéral B. Granulome latéral consécutif à une perforation radiculaire lors de la mise en place d’un corps coulé.

22 Granulome: Absence de tx
L’inflammation et l’hypervascularisation locale entraînent une résorption de l’os environnant et parfois de la racine. En l’absence de traitement radiculaire, le volume du granulome s’accroît aux dépens de l’os alvéolaire qui se résorbe progressivement sous l’action des ostéoclastes. Le cément puis la dentine radiculaire peuvent également se résorber sous l’action des cémentoclastes et dentinoclastes.

23 Granulome épithélial Granulome qui contient des débris épithéliaux de Malassez qui subissent une réactions hyperplasique et une prolifération qui conduit à l’épithélialisation du granulome. Dans 30 à 40 % des cas, le granulome épithélial deviendra un kyste.

24 Transformation d’un granulome épithélial
La transition se caractérise par la formation au centre de la masse bourgeonnante, d’une cavité kystique, d’une petite poche à l’intérieur de notre granulome.

25 Kyste radiculaire Cavité pathologique dont la paroi interne est recouverte par un épithélium Contient un fluide ou semi-fluide résultant de la liquéfaction de l’épithélium

26 Kyste radiculaire

27 Kyste radiculaire

28 Kyste radiculaire http://images. google. ca/imgres. imgurl=http://www

29 Kyste radiculaire

30 Kyste radiculaire

31 Différence radiologique avec un granulome.
Le kyste aurait un liseré périphérique de densité supérieur au granulome. Le kyste devrait mesurer plus de 10 mm. Mais il n’y a aucun praticien qui peut confirmer le diagnostic tant qu’il n’y a pas eu examen anatomo-pathologique. On ne peut alors faire qu’un diagnostic présomptif.

32 Kyste radiculaire: évolution
Augmente lentement et continuellement son volume. Peut suppurer.

33 Traitements des kystes
Traitement endodontique Extraction dentaire et curetage Énucléation du kyste: on enlève le kyste et toute sa membrane épithéliale Évolution en présence de traitement: L’os nécrosé se sépare de l’os sain et forme un séquestre qui s’élimine spontanément ou par voie chirurgicale. Parfois le séquestre entouré d’os sain peut rester inclus. En l’absence de traitement, la perte osseuse peut être considérable.

34 Ostéite condensante . Il peut arriver qu’autour du granulome, il y ait un durcissement. Une sclérose de l’os avec inflammation

35 Ostéite condensante L’os réagit vis-à-vis l’infection. Le tissu osseux résiste à l’infection et ne se dégrade pas mais prolifère en formant de l’os plus dense. Survient surtout chez les jeunes sujets car ils ont une capacité de défense élevée. L’infection agit comme un stimulant et non comme un agent de destruction.

36 Ostéosclérose Sclérose de l’os sans inflammation.
Peut être considéré comme une forme de guérison. L’os se sclérose autour de l’apex.

37 Résorptions Résorption de l’os, du cément et de la dentine de l’apex à cause de la lésion apicale.

38 Hypercémentose Formation exagérée de cément à l’apex, dans et autour de la lésion apicale. Plusieurs causes ont été avancées en dehors du facteur idiopathique (pas de cause connue) dont: Des surcharges mécaniques Une inflammation périapicale

39 Hypercémentose

40 Parodontite latéro-radiculaire

41 Ostéite Définition: inflammation de l’os compact
Causes: infection du canal dentaire, extraction Signes: douleur à la percussion Traitement: ouverture de la chambre pulpaire, antibiotique, analgésique.

42 Complications des maladies périapicales
La cavité buccale constitue une source importante de bactéries pathogènes et des infection focales peuvent apparaître à la suite de lésions telles que la nécrose pulpaire, les granulomes, les kystes et les parodontites. Les granulomes et les kyste, du fait de leur coque conjonctive externe sont relativement bien isolés du reste de l’organisme et ces lésions sont considérées comme des sources modérées de bactériémie. En revanche, les nécroses pulpaires et les parodontites constituent des foyers chroniques actifs en relation directe avec les voies sanguines et lymphatiques et sont capables d’être la cause d’infections à distance.

43 Complications des maladies périapicales: Les périostites
Périostite aigue purulente ou suppurée Évolue vers l’abcès sous-périosté

44 Voici les différentes voies de propagation de l’abcès alvéolaire
Cela peut s’étendre par l’os spongieux, perforé l’os et envahir différents espaces tissulaires ou atteindre la surface de la peau.

