La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Faut-il faire une gastroscopie en cas dHemoccult positif et de coloscopie normale dans le cadre du dépistage organisé du cancer colorectal ? Bernard DENIS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Faut-il faire une gastroscopie en cas dHemoccult positif et de coloscopie normale dans le cadre du dépistage organisé du cancer colorectal ? Bernard DENIS."— Transcription de la présentation:

1 Faut-il faire une gastroscopie en cas dHemoccult positif et de coloscopie normale dans le cadre du dépistage organisé du cancer colorectal ? Bernard DENIS (1), Philippe PERRIN (1), Erik-André SAULEAU (2), Frédéric VAGNE (1), André PETER (1), Daniel BATTISTELLI (1), Jean Christophe PFEIFFER (1), Jacques BOTTLAENDER (1) Lutilité de la gastroscopie (G) est controversée en cas de recherche de sang occulte dans les selles positive et de coloscopie (C) normale. But : évaluer le rendement et l'impact de la G en cas dHemoccult positif et de C normale dans le cadre du dépistage organisé du cancer colorectal. Patients et méthodes Enregistrement prospectif des G réalisées après C totale normale ou avec lésions minimes (polype < 1 cm) dans la campagne de dépistage organisé du cancer colorectal par Hemoccult dun département français. La décision de réaliser une G était laissée à la discrétion de lendoscopiste. Résultats 488 personnes bénéficiaient dune G (401 à C normale et 87 avec lésions minimes) : 219 hommes et 268 femmes (âge moyen 62 ans). 92,5% des G étaient réalisées le même jour que la C, 92% sous anesthésie générale et 25,2% avec biopsies. 125 G (25,6%) étaient anormales : 2 cancers de l'oesophage, 5 oesophages de Barrett, 32 oesophagites peptiques de stade 1, 5 de stade 2 et 1 de stade 4, 54 ulcérations gastro-duodénales, 4 ulcères gastriques et 3 bulbaires, 19 polypes gastriques (aucun adénomateux) et 2 angiodysplasies. H. pylori était présent dans 28 cas. Les anomalies étaient significativement plus fréquentes chez lhomme (33,3% vs 19,4%, p 1, doesophage de Barrett, dulcération H. Pylori positive et d'ulcère, seules 35 G (7,2%) étaient utiles (hommes asymptomatiques 7%, femmes asymptomatiques 2,1%). Les 2 cancers étaient symptomatiques. 2 variables étaient significatives en analyse multivariée pour l'utilité de la G : la présence de symptômes (odds ratio = 3,23 (IC 1,3 - 7,9) ) et le sexe masculin (odds ratio = 3,12 (IC 1,2 - 8,1) ). Les complications se résumaient à un incident dentaire mineur. Conclusion Dans le cadre du dépistage organisé du cancer colorectal, il ne faut pas faire de G systématique en cas dHemoccult positif et de C normale ou avec lésions minimes. Il faut par contre s'enquérir de symptômes digestifs hauts et, en leur présence, réaliser une G. Notre étude prospective, la plus grande jamais réalisée, montre que le rendement de la G est très faible chez les femmes asymptomatiques. Une étude médico-économique serait nécessaire pour évaluer lintérêt de réaliser une G chez les hommes asymptomatiques. Buts évaluer le rendement et l'impact de la Gastroscopie en cas dHemoccult positif et de Coloscopie normale dans le cadre du dépistage organisé du cancer colorectal - Campagne de dépistage organisé du cancer colorectal du Haut-Rhin - Enregistrement prospectif de toutes les Gastroscopies réalisées après Hemoccult positif et Coloscopie totale normale ou avec lésions minimes (polype < 1 cm) - décision de réaliser une Gastroscopie laissée à la discrétion de lendoscopiste - En dépistage organisé du cancer colorectal, il ne faut pas faire de Gastroscopie systématique en cas dHemoccult positif avec Coloscopie normale ou avec lésions minimes - chez les femmes asymptomatiques le rendement de la Gastroscopie est très faible - par contre, chez les hommes asymptomatiques une étude médico- économique serait nécessaire pour évaluer lintérêt de réaliser une Gastroscopie - enfin, il ne faut pas oublier de s'enquérir de symptômes digestifs hauts et, en leur présence, réaliser une Gastroscopie Journées Francophones de Pathologie Digestive, Paris, 21 Mars 2006 Résultats (1) Association pour le Dépistage du Cancer colorectal dans le Haut-Rhin (ADECA 68) Colmar. (2) Registre des Cancers du Haut-Rhin (ARER 68) Mulhouse Résumé Impact clinique = 106 G / 541 = 19.6 % Méthodes personnes ans Hemoccult réalisés Hemoccult colos totales 791 avec CCR ou polypes 1 cm 562 avec polypes < 1 cm 107 Gastroscopies normales 434 Gastroscopies coloscopies enregistrées Contexte Lutilité de la gastroscopie (G) est controversée en cas de recherche de sang occulte dans les selles positive et de coloscopie (C) normale Peu détudes, la plupart rétrospectives, de petite taille ou réalisées dans un contexte de dépistage opportuniste Seules 2 études réalisées dans un contexte de dépistage organisé concluaient que la G nétait pas justifiée chez les personnes asymptomatiques… mais, toutes 2 avaient les mêmes limites méthodologiques: - recherche a posteriori des lésions hautes manquées dans la population avec test Hemoccult positif (aucune G navait été réalisée) - seuls les cancers étaient comptabilisés (Thomas WM Gut 1990; Rasmussen M Scand J Gastroenterol 2002) Méthodes (suite) population éligible population étudiée - critères dexclusion :. Test hors dépistage organisé. Coloscopie incomplète. Présence dune lésion basse hémorragique, cancer ou polype 1 cm. Pathologie oesogastroduodénale connue. Gastroscopie récente < 1 an. Refus patient 541 Gastroscopies à la date du 01/O2/2006 (31 % de la population éligible) avec colo normale (36,7 % de la population éligible) avec colo avec polypes < 1 cm (19 % de la population éligible) 292 femmes et 249 hommes, moyenne dâge = 62,1 ans 91,3 % le même jour que la colo, 91,1 % sous AG, 26,1 % avec biopsies âge< 6588 (26.3%)> 6555 (26.6%)NS AINSoui11 (39.3%)non100 (24.8%)NS aspirineoui25 (41%)non85 (22.7%)p<0.01 sexemasculin82 (32.9%)féminin61 (20.9%)p<0.01 symptômesprésents47 (41.6%)absents64 (19.9%)p<0.01 Impact clinique AINSoui10 (35.7%)non75 (18.6%)p=0.03 aspirineoui19 (31.1%)non65 (17.4%)p=0.01 sexemasculin66 (26.5%)féminin40 (13.7%)p<0.01 symptômesprésents35 (31%)absents50 (15.5%)p<0.01 Rendement diagnostique = 143 G / 541 = 26.4 % 2 cancers de l'oesophage 5 oesophages de Barrett 36 oesophagites peptiques de stade 1, 7 de stade 2, 1 de stade 3 et 1 de stade 4 2 varices oesophagiennes de grade 2 47 antrites érosives 5 ulcères gastriques 13 gastrites érythémateuses, 1 atrophique 19 polypes gastriques (aucun adénomateux) 14 duodénites érosives 5 ulcères bulbaires 2 adénomes duodénaux 2 angiodysplasies H. pylori était présent dans 34 cas 1 chirurgie 1 radio-chimiothérapie 5 surveillances endoscopiques 2 exérèses endoscopiques 92 traitements antisecrétoires 34 traitements antibiotiques 2 traitements béta-bloqueurs 1 électro-coagulation par plasma dArgon 1 vitaminothérapie B12 Analyse multivariée facteurOdds ratioIC 95 % Anomalie sexe féminin – 0.73 symptômes présents – 6.03 aspirine – 2.63 Impact sexe féminin – 0.71 symptômes présents – 4.95 aspirine – 5.75 Utilité sexe féminin – 0.91 symptômes présents – 7.11 Conclusions Population asymptomatique pas de cancer pas dœsophage de Barrett Résultats (suite) Nombre de G à faire pourfemmeshommes 1 anomalie84 1 impact105 1 diagnostic utile2711


Télécharger ppt "Faut-il faire une gastroscopie en cas dHemoccult positif et de coloscopie normale dans le cadre du dépistage organisé du cancer colorectal ? Bernard DENIS."

Présentations similaires


Annonces Google