La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COURS AUDIOPROTHESE 2 ième Année – 2009/2010 L’appareillage auditif de l’adulte et du vieillard  Le bilan d’orientation prothétique L’adaptation prothétique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COURS AUDIOPROTHESE 2 ième Année – 2009/2010 L’appareillage auditif de l’adulte et du vieillard  Le bilan d’orientation prothétique L’adaptation prothétique."— Transcription de la présentation:

1

2 COURS AUDIOPROTHESE 2 ième Année – 2009/2010 L’appareillage auditif de l’adulte et du vieillard  Le bilan d’orientation prothétique L’adaptation prothétique  Le suivi prothétique

3 Le Bilan d’Orientation Prothétique chez l’adulte & le vieillard

4 Recueil d’informations sur le patient afin d’aboutir au choix d’un appareillage auditif tout en établissant une relation de confiance avec le patient INTRODUCTION

5 1 ) L’Anamnèse 2) Les examens prothétiques Epreuves tonales Epreuves vocales (Véronique Ravoux) Tests Spéciaux (JF Vesson) 3) La prise d’empreinte 4) Le choix prothétique

6 1 – L’anamnèse Définition : Renseignements l’interrogatoiremalade entourage Renseignements fournis par l’interrogatoire du malade et de son entourage

7 1 – L’anamnèse Renseignements administratifs Nom, prénom, adresse…… Couverture sociale (CMU) Nom du médecin prescripteur

8 1 – L’anamnèse Renseignements cliniques ATCD ORL SURDITE ATCD MEDCX ATCD FAMILX ETAT GENERAL

9 1 – L’anamnèse Renseignements sociologiques Définir un « cahier des charges » GENE AUDITIVE RELATIONS SOCIALES ACTIVITES

10 1 – L’anamnèse Renseignements techniques Quelles sont ses connaissances de l’appareillage auditif ?

11 2 – Les Examens Prothétiques 1.Introduction 2.Procédure 2.1 Le conditionnement 2.2 Examen otoscopique 2.3 Placement du casque 2.4 Les tests AT au casque AT CO AV SSI MCL Tests spéciaux

12 2 – Les Examens Prothétiques 3 – Présentation des résultats Fournir au patient des informations relatives à son potentiel auditif Que peut-il attendre de l’appareil auditif ?

13 3 - La Prise d’empreinte I - Objectif : Déterminer forme –La forme du conduit : présence / absence de points de rétention du conduit taillevolume –La taille et volume du conduit –Axe –Axe du tympan II – Procédure (cours audio 1ière année) III – Implications prothétiques

14 4 - Le choix prothétique Introduction Loi 67-4 du 3 janvier 1967 C’est à l’audioprothésiste, en collaboration avec le médecin ORL, de procéder au choix de l’appareil auditif. Ce choix porte sur : 1.La voie d’appareillage 2.Le mode d’appareillage 3.Le type d’appareil 4.Le circuit amplificateur 5.« l’interface » utilisateur

15 4.1 - La voie d’appareillage : CA ou CO ? La conduction osseuse est orientée par le médecin prescripteur Indications de conduction osseuse  ST non opérables  CAE infectieux, otorrhées, otalgies…  Aplasie du conduit Prescription d’une Conduction osseuse Lunettes CO ou BAHA ?

16 Dans la mesure du possible, il faut essayer de RETABLIR UNE AUDITION BINAURALE a.Meilleure localisation spatiale b.Meilleure compréhension dans le bruit c.Conserver deux potentiels auditifs 4.2 – Le mode d’appareillage : monaural / binaural / Cros – BiCros

17 Limites de l’appareillage binaural  Limites audiologiques Surdités unilatérales Surdités dissymétriques avec interférence binaurale  Limites médicales Manipulation, otalgies, otorhées, eczéma…  Limites financières  Limites psychologiques

18 Appareillage monaural : choix de l’oreille à appareiller Surdité dissymétrique Deux oreilles très mauvaises : oreille la meilleure à l’examen vocal Une oreille « assez bonne » : oreille la plus mauvaise pour rétablir un équilibre auditif. Surdité unilatérale Oreille la plus mauvaise Surdité symétrique