45 Abcès sous-périosté

46 Abcès sous-muqueux

47 Abcès sous-muqueux

48 Abcès palatin: sous-muqueux

49 Abcès péri-maxillaire
Il est localisé dans l’os et les muscles

50 Abcès sous-cutané Évolution: Fistule cutanée

51 Drainage des abcès

52 Drainage d’un abcès vers le sinus, les fosses nasales ou vers l’orbite

53 Abcès sous-muqueux au niveau de la 16

54 Fistule muqueuse

55 Fistule muqueuse

56 Fistule muqueuse

57 Fistule cutanée

58 Fistule cutanée

59 Fistule dans le sinus

60 Œdème colatéral

61 Lymphangite: Inflammation des vaisseaux lymphatiques

62 Lymphandénite: Inflammation des ganglions régionaux.

63 Thrombophlébite

64 Cellulite L’infection périapicale après avoir diffusée à travers l’os alvéolaire, peut ensuite s’étendre en direction des tissus mous environnants et provoque une réaction inflammatoire aigue diffuse et œdémateuse: cellulite (plus circonscrite) phlegmon (plus diffuse). Elle est la conséquence de l’extension de l’inflammation au tissus mous: elle s’étend dans les espaces tissulaires en suivant les plans musculaires.

65 Cellulite Complications:
Inflammation séreuse et ou purulente des tissus mous

66 Cellulite

67 Cellulite

68 Phlegmon Le phlegmon péri-amygdalien
Collection de pus située dans la loge amygdalienne et surtout dans la partie antéro-supérieure entre la capsule de l’amygdale et les muscles pharyngé Symptomatologie dysphagie ++ :difficulté à avaler odynophagie ++,:douleur lors de la déglutition altération importante de l’état général, voix modifiée (de type " patate chaude ") examen en pharyngoscopie antérieure : parfois difficile à cause d’un trismus lié à l’irritation des muscles ptérygoïdiens. luette souvent oedématiée, repoussée du côté opposé. empâtement sous-digastrique très sensible, avec de nombreux ganglions inflammatoires à la palpation cervicale

69 Ostéomyélite Inflammation de l’os et de la moelle.

70 Ostéomyélite avec nécrose
Suite à un abcès, l’infection est diffusée dans l’os. C’est comme si l’os se nécrosait.

71 Sinusite L’apparition d’une sinusite d’origine dentaire dépend étroitement de la proximité du sinus et de l’apex de la dent infectée.

72 Sinusite 80 % d’origine nasale 20 % d’origine dentaire
Inflammation de la muqueuse du sinus 80 % d’origine nasale 20 % d’origine dentaire

73 Elle peut apparaître à la suite de la diffusion d’une infection périapicale.
Le patient se plaint de douleur diffuses sinusales, accompagnées d’une légère fièvre. L’antibiothérapie et l’élimination de la source infectieuse entraînent un cicatrisation rapide.

74 Sinusites maxillaires
Les sinusites maxillaires sont le plus souvent consécutives à une obstruction ostiale (sinus) ou à un foyer dentaire. En fonction de leur évolution on distingue les sinusites maxillaires aiguës, subaiguës, aiguës récidivantes et chroniques. Les sinusites maxillaires aiguës se développent le plus souvent dans les suites d'une infection virale aiguë des voies aériennes supérieures. Le diagnostic de sinusite maxillaire aiguë est basé sur des signes cliniques tels que fièvre, congestion nasale, rhinorrhée purulente et douleur ou pesanteur faciale unilatérale. Le traitement de première intention des sinusites maxillaires bactériennes est basé sur l'antibiothérapie. La chirurgie est indiquée en cas d'échec du traitement médical Références:http://www.em-consulte.com/article/30717 L. Gilain *  : Professeur des Universités, praticien hospitalier, S. Laurent : Chef de clinique-assistant des Hôpitaux Service d'ORL et de chirurgie cervico-faciale, CHU Clermont-Ferrand, rue Montalembert, BP 69, Clermont-Ferrand cedex 1, France 

75 Sinusite maxillaire

76 Exemple de collection orbitaire compliquant une sinusite frontale

77 Site à consulter

78 Fin


Télécharger ppt "Les maladies apicales ou périapicales"

Présentations similaires


Annonces Google