La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA RADIOPROTECTION EN ORTHOPEDIE Raboudi T, Kamoun H, Charfi L, Kamoun KA, Tebib M, Hammou A. Présenté le 1 Juillet 2011 – S.O.T.C.O.T. Hôpital Mohamed.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA RADIOPROTECTION EN ORTHOPEDIE Raboudi T, Kamoun H, Charfi L, Kamoun KA, Tebib M, Hammou A. Présenté le 1 Juillet 2011 – S.O.T.C.O.T. Hôpital Mohamed."— Transcription de la présentation:

1 LA RADIOPROTECTION EN ORTHOPEDIE Raboudi T, Kamoun H, Charfi L, Kamoun KA, Tebib M, Hammou A. Présenté le 1 Juillet 2011 – S.O.T.C.O.T. Hôpital Mohamed Tahar Maamouri – Nabeul Centre National De Radioprotection (CNRP) -Tunis

2 INTRODUCTION Le personnel des blocs de chirurgie orthopédique est exposé aux rayonnements X: des amplificateurs de brillance lors de la réalisation de radiographie de contrôle en per ou post opératoire. Les amplificateurs de brillance sont moins irradiants que la scopie conventionnelle, leur utilisation nest pas démunies de risques et requièrent un niveau adéquat en radioprotection.

3 Le personnel du bloc fait partie des utilisateurs de rayonnements non spécialisés en radiologie Nous avons réalisé une enquête nationale sur la radioprotection dans les blocs dorthopédie de tous les CHU de la Tunisie. Cette enquête a démarré au mois de Mars Nous avons choisi de vous présenter dans cette communication lexemple du service dorthopédie de lhôpital Mohamed Taher Maamouri. INTRODUCTION

4 OBJECTIFS 1.Décrire les connaissances du personnel du bloc dorthopédie vis-à-vis des rayonnements ionisants, 2.Identifier les défaillances qui peuvent exister en moyens de radioprotection Proposer des mesures correctives appropriées

5 MATERIEL ET METHODE Il sagit dune enquête transversale et descriptive réalisée auprès du personnel du bloc dorthopédie de lhôpital Mohamed Taher Maamouri à Nabeul au mois Mai Elle sest basée sur un questionnaire préétabli conformément aux données de la littérature et une fiche technique sur les conditions de travail et la disponibilité des moyens de radioprotection. Le questionnaire comprend: Données sociodémographiques, 30 items sur les connaissances des RI, leurs effets sur la santé, les moyens de surveillance de lexposition et les moyens de sen protéger = calcul de score /30 points.

6 42 personnes ont répondu au questionnaire La répartition du personnel en fonction du grade (fig N°1) RESULTAT: Répartition du personnel dorthopédie selon le grade

7 RESULTAT: La répartition selon lancienneté professionnelle Lancienneté médiane était de 13 ans (VL: 0 à 27 ans) Ancienneté professionnelle du personnel du bloc (Fig N°4)

8 Le score global (la médiane était de 13/30 (Min=1, Max=25) RESULTAT: Description des connaissances en radioprotection

9 Le score semble varier significativement en fonction du grade (Le score tant meilleur chez les chirurgiens / paramédicaux ) (P = 0,02) Il ne semble pas varier en fonction de lancienneté professionnelle (cefficient de corrélation de Pearson faible= 0,129 et non significatif (p=0,416) RESULTAT: Relation entre score et ancienneté professionnelle

10 RESULTAT Dans ce service dorthopédie, nous avons relevé plusieurs insuffisances en radioprotection: Concernant les moyens de protection individuelle le nombre de blouses plombées était suffisant mais certaines blouses ont été achetées depuis 10 ans et nont jamais eu de contrôle qualité. Il ny avait pas de cache thyroïde.

11 RESULTAT Quant à la protection collective, nous avons relevé labsence de paravent plombé y compris au moment de lutilisation de lappareil de radiodiagnostic mobile. Il ny avait pas dindicateur lumineux à lextérieur des salles opératoires pour indiquer si lappareil de radiodiagnostic ou lamplificateur de brillance étaient en marche ou pas.

12 RESULTAT Aucune personne na eu de formation en radioprotection; Aucune personne ne portait de dosifilm; Personne ne connaissait la réglementation Tunisienne relative à la radioprotection.

13 DISCUSSION Lutilisation de lamplificateur de brillance expose aux rayonnements X : rayonnements ionisants (RI). Les chirurgiens y sont les plus exposés parmi le personnel du bloc et durant plusieurs années durant leur vie professionnelle. Cette exposition semble diminuer avec lexpérience du chirurgien et donc du grade. Les doses de RX reçues en chirurgie orthopédique sont beaucoup moins importantes quen cardiologie interventionnelle, cependant elles restent dans le domaine des faibles doses.

14 DISCUSSION En fonction de la dose les RX peuvent induire 2 types deffets sur la santé: Les effets déterministes (doses élevées > 500mSv). Les effets stochastiques (doses faibles environ 200mSv ) Cancers : (poumons, thyroïde, gonades, moelle osseuse). Effets tératogènes Ils sont tardifs, aléatoires et le risque de survenue de ces effets augmente avec la dose. Doù l intérêt de la radioprotection.

