La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le socle commun des connaissances et des compétences.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le socle commun des connaissances et des compétences."— Transcription de la présentation:

1 Le socle commun des connaissances et des compétences

2 Pour rassurer… ? Thierry DUPUY, clg Saint-Exupéry - Condom

3 Pour rassurer… ? Thierry DUPUY, clg Saint-Exupéry - Condom

4 Pour rassurer… ! Vous faites déjà beaucoup de choses depuis longtemps ! Il ne faut pas « faire table rase du passé » mais avant tout commencer par porter un regard nouveau sur ce que lon fait habituellement. Il sagit dun processus. On ne nous demande pas de tout faire parfaitement de suite mais dengager une réflexion, dinfléchir des pratiques !

5 Pourquoi mettre en place le socle commun ? Plus grande hétérogénéité des élèves Crise, chômage, pression du monde économique ( entreprises ) Bilan mitigé des résultats des élèves français aux évaluation nationales et ( surtout ) internationales. Mieux mesurer les acquis des élèves.

6 Introduction : une brève histoire des compétences et du socle commun Les compétences, un « concept flou » issu du domaine judiciaire, développé ensuite dans le monde de lentreprise. Dans les systèmes éducatifs des pays de lOCDE, une problématique posée depuis plus dune cinquantaine dannées : volonté de coopération entre les États membres de lUE, dans le domaine de léducation et de la formation. Dans ce contexte, la notion de compétence est devenue le point dancrage des réflexions. Introduction : une brève histoire des compétences et du socle commun

7 1996 : « Livre blanc » sur léducation et la formation. Il sagit didentifier à léchelle européenne les compétences-clés, et de mettre en place des processus dacquisition, dévaluation et de certification. En 2000, mise en œuvre de lenquête PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves) dans quarante-trois pays. Désormais, le programme PISA évalue les résultats des jeunes dans trois domaines fondamentaux : – la compréhension de l'écrit, – la culture mathématique – la culture scientifique Introduction : une brève histoire des compétences et du socle commun

8 Mars 2000 : stratégie dite de Lisbonne : « Chaque citoyen doit être doté des compétences nécessaires pour vivre et travailler dans cette nouvelle société de l'information» et adoption dun «cadre européen définissant les nouvelles compétences de base dont l'éducation et la formation tout au long de la vie ». Orientations confirmées par les conseils européens de Stockholm (2001) et Barcelone (2002) : proposition concernant « les compétences clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie ». En 2004, le rapport Thélot met clairement en évidence la nécessité de formaliser « un socle commun des indispensables », dont la maîtrise doit être garantie par lécole à la fin de la scolarité obligatoire. Introduction : une brève histoire des compétences et du socle commun

9 Loi dorientation et de programme pour lavenir de lécole - JO du 24/4/ et BO N°18 du 5 mai 2005 (article 9 ). Décret du 11 juillet Première expérimentation ( ) en collège Deuxième expérimentation avec de nouveaux livrets et de nouvelles modalités de validation ( 2009 ) : expérimentation au niveau national 2010 – 2011 : obligation de valider ! À compter de la session 2011, la maîtrise des sept compétences du socle commun au palier 3 est prise en compte pour lattribution du diplôme. Introduction : une brève histoire des compétences et du socle commun Loi dorientation et de programme pour lavenir de lécole - JO du 24/4/ et BO N°18 du 5 mai 2005 (article 9 ). Décret du 11 juillet Première expérimentation ( ) en collège Deuxième expérimentation avec de nouveaux livrets et de nouvelles modalités de validation ( 2009 ) : expérimentation au niveau national 2010 – 2011 : obligation de valider ! À compter de la session 2011, la maîtrise des sept compétences du socle commun au palier 3 est prise en compte pour lattribution du diplôme. Introduction : une brève histoire des compétences et du socle commun Loi dorientation et de programme pour lavenir de lécole - JO du 24/4/ et BO N°18 du 5 mai 2005 (article 9 ). Décret du 11 juillet Première expérimentation ( ) en collège Deuxième expérimentation avec de nouveaux livrets et de nouvelles modalités de validation ( 2009 ) : expérimentation au niveau national 2010 – 2011 : obligation de valider ! À compter de la session 2011, la maîtrise des sept compétences du socle commun au palier 3 est prise en compte pour lattribution du diplôme.