19 Cas particuliers Controlatéral Routing Of Signal Cros : Controlatéral Routing Of Signal BiCros

20 4.3 – Le type de l’appareil Intras Contours Micro contours Micro contours à écouteur déporté Lunettes CA / CO Ancrage osseux (B.A.H.A) Implant OM

21 4.4 - Le choix du circuit  CONVENTIONNEL / ANALOGIQUE  NUMERIQUE

22 4.5 – Interface utilisateur LE POTENTIOMETRE  LE POTENTIOMETRE LA TELECOMMANDE  LA TELECOMMANDE ACCUMULATEUR  ACCUMULATEUR

23 5 – Cas particulier du vieillard  Généralités  L’anamnèse  Les examens prothétiques  La prise d’empreinte  Le choix prothétique Et surtout savoir garder son sang froid …

24 6 – Choix de l’embout Introduction  Données audiométriques  Données physiologiques  Capacités manuelles, visuelles du malentendant

25 6 – Choix de l’embout Objectifs CONFORTABLE  Être CONFORTABLE : Ne doit pas blesser le conduit auditif Doit éviter l’autophonation AÉRÉ  DOIT ETRE AÉRÉ EFFICACE  Être EFFICACE : fournir une étanchéité suffisante pour éviter l’effet Larsen OBTURANT  DOIT ETRE OBTURANT

26 6 – Choix de l’embout Implications prothétiques L’ÉTANCHÉITÉ GAIN Adapter L’ÉTANCHÉITÉ de l’embout au GAIN de l’aide auditive  Gain faible : surdités légères & moyennes CONFORT = AÉRATION Souci de CONFORT = AÉRATION  Gain fort : surdités sévères & profondes d’EFFICACITÉ = ÉTANCHÉITÉ Souci d’EFFICACITÉ = ÉTANCHÉITÉ

27 6 – Choix de l’embout Caractéristiques techniques 1.La matière 2.La forme 3.L’évent : diamètre et forme 4.La longueur de l’embout 5.Le tube acoustique

28 6.1 - Choix de la matière Embout durEmbout dur Surdités légères & moyennes, éventuellement sévères Patient à dextérité réduite Renouvellement Embout soupleEmbout souple Surdités moyennes à profondes : besoin d’étanchéité TOUS les enfants : sécurité en cas de chocs Embouts anti-eau / anti-bruit

29 6.2 - Choix de la forme Conduit / Canule C’est le plus discret A éviter sur des conduits sans rétention : court & droit Plutôt réservé aux surdités légères à moyennes Matière dure ou souple

30 6.2 - Choix de la forme Conduit Épaulement Même utilisation que le conduit L’épaulement permet : –Meilleur maintient –Meilleure étanchéité –Facilite (parfois) la manipulation Conduit sans rétention Matière dure essentiellement

31 6.2 - Choix de la forme Coquille / Fond de conque Grande étanchéité –Utilisé pour des surdités sévères & profondes Très bon maintient –Le plus employé chez l’enfant Matières dures et souples

32 6.2 - Choix de la forme Phantomold / Squelette Moins obturant que le coquille –Surdités moyennes à sévères Très bon maintient Assez discret Pavillon sans rétention, recherche d’un appui avec l’hélix Matières dures & souples

33 6.2 - Choix de la forme Silhouette / Pince de crabe Déformation du pavillon –Conque plate ou rétro versée –Convexité anormale Matières dures & souples

34 6.2 - Choix de la forme Porte-tube Embout très ouvert, seul le tube pénètre dans le CAE. Surdités légères avec très bonne conservation des Fréq. Graves. Matière dure essentiellement

35 6.2 - Choix de la forme Boîtier / Standard Appareillage avec boîtier Matière dure & souples (sauf le super souple 25 shores)

36 6.3 – EVENTS (valeurs fournies non exhaustives, à titre indicatif)

37 Évent : choix du diamètre Plus les graves sont conservés, plus l’aération est importante : audition naturelle Lorsque les aigus sont très touchés, limiter l’aération pour éviter l’effet larsen Renouvellement : observer les caractéristiques du précédent embout (si l’audiométrie n’a pas évoluée).