15 DISCUSSION La radioprotection = ensemble de règles qui permettent de réduire au minimum cette exposition aux RI. Elle se base sur 3 principes : La justification : tout usage de procédé exposant le travailleur ou le patient aux RI doit être justifié par un bénéfice global, au niveau de lindividu et de la collectivité; Loptimisation : les expositions doivent être maintenues aux plus faibles niveaux possible; La limitation : en respectant les limites de dose individuelles fixées par les normes (20 mSV /an pour les travailleurs).

16 DISCUSSION La situation dans le bloc opératoire dorthopédie fait partie du domaine des faibles doses < 200 mSv, les effets sur la santé restent difficiles à cerner et les études épidémiologiques sont difficiles à réaliser du fait de la taille des échantillons. Faute deffets observés aux faibles doses la radioprotection a fondé ses principes de prévention sur le principe dALARA (As Low As Resonably Achievable): les niveaux dexposition doivent être maintenus le plus bas possible: le travailleur doit utiliser les moyens de protections adaptés pour réduire les doses reçues au niveau le plus bas possible.

17 DISCUSSION 3 variables doivent être contrôlées pour limiter lexposition aux rayonnements : Distance Temps Ecran

18 DISTANCE 1.Espace de travail (distance entre le tube de rayons X et le chirurgien) Séloigner à 2m du patient à chaque émission des rayons X: cest le meilleur moyen de protection Se tourner sur le coté Eloigner les mains et le visage du champ primaire le plus possible

19 TEMPS DEXPOSITION 2.Des paramètres techniques (quantité, durée et direction des rayonnements) Diminuer la durée dexposition: faire le moins de scopie possible (mode pulsé)

20 Tableau 1. Dose approximative reçue par le chirurgien par procédure (avec protection plombée 0.5 mm) THEOCHAROPOULOS, N., PERISINAKIS, K., DAMILAKIS, J., PAPADOKOSTAKIS, G., HADJIPAVLOU, A., GOURTSOYIANNIS, N., Occupational Exposure from Common Fluoroscopic Projections Used in Orthopaedic Surgery. The Journal of Bone and Joint Surgery, 85 (2003) Procédure Dose to the Surgeon per procedure (µSv) Screening Time Hanche525 sec/patient Rachis212 min/patient

21 Doses moyenne reçues durant certaines procédures par le chirurgien orthopediste (avec protection plombée 0.5 mm) Procédure Mean effective dose (mSv) Equivalent number of PA chest radiographs (each 0.02 mSv) Genou [ME] [ME] Epaule [ME] [ME] Pelvis [ME] [ME] Hanche [ME] [ME] Rachis thoracique [ME] [ME] 150 Rachis cervical [ME] [ME] Rachis lombaire [ME] [ME] Artériographie sur laorte [HA] [HA]

22 Adapter les paramètres de lamplificateur de brillance en privilégiant les kilo voltages par rapport aux milliampères

23 - Positionnement le tube à rayon X sous la table, - Dans le cas ou le tube ne peut pas être positionné sous la table, les intervenants doivent se tenir du coté de lamplificateur dimage radiologique plutôt que du coté du tube de rayons X

24 ECRAN 3.La barrière (moyens de protection individuelle et paravent plombé ): La blouse plombée réduit la dose de 74% La combinaison des moyens de protection (collectives et individuelles) réduit la dose reçue de rayonnements à 97%.

25 !!!.. Cependant il faut savoir où porter et comment ranger ses moyens de protection

26 La distance : séloigner à chaque émission des rayons X, se tourner sur le coté, écarter les mains et le visage du champ primaire dans la mesure du possible. La Durée: Diminuer la durée dexposition. Les moyens de protection individuelle plombée: blouse, cache thyroïde, lunettes plombées: réduction de lexposition aux RI à 90%. Appliquer les principes de radioprotection: (Justification, Optimisation, Limitation et ALARA) RECOMMANDATIONS

27 Lenseignement de la radioprotection a concerné depuis longtemps les radiothérapeutes et les spécialistes en médecine nucléaire qui sont les plus exposés Ce risque devient de plus en plus grave chez les praticiens en radiologie interventionnelle par lutilisation de lamplificateur de brillance, la culture de sureté et de sécurité doit être développée dans lenseignement de ces spécialités. Nous proposons: Une formation en radioprotection pour tout le personnel du bloc renouvelée régulièrement ; Et de former de façon plus poussée une personne du bloc pour quelle devienne la PCR = personne compétente en radioprotection.

28 REFERENCES [HA] HART, A., WALL, B.F., Radiation exposure of the UK population from medical and dental x-ray examinations. NRPB-W4 (2002) [ME] METTLER FA, HUDA W, YOSHIZUMI TT, AND MAHESH M. Effective Doses in Radiology and Diagnostic Nuclear Medicine: A Catalog. Radiology (2008) [TH] THEOCHAROPOULOS, N., PERISINAKIS, K., DAMILAKIS, J., PAPADOKOSTAKIS, G., HADJIPAVLOU, A., GOURTSOYIANNIS, N., Occupational Exposure from Common Fluoroscopic Projections Used in Orthopaedic Surgery. The Journal of Bone and Joint Surgery, 85 (2003)

29 MERCI


Télécharger ppt "LA RADIOPROTECTION EN ORTHOPEDIE Raboudi T, Kamoun H, Charfi L, Kamoun KA, Tebib M, Hammou A. Présenté le 1 Juillet 2011 – S.O.T.C.O.T. Hôpital Mohamed."

Présentations similaires


Annonces Google