10 Ce que dit la loi de 2005 Loi dorientation et de programme pour lavenir de lécole JO du 24/4/2005 « la scolarité obligatoire doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à lacquisition dun socle commun constitué dun ensemble de connaissances et de compétences quil est indispensable de maîtriser pour accomplir avec succès sa scolarité, poursuivre sa formation, construire son avenir personnel et professionnel et réussir sa vie en société ».

11 Recommandations du Haut Conseil de léducation mars 2006 « Le socle correspond à ce que nul n'est censé ignorer en fin de scolarité obligatoire sous peine de se trouver marginalisé ou handicapé. Grâce au socle, chacun pourra continuer à se former tout au long de la vie et s'adapter aux évolutions de la société. La mission première de l'École est de garantir à tous les élèves la maîtrise effective de ce socle qui constitue un engagement de la Nation envers la jeunesse. » Recommandations du Haut Conseil de léducation mars 2006 « Le socle correspond à ce que nul n'est censé ignorer en fin de scolarité obligatoire sous peine de se trouver marginalisé ou handicapé. Grâce au socle, chacun pourra continuer à se former tout au long de la vie et s'adapter aux évolutions de la société. La mission première de l'École est de garantir à tous les élèves la maîtrise effective de ce socle qui constitue un engagement de la Nation envers la jeunesse. »

12 En bref … Un texte qui sinscrit – dans un cadre juridique, – dans des recommandations européennes (cadre européen de référence), – dans des protocoles internationaux (PISA) Un texte qui définit ce quil est indispensable de maîtriser – ce que nul nest censé ignorer - à la fin de la scolarité obligatoire. Un texte qui institutionnalise les résultats dune réflexion engagée depuis plusieurs décennies au niveau international. En bref …

13 Le socle commun de connaissances et de compétences Le socle commun se décompose en sept « compétences » anciennement appelées « piliers » : compétence 1: la maîtrise de la langue française compétence 2 : la pratique d'une langue vivante étrangère compétence 3 : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique compétence 4 : la maîtrise des techniques usuelles de l'information et de la communication ( B2I ) compétence 5 : la culture humaniste compétence 6 : les compétences sociales et civiques compétence 7 : l'autonomie et l'initiative

14 Un peu de vocabulaire SOCLE : savoir minimum que nul n'est censé ignorer. COMMUN : partagé par tous ( vivre ensemble ) CONNAISSANCES : savoir « quoi », ce que l'on a compris et retenu. COMPÉTENCES : savoir « mobiliser », savoir « comment », habileté à réussir.

15 Travailler par compétences c'est : être capable de mobiliser ( mettre en œuvre ) ses acquis ( ressources ) exprimés en termes de connaissances ( savoir ), de capacités ( savoir-faire ) et d'attitudes ( savoir être ) combinés pour réaliser des tâches, résoudre des problèmes ( mettre les élèves en activité ) présentées sous la forme de situations complexes ( constituées de plusieurs éléments ) inédites ( pas exactement la même activité pour vérifier le transfert de la compétence ).

16 Travailler par compétences c'est : Compétence Connaissances ( savoir ) Attitudes ( savoir être ) Capacités ( savoir-faire )

17 Source :

18 En bref… Les compétences permettent de réaliser des tâches et/ou de résoudre des problèmes. Les compétences supposent la possibilité de transfert d'une situation à une autre. Les connaissances ne sont pas au service des capacités ! Au contraire, les capacités donnent du sens aux savoirs !

19 Dérive à éviter ( mais il y en a bien d'autres ! ) Confondre « socle » et « programme » ( on enseigne les programmes, pas le socle ! Tout en faisant nos programmes, on traite le socle ).

20 Le livret personnel de compétences ( LPC ) Le LPC permet de formaliser la maîtrise des 7 compétences.

21 Le livret personnel de compétences ( LPC ) En quoi la technologie concernée ? Comment le compléter ? Comment évaluer et valider ? Comment en interpréter les résultats ?

22 En quoi notre discipline est-elle concernée ? Chercher dans le LPC les items qui concernent notre discipline.

23 Comment le compléter ?

24 Source :

25 Comment le compléter ? Source :

26 Comment le compléter ? Source : Direction générale de lenseignement scolaire

27 Comment le compléter ? Source : Direction générale de lenseignement scolaire

28 Comment le compléter ? Une compétence requiert la contribution de plusieurs disciplines. Une discipline contribue à l'acquisition de plusieurs compétences. Problème : chaque discipline s'est appropriée le socle en développant parfois sa logique propre, un vocabulaire spécifique, ce qui ne facilite pas notre tâche !

29 Comment le compléter ? Une responsabilité individuelle. Une responsabilité disciplinaire. Une responsabilité collective ( établissement ).

30 Lévaluation au cœur du dispositif

31 Comment évaluer ? Lévaluation se fait dans des situations variées. Il ne faut pas travailler/évaluer uniquement en se basant sur des tâches complexes. Le travail sur un élément isolé est toujours indispensable ( « faire ses gammes » ). Lévaluation est progressive et renouvelable. Pour chacune des sept compétences, des documents daccompagnement donnent des indications pour lévaluation ( grilles de références, contributions des disciplines, vade-mecum des capacités en histoire- géographie-éducation civique ).

32 Comment évaluer ? Il faut distinguer trois temps : – Le temps dapprentissage, – Le temps dentraînement, – Le temps dévaluation. La logique voudrait que lévaluation nintervienne que lorsque les élèves sont prêts !

33 Lévaluation au cœur du dispositif À partir de quand puis-je dire quune compétence est acquise ? La validation est une décision collégiale, jamais individuelle. Les équipes pédagogiques se basent sur les items renseignés pour valider chaque compétence. Une compétence peut être validée même si tous les items qui la composent nont pas été renseignés. Le (faux) problème du seuil de validation : – Fixer des critères de réussite suffisamment explicites, indépendamment de la note, basés sur les grilles de références. – Mettre en place une progressivité des apprentissages. Mettre en place une progressivité des apprentissages.

34 Lévaluation au cœur du dispositif Source :

35 Lévaluation au cœur du dispositif Lorsquune compétence nest pas validée : une date est indiquée uniquement pour les items acquis, Il faut envisager une remédiation adaptée ( PPRE, accompagnement personnalisé ) pour les items non acquis. Ces derniers doivent alors être évalués ultérieurement.

36 Lévaluation au cœur du dispositif Quelques pistes à retenir : préparer toujours sa séquence/séance en commençant par se demander ce que lon cherche à évaluer en termes de connaissances, de capacités et d'attitudes par rapport aux programmes. Mettre en relation le socle et les programmes. Chaque séance doit permettre de faire travailler de façon explicite les élèves sur les « compétences » retenues pour lévaluation. Les évaluations doivent être variées ( questions ouvertes rédigées, QCM, vrai/faux,...) et pensées en fonction des items retenus. Les évaluations devraient être préparées en concertation avec les autres professeurs de la matière ( difficulté, progressivité ) mais également avec l'ensemble des professeurs de l'établissement dans le cas des compétences transversales ( et elles sont nombreuses ! ). Évaluation ne veut pas toujours dire notation ! Les évaluations permettent de mesurer les progrès dans les apprentissages.

37 Comment en interpréter les résultats ? Le LPC est un outil intéressant mais linterprétation des résultats comporte des limites : – Manque de lisibilité ( une compétence validée ne permet pas de voir les items non acquis ). – Sous quelle forme et dans quelles conditions sera-t-il transmis aux équipes pédagogiques ? – pertinence des résultats différente en fonction des établissements et de leur implication dans la mise en place socle commun.

38 Les documents daccompagnement et les grilles de référence

39 Il ne faut pas se focaliser sur ces documents. Ils sont là pour nous aider, donner des indications, pas pour nous contraindre ou nous gêner ! La base, cest les programmes !!!!!!!!!

40 Conclusion Lobjectif nest pas de cocher des cases. Il nest pas de se perdre dans lévaluation de micro- compétences. Lessentiel réside dans le fait que l'enseignement par compétences nous oblige à interroger nos pratiques pédagogiques et à les faire évoluer dans le sens d'une meilleure connaissance des acquis des élèves en vue dune plus grande « efficacité pédagogique »!

41 Documents daide Palier 3 Documents de référence – LPC, – grilles de références, – vade mecum


Télécharger ppt "Le socle commun des connaissances et des compétences."

Présentations similaires


Annonces Google