38 Évent : choix du diamètre IROS Surdités légères avec très bonne conservation des graves 20 dB HL  1000 Hz

39 Évent : choix du diamètre Ø 4 mm Surdités légères avec bonne conservation des graves 20 – 30 dB HL  1000 Hz

40 Évent : choix du diamètre Ø 3 mm Surdités légères avec conservation des fréquences gravesSurdités légères avec conservation des fréquences graves 20 – 30 dB HL  750 Hz Courbes inverséesCourbes inversées

41 Évent : choix du diamètre Ø 2 mm Surdités légères moyennesSurdités légères moyennes Courbes inverséesCourbes inversées

42 Évent : choix du diamètre Ø 1 mm Surdités moyennes

43 Évent : choix du diamètre Ø 0,5 mm / décompression Surdités moyennes à sévères en cas de terrain infectieux

44 Évent : choix du diamètre Aucun Surdités sévères & profondes

45 Évent : choix de la forme Évent parallèle Évent Y long Évent spiralé Évent Y court

46 6.4 - La longueur de l’embout Embout long : après le 2ième coude surdités sévères et profondes –Meilleure obturation du conduit : lutte contre l’effet larsen –Meilleur gain sur les basses fréquences par réduction de la cavité résiduelle

47 6.4 - La longueur de l’embout Embout moyen : au 2ième coude surdités moyennes & sévères –Permet une bonne orientation de la sortie écouteur dans l’axe du tympan –Le plus couramment utilisé

48 6.4 - La longueur de l’embout Embout court : entre le 1ier et le 2ième coude Utilisé pour augmenter au maximum la cavité résiduelle afin de : –Améliorer le confort –Limiter l’autophonation Attention au maintient de l’embout

49 6.5 - Le tube acoustique Diamètre Diamètre constant ADULTENOURRISSON Micro tubeStandard INT. 0,8 mm2 mm1,5 mm EXT. 1 mm3 mm2 mm

50 le Libby Horn Diamètre variable : le Libby Horn

51 CAS PRATIQUES choix prothétique

52 CAS N° 9 : Mr TRA., presbyacousie, 78 ans

53 CAS N° 10 : Mme GRO, ototoxique, 59 ans

54 CAS N° 11 : Mr TOR., 81 ans, mastoïdite.

55 CAS N° 12 : Mme BOU., 51 ans, otospongioses.

56 CAS N° 13 : Mr MIN., 66 ans, trauma sonores.

57 CAS N° 14 : Mme VER., 73 ans, séquelles d’otites

58 CAS N° 15 : Mme JOU., 50 ans, surdité brusque.

59 CAS N° 16 : Mme PUL., 43 ans, surdité congénitale

60 L’ADAPTATION PROTHETIQUE DE L’ADULTE ET DU VIEILLARD A – Premier appareillage

61 1 - Introduction Second RDV au laboratoire Temps : env. 1 heure –1/3 adaptation prothétique, réglages –2/3 informations générales (prévention), manipulation

62 2 - Méthode Otoscopie Mise en place de l’embout / coque Vérifier l’absence de douleurs  Pression sur l’embout : appui osseux ?  Faire mastiquer Estimer la gêne provoquée par l’autophonation : »Retouches de l’embout ou de la coque Pré réglages prothétiques

63 3 - Pré réglages : les méthodes d’adaptation prothétique Les méthodes d’adaptation liminaires Les méthodes d’adaptation supraliminaires OBJECTIF : CALCUL DU GAIN CIBLE IDEAL

64 3.1 - Méthodes liminaires Basées sur le seuil liminaire d’audiométrie tonale Transfert de la zone de parole dans la zone de confort Les premières méthodes (LYBARGER) datent de 1953 Ecart entre les méthodes pouvant atteindre 28 dB LIBBY, NAL, POGO, BERGER –De la moins forte à la plus forte –De la moins aigue à la plus aigue.

65 3.1 - Les méthodes liminaires FORMULES DE CALCUL POUR DIFFERENTES METHODES A 2000 Hz (HTL 500 = 25 ; HTL 1000 = 40 ; HTL 2000 = 45) MéthodesFormule pour F=2000 HzCalcul du gain cible LIBBY 1/31/3 HTL dB NALX HTL – 1 où X = 0.05((HTL 500) + (HTL 1000) + (HTL 2000)) dB POGO1/2 HTL dB BERGER1/1.5 HTL dB

66 3.2 - Méthodes supraliminaires Basées sur une approche supraliminaire de l’audiométrie prothétique : seuil subjectif d’inconfort, zones de confort. 2 courants : –MTD (Balbi, 1935) : Médiane Théorique de la Dynamique –MCL (Watson & Knudsen, 1940) : Most Confortable Level

67 4 – Manipulation Surtout rester calme… Mise en place –Montrez l’emplacement sur une oreille de démonstration ou votre propre oreille –Commencer par l’embout, puis le contour –Répéter la manipulation plusieurs fois Marche / arrêt. Utiliser l’écrin. Ne pas donner trop d’informations : Evitez le changement de pile Evitez tout ce qui concerne l’entretien

68 5 – CONSIGNES Eviter l’eau, l’humidité, la poussière… Port quotidien, le plus souvent possible sauf : –Pour dormir –Dans le bruit (bricoleur) –En cas de fatigue importante ou maux de tête Ne pas s’inquiéter d’un manque de compréhension les premiers jours –Notion de rééducation auditive donc d’EFFORTS de la part du patient –Réglage de sous-correction au départ (confort), puis évolution progressive de la puissance (efficacité)

69 5 – CONSIGNES Redécouverte des BRUITS ambiants : –Prévenir des bruits métalliques : couverts, sacs plastiques, bruits d’eau, talons, craquements parquet … –La mémorisation des bruits ambiants est progressive, elle est IMPERATIVE pour arriver à les supporter et surtout pouvoir en faire abstraction lors d’un dialogue Eduquez l’entourage à ne pas tester constamment le malentendant appareillé –Risque de mise en échec : perte de motivation

70 5 – CONSIGNES Demander au patient de noter ses impressions meilleure implication du patient dans son appareillage Permet de cibler les attentes du patient Stimulations diverses : radio, musique, TV, groupes… Téléphone –Pb du larsen avec les intras : éloigner le combiné –Contour : placement du combiné au-dessus de l’oreille (micro du contour)

71 L’ADAPTATION PROTHETIQUE DE L’ADULTE ET DU VIEILLARD B – Renouvellement

72 Temps : env. 1 heure –2/3 adaptation prothétique, réglages –1/3 informations générales Mise en place de l’embout / coque  Contrôler les différences (formes, longueur, évent) par rapport à l’ancien embout ou coque.  Retouches  Expliquez au patient les différences qu’il va ressentir

73 Pré réglage prothétique : –Se rapprocher le plus possible de la sensation auditive précédente (si le résultat était satisfaisant) –Patient entraîné : Meilleures observations de sa sensation auditive Plus exigeant sur le résultat –Mesure de gains prothétiques : évaluer l’amélioration Manipulation : –Ne pas la négliger, même si le patient est déjà éduqué, surtout si l’embout ou encore plus si le type d’appareillage a changé.

74 Les retouches des embouts Un embout fidèle à l’empreinte n’est pas toujours le plus approprié –Peau CAE très souple –Peau CAE sèche –Rétention très importante Les retouches doivent être faites de manière progressives TOUJOURS vérifier le caractère indolore de l’embout en le frottant sur sa main

75 LE CONTRÔLE D’EFFICACITE PROTHETIQUE chez l’adulte et le vieillard

76 LE CONTRÔLE D’EFFICACITE PROTHETIQUE 1.Introduction au champ libre 2.Procédure 2.1 Otoscopie 2.2 Consignes patient 2.3 Examens prothétiques champ libre Gain prothétique tonal Gain prothétique vocal dans le silence aVS / bruit aVB Localisation spatiale Tests spéciaux 3. Présentation des résultats 4. Notes particulières pour le vieillard 5. La mesure In-Vivo

77 Le suivi prothétique JO du 4 mai 2002, l’audioprothésiste est tenu d’effectuer un contrôle et un suivi de l’appareillage : –à 3, 6 et 12 mois après la délivrance de l’AA –Puis un suivi bi-annuel selon les besoins du patient


Télécharger ppt "COURS AUDIOPROTHESE 2 ième Année – 2009/2010 L’appareillage auditif de l’adulte et du vieillard  Le bilan d’orientation prothétique L’adaptation prothétique."

Présentations similaires


Annonces Google