La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Epilepsie: vocabulaire et catégories Le patient a eu un évènement ou « attaque » paroxystique attaques non-épileptiques syncope, migraine, AVC/ICT psychogène.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Epilepsie: vocabulaire et catégories Le patient a eu un évènement ou « attaque » paroxystique attaques non-épileptiques syncope, migraine, AVC/ICT psychogène."— Transcription de la présentation:

1 Epilepsie: vocabulaire et catégories Le patient a eu un évènement ou « attaque » paroxystique attaques non-épileptiques syncope, migraine, AVC/ICT psychogène (conversion, simulation), dyskinésie, hypoglycémie, vertiges paroxystique, parasomnies (e.g. terreur nocturne) Crise Epileptique (activité électrique corticale excessive, synchrone) Classification des crises épileptiques (clinique et EEG) 1.Partielles 2.Généralisées Risque (EEG anormal, lésion au cerveau) ou documentation de plusieurs crises non- provoquées? Epilepsie Regroupements: étiologie, âge, EEG, pronostic, réponse thérapeutique ? Syndrome Epileptique (liste )

2 Attaques paroxystiques non épileptiques Phénomènologie négative –Perte de conscience syncope (brève, orthostatique, contexte dhypotension ou évènement déclencheur, parfois arhythmie cardiaque, réaction sympathique - pâleur/sudation, réveil rapide sans confusion importante, ** il peut y avoir de bréves myoclonies/posture tonique Hypoglycémie (contexte du patient diabétique, contrôle glycémique variable) ** il peut y avoir des manifestations localisées (hémiplégie, aphasie), phénomène assez particulier pour cette encéphalopathie métabolique. –Faiblesse paroxystique AVC: généralement localisé dans un territoire vasculaire (très rarement accompagné de mouvement ou tremblement) Cataplexie (perte de tonus musculaire sans perte de conscience, situation émotive et dans le contexte du syndrome de narcolepsie: cataplexie,hypersomnolence, hallucinations à lendormissement, paralysie du sommeil) Paralysie périodique (maladie musculaire héréditaire rare, `Canalopathie`)

3 Attaques paroxystiques non-épileptiques Phénomènologie Positive –Sensitive: Laura migraineux,typiquement visuel (scotome, bordures scintillantes, migratoire) ou somatosensoriel (marche de paresthésie) peut être difficile à distinguer de laura épileptique. Généralement suivi de céphalée sévère, contexte de migraine connue. Vertige paroxystique bénin (attaques brèves de vertige/nausée déclenchées par un mouvement de la tête, de façon répétitive. Cause: otoconies flottant dans un canal semi-circulaire) –Motrice Dorigine périphérique: crampes musculaire, spasmes hémifaciaux Dorigine centrale: dyskinésie, tics

4 Phénomènologie très variable, difficile à distinguer des crises épileptiques. Certains patients ont à la fois des crises épileptiques et psychogènes ! Critères relatifs en faveur dune crise psychogène –Préservation de létat de conscience pendant une convulsion bilatérale, ou retour rapide de léveil après crise généralisée –Mouvements alternés, variables, peu ou pas dautomatisme –Durée plus longue (> 2 min) –Pas de morsure importante du côté de la langue/ intérieur de la joue (mais il peut y avoir morsure légère du bout de la langue !) –Incontinence infréquente (signe non concluant) –A/E: fermeture active des yeux (résistance à louverture), protection du visage lors de la chute du bras –Suggestibilité –Contexte psychiatrique Attaques paroxystiques non-épileptiques Crises psychogènes

5 Classification des crises épileptiques manifestations cliniques + EEG

6 Encore du vocabulaire ! Ictal, postictal, interictal (ictal = critique = en rapport avec une crise épileptique) Crises convulsives (mouvement, postures) Crises non-convulsives (ex: absence, partielle sensorielle, dysmnésique) Status epilepticus = Etat de Mal épileptique –Plus de 30 minutes, plus de 3/24 heures, récidivantes sans retour à la normale –Convulsivant (généralisé t-c, ou partiel simple clonique) –Non-Convulsivant (partiel complexe: pourrait être confondu avec encéphalopathie métabolique) Aura épileptique: en fait, il sagit déjà dune crise partielle simple Aura migraineux: phénomènes sensoriels (ex visuel) rarement moteurs qui précèdent la céphalée migraineuse; souvent progressif & migratoire

7 Syndromes épileptiques de lenfance

8 neurones épileptiques: depolarisation paroxystique soutenue (entrée de Ca ++) et série de Pot. Act (Na + ) : correspond aux pointes interictales de lEEG. Crise Partielle: 1. PDS (paroxysmal depolarization shift) 2. Recruitement local de neurones: décharge hypersynchrone 3. Brèche du périmètre dinhibition 4. Propagation au cortex avoisinant 5. Propagation à des régions éloignées (ex hémisphère controlateral par le corps calleux Le PDS est probablement lévènement électrique qui correspond aux pointes inter-critiques à lEEG

9 EEG

10 EEG – considérations pratiques Enregistrement au niveau du cuir chevelu de potentiels électriques représentant une somme des activités synaptiques du cortex (pas des potentiels daction) Méthodes dactivation –Ouverture / fermeture des yeux –Hyperventilation &Stimulation lumineuse(stroboscope) –Sommeil, privation de sommeil Interférences nombreuses: contractions musculaires, mouvement des yeux, mouvement de la tête, cardiaque, etc

11 Description des ondes rhythmiques de lEEG Eveil –Ondes alpha (α: 8-13Hz), en occipital, yeux fermés –Ondes béta (β: 13 Hz), plus généralisées Sommeil (ou pathologies variées) –Ondes théta ( : 4-7 Hz) –Ondes delta ( : < 4 Hz) –Autres patrons caractéristiques, ex fuseaux,complexes K

12 Diverses fréquences … qui se superposent dans le tracé Fréquences diminuant quand on passe de léveil au sommeil (simplification)

13 Anomalies et indications Principales anomalies recherchées –Excès dactivités lentes (encéphalopathie, pathologie localisée) –Décharges paroxystiques: pointes, ou pointes-ondes (épilepsie) –Décharges périodiques (rare ! ex:maladie de Creutzfeld-Jacob !) Indications Principales –Epilepsie: anomalies inter-ictales, ou ictales (si une crise a lieu au moment de lEEG) –Anomalies de létat déveil: coma (documentation, pronostic) –Troubles du sommeil: EEG associé à de nombreuses autres mesures (mouv. des yeux, O 2): polysomnographie –Mort cérébrale. Diagnostic dabord clinique, pouvant être supporté par EEG (plat), angiographie (pas de perfusion), mais non par IRM

14 Décharge paroxystique, pointe-ondes 3Hz, pendant 4 secondes, chez un enfant évalué pour des périodes dinattention à lécole – tracé typique pour le syndrome épileptique dabsence généralisée

15 Patient évalué suite à une crise T-C généralisée. Histoire familiale dépilepsie Décharge poly-pointes généralisée, épileptiforme. Probablement une forme héréditaire dépilepsie généralisée tonico-clonique.

16 Pointes interictales: anomalie localisée, épiletiforme (syndrome épileptique rolandique de lenfant) Rhythme alpha en région occipitale, les yeux fermés (normal !)

17 Epilepsie Rolandiques avec pointes centro- temporales (ìnter-ictales, asymptomatiques)

18 EEG dune crise qui débute dans la région temporale droite et se généralise

19 Arrêt cardiaque (RCP,>10 minutes) Patient comateux, EEG fait à 48 heures Décharges paroxystiques généralisées Périodes de suppression Du tracé EEG (presque plat) Ce tracé ne remplit pas les critères EEG de mort cérébrale, mais il indique un très mauvais pronostic


Télécharger ppt "Epilepsie: vocabulaire et catégories Le patient a eu un évènement ou « attaque » paroxystique attaques non-épileptiques syncope, migraine, AVC/ICT psychogène."

Présentations similaires


Annonces